Navigation – Plan du site
Alida de Savignac (1790 - 1847)

Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1846

Articles « Beaux-Arts - Salon de 1846 », extraits choisis.

Texte intégral

« Premier article » (avril 1846)

Journal des demoiselles, no 4, avril 1846, 14e année, 3e série,
p. 120-122.

1Le Salon ou, pour parler plus correctement, les salons et galeries du Louvre, contiennent, en 1846, dix-huit cent trente-trois tableaux à l’huile, deux cent soixante-quatorze miniatures, aquarelles, pastels, dessins ; cent soixante et onze gravures, lithographies, dessins d’architecture ; enfin, cinq trente-quatre morceaux de sculpture, dus aux pinceau, crayon, burin ou ciseau de douze cent trente-deux artistes, pour la plupart jeunes, remplis d’ardeur et d’ambition, ayant travaillé avec zèle, avec conscience, avec dévouement, pour arriver qui à posséder la gloire, qui la fortune, qui, et malheureusement ce sera le plus grand nombre, à végéter dans l’obscurité… Dieu leur donne la résignation pour supporter leur cruel désappointement. Après cette statistique, nous allons entrer en matière et si vous le voulez bien, mesdemoiselles, commencer notre revue annuelle.

M. Horace Vernet : La Bataille d’Isly

2Cette grande page, dont le développement ne peut cependant être comparé à celui de La Smala, est aussi destinée à orner une des salles des musées de Versailles, consacrée aux exploits de notre armée d’Afrique (fig. 1).

1. Émile Jean Hor...1. Émile Jean Horace Vernet, La Bataille d’Isly

1. Émile Jean Horace Vernet, La Bataille d’Isly

1846, huile sur toile, 514 x 1040 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

L’action est terminée ; le maréchal Bugeaud est en possession du camp des Marocains et le colonel Jussuf lui présente le fameux parasol, trophée de notre victoire ; au fond est la tente que vous aviez vue aux Tuileries ; à gauche du spectateur est un groupe de cavaleries, dont les chevaux sont superbes ; à droite, un capitaine et des soldats d’infanterie s’élancent dans un ravin, en courant avec cette verve, ce mouvement que M. Vernet, seul, sait donner à ses personnages. Sur le premier plan, des blessés que l’on relève pour les porter à l’ambulance et, tout à fait contre la bordure du cadre, les provisions assez chétives du fils de l’empereur de Maroc : une pipe, une boîte à thé renversée, un pain de sucre et quelques oranges. Si ce tableau n’a qu’un médiocre intérêt dramatique, il est précieux à cause du grand nombre de portraits qui s’y trouvent et de la beauté de son exécution.

M. Ary Scheffer : Sainte Monique et Saint Augustin ; L’Enfant charitable ; Marguerite et Faust ; Le Christ et les Saintes Femmes

3Il y a au Salon beaucoup de tableaux dont les sujets sont tirés des Livres saints ; mais on compte les tableaux religieux.

2. Ary Scheffer, ...2. Ary Scheffer, Sainte Monique et Saint Augustin [Saint Augustin et sa mère Sainte Monique]

2. Ary Scheffer, Sainte Monique et Saint Augustin [Saint Augustin et sa mère Sainte Monique]

1846, huile sur toile, 147 x 114 cm, Paris, musée du Louvre.

3. Ary Scheffer, ...3. Ary Scheffer, L’Enfant charitable

3. Ary Scheffer, L’Enfant charitable

1840, huile sur toile, 118 X 74 cm, Nantes, musée des Beaux-Arts.

4. Ary Scheffer, ...4. Ary Scheffer, Marguerite et Faust au jardin

4. Ary Scheffer, Marguerite et Faust au jardin

1846, huile sur toile, 218 x 135 cm, coll. part.

5. Ary Scheffer, ...5. Ary Scheffer, Le Christ et les Saintes Femmes

5. Ary Scheffer, Le Christ et les Saintes Femmes

1846, huile sur bois, 108,8 x 86 cm, Manchester, Art Gallery.

