Navigation – Plan du site
Félicité de Genlis (1746 - 1830)

Stéphanie-Félicité Du Crest, Essai sur les arts, vers 1825

[s. d.], Nancy, bibliothèque municipale, Ms 765, extraits choisis.

Texte intégral

« Sur les beaux-arts – Avertissement »

p. 2-3

  • 1  Les principes de la basse fondamentale.

1L’abbé Du Bos a fait un livre sur ce sujet, mais il n’a parlé de la musique et de la peinture qu’en littérateur, et ce n’est point assez. D’ailleurs, il était contemporain et admirateur passionné de Lully, il n’a connu ni la musique nouvelle, ni même Rameau qui, le premier, a fait un excellent traité d’harmonie, fondé sur une grande découverte1, et qui, enfin, a commencé en France une révolution dans la musique. Ainsi, il se trouve beaucoup d’erreurs et surtout un nombre infini d’omissions dans la longue dissertation de l’abbé Du Bos sur la musique. Néanmoins, il a fait sur ce sujet des recherches curieuses et, lorsque j’en ai profité, je le cite. En outre, j’ai fait un grand nombre de lectures dont ce livre contient les traits les plus intéressants. J’ai tâché de lui donner le mérite si rare de la concision, mais j’ose croire qu’on y trouvera quelques idées neuves, et tout ce que la culture des arts, de longs voyages, l’étude de l’Antiquité, de mûres réflexions, pouvaient y rassembler de nouveau, de piquant et d’agréable.

« De la peinture »

p. 50-62

2On a prodigieusement disserté et disputé, surtout depuis cent cinquante ans, pour soutenir ou pour nier la prééminence des anciens peintres sur les modernes ; l’abbé Du Bos, qui n’a consacré dans son ouvrage qu’un très petit nombre de pages [à la peinture], ne dit presque rien sur cette matière et se borne à faire sur ce sujet quelques citations. On n’avait découvert de son temps ni Herculanum ni Pompéi, ni une foule d’autres monuments antiques qui nous ont donné à cet égard beaucoup de nouvelles lumières.

3Je vais d’abord apporter quelques anecdotes curieuses sur les tableaux de l’Antiquité, et je [me] hasarderai [à] donner mon opinion sur la peinture de cette époque ; ensuite, je tâcherai d’expliquer (ce qu’on n’a jamais fait) pourquoi les Anciens ont excellé dans les espèces de peintures qu’on appelle improprement des arabesques, et après cette dissertation, je terminerai cet article par la peinture moderne.

1. Timomaque de B...1. Timomaque de Byzance, Médée tue ses enfant

1. Timomaque de Byzance, Médée tue ses enfant

Entre 62 et 79 av. J.-C., fresque, 120 x 97 cm, Naples, Musée national archéologique.

4La plupart des louanges que les auteurs anciens donnent aux tableaux dont ils parlent sont l’éloge de l’expression. C’est ainsi qu’Aurore vante la Médée de Timomaque, où Médée était représentée un poignard à la main et prête à immoler ses enfants endormis (fig. 1). On voyait, dit le poète, la rage, l’horreur et la compassion mêlées ensemble sur son visage, et à travers la fureur qui la dominait, on découvrait encore dans ses traits quelques traces de la tendresse maternelle.

  • 2  M.de Voltaire a pillé cette idée dans le chant de La Henriade qui commence par ce vers : « Sur les (...)

5Lucien décrit avec une vive admiration une grande composition qui représentait le mariage d’Alexandre et de Roxane et dans laquelle on voyait l’Amour jouant avec les armes d’Alexandre2. Ce beau tableau était de Zeuxis et porta bonheur au peintre : une jeune personne très riche, séduite par sa célébrité, l’épousa.

6C’est dans Lucien que l’on trouve la description de ce tableau.

2. [Anonyme], Lao...2. [Anonyme], Laocoon

2. [Anonyme], Laocoon

Ier siècle avant J.-C., marbre, 242 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.

7Un autre tableau aussi fameux que celui dont on vient de parler est celui qui représentait le sacrifice d’Iphigénie par le peintre nommé Timanthe, dans lequel l’artiste avait représenté Agamemnon se voilant le visage. MM. de Voltaire, Diderot, Marmontel et les autres se sont extasiés sur cette circonstance en disant que le peintre, sentant qu’il était impossible d’exprimer la douleur d’Agamemnon, avait pris le parti de mettre un voile sur sa tête. Tous ces beaux esprits qui n’avaient fait aucune étude de l’Antiquité et qui n’avaient aucune idée des arts ont répété à l’envi les uns des autres que cette idée du peintre grec était sublime et prouvait que l’artiste avait un génie prodigieux. Mais en supposant, ce qui n’est pas, que telle eût été son intention, il n’y aurait dans cette idée qu’un petit artifice spirituel et non du génie, car le génie, loin de chercher à éluder une grande difficulté, se plaît à la surmonter et il en triomphe. C’est ce qu’ont fait les grands artistes de l’Antiquité. Nulle douleur ne peut surpasser celle de Laocoon expirant avec ses enfants, étouffés par les serpents entortillés autour de leurs corps, et cependant le sculpteur n’a pas craint ce terrible sujet et il a su exprimer, et avec noblesse, ces affreuses douleurs physiques et morales (fig. 2).

  • 3  Les mêmes écrivains ont loué avec emphase un mauvais tableau que l’on peut voir encore dans le châ (...)

8J’ai dit que dans le tableau du Sacrifice d’Iphigénie, le peintre n’avait point eu l’idée que lui supposent Voltaire, Marmontel, etc. Et en effet, il ne représente Agamemnon se voilant le visage que pour se conformer à l’usage universellement établi qui ne permettait pas à un héros de montrer sa figure lorsqu’il éprouvait une vive souffrance ou lorsqu’il pleurait. C’est ainsi qu’Ulysse, chez Alkinoos, en écoutant le récit de ses propres aventures, se cache le visage, parce qu’il s’attendrit et qu’il sent qu’il va verser des larmes. C’est ainsi qu’Œdipe, conduit par Antigone, lorsqu’il touche à ses derniers moments, se couvre le visage avec un pan de sa robe. On pourrait citer mille exemples semblables3. C’est donc bien gratuitement que les encyclopédistes ont fait sur ce sujet comme sur mille autres tant de phrases portant à faux. Je ne puis ici passer sous silence un tableau fameux que personne n’a vu mais dont tout le monde loue avec enthousiasme l’idée, et uniquement à cause d’une inscription qui s’y trouve et qui néanmoins ne me paraît ni juste ni raisonnable, du moins telle qu’on la rapporte généralement : je veux parler des Bergers d’Arcadie de Poussin. C’est un paysage représentant le beau ciel de la Grèce et, dans un site charmant de l’Arcadie, une troupe de bergers dansant, tandis que deux ou trois réfléchissent tristement sur un tombeau qu’ils viennent d’apercevoir, et qui porte cette inscription :

« Et moi aussi j’ai vécu dans la délicieuse Arcadie !… »

9« Et moi aussi » répond à l’action, à la dame qui exprime la joie et la gaieté, ce qui est tout à fait extravagant, car on n’a pu faire graver sur la tombe ces mots qui n’ont de sens que pour le moment actuel. Et si on retranche ces mots, l’épitaphe sera fort insipide.

