Navigation – Plan du site
Marianne Colston (1792 ? - 1865)

Introduction

Isabelle Baudino

Texte intégral

1Partiellement éclairée par la publication de son Journal of a Tour in France, Switzerland, and Italy, During the Years 1819, 20, and 21, la vie de Marianne Colston demeure assez obscure. Dans les archives comme dans la société britannique de son époque, Marianne Jenkins, fille unique de William Jenkins, originaire de Shepton Mallet, hameau du Somerset, accéda à la notoriété par son mariage avec Edward Francis Colston (1795-1847) le 1er novembre 1819. Fils aîné d’un propriétaire terrien, Colston avait dû recevoir l’éducation classique réservée aux héritiers et il devait nourrir le projet de se lancer dans un grand tour. On peut supposer que Marianne partageait son intérêt pour le voyage et qu’elle avait été associée aux préparatifs, puisque le jeune couple s’embarqua pour la France dès le lendemain de leur mariage.

2Bien que dédié à une parente, le récit de ce périple de deux ans n’est pas rédigé par Marianne sous une forme épistolaire mais divisé en chapitres, correspondant aux étapes principales du voyage. Jeune femme apparemment cultivée, l’auteure avait sans doute été éduquée, comme de nombreuses filles de sa génération, selon les préceptes populaires de Maria Edgeworth, à laquelle elle rend hommage dans la préface de son Journal (Colston 1822, vol. 1, p. vii). Elle semble avoir lu les classiques de la littérature anglaise, auxquels elle fait référence, ainsi que des ouvrages d’histoire, d’archéologie et d’art. Son intérêt pour les arts se manifeste dans les commentaires très informés des œuvres qu’elle admire sur le continent et dans les cinquante dessins qu’elle exécuta pendant le voyage et qu’elle publia dans un volume séparé, adjoint aux deux tomes de son récit.

3Au fil des pages de son Journal, sa prédilection pour le paysage s’affirme dans les descriptions qu’elle donne des contrées qu’elle traverse, dans les tableaux qu’elle remarque ainsi que dans les cinquante vues, toutes paysagères, dont elle illustre son récit. Elle ne se lasse pas d’apporter des détails sur les spécificités du relief, de la végétation et du climat du continent. Les comparaisons fréquentes avec les régions d’Angleterre font ressortir le pittoresque des pays qu’elle visite tandis que les références aux tableaux de Gaspard Dughet (Poussin) et de Claude Lorrain témoignent de l’artialisation de la nature. Sur les traces des amateurs d’art qui l’ont précédée, guidée par ses repères esthétiques, Marianne Colston éprouve le sublime lorsqu’une chute de neige précoce la surprend dans le Jura, ou lors de l’ascension des cols alpins (Colston 1822, vol. 1, p. 48 et 70). Enthousiasmée par la journée passée à la villa de Mécène à Tivoli, elle la qualifie de « plus belle excursion qu’il lui ait été donné de faire dans sa vie » (Colston 1822, vol. 1, p. 205). Elle éprouva sans doute en visitant ce site cette sensation – si recherchée par les Britanniques, notamment par l’utilisation de ces petits miroirs de poche, appelés aussi « miroirs de Claude » – d’arpenter un paysage représenté dans un tableau de Claude Lorrain.

4Riche en émotions artistiques, son voyage fut émaillé de souvenirs heureux dont la naissance de sa fille aînée, Arabella Sarah, à Côme le 29 juillet 1820, un événement qu’elle évoque avec émotion dans son Journal (Colston 1822, vol. 1, p. 346). Trois autres enfants naquirent après le retour de la famille en Angleterre. En 1827, Edward Francis Colston hérita, à la mort de son père, du titre et de la propriété familiale de Filkins Hall dans l’Oxfordshire. En 1840, il racheta la propriété de New Park dans le Wiltshire ; la demeure, renommée Roundway Park, avait été conçue par l’architecte James Wyatt et le jardin aménagé par Humphrey Repton.

Oeuvres commentées par Marianne Colston dans son Journal d'un voyage en France

Bibliographie

Colston 1822

Marianne Colston, Journal of a Tour in France, Switzerland, and Italy, During the Years 1819, 20, and 21. Illustrated by Fifty Lithographic Prints, from original Drawings, taken in Italy, the Alps, and the Pyrenees, Paris, Galignani, 1822.

Phelps 1836

William Phelps, The History and Antiquities of Somersetshire, Londres, Nichols, 1836, p. 470.

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Baudino, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Isabelle Baudino, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/3653

Droits d’auteur

Tous droits réservés