Navigation – Plan du site
Alida de Savignac (1790 - 1847)

Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1837

Articles « Beaux-arts – Salon de 1837 », extraits choisis.

Texte intégral

« Premier article » (mars 1837)

Journal des demoiselles, no 3, 5e année,
p. 90-93.

1Cette année, comme de coutume, les peintres ont fourni plus de dix-huit cents tableaux à l’exposition ; viennent ensuite les sculpteurs, architectes, graveurs, lithographes, dont les statues, les plans, les estampes, occupent un peu moins de deux cents places ; le public en a bientôt fini avec leurs productions, il n’y a pas pourtant de quoi l’accuser d’injustice : commençons par les sculpteurs. Si l’on témoigne peu d’empressement pour leurs ouvrages, à qui la faute ? Ces messieurs n’ont rien exposé cette année qui soit capable de réchauffer leurs grandes salles basses si froides qu’elles semblent être le palais de la grippe. J’ai remarqué un Talma qui, m’a dit la notice, étudie un rôle : j’ignore quel rôle il pourra jouer dans un pareil costume ; mais il est si léger qu’on se sent enrhumé rien qu’à le regarder.

2Quant aux graveurs et aux lithographes, ce sont assurément des artistes forts estimables ; mais leurs copies, si belles qu’elles soient, ne peuvent lutter d’intérêt avec les originaux. Si l’on nous disait : « Dans cette pièce est le grand homme que vous désirez connaître, et dans cette autre, son portrait peint par le plus grand peintre du monde », nous irions tous vers l’homme, de préférence à l’image. Ainsi l’on fait des gravures quand on peut voir les tableaux. D’ailleurs, les gravures ont une exposition permanente sur les quais, sur les boulevards, tandis que l’on n’a que deux mois chaque année pour connaître les ouvrages de nos artistes vivants. Cela dit, suivons la foule dont le torrent nous porte aux salles de peintures.

3Beaucoup de batailles et de tableaux d’histoire, peu de paysages, presque point de portraits, telle se présente l’exposition au premier coup d’œil. Éblouie d’abord par la multitude des divinités, apôtres, saints martyrs, guerriers de toutes les nations et de toutes les armes qui planent sur ma tête et qui, les yeux attachés sur moi, semblent défier ma critique ; plus incommodée encore par la foule vivante, tantôt roulant comme le flot qui surmonte un obstacle, ou bien s’arrêtant comme un roc pour, l’instant d’après, tourbillonner ainsi que les feuilles sèches dont se joue le vent d’automne, j’ai cru qu’il me serait impossible de vous parler du Salon dans le numéro de mars. Je me suis enfin aguerrie, j’ai cherché et trouvé des tableaux de premier ordre, rencontrant, chemin faisant, d’assez tristes médiocrités, et je vais vous parler sérieusement du premier des arts d’imitation ; car, tout en désirant vous voir conserver les qualités et les vertus qui appartiennent vraiment à votre sexe, je déteste d’entendre attribuer aux femmes des talents ou un jugement mesquin.

M. Delaroche : Sainte Cécile

4La Sainte Cécile de M. Delaroche n’a rien de celle de Raphaël : ceci n’est point une épigramme, c’est un fait que je rapporte (fig. 1).

1. Paul Delaroche...1. Paul Delaroche, Sainte Cécile et les anges

1. Paul Delaroche, Sainte Cécile et les anges

1836, huile sur toile, 202 x 162 cm, Londres, Victoria & Albert Museum.

La Sainte Cécile du premier peintre du monde est une forte jeune fille, belle de fraîcheur et d’enthousiasme, ses chairs sont fermes, sa poitrine vaste, elle chante de tout son cœur la gloire de Dieu ! Elle est si heureuse de chanter que lorsqu’elle chante elle est heureuse de vivre, et l’on conçoit que les accents de sa voix pure et pleine, montant jusqu’aux cieux, portent son allégresse aux anges joyeux de l’écouter. La Sainte Cécile de M. Delaroche a la blancheur d’un beau cygne ; son chant, comme celui de cet oiseau, s’exhale avec sa vie, son âme va remonter au ciel et son corps frêle, et pour ainsi dire diaphane, ne rendra que peu de cendre à la terre ; deux anges assistent et écoutent la sainte, deux beaux anges dont les douces figures, les traits réguliers font rêver… Ce ne sont pas des chérubins roses et bouffis ; M. Delaroche a placé près de sa Sainte Cécile les anges de la mélancolie et des saintes douleurs. Eh bien ! Malgré toute cette poésie, ce n’est point une pensée du ciel qui m’est venue devant ce tableau. J’ai cru assister aux derniers moments de Mme Malibran ; le souvenir de cette grande cantatrice enlevée à la fleur de l’âge m’a longtemps suivie. Si nous considérons maintenant ce tableau sous le rapport de l’exécution matérielle, il faut signaler un coloris vrai, des chairs d’une grande finesse de ton, l’ensemble qui est d’un effet suave et doux parfaitement en harmonie avec l’expression des figures. Pourquoi faut-il que le premier peintre de notre époque recherche avec tant de persistance l’idéal de la maigreur ? ! Les artistes qui ne donnent jamais tort au succès vont décharner leurs personnages à qui mieux mieux, et chaque exposition nous offrira à l’avenir un cours complet d’ostéologie.