  • 4  On sait que dans les repas consacrés aux muses et à la gaieté, les Anciens se couronnaient de rose (...)

10Les Anciens ont souvent mêlé l’idée de la mort à celle des jeux ; c’est eux qui ont représenté le vieil épicurien Anacréon sortant d’un festin et entrant dans un jardin en chantant et en chancelant, et, dans ce mouvement, laissant tomber sa couronne de roses4 au pied d’un cyprès !… Cette idée vague et mélancolique offre un contraste frappant et ingénieux.

11Il nous reste si peu de peintures des Anciens que l’on ne peut guère juger de leur talent en ce genre. Mais ils ont tellement excellé dans la sculpture et l’architecture que l’on ne peut pas croire que les peintres qui, parmi eux, ont joui d’une grande réputation, aient été des artistes médiocres. Ils n’ont peint qu’à fresque, mais le coloris de la fresque peut égaler la beauté de celui des peintures à l’huile, comme le prouve le superbe tableau de Raphaël appelé la Messe de Jules II, peint à fresque, et dont le coloris est admirable. On sait d’ailleurs que les Anciens faisaient tant de cas de cet art qu’ils payaient les tableaux des grands maîtres un prix exorbitant.

12Nous voyons, dit l’abbé Du Bos, dans les ouvrages de saint Augustin, qui mourut l’an quatre cent trente de l’ère chrétienne, que dès son temps, les théâtres commençaient à se fermer dans la plupart des villes de l’empire romain. L’inondation des barbares, qui se répandaient dans tout l’empire, était aux peuples des pays désolés le moyen de faire la dépense des spectacles. Cette dépense était immense : la représentation de trois tragédies de Sophocle coûta plus aux Athéniens que la guerre du Péloponnèse. On connaît les dépenses exorbitantes des Romains pour élever des théâtres, des amphithéâtres et des cirques, même dans les villes de provinces ; quelques-uns de ces bâtiments qui subsistent encore sont des monuments précieux d’une superbe architecture et la preuve de cette magnificence qui fut poussée jusqu’à la folie.

  • 5  Qui le défendit dans un procès.
  • 6  Toutes ces sommes en monnaie de France, suivant l’évaluation des savants.

13Les Romains eurent la même passion pour les spectacles. Macrobe dit qu’Ésope, célèbre comédien tragique et contemporain de Cicéron, laissa en mourant une succession de cinq millions qu’il avait amassés à jouer la comédie. Le comédien Roscius, ami de Cicéron5, touchait des deniers publics neuf cents francs par jour, et cette somme était pour lui seul – il n’en partageait rien avec sa troupe. Macrobe dit encore que Jules César donna vingt mille écus6 à Laberius pour l’engager à jouer lui-même dans une pièce que ce poète avait composée.

  • 7  En 546.

14Comme on l’a dit, les théâtres commençaient à se fermer du temps de saint Augustin ; néanmoins, ils n’étaient pas encore entièrement fermés près d’un siècle après ; il est vraisemblable qu’ils ne le furent pour toujours que lorsque Rome eut été prise et ruinée par Totila7. Ce pillage de Rome fut plus cruel et plus terrible dans toutes ses circonstances que tous les précédents, puisqu’on vit après cet événement des dames patriciennes mendier à la porte de leurs propres maisons dont les barbares s’étaient rendus les maîtres. Telle fut la véritable époque de l’anéantissement presque total des lettres et des arts : depuis longtemps les grands artistes, privés de récompenses et d’encouragement, avaient disparu, mais les arts eux-mêmes ne disparurent que dans ce temps.

« Des arabesques »

p. 63-68

  • 8  Les coupes d’Hébé, de Ganymède, de Bacchus, etc.

15Les Anciens ont excellé dans ce genre, qui nous paraît très extravagant et qui ne l’était nullement pour eux. Les serpents, les sphinx, les chimères, les chevaux ailés et une infinité de monstres étaient pour les Grecs et pour les Romains des représentations religieuses. La mythologie est remplie d’êtres fabuleux et monstrueux, et comme les Grecs et les Romains mêlaient peu à peu à leur culte les cérémonies et des cultes des autres nations païennes, on joignit à leurs arabesques une grande quantité d’attributs et de figures tirés des hiéroglyphes égyptiens, qui ne sont eux-mêmes que des arabesques symboliques et mystérieuses. De là cet assemblage bizarre de monstres, d’armes, de flèches, de carquois, d’arcs, d’oiseaux, de plantes, parmi lesquelles se retrouve souvent le lotus, fameux par tant de fables indiennes et tant de fleurs représentant des métamorphoses ou des consécrations, tant de vases rappelant des traits mythologiques, comme par exemple celui dont Vénus fit don au beau Phaéton, celui qu’Amarius cassa, événement qui lui causa tant de douleur que les dieux par pitié le changèrent en marjolaine8, etc. On voit aussi dans ces arabesques un grand nombre de riches ornements et de draperies, qui sans doute représentent aussi des fables ; les colliers d’or retracent la célèbre aventure et la trahison d’Ériphile, et les offrandes dont on ornait les statues des temples. Les draperies figurent les voiles qui jouent un si grand rôle dans la fable, ceux de la pudeur et celui de Pénélope qui se couvrit du sien pour toute réponse, lorsqu’Icarius son père lui demanda si elle aimait mieux suivre Ulysse qu’elle venait d’épouser que de rester avec lui ; le voile que la belle Harmonie reçut de Vénus, etc. Les perles étaient consacrées, ainsi que les roses, à la volupté. Les têtes de cerfs et d’autres animaux étaient des hommages de chasseurs rendus à Diane dans les bois qui étaient consacrés, ainsi que les hures de sangliers qui rappelaient aussi l’aventure de Méléagre. Comme toutes ces choses retraçaient des emblèmes et des faits miraculeux, les peintres ne s’attachaient qu’à donner de l’élégance à leur entrelacement, ils ne cherchaient jamais à y mettre de la vraisemblance, parce qu’ils voulaient que tout y parût merveilleux ; c’est ainsi qu’ils ont peint des vases supportés par des fils de perles ou des guirlandes de fleurs, etc. Ils imaginèrent ce genre de peinture religieuse pour ne point placer toutes ces représentations dans les tableaux de figures, et c’est un bon goût dont on doit les louer.