En tête de ceux-ci, il faut placer la Sainte Monique de M. Ary Scheffer (fig. 2) ; c’est un chef-d’œuvre de sentiment, rien que cela. Vous connaissez, mesdemoiselles, cet entretien que saint Augustin rapporte dans ses Confessions, où la mère et le fils, assis près d’une fenêtre, à Ostie, cherchaient à pénétrer quelles étaient ces joies promises aux élus, ces joies que l’œil ne peut voir, que l’esprit ne saurait imaginer… Tout à coup, sainte Monique, ravie, en extase, éprouve cette félicité de l’âme détachée de la terre et qui monte vers son Créateur. Il faut renoncer à vous donner, par un froid récit, une idée de ce merveilleux tableau ; on se sent saisi d’une émotion profonde et respectueuse, en présence de cette sainte à laquelle Dieu daigne se manifester, et nous le voyons, à n’en pas douter, dans son regard ; nous en entendons les preuves dans ce soupir qui s’échappe de sa poitrine. De faire et de couleur, il n’en est plus question, pour moi du moins. Ce bel ouvrage appartient à Sa Majesté la reine. Qu’on est heureux d’être sur le plus beau trône du monde, pour acquérir de semblables tableaux et avoir tant de moyens divers d’exprimer à l’artiste son admiration !

4Le sujet de L’Enfant charitable est tiré d’une ballade de Goethe, le poète qui, avec Dante, inspire les tableaux profanes de M. Scheffer (fig. 3). Ce cher petit enfant a donné son déjeuner à un vieux pauvre qui lui semblait bien malheureux ; or, le pauvre était un ange et, en retour de son aumône, il confie à l’enfant le pouvoir de guérir les malades avec un baiser. Dans le tableau, l’enfant se jette entre les bras de sa grand-mère et lui rend la santé par ses caresses ; l’ange est derrière, portant dans le pan de sa robe rose la poire et le pain qu’il paye par ce miracle. Il y a dans ce tableau toute la naïveté et toute la grâce de la légende ; l’enfant surtout est charmant. Les deux tableaux de Faust au jardin (fig. 4) et de Marguerite sortant du tombeau et apparaissant à son séducteur continuent la série des beaux tableaux par lesquels M. Scheffer popularise chez nous Faust, ce drame de Goethe.

Marie-Louise Desnos : Interrogatoire et Condamnation de la princesse de Lamballe, 1792 ; Le Journal du soir ou l’Appel des condamnés, 1793

5Ces deux tableaux ont un prodigieux succès et font le plus grand honneur au talent facile et correct de Mme Desnos ; les groupes sont parfaitement ordonnés et les lumières bien distribuées.

Mme Brune : La Fille de Jephté

6La fille de Jephté, entourée de ses compagnes et prête à marcher au sacrifice, pleure sa jeunesse. Cette réunion de jolies têtes forme un tableau remarquable où l’on retrouve le pinceau ferme et gracieux de Mlle Aimée Pagès.

M. Decamps : Souvenir de la Turquie d’Asie ; École turque

7Les tableaux de M. Decamps sont toujours un événement au Louvre (fig. 6).

6. Alexandre Gabr...6. Alexandre Gabriel Decamps, Souvenir de la Turquie d'Asie : enfants turques jouant avec une tortue

6. Alexandre Gabriel Decamps, Souvenir de la Turquie d'Asie : enfants turques jouant avec une tortue

1836, huile sur toile, 72,5 x 91 cm, Chantilly, musée Condé.

Les amateurs de peinture propre et lisse, les enthousiastes de trompe-l’œil restent étonnés devant ces toiles et se révoltent contre le plaisir qui les envahit en dépit d’eux-mêmes ; mais les véritables artistes, les connaisseurs, les ignorants mêmes à qui Dieu a donné le véritable sentiment des arts, en raffolent. Si vous êtes capables d’apprécier les mérites de délicieux gamins noirs et crasseux, à peine couverts des guenilles les plus pittoresques, arrêtez-vous devant les tableaux de M. Decamps.

M. Winterhalter : Salon du château de Windsor

8Ce talent, qui promettait de si gracieuses fantaisies, s’est mis au régime de la peinture officielle ; il attache des têtes historiques sur des mannequins très bien parés.