M. Delaroche : Le Comte Strafford marchant au supplice

5La renommée de ce tableau a de beaucoup devancé l’exposition (fig. 2).

2. Paul Delaroche...2. Paul Delaroche, Lord Strafford marchant au supplice

2. Paul Delaroche, Lord Strafford marchant au supplice

1837, huile sur toile, coll. part.

Cependant, je le confesse, il n’a pas répondu à mon attente : d’abord, quoique je plaigne toutes les victimes des discordes civiles, le sujet devait manquer son effet sur moi qui ne peux considérer Lord Strafford comme un martyr de sa fidélité à son maître. Avant d’être élevé à la dignité de comte, Wentworth, siégeant au parlement à côté d’Élior, d’Hampden, de Saint-John, était, comme eux, un des chauds défenseurs des privilèges des Communes. Le premier jour où il entra dans la chambre, en qualité de ministre du roi, il dit d’un ton railleur à ses anciens amis : « Vous voyez, messieurs, je vous ai quittés. – Et nous, milord, répondit hardiment Saint-John, nous ne vous quitterons plus tant que cette tête sera sur vos épaules. »

6Le gant ainsi jeté, Wentworth, confiant en ses grands talents, entreprit la lutte par ambition, peut-être la soutint-il par conviction ; mais il la poussa à l’extrême par nécessité, succomba, et par sa mort ouvrit l’abîme qui devait engloutir Charles Ier et la dynastie des Stuarts. Dans les discordes civiles, on joue sa vie pour le triomphe d’une idée, et la mort sur l’échafaud est aussi glorieuse au vaincu que celle reçue sur le champ de bataille. M. Delaroche n’a point manqué de conserver à son personnage principal cette impassibilité qui était dans les convenances historiques de son sujet ; voilà donc une figure dénuée d’expression. Le greffier et les soldats du Parlement qui conduisent le comte au supplice sont froids, austères, silencieux ; la Révolution n’en est point encore arrivée à ce point de délire où elle outragea ses victimes. Au moment de descendre l’escalier de la tour, Strafford s’arrête devant le cachot où est enfermé Land, archevêque de Cantorbéry, victime comme lui du triomphe des parlementaires ; le comte s’agenouille et demande au prélat sa bénédiction. La tête de Land eût pu être belle et expressive, M. Delaroche a préféré ne nous montrer que deux bras couverts de larges manches d’un surplis blanc ; ces bras, passant à travers une lucarne grillée, ouverte sur un mur noirci par le temps, produisent l’effet le plus bizarre et, j’ose le dire, le moins heureux.

7En supposant que cette disposition des lieux soit d’une vérité scrupuleuse, l’artiste ne pouvait il pas y manquer pour nous montrer la figure de l’archevêque ? Je doute qu’on lui eût reproché cette licence poétique. Tandis que les mains du prélat bénissent le comte, le jeune Wentworth se couvre le visage comme si la hache du bourreau était prête à tomber sur la tête de son père. Encore une expression dramatique escamotée ; il semble que ce soit une gageure. Il n’y a donc sur cette toile qu’une seule expression pour six figures que l’on voit ; et seulement trois couleurs pour tout le tableau : le brun verdâtre des murs, le noir des vêtements des principaux personnages, et les panaches et les écharpes rouges des soldats, encore cette couleur éclatante est-elle employée là contrairement à la vérité, puisque l’orange était la couleur du parlement.

M. Delaroche : Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell

8Ici, je ne reprocherai pas à M. Delaroche d’avoir éludé les expressions dramatiques : toutes les figures sont découvertes, celle du roi, vue de face, porte bien la résignation d’un homme de cœur, mais ce n’est pas assez à mon gré (fig. 3).

3. Paul Delaroche...3. Paul Delaroche, Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell

3. Paul Delaroche, Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell

1836, huile sur toile, 300 x 400 cm, Londres, National Gallery.

Les soldats ivres qui insultent Charles Ier ont du mouvement et une animation admirable ; puis ce grotesque de la démence ou de l’ivresse, dont frémissent plusieurs soldats puritains ou têtes-rondes (expression par laquelle on désignait les partisans de Cromwell), qui entourent une vaste cheminée, et témoignent par leurs regards chagrins et leurs mines austères, non de leur respect pour le roi, non de leur compassion pour une illustre victime, mais de leur mépris pour des passe-temps qu’ils oseraient presque nommer frivoles. Un vieux serviteur contemple seul cette scène avec un profond désespoir ; toutes ces figures sont belles, bien posées ; l’air et le jour circulent dans cette chambre splendide métamorphosée en corps-de-garde ; enfin, rien ne manque de ce qui constitue un bon tableau.