16D’après ces réflexions, ce genre est raisonnablement expliqué et il n’est pas étonnant que de grands artistes n’aient pas dédaigné ce genre de peinture consacré à la religion. On a trouvé de nos jours dans les fouilles de Pompéi des arabesques charmantes peintes sur les murs intérieurs d’une maison de campagne – on fait revivre les couleurs en jetant des seaux d’eau sur ces murailles.

17Les plus belles arabesques des peintres modernes sont celles de Raphaël.

18Les Arabes ont fait des arabesques, c’est-à-dire des peintures grotesques et grossières, et de là ce nom est resté à toutes les compositions bizarres que l’on peut employer en ornement.

« Des peintres modernes »

p. 69-91

  • 9  Le Cimabue naquit en 1240.
  • 10  Et un peu avant sous celui de Jules II, Michel-Ange illustra ce règne et plusieurs autres artistes (...)
  • 11  Dans le xve siècle.

19C’est à l’Italie que l’Europe doit la restauration de la peinture ; le Cimabue commença à la sortie de l’enfance où elle était tombée9 ; mais elle fit peu de progrès après lui, le Giotto qui vient longtemps après est le seul peintre célèbre de cette époque. La peinture ne prit un véritable éclat que sous le règne brillant de Léon X10, de la maison de Médicis, amateur éclairé des beaux-arts qu’il eut le temps de protéger avec succès, puisqu’il monta sur le trône pontifical à trente-sept ans11.

  • 12  C’est lui qui eut l’idée sublime d’éclairer cette immense église le jour du vendredi saint, seulem (...)

20Les plus grands peintres italiens furent Michel-Ange, qui fut encore un sublime sculpteur et le plus grand architecte. On a peine à croire que le même homme ait fait Saint Michel terrassant le Diable, et tant d’autres tableaux, la statue admirable de Moïse descendant du mont Sinaï avec les tables de la Loi, et qu’il ait fait le plan et en grande partie l’église de Saint-Pierre de Rome et son incomparable et superbe coupole12.

3. Raphaël, La Tr...3. Raphaël, La Transfiguration

3. Raphaël, La Transfiguration

1516-1520, huile sur bois, 405 x 218 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.

4. Le Dominiquin,...4. Le Dominiquin, Communion de saint Jérôme

4. Le Dominiquin, Communion de saint Jérôme

1614, huile sur toile, 419 x 256 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.

  • 13  Nom qui lui vient de Corregio, lieu où il naquit.

21Raphaël fut aussi peintre, sculpteur et architecte ; son Jonas est une statue universellement admirée et l’on voit encore à Rome un beau palais bâti par lui. Aucun peintre n’a su donner à la Sainte Vierge un caractère plus noble, plus gracieux et plus divin, et une expression aussi pure et aussi touchante ; il fallait une sorte de révélation pour pouvoir représenter sur ces visages célestes le mélange – [il] doit s’y trouver – de noblesse royale et d’humilité, d’innocence, de candeur, de virginité, et d’amour maternel !… Le tableau de La Transfiguration de Raphaël est unanimement regardé comme le premier tableau de l’Europe (fig. 3). J’oserai pourtant hasarder une critique sur cet admirable ouvrage que je n’ai jamais entendu faire, mais qui me paraît sans réplique, parce qu’elle est de fait : le peintre a placé sur le devant du tableau, sur le premier plan, une figure de femme à genoux qui est certainement beaucoup trop grande, car si on la suppose debout, on voit qu’elle dépasse de la tête tous les autres personnages. Étant à Rome, je fis faire cette remarque à plusieurs grands artistes qui, tous, convinrent que j’avais raison. Après la mort de Raphaël, on rendit les plus grands honneurs à sa mémoire, on lui fit de magnifiques funérailles dont le plus glorieux ornement fut le tableau de La Transfiguration qu’on y porta en pompe. Ce tableau sans doute est d’une beauté supérieure, mais il n’est pas parfait et j’en connais deux qui le sont : Saint Pierre dans la prison pleurant son péché du Guide, et la Communion de saint Jérôme du Dominiquin (fig. 4). L’expression, le coloris, le dessin, la composition, tout est également parfait dans cette sublime peinture, dont il est bien surprenant que l’abbé Du Bos ne parle pas. Quelques personnes, par ignorance des usages anciens, ont fort mal à propos blâmé le peintre d’avoir fait recevoir le viatique à saint Jérôme dans l’église : disant qu’il n’est pas naturel qu’un moribond ne le reçoive pas dans son lit, et qu’à l’agonie il ait la force de se transporter à l’église ; cependant, on voit, dans toutes les vies des religieux, des ordres austères : les chartreux, les moines de Sept-Fons, ceux de la Trappe, tous ces religieux exaltés à l’heure de la mort qui se ranimaient miraculeusement lorsqu’on leur annonçait qu’ils n’avaient plus que quelques instants à vivre et qui, fortifiés soudainement par le ravissement de voir finir leur exil sur la Terre, tous, reprenant la force et le mouvement, sortaient aussitôt de leurs lits et se rendaient à l’église sans qu’il fût nécessaire de les y transporter, s’emparant ainsi de l’Éternité avant le moment fixé par la nature pour y entrer. Le Corrège13, contemporain de Raphaël, est aussi un admirable talent. Il découvrit lui-même son talent en voyant pour la première fois un tableau de Raphaël ; après l’avoir attentivement examiné, il vit qu’il connaissait aussi tous les artifices de l’art de peindre et il dit : « Et moi aussi je suis peintre. » Il était encore absolument inconnu.

5. Le Corrège, La...5. Le Corrège, La Vierge, l’Enfant Jésus, la Madeleine, saint Jérôme [Madone de saint Jérôme ou Le Jour]

5. Le Corrège, La Vierge, l’Enfant Jésus, la Madeleine, saint Jérôme [Madone de saint Jérôme ou Le Jour]

1525-1528, huile sur bois, 235 x 141 cm, Parme, Galerie nationale.

6. Raphaël, Madon...6. Raphaël, Madonna della seggiola [Vierge à la chaise]

6. Raphaël, Madonna della seggiola [Vierge à la chaise]

1513-1514, huile sur panneau, diamètre 71 cm, Florence, palais Pitti.

  • 14  À Paris. Le tableau fameux appelé la Nuit du Corrège représentant la Nativité, et toute la lumière (...)
  • 15  Un tableau semblable se trouvait à Florence, mais celui du P[alais] R[oyal], infiniment plus agréa (...)