7. Franz-Xavier W...7. Franz-Xavier Winterhalter, Salon du château de Windsor [Réception de Louis-Philippe, roi de France, au château de Windsor le 8 octobre 1844]

7. Franz-Xavier Winterhalter, Salon du château de Windsor [Réception de Louis-Philippe, roi de France, au château de Windsor le 8 octobre 1844]

1844-1845, huile sur toile, 345 x 480 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Il faut convenir encore que tout est fort propre et fort confortable dans ce salon de Windsor, où la reine d’Angleterre présente, le 8 octobre 1844, quatre beaux enfants au roi Louis-Philippe (fig. 7). Du reste, ces royales scènes de famille sont multipliées au Louvre cette année. M. Winterhalter a une réunion de famille dans la galerie Victoria, au château d’Eu, lors du voyage de la jeune reine d’Angleterre, le 8 septembre 1845. La foule, curieuse de savoir comment on passe la soirée quand on est rois et reines, se presse devant ces cadres. Taillez vos crayons, artistes, préparez vos toiles ; l’an 1846 vous promet bien d’autres merveilles à retracer !

M. Labouchère : Luther, Melanchton, Pomeranus et Cruciger traduisant la Bible

8. Pierre-Antoine...8. Pierre-Antoine Labouchère, Luther, Melanchton, Pomeranus et Cruciger traduisant la Bible

8. Pierre-Antoine Labouchère, Luther, Melanchton, Pomeranus et Cruciger traduisant la Bible

1846

9Ce cadre rassemble ces quatre personnages historiques travaillant à la traduction de la Bible, l’un des plus beaux monuments de la littérature allemande (fig. 8). Ces portraits sont dessinés d’une main ferme, et vigoureusement peints : ce sont bien là les hommes de ce xvie siècle qui tenaient au Moyen Âge par la vigueur et au nôtre par l’intelligence, siècle marqué par la hardiesse et la grandeur de ses entreprises.

M. Norblin : Les Trois Parques, tableau peint à la cire

10Ce sujet est archiclassique, mais le vrai talent sait tout rajeunir. Ainsi la sage ordonnance de ce groupe, les poses nobles des trois Parques, la fermeté du dessin tout à fait antique et qui rappelle les plus admirables fresques, attirent et retiennent les amateurs devant ce beau tableau.

M. Eugène Delacroix : Marguerite à l’église ; Le Sac du château de Front-de-Bœuf ; Les Adieux de Roméo et de Juliette

9. Eugène Delacro...9. Eugène Delacroix, Marguerite à l’église

9. Eugène Delacroix, Marguerite à l’église

1828, lithographie, 260 x 220 mm, Paris, bibliothèque de l'École des beaux-arts.

10. Eugène Delacr...10. Eugène Delacroix, Le Sac du château de Front-de-Bœuf [Rébecca enlevée par le Templier]

10. Eugène Delacroix, Le Sac du château de Front-de-Bœuf [Rébecca enlevée par le Templier]

1846, huile sur toile, 105x 81 cm, Paris, musée du Louvre.

11. Eugène Delacr...11. Eugène Delacroix, Les Adieux de Roméo et de Juliette [Roméo et Juliette devant le tombeau des Capulet]

11. Eugène Delacroix, Les Adieux de Roméo et de Juliette [Roméo et Juliette devant le tombeau des Capulet]

1846, huile sur papier, 35,2 x 25,5 cm, Paris, musée Eugène Delacroix.

11Je vous parlerais bien encore des trois tableaux de M. Eugène Delacroix, Marguerite à l’église (fig. 9), Le Sac du château de Front-de-Bœuf (fig. 10) et Les Adieux de Roméo et de Juliette (fig. 11), si je pouvais prendre sur moi d’admirer les œuvres de cet artiste ; mais, que voulez-vous ? Où ses admirateurs voient de la couleur, du dessin, des groupes bien disposés, je vois des tons faux ; là où la tradition indique que doit être la beauté, je vois une inconcevable laideur ; et des compositions hardies comme les créations du cauchemar… Je prends donc le parti du silence.

M

M

M

M

M

M

M

M

M

M

M

m

« Deuxième article » (mai 1846)

Journal des demoiselles, no 5, mai 1846, 14e année, 3e série,
p. 153-156.