22Le Corrège fut, dit-on, le premier qui osa dans les plafonds mettre des figures véritablement en l’air et qui plafonnent comme disent les peintres ; jusqu’à lui, on avait peint ces figures comme si elles eussent dû tapisser des murailles. Le Corrège, ayant découvert cette règle d’optique, la mit en usage dans l’Assomption de la Vierge, qu’il peignit dans la coupole de la cathédrale de Parme, et dans l’Ascension de Jésus-Christ qu’il peignit dans la coupole de l’abbaye de Saint-Jean de la même ville. Son plus beau tableau représentant la Vierge, l’Enfant Jésus, la Madeleine, saint Jérôme, etc. (fig. 5). Le Palais-Royal14 possédait un chef-d’œuvre du Corrège représentant un amour adolescent, formant un arc. On ne sait ce que ce beau tableau est devenu. On voyait aussi dans le même palais deux chefs-d’œuvre de Raphaël, La Vierge et l’Enfant Jésus embrassant le petit saint Jean-Baptiste, tableau appelé La Vierge à la Sedia (à la chaise15) (fig. 6), et le tableau admirable représentant saint Jean dans le désert.

23Raphaël fit une grande fortune ; Le Corrège vendit mal ses tableaux et mourut pauvre.

  • 16  J’ai entendu dire à feu M. Greuze que le peintre qui a fait les plus beaux yeux dans les têtes de (...)
  • 17  Caravage, Calabrèse et Carle Maratte.

24Le Guide s’est placé au rang de ces grands peintres ; on lui reprocha d’avoir fait quelquefois les têtes de ses figures trop plates et un coloris trop gris, mais aucun de ces défauts ne se trouve dans son magnifique tableau de saint Pierre en prison pleurant son péché16. Enfin Titien, Jules Romain, les Carrache, Daniel Volterra, le Dominiquin, Solimène, Pierre de Cortone, Léonard de Vinci, Paul et Alexandre Véronèse, l’Albane17, etc. furent des peintres immortels, ainsi que ceux qu’on a déjà nommés. J’avoue qu’il me semble que l’Albane est au-dessous de sa réputation ; en général ses compositions me paraissent monotones et un peu fades. Il faudrait une grâce enchanteresse et beaucoup d’imagination pour être toujours supérieur en donnant un grand nombre d’ouvrages et en se bornant au seul genre gracieux ; il est si difficile alors d’éviter l’insipidité ; la puérilité et même l’afféterie : si la simplicité n’est pas sublime, ou du moins attrayante, elle est ennuyeuse.

7. Jacques-Louis ...7. Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces

7. Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces

1784, huile sur toile, 330 x 425 cm, Paris, musée du Louvre.

8. Jacques-Louis ...8. Jacques-Louis David, La Mort de Socrate

8. Jacques-Louis David, La Mort de Socrate

1789, huile sur toile, 323 x 422 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art.

  • 18  Une Danaé du même.
  • 19  Il y avait au Palais-Royal un ravissant tableau de Le Sueur demi-nature, et représentant Alexandre (...)
  • 20  Dans ce dernier, les figures sont demi-nature ; il est fâcheux que le peintre n’y ait pas placé le (...)
  • 21  Voici à mon avis les chefs-d’œuvre de ces trois maîtres : Phèdre et Hippolyte de Guérin, Bélisaire(...)

25Voici les plus beaux tableaux de ces grands maîtres qui enrichissaient la collection du Palais-Royal, outre ceux dont on a parlé : La Descente de Croix, figures demi-nature d’Annibal Carrache, tableau sans prix ; Notre Seigneur dans le Temple au milieu des docteurs de la Loi de Jules Romain ; L’Apparition des anges à Abraham d’Alexandre Véronèse ; L’Enfant Jésus endormi sur une croix du Guide ; La Gardeuse de cassette, ou la Femme à la cassette de Titien18 ; Léda et le cygne de Paul Véronèse, etc. Les plus éminents peintres français sous Louis XIV ont été Poussin, Le Sueur19, Champaigne – nul peintre n’a fait mieux les divines figures de Christ et il est remarquable aussi par la beauté de ses fonds de tableaux ; Le Brun, Mignard ; pour le portrait : Rigaud ; pour la miniature en émail : Petitot (qui n’a point été égalé) ; pour les fleurs : Baptiste. Les peintres du xviiie siècle n’ont point surpassé ceux-là : Boucher, fort à la mode pendant quelque temps, gâta l’école française que releva Vien, peintre froid, mais qui avait du goût et qui fit de bons élèves ; David appartient au siècle dernier ainsi qu’à celui-ci et d’autant plus que c’est dans ce siècle qu’il a fait ses plus beaux tableaux : Le Serment des Horaces (fig. 7) et la Mort de Socrate20 (fig. 8) ; Vernet a excellé dans les marines ; et aujourd’hui, Horace Vernet soutient dignement ce nom si célèbre dans l’art de la peinture, et Girodet, Guérin21, Gérard, soutiennent avec éclat la gloire de l’école française, qui depuis cent ans l’emporte incontestablement sur l’école italienne.

26Nous avons plusieurs paysagistes excellents. Pour la miniature, Isabey, Augustin et quelques autres montrent un talent supérieur ; Vandal, Redouté et Van Spaendonck en ont un très grand pour les fleurs, mais il serait à désirer que ce dernier mît plus d’esprit et de variété dans ses compositions ; Madame la marquise de Grollier a atteint la perfection de ce genre par le fini, la fraîcheur de ses tableaux, et par les ingénieuses compositions qui les animent. Je ne dois pas oublier dans cette nomenclature l’aimable artiste qui a contribué aussi à la gloire de notre école, Mme Vigée-Lebrun. Nulle femme dans ce siècle et dans le précédent n’a montré parmi nous un talent aussi distingué et aussi charmant.

9. Jean-Baptiste ...9. Jean-Baptiste Greuze, Petite fille pleurant son serin [Petite fille pleurant son oiseau mort ou L’Oiseau mort]

9. Jean-Baptiste Greuze, Petite fille pleurant son serin [Petite fille pleurant son oiseau mort ou L’Oiseau mort]

1765, huile sur toile, 52 x 45,6 cm, Édimbourg, National Galleries of Scotland.

10. Jean-Baptiste...10. Jean-Baptiste Greuze, La Noce de village [L’Accordée de village]

10. Jean-Baptiste Greuze, La Noce de village [L’Accordée de village]

Salon de 1761, huile sur toile, 92 x 117 cm, Paris, musée du Louvre.

11. Jean-Baptiste...11. Jean-Baptiste Greuze, La Dame de charité

11. Jean-Baptiste Greuze, La Dame de charité

Vers 1772-1775, huile sur toile, 112 x 146 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

27En peintres de genre, nous n’en avons jamais eu d’aussi ingénieux et d’aussi spirituel que Greuze : La petite fille pleurant la mort de son serin (fig. 9) ; la noce de village (fig. 10) ; la dame de charité (fig. 11) ; la malédiction du père de famille, etc. ne laisseront jamais périr son nom. C’est une idée de génie de n’avoir pas choisi le moment affreux de cette action terrible et d’avoir préféré l’instant où le malheureux père venant de donner sa malédiction se repent et tend les bras à son fils épouvanté qui voulait fuir et que retiennent sa mère et sa sœur, tandis qu’une autre sœur à genoux devant le père implore son pardon. Toute cette composition est d’une grande beauté.

  • 22  Aujourd’hui duc d’Orléans.

28Greuze est mort dans la misère et c’est une des taches du règne impérial. Je dois mettre au rang des plus grands paysagistes de nos jours mon élève feu Monsieur le duc de Montpensier, l’un des frères de Monsieur le duc de Chartres22. Ce jeune prince qui fut confié à sept ans, moins quelques mois, à mes soins montre dès son enfance des dispositions extraordinaires pour le dessin, et je ne négligeai rien pour les développer ; ses progrès furent si rapides qu’à treize ans il copia à la gouache le Martyre de sainte Apolline du Guide (figures en demi-nature) et avec une telle perfection que M. David en fut étonné et jugea ce tableau digne d’être mis au Salon – mais comme je connais l’incrédulité du public sur les talents des princes, je ne le voulus pas. Ce jeune prince qui avait véritablement un goût passionné pour la peinture perfectionna tellement ce talent qu’il parvint à le rendre supérieur avant la fin de son éducation qui fut terminée à dix-huit ans. Depuis notre séparation, il se fixa au genre de paysages à l’huile, mais avec des figures, qui furent dans ses tableaux aussi belles que celles de Polembourg et de Poussin. Émigré en Amérique, il y passa tout son temps à aller chercher des sites inconnus et pittoresques ; il passa mille fois des matinées entières, enfoncé dans des marais et dans des eaux croupissantes, restant là immobile dans la vase jusqu’aux genoux et souvent jusqu’aux hanches pour dessiner des vues qui lui plaisaient. Il porta ensuite à Londres des tableaux, des dessins et des ébauches d’un prix inestimable, mais ces études et ce travail périlleux détruisirent sans retour sa santé. La preuve de la supériorité de son talent, c’est qu’il se fit un superbe cabinet de tableaux sans en acheter un seul : il les troquait contre les siens sans donner de retour : il eut ainsi des Poussin, des Claude Lorrain, des Rubens, etc. et de toutes les écoles ; ce prince si intéressant par ses talents, son esprit, ses vertus, eût mérité un meilleur sort !…

12. Gérard Dou, L...12. Gérard Dou, La Femme hydropique [La Femme hydropique ou Docteur examinant les urines d’une femme]

12. Gérard Dou, La Femme hydropique [La Femme hydropique ou Docteur examinant les urines d’une femme]

1663, huile sur bois, 83 x 67 cm, Paris, musée du Louvre.

13. Pierre-Paul R...13. Pierre-Paul Rubens, Jugement dernier [Le Grand Jugement dernier]

13. Pierre-Paul Rubens, Jugement dernier [Le Grand Jugement dernier]

1615-1616, huile sur bois, 604 x 474 cm, Munich, Alte Pinakothek.

14. Pierre-Paul R...14. Pierre-Paul Rubens, La Descente de Croix

14. Pierre-Paul Rubens, La Descente de Croix

1611-1614, huile sur bois, triptyque, panneau central, 420 x 310 cm, panneaux latéraux, 420 x 150 cm chacun, Anvers, cathédrale Notre- Dame.

  • 23  Vandreveff dont les plus beaux tableaux et en grand nombre sont dans la galerie de Düsseldorf.

29On sait que l’école flamande a produit une grande quantité de peintres de genre. Teniers, si facile à reconnaître par le ton gris et argenté de ses tableaux ; Gérard Dou, admirable par le fini des détails : La Femme hydropique, de la collection de Turin, est son plus beau tableau (fig. 12) ; Metsu dont le tableau le plus vrai et le mieux peint est dans la galerie de Düsseldorf et représente une veille des rois23, etc. Mais les artistes qui ont véritablement illustré cette école sont Rubens, le premier de tous. Son Jugement dernier (fig. 13), tableau immense de la galerie de Düsseldorf, La Descente de croix d’Anvers (fig. 14).

15. Pierre-Paul R...15. Pierre-Paul Rubens, L’Accouchement de Marie de Médicis [La Naissance de Louis XIII]

15. Pierre-Paul Rubens, L’Accouchement de Marie de Médicis [La Naissance de Louis XIII]

Vers 1622-1625, huile sur toile, 394 x 295 cm, Paris, musée du Louvre.

30La galerie du Luxembourg à Paris suffirait pour l’immortaliser. C’est là qu’on voit le fameux tableau représentant L’Accouchement de Marie de Médicis (fig. 15) ; on admire sur le visage de cette princesse deux expressions très distinctes : le reste des douleurs de l’enfantement et la joie maternelle que lui inspire la vue de son enfant. Rubens se distingue surtout par la beauté de la couleur et par l’expression. Il y a encore de lui à Florence au palais Pitti un tableau admirable, dont le sujet est l’entrée d’Henri IV à Paris. Il est composé avec un esprit infini : tous les détails en sont charmants, tous se rapportent à Henri IV et servent à sa gloire. Par exemple, dans un coin du tableau, le peintre a placé une jeune fille du peuple qui reconnaît avec ravissement son amant dans un jeune soldat de la suite de Henri ; tandis que ces deux amants se font des signes mutuels, une vieille femme, tante ou grand-mère de la jeune fille, la tire rudement en lui montrant le roi, et l’on croit entendre cette femme lui dire : « Eh, laisse là ton amourette et regarde notre bon roi ! »… Monseigneur Gérard, en traitant le même sujet, n’a pas eu une idée aussi heureuse lorsqu’il a représenté le duc de Bellegarde saluant d’un air d’intelligence la belle Gabrielle qui est à une fenêtre, ce qui jette une sorte de ridicule sur Henri IV. Le tableau de Rubens est de la plus grande dimension et d’une beauté supérieure, il est pour nous éminemment national – cependant les Français victorieux en Italie et qui en ont rapporté tant de dépouilles y laissèrent ce superbe tableau ! J’ai toujours pensé que des ordres supérieurs les avaient empêchés de s’en emparer ; on ne se souciait pas de reproduire Henri le Grand entrant à Paris.