Édouard Dubufe : Le Prisonnier de Chilon ; La Multiplication des pains

12Ces deux tableaux annoncent de la part de M. Dubufe des études sérieuses et un sentiment dramatique, caractère distinctif de la peinture moderne, où le drame et les effets de lumière qui le mettent en relief, préoccupent beaucoup plus les artistes que la forme et la couleur.

Mme Fanny Geefs : La Vierge consolatrice des affligés

13La reine du ciel s’avance dans toute sa gloire. Au-devant d’elle se pressent les veuves, les orphelins, représentés par des jeunes femmes que les pleurs n’ont pas encore flétries, et des petits enfants aussi beaux que les chérubins qui servent de cortège à Marie. Un guerrier vaincu vient aussi lui demander des consolations ; un vieillard le soutient d’une main, et de l’autre implore la protectrice des affligés. Un autre vieillard traîne une chaîne et un boulet… Celui-là pourrait bien dire son Ave Maria aux galères… Mais il n’y a pas beaucoup souffert, car il est encore frais et vigoureux.

14Cette grande page, d’un aspect très brillant et d’une composition plus vaste que celles auxquelles les femmes se livrent d’ordinaire, a l’éclat et le fini que recherchent les peintres belges (Mme Geefs est de Bruxelles.) Toutes les figures, et il y en a beaucoup, sont belles ou jolies… Mais je ne trouve pas qu’elles aient l’expression suprême que réclame un tel sujet.

M. Biard : Le Droit de visite

15C’est à tout prendre une bonne chose que ce droit de visite dont on a tant parlé ; il conduit de nos braves marins à délivrer toute une cargaison de nègres que l’on allait vendre aux colons, sous le titre frauduleux de marchandises quelconque. On les tire de l’entrepont où ils étaient entassés ; les uns en se voyant libres se livrent à des joies insensées, les autres à des menaces terribles ; une femme embrasse son mari avec une touchante effusion de bonheur ; des enfants pressent dans leurs bras leur mère mourante. On va sans doute déposer ces infortunés sur la côte la plus voisine, où ils seront libres… De mourir de faim, si toutefois leurs aimables compatriotes ne les mangent pas, faute de pouvoir les vendre de nouveau… Mais espérons que, sauvés d’un malheur, ils ne retomberont pas dans un autre.

M. Biard : Les Naufragés attaqués par un requin

12. François-Augu...12. François-Auguste Biard, Les Naufragés attaqués par un requin

12. François-Auguste Biard, Les Naufragés attaqués par un requin

1846

16Je ne vous parlerai pas de ce tableau, l’artiste ayant permis que l’on vous en donnât une esquisse dans ce journal (fig. 12).

M. Biard : La Jeunesse de Linnée

17Linnée, pauvre enfant, avait la tête si dure pour apprendre à lire, que le maître d’école du village conseilla à son père de lui faire enseigner un état mécanique. On le mit chez un cordonnier, qui ne put lui apprendre à faire un soulier ; on le plaça domestique chez le docteur Rothman, qui se faisait accompagner par lui dans ses herborisations, et l’enfant prétendu stupide devint le premier législateur non seulement de la botanique, mais encore de toutes les sciences naturelles. Ce vieux docteur assis au bord d’une forêt, Linnée debout près de son maître étudiant une fleur, forment un tableau charmant.

18M. Biard excelle encore dans les scènes grotesques qui l’ont rendu populaire et retiennent la foule devant ses cadres. […]

Claudius Jacquand : La Prise de Jérusalem par les Croisés

19Jérusalem sera bientôt au pouvoir des chrétiens (fig. 13),

13. Claudius Jacq...13. Claudius Jacquand, La Prise de Jérusalem par les Croisés [Jacques Molay, grand maître de l'ordre du Temple en 1298, prend Jérusalem par surprise en 1299]

13. Claudius Jacquand, La Prise de Jérusalem par les Croisés [Jacques Molay, grand maître de l'ordre du Temple en 1298, prend Jérusalem par surprise en 1299]

1846, huile sur toile, 173 x 315 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

les palissades ont été forcées, le premier rempart est escaladé ; Jacques Molay, grand maître des Templiers, plante l’étendard de la croix sur un bastion ; les musulmans éperdus courent à la défense des derniers remparts… Efforts inutiles ! Le jour se lève à peine, et déjà ils sont à demi-vaincus. Ce tableau, destiné pour les galeries de Versailles, sera l’un des meilleurs de cette vaste collection.