31Après les peintres flamands dont on vient de parler, on peut citer encore Schalken, si célèbre par les effets produits par les lumières dans la nuit, quoique cependant à mon avis son ton de couleur dans ces effets soit trop rouge ; Cuyp dont nous avons vu au Salon avant la Révolution Le Baptême de l’eunuque de la reine Candace. L’artiste a placé la scène en plein midi, dans un beau site, sans le secours d’aucune opposition d’ombre, cet effet hardi est superbe. Ce tableau paraissait être une fenêtre ouverte éclairant le Salon ; on croyait sentir l’ardeur de ce soleil éblouissant. Ce tableau fut acheté dix-sept mille francs. Du temps de l’abbé Du Bos, Quellin était le dernier élève de l’école d’Anvers fondée par Rubens, école tout à fait tombée à cette époque.

16. Joshua Sir Re...16. Joshua Sir Reynolds, Miss Sydons [Mrs Siddons en muse tragique]

16. Joshua Sir Reynolds, Miss Sydons [Mrs Siddons en muse tragique]

1784, huile sur toile, 236 x 146 cm, California, San Marino, Huntington Library and Art Gallery.

32Il est sorti de l’école d’Espagne de très grands peintres, entre autres Murillo, celui de tous les peintres, sans exception, dont le pinceau inimitable est le plus moelleux, le plus suave et le plus séduisant. L’Angleterre a fourni un bien petit nombre de bons artistes, les meilleurs de nos jours sont West, mais qui pèche par le coloris, Angelika Kauffmann, dont les idées sont toujours ingénieuses. Voulant peindre La Dernière Pensée de Virgile, elle le représenta mourant dans les bras de sa muse éplorée, il tient d’une main des tablettes sur lesquelles il trace une ligne, et de l’autre main il tient sa lyre, dont toutes les cordes sont rompues, à l’exception d’une seule !… C’était elle encore qui, pour offrir dans deux tableaux l’expression de la vraie douleur et celle d’une douleur affectée, a représenté, dans l’un, Cléopâtre ornant fastueusement d’une guirlande de fleurs le tombeau d’Antoine, et dans l’autre, Andromaque dans l’attitude d’un profond accablement appuyée sur la tombe d’Hector. On a fait deux gravures charmantes de ces tableaux. Reynolds, peintre de portraits : le plus beau de tous est celui de la célèbre actrice miss Sydons (fig. 16) ; Romney, qui est aussi un excellent peintre de portrait.

33L’Allemagne a produit plusieurs grands peintres. Le plus justement célèbre est Mengs, né en Saxe, l’un de ses plus beaux ouvrages est à Rome, le plafond du cabinet des manuscrits au Vatican. Mengs a écrit d’excellentes choses sur son art, il serait à désirer que tous les peintres supérieurs en fissent autant.

  • 24  Nous avons de Dufrenoy un poème sur la peinture qui a eu de la réputation.

34De Piles, grand amateur de peinture sur la fin du règne de Louis XIV, a fait plusieurs ouvrages sur l’art de la peinture. Celui qui est intitulé La Balance des peintres, dans lequel il pèse et apprécie en les comparant leurs divers talents, est très estimé, quoique cependant sa balance ne soit pas toujours exacte24.

35Monseigneur Le Mière, l’auteur tragique, a fait un poème en vers sur la peinture, qui contient de beaux vers. L’auteur comme poète a souvent de la verve, mais comme artiste, il ne dit que des lieux communs. Monseigneur Watelet a fait aussi un poème en vers sur la peinture, l’ouvrage à quelques égards n’est pas sans mérite, mais il est froid et peu instructif.

« De la sculpture et de l’architecture »

p. 92-100

36J’ai parlé avec détail de la sculpture antique et moderne, dans les Annales de la vertu; j’ajouterai ici seulement quelques traits sur ce sujet qui ne se trouvent point dans cet ouvrage.

37Tous les auteurs du ive siècle disent qu’il y avait à Rome plus de statues que d’hommes vivants. Les plus belles statues de la Grèce qui ont tant d’éclat dans nos collections étaient de ce nombre, Rome les avait conquises en ravageant et subjuguant l’univers. Ainsi, dans l’Antiquité, le nombre des grands sculpteurs a été prodigieux. La plupart des sculpteurs romains, dit l’abbé Du Bos, faisaient leur apprentissage dans l’état d’esclaves ; les marchands dont la profession était le négoce d’esclaves examinaient avec soin si parmi les enfants qu’ils élevaient pour les vendre il s’en trouvait qui fussent propres à devenir sculpteurs, et ceux qui annonçaient des dispositions pour cet art si en vogue alors recevaient l’éducation qui pouvait le mieux développer leur talent en ce genre. Un esclave devenant un bon artiste était un trésor pour son maître, soit que ce dernier voulût vendre les ouvrages en la personne de cet esclave, qui, assuré d’obtenir sa liberté après quelques années de travail, se livrait avec ardeur à l’étude : nous avons encore dans nos apprentissages des traces de cette espèce de servitude, car les apprentis s’engagent à travailler pendant un certain nombre d’années, non pour leur compte mais au profit de leur maître.

38Il est triste, en principe, qu’un homme vende sa personne à un autre homme, mais c’est de fait ce que nous voyons arriver tous les jours ; non seulement dans les apprentissages, mais dans les armées ; les soldats s’engagent pour un grand nombre d’années, et leur désertion est punie de mort !… Pourquoi dans le système d’égalité exige-t-on des soldats une telle servitude, et pourquoi ne l’exige-t-on pas des officiers ?

39Mais revenons à la sculpture : l’abbé Du Bos prétend qu’il faut beaucoup moins de génie pour la sculpture que pour la peinture, et il fonde cette opinion sur des raisons pitoyables. Le sculpteur doit être plus grand dessinateur que le peintre, car ses figures doivent être parfaites dans tous les sens, puisqu’on peut tourner autour d’elles. Et quand il fait un bas-relief, il lui faut tout l’art du peintre (avec moins de ressources) pour grouper et faire ressortir ses figures. Le peintre avec son pinceau dispose à son gré de la lumière, il la suppose et la place où il veut ; le sculpteur la reçoit de la seule nature et, pour la distribuer avantageusement, il a besoin d’une place qu’on lui refuse souvent ; par exemple, l’Apollon du Belvédère avait perdu la moitié de sa beauté au Museum de Paris, parce qu’il était mal posé et mal éclairé. Les tableaux ont besoin sans doute d’un jour favorable, mais ils portent leurs ombres avec eux, et une statue vue de face peut en être totalement privée, du moins dans les parties dont les ombres surtout font le mieux valoir les beautés, telles que dans les têtes, l’enchâssement de l’œil, le nez et mille petits détails du visage, que les ombres seules dessinent et font sentir. Enfin, il semble qu’il y ait plus de mérite à faire une figure enchanteresse avec de la pierre ou du marbre, qu’avec l’artifice des couleurs, une fois inventé et connu. Si l’on n’avait jamais vu de statues, l’imagination ne se représenterait une figure faite en marbre blanc que sous les traits effrayants d’un fantôme ; quel art, quel génie il a fallu pour donner tant de grâces et de charme à ces figures privées de toute espèce de coloris !… Mais il faut, pour l’enchantement que peut causer une belle statue, que rien en elle ne rappelle l’idée de la couleur, qu’il faut oublier pour l’admirer. Un grand artiste moderne, Canova, met à ses statues des ornements d’or, et je crois qu’en cela il manque de goût. Il prétend que les Anciens ont jadis mis de ces ornements, ce qui ne serait pas une raison si la chose par elle-même ne vaut rien. D’ailleurs l’on a trouvé sur le cou et sur les bras de quelques statues antiques des traces qui marquent qu’elles ont porté jadis des colliers et des bracelets : mais comme elles étaient alors des objets de culte, il est vraisemblable que ces ornements étaient des offrandes de leurs adorateurs.

17. Pierre Puget,...17. Pierre Puget, Alessandro Sauli

17. Pierre Puget, Alessandro Sauli

1663-1668, terre cuite, 70 cm, Cleveland, The Cleveland Art Museum of Art.

  • 25  On voit encore à Rome un très beau morceau de sculpture de Le Gros, c’est la statue de saint Stani (...)
  • 26  Ce fut encore un de nos sculpteurs (Roubillac) qui enrichit l’Angleterre de ses plus beaux morceau (...)

40Les Italiens, auxquels nous devons l’art de la sculpture, se sont servis longtemps de nos artistes. Puget, sculpteur de Marseille, fut choisi, de préférence à plusieurs sculpteurs italiens, pour faire deux des quatre statues dont on voulait orner les niches des pilastres qui portent le dôme de la magnifique église de Sainte-Marie-de-Carignan, à Gênes. Le Saint Sébastien et le Saint Alexandre Sauli sont de lui – cette dernière statue est d’une grande beauté et la première est sublime. Saint Sébastien mourut percé de flèches – il est représenté expirant et l’on voit sur son visage, de la manière la plus frappante, les deux expressions de la douleur physique et de la joie angélique d’avoir mérité la gloire du martyre (fig. 17). Cette admirable statue est un véritable chef-d’œuvre. Quand les jésuites de Rome firent élever dans l’église de Jésus l’autel de Saint-Ignace, ils mirent au concours deux groupes de cinq figures de marbre blanc qui devaient être placés aux côtés de ce superbe monument. Les plus habiles sculpteurs de l’Italie présentèrent chacun un modelé, des artistes français concoururent avec eux ; les modèles ayant été exposés, la voix publique décida que le modelé de Théodon et celui de Le Gros, tous deux Français, étaient sans comparaison les meilleurs25. Ils firent les deux groupes qui sont cités aujourd’hui parmi les chefs-d’œuvre de la Rome moderne. La balustrade de bronze qui renferme cet autel et qui est composée d’anges jouant dans des ceps de vigne mêlés d’épis de blé est encore l’ouvrage d’un sculpteur français. Les cinq meilleurs graveurs en taille-douce que l’on ait vus sous Louis XIV et sous Louis XV étaient français, il en est de même des graveurs sur métaux. L’orfèvrerie en grand et en petit, enfin tous les arts qui relèvent du dessin, ont toujours été en France plus parfaits que partout ailleurs26. Sous l’empereur Sévère, qui régnait plus de deux cents ans avant la première prise de Rome par Alaric, la sculpture et l’architecture antiques commencèrent à dégénérer ; les monuments qui nous restent des successeurs de Sévère font encore moins d’honneur à l’ancienne sculpture. Les médailles romaines frappées après le règne de Caracalla et celui de Macrin, son successeur qui ne lui survécut que deux ans, sont très inférieures à celles qui furent frappées sous les trente premiers empereurs ; et sous Gallien qui régnait cinquante ans après Caracalla, elles n’étaient plus qu’une vilaine monnaie.

18. Antonio Canov...18. Antonio Canova, Madeleine [Madeleine pénitente]

18. Antonio Canova, Madeleine [Madeleine pénitente]

1809, sculpture, marbre, 95 x 70 x 77 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

41L’art de la sculpture s’est soutenu avec gloire en France depuis Louis XIV et jusqu’à nos jours. On peut compter parmi les grands sculpteurs Pigalle, Houdon, Coustou, Julien, Allegrain, monseigneur du Paty, etc. Le plus célèbre sculpteur de l’Italie dans ce moment est Canova. On voit à Paris chez monseigneur de Sommariva une Madeleine de ce grand artiste, cette statue est admirable (fig. 18).

42L’architecture, ainsi que je l’ai dit dans d’autres ouvrages, paraît être un art épuisé et cela doit être, puisqu’il n’est pas puisé dans la nature. L’architecture grecque ne produira jamais rien de plus beau que le Panthéon de Rome et le Colisée, rien de plus imposant que l’église de Saint-Pierre et la colonnade du Louvre et, dans le genre gothique, rien de plus hardi et d’un aspect plus vénérable que les anciennes cathédrales de France, d’Espagne et d’Angleterre. Il ne reste à l’architecture que d’inventer de belles décorations de fontaines. Nous n’en avons qu’un petit nombre de remarquables en Europe et l’on pourrait encore en surpasser l’élégance. On pourrait aussi composer et élever des arcs de triomphe plus ingénieux et plus majestueux que ceux que nous connaissons. Enfin, il est encore un genre de monuments qui pourrait exercer l’imagination des artistes, ce serait les bains publics : les ornements en seraient neufs et variés, puisqu’on pourrait y employer naturellement l’imitation des coquillages, des perles, des coraux, des madrépores, des joncs, des roseaux, des plantes marines, des dauphins, etc. Ainsi, ces espèces de compositions pourraient offrir des décorations neuves, riches et brillantes. Et il faut convenir que depuis soixante ans, l’architecture est, de tous les arts, celui dans lequel on a montré le moins de talent et d’imagination, surtout en France.

Fin

43Fini le 6 février 1820 cet ouvrage, entièrement inédit et composé, écrit, dessiné et peint par moi, et dont je n’ai gardé ni brouillon, ni copie.

Félicité Du Crest, comtesse de Genlis

Notes

1  Les principes de la basse fondamentale.

2  M.de Voltaire a pillé cette idée dans le chant de La Henriade qui commence par ce vers : « Sur les bords fortunés de l’antique Italie, il dit que l’Amour jouait avec les armes de Henri et qu’il riait en tenant dans ses débiles mains ce fer, l’appui du trône et l’effroi des humains. » Observons en passant que l’épithète débile convient à la vieillesse et non à l’enfance, et que d’ailleurs l’épée de Henri IV n’était l’effroi que des séditieux. 