Claudius Jacquand : Les Orphelins

20Trois pauvres enfants sont chassés de leur demeure par un propriétaire impitoyable ; la fille aînée, protectrice maternelle de son petit frère et de sa jeune sœur, a à peine quinze ans ; elle est bien belle ! Mais la douleur vieillit vite ! Cette charmante enfant se souviendra du noble père dont l’épée et le portrait sont l’unique héritage des orphelins, et elle ne fera rien d’indigne de lui. Vous verrez, mesdemoiselles, une esquisse de ce charmant tableau dans votre prochain journal, et votre attendrissement se mêlera certainement à nos éloges.

Paysages, animaux

21Examinons maintenant les paysages. Nos artistes ont exposé des tableaux traités avec leur talent accoutumé, et chacun dans le système qu’il a adopté ; car il ne faut pas croire que la nature soit vue du même œil par tout le monde : chaque peintre la voit et l’exprime à sa manière, et ce qu’il y a de plus étrange, c’est qu’il s’en trouve qui ne la voient pas du tout. Boucher refusait positivement d’aller étudier le paysage hors de Paris, et n’admettait que des arbres bleus et des ciels orange. Il me semble que M. Corot doit aussi tourner la tête de l’autre côté quand il voit un chêne ou un peuplier, et courir s’enfermer bien vite dans son atelier pour élaborer ses étranges productions. Messieurs Buttura, Desgolfe, Flandrin, donnent à la nature un aspect solennel ; vous ne retrouverez jamais sur leurs toiles de ces bons petits paysages sans façon, qui commencent, au bord du cadre, par une mare couverte de canards, et finissent par une rangée de meules de blé, dans les gerbes desquelles se jouent les rayons du soleil. Ces artistes n’estiment que les montagnes imposantes, les belles ruines, les rochers et les arbres centenaires. Le jour, même, prend toutes sortes de précautions pour éclairer, selon les règles de l’art, ceci et pas cela. Franchement j’aime que la science se montre moins dans un tableau de paysage ; elle m’empêche de respirer librement, et je préfère me sauver à travers la campagne avec messieurs André Giroux, Christian Brune et tant d’autres qui évitent le style guindé du paysage historique.

Auguste Lapito : Vue prise dans la forêt de Fontainebleau

22Nos paysagistes ne se repentent jamais de demander des inspirations aux sites de la France ; la forêt de Fontainebleau vient de fournir à M. Lapito le sujet d’un superbe tableau : ce lieu, appelé Les Quatre Fils Aymon, a un aspect sauvage et grandiose ; une épopée du temps de la chevalerie a dû se passer là. Ce sont peut-être ces géants bardés de fer, lesquels voyageaient à quatre sur un seul cheval, qui ont ouvert cette route en brisant les roches dont les quartiers gisent çà et là.

Mlle Rosa Bonheur

23On disait autour de moi que cette demoiselle compte à peine dix-huit ans, et cependant son talent est arrivé à sa maturité ; ses cinq tableaux représentant des animaux sont, sans contredit, les meilleurs du Salon ; et celui où se voit un troupeau cheminant, mérite toutes les admirations possibles. Il y a là cinquante bêtes s’avançant par un sentier raboteux au-devant du spectateur. Ce troupeau, vu en raccourci, est serré, pourtant chaque bête se distingue des autres ; le soleil glisse sur ces épaisses et graisseuses toisons ; ces têtes se soulèvent comme pour chercher de l’air et reconnaître la route. Il semble entendre les bêlements interrogatifs qui se répandent comme des échos. Les moutons marchent au pas accéléré, sans s’arrêter ni flâner. Pauvres créatures qui n’ont ni l’énergie qui prend l’initiative, ni la résignation que donne la confiance, et auxquelles Mme Deshoulières n’a pas craint de dire : « Petits moutons, que vous êtes heureux ! » Heureux ! Entre le bâton du berger, la dent du chien et le couteau du boucher… Quelle cruelle raillerie !