3  Les mêmes écrivains ont loué avec emphase un mauvais tableau que l’on peut voir encore dans le château de Chantilly. Il représente l’Histoire arrachant quelques pages de la vie du Grand Condé (les pages qui contiennent le récit de sa rébellion). Cette allégorie est grossièrement fausse, car c’est l’Histoire elle-même qui nous en a transmis le détail. Inflexible, exacte et sévère, l’Histoire rapporte avec impartialité et le bien et le mal. D’ailleurs le tableau dont il est ici question est détestable à tous égards.

4  On sait que dans les repas consacrés aux muses et à la gaieté, les Anciens se couronnaient de roses.

5  Qui le défendit dans un procès.

6  Toutes ces sommes en monnaie de France, suivant l’évaluation des savants.

7  En 546.

8  Les coupes d’Hébé, de Ganymède, de Bacchus, etc.

9  Le Cimabue naquit en 1240.

10  Et un peu avant sous celui de Jules II, Michel-Ange illustra ce règne et plusieurs autres artistes contribuèrent à sa gloire.

11  Dans le xve siècle.

12  C’est lui qui eut l’idée sublime d’éclairer cette immense église le jour du vendredi saint, seulement par une croix lumineuse suspendue au plafond.

13  Nom qui lui vient de Corregio, lieu où il naquit.

14  À Paris. Le tableau fameux appelé la Nuit du Corrège représentant la Nativité, et toute la lumière portée sur l’Enfant Jésus, est à Dresde.

15  Un tableau semblable se trouvait à Florence, mais celui du P[alais] R[oyal], infiniment plus agréable, a toujours été regardé par tous les connaisseurs comme l’original.

16  J’ai entendu dire à feu M. Greuze que le peintre qui a fait les plus beaux yeux dans les têtes de femmes et d’anges fut Le Guide ; et que celui qui a fait les plus beaux bras de femmes fut Pierre de Cortone.

17  Caravage, Calabrèse et Carle Maratte.

18  Une Danaé du même.

19  Il y avait au Palais-Royal un ravissant tableau de Le Sueur demi-nature, et représentant Alexandre prenant la médecine que lui présente Philippe, son médecin, en lui donnant la lettre qui l’accusa du dessein de l’empoisonner.

20  Dans ce dernier, les figures sont demi-nature ; il est fâcheux que le peintre n’y ait pas placé le jeune et beau Apollodore, disciple favori de Socrate. Une jeune et charmante figure eût formé un agréable contraste avec la sévérité des autres têtes.

21  Voici à mon avis les chefs-d’œuvre de ces trois maîtres : Phèdre et Hippolyte de Guérin, Bélisaire de Gérard, et Galatée presque entièrement animée de Girodet, le plus ingénieux et le plus spirituel de tous nos peintres dans ses compositions.

22  Aujourd’hui duc d’Orléans.

23  Vandreveff dont les plus beaux tableaux et en grand nombre sont dans la galerie de Düsseldorf.

24  Nous avons de Dufrenoy un poème sur la peinture qui a eu de la réputation.

25  On voit encore à Rome un très beau morceau de sculpture de Le Gros, c’est la statue de saint Stanislas, représenté mort dans son cercueil ; sa figure est en marbre blanc et son habit de religieux en marbre noir.

26  Ce fut encore un de nos sculpteurs (Roubillac) qui enrichit l’Angleterre de ses plus beaux morceaux de sculpture. Entre autres de l’admirable statue du grand Newton qui se trouve à l’université de Cambridge.

Table des illustrations

Titre 1. Timomaque de Byzance, Médée tue ses enfant
Légende Entre 62 et 79 av. J.-C., fresque, 120 x 97 cm, Naples, Musée national archéologique.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-1.png
Fichier image/png, 548k
Titre 2. [Anonyme], Laocoon
Légende Ier siècle avant J.-C., marbre, 242 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 3. Raphaël, La Transfiguration
Légende 1516-1520, huile sur bois, 405 x 218 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 4. Le Dominiquin, Communion de saint Jérôme
Légende 1614, huile sur toile, 419 x 256 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 5. Le Corrège, La Vierge, l’Enfant Jésus, la Madeleine, saint Jérôme [Madone de saint Jérôme ou Le Jour]
Légende 1525-1528, huile sur bois, 235 x 141 cm, Parme, Galerie nationale.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 6. Raphaël, Madonna della seggiola [Vierge à la chaise]
Légende 1513-1514, huile sur panneau, diamètre 71 cm, Florence, palais Pitti.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 7. Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces
Légende 1784, huile sur toile, 330 x 425 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 8. Jacques-Louis David, La Mort de Socrate
Légende 1789, huile sur toile, 323 x 422 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 9. Jean-Baptiste Greuze, Petite fille pleurant son serin [Petite fille pleurant son oiseau mort ou L’Oiseau mort]
Légende 1765, huile sur toile, 52 x 45,6 cm, Édimbourg, National Galleries of Scotland.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-9.png
Fichier image/png, 355k
Titre 10. Jean-Baptiste Greuze, La Noce de village [L’Accordée de village]
Légende Salon de 1761, huile sur toile, 92 x 117 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 11. Jean-Baptiste Greuze, La Dame de charité
Légende Vers 1772-1775, huile sur toile, 112 x 146 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 12. Gérard Dou, La Femme hydropique [La Femme hydropique ou Docteur examinant les urines d’une femme]
Légende 1663, huile sur bois, 83 x 67 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 13. Pierre-Paul Rubens, Jugement dernier [Le Grand Jugement dernier]
Légende 1615-1616, huile sur bois, 604 x 474 cm, Munich, Alte Pinakothek.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre 14. Pierre-Paul Rubens, La Descente de Croix
Légende 1611-1614, huile sur bois, triptyque, panneau central, 420 x 310 cm, panneaux latéraux, 420 x 150 cm chacun, Anvers, cathédrale Notre- Dame.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 15. Pierre-Paul Rubens, L’Accouchement de Marie de Médicis [La Naissance de Louis XIII]
Légende Vers 1622-1625, huile sur toile, 394 x 295 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 16. Joshua Sir Reynolds, Miss Sydons [Mrs Siddons en muse tragique]
Légende 1784, huile sur toile, 236 x 146 cm, California, San Marino, Huntington Library and Art Gallery.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-16.png
Fichier image/png, 990k
Titre 17. Pierre Puget, Alessandro Sauli
Légende 1663-1668, terre cuite, 70 cm, Cleveland, The Cleveland Art Museum of Art.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-17.png
Fichier image/png, 307k
Titre 18. Antonio Canova, Madeleine [Madeleine pénitente]
Légende 1809, sculpture, marbre, 95 x 70 x 77 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3663/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 561k

Pour citer cet article

Référence papier

« Stéphanie-Félicité Du Crest, Essai sur les arts, vers 1825 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Stéphanie-Félicité Du Crest, Essai sur les arts, vers 1825 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3663

Droits d’auteur

Tous droits réservés