Charles Béranger : Animaux et Intérieurs

24Ce sont des délicieux chiens que ceux de M. le marquis d’Hertford ; on conçoit qu’il y ait pour de telles bêtes des sièges de soie, des tapis de Turquie, un historiographe et un peintre. Merry, Fury, Duke sont deux Kings’Charles et un Stuart pur sang. Les premiers noir et feu, et l’autre feu et blanc. Tous les trois ont de longues soies, des oreilles qui touchent la terre, des queues comme des écureuils, des mines renfrognées, avec la truffe d’un noir pur ; enfin des amours de chiens, gros comme le poing, et qui s’ébattent à l’aise sur un fauteuil de damas gris et cerise.

Alfred Dedreux : Chasse anglaise

25Ceux-ci sont grands, vigoureux, bien découplés ; ils courent, ils crient, ils vont forcer à la course un pauvre renard qui ne saurait leur échapper plus longtemps. Cette meule est vive, animée ; elle a du mouvement, de la vie ; le dessin en est ferme, la couleur solide. La Chasse anglaise est à mon gré le meilleur des six tableaux de M. Dedreux.

Alfred Dedreux : Étude de chiens

26Cependant je dois convenir que j’ai sympathisé avec la tristesse de ces deux autres chiens, un braque et un griffon ; qu’ont-ils pour se tenir mélancoliquement assis, côte à côte, sur la paille du chenil ? Je l’ignore… Mais je me suis sentie toute prête à partager leur sombre chagrin, que ce soit la perte de la liberté ou la faim qui les fasse pleurer.

Mme Alida de Savignac

Table des illustrations

Titre 1. Émile Jean Horace Vernet, La Bataille d’Isly
Légende 1846, huile sur toile, 514 x 1040 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 2. Ary Scheffer, Sainte Monique et Saint Augustin [Saint Augustin et sa mère Sainte Monique]
Légende 1846, huile sur toile, 147 x 114 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 3. Ary Scheffer, L’Enfant charitable
Légende 1840, huile sur toile, 118 X 74 cm, Nantes, musée des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 4. Ary Scheffer, Marguerite et Faust au jardin
Légende 1846, huile sur toile, 218 x 135 cm, coll. part.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 5. Ary Scheffer, Le Christ et les Saintes Femmes
Légende 1846, huile sur bois, 108,8 x 86 cm, Manchester, Art Gallery.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 6. Alexandre Gabriel Decamps, Souvenir de la Turquie d'Asie : enfants turques jouant avec une tortue
Légende 1836, huile sur toile, 72,5 x 91 cm, Chantilly, musée Condé.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 7. Franz-Xavier Winterhalter, Salon du château de Windsor [Réception de Louis-Philippe, roi de France, au château de Windsor le 8 octobre 1844]
Légende 1844-1845, huile sur toile, 345 x 480 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 8. Pierre-Antoine Labouchère, Luther, Melanchton, Pomeranus et Cruciger traduisant la Bible
Légende 1846
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 9. Eugène Delacroix, Marguerite à l’église
Légende 1828, lithographie, 260 x 220 mm, Paris, bibliothèque de l'École des beaux-arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 10. Eugène Delacroix, Le Sac du château de Front-de-Bœuf [Rébecca enlevée par le Templier]
Légende 1846, huile sur toile, 105x 81 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 11. Eugène Delacroix, Les Adieux de Roméo et de Juliette [Roméo et Juliette devant le tombeau des Capulet]
Légende 1846, huile sur papier, 35,2 x 25,5 cm, Paris, musée Eugène Delacroix.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 12. François-Auguste Biard, Les Naufragés attaqués par un requin
Légende 1846
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 13. Claudius Jacquand, La Prise de Jérusalem par les Croisés [Jacques Molay, grand maître de l'ordre du Temple en 1298, prend Jérusalem par surprise en 1299]
Légende 1846, huile sur toile, 173 x 315 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3641/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Pour citer cet article

Référence papier

« Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1846 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1846 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/3641

Droits d’auteur

Tous droits réservés