« Deuxième article » (avril 1837)

Journal des demoiselles, no 4, 5e année,
p. 121-124.

M. Winterhalter : Le Décaméron

9Après des sujets aussi graves traités par M. Delaroche, les yeux se reposent avec plaisir sur la délicieuse peinture de M. Winterhalter. La scène se passe dans une ville près de Florence, six femmes et trois hommes assis sur le gazon, à l’ombre de grands arbres, se délassent, pendant la grande chaleur du jour, en contant des histoires ; l’une de ces femmes, posée sur un fût de colonne brisé, récite des vers, les autres écoutent. Mon Dieu ! Que ces femmes sont belles ! Qu’il y a de grâce et de coquetterie dans leur laisser-aller ; que le désordre de leurs ajustements a d’élégance et de charme ! Combien les hommes admis à cette intimité ont l’air braves, intelligents ! Ce sont de vrais nobles de la cité florentine, le berceau de la renaissance des arts, dans ce temps où les hommes étaient habitués à porter la main au glaive à chaque instant du jour ; nobles contre manants, guelfes contre gibelins, il fallait guerroyer sans cesse ; cependant ce n’est pas la guerre qui, en ce moment, préoccupe ces cavaliers : le soleil a de si chauds rayons, l’air est si doux, si pur, autour d’eux et de leurs ravissantes compagnes, qu’ils oublient tout pour ne songer qu’à en jouir. Depuis les Moissonneurs de l’infortuné Léopold Robert, aucun tableau ne m’avait causé l’espèce d’enchantement que j’ai éprouvé devant le Décaméron de M. Winterhalter.

M. Alexandre Hesse : Henri IV rapporté au Louvre

10M. Hesse qui, l’an passé avait, à mon sens, les honneurs du Salon, expose aujourd’hui un tableau fort estimable, sans doute, de la mort de Henri IV (fig. 4) ;

4. Alexandre Hess...4. Alexandre Hesse, Henri IV rapporté au Louvre [Le Corps d'Henri IV exposé au Louvre]

4. Alexandre Hesse, Henri IV rapporté au Louvre [Le Corps d'Henri IV exposé au Louvre]

1837, huile sur toile, 172 x 135 cm, Pau, musée national du château de Pau.

mais c’est là une de ces compositions qui semblent patronnées de toute éternité pour être au service de tous les artistes à court d’invention ; ces pourpoints noirs, ces cordons bleus, ce lit à courtines de velours rouge, les serviteurs pleurant, un page à genou, un vieux soldat terrifié, tous ces détails sont tellement connus, que du plus loin que l’on en aperçoive un seul, on s’écrie : Henri IV est mort ! Sans porter la plus légère attention à la peinture.

M. Ary Scheffer : Le Christ consolateur

11Notre Seigneur vient, selon sa divine promesse, consoler les affligés, délivrer les esclaves (fig. 5).

5. Ary Scheffer, ...5. Ary Scheffer, Le Christ consolateur

5. Ary Scheffer, Le Christ consolateur

1837, huile sur toile, 184 x 248 cm, Amsterdam, Historisch Museum.

La pose du Christ est pleine de simplicité et de noblesse, sur sa figure rayonne une compassion toute divine ; à sa droite, sont les affligés ; à sa gauche, sont les esclaves, au premier rang desquels on voit la Madeleine qui, délivrée des entraves du péché, couvre de larmes la main de son rédempteur. Jésus a tendu son bras vers ceux dont il a brisé les fers, il tourne sa face du côté des mères, des filles, des épouses, des hommes de toutes conditions qui lui crient avec larmes : « Seigneur, ayez pitié de nous ! »

M. Ary Scheffer : La Bataille de Tolbiac

12Cette grande page, destinée au musée de Versailles, fait aussi grand honneur à M. Scheffer (fig. 6).

6. Ary Scheffer, ...6. Ary Scheffer, La Bataille de Tolbiac

6. Ary Scheffer, La Bataille de Tolbiac

1836, huile sur toile, 415 x 465 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

La tête de Clovis est belle, les yeux tournés vers le ciel, il fait le vœu d’adorer le Dieu de Clotilde, si ce Dieu est assez puissant pour lui donner la victoire.

13M. Ary Scheffer a encore au salon deux charmants tableaux, la Prière de Rachel : ce sujet est tiré d’Ahasvérus de M. Edgar Quinet. Rachel est à genoux, elle prie et des anges répètent sa prière. Puis, La Plainte de la jeune fille, d’après une ballade de Schiller. Je ne vous dirai rien de ce gracieux tableau, mesdemoiselles, vous en recevrez la gravure dans le prochain numéro de votre journal.

M. Henri Scheffer : La Bataille de Cassel

14C’est une idée très originale de nous montrer Philippe IV vu de dos, la tête hermétiquement enfermée dans un casque qui lui descend jusque sur les épaules (fig. 7) ;

7. Henry Scheffer...7. Henry Scheffer, La Bataille de Cassel

7. Henry Scheffer, La Bataille de Cassel

1837, huile sur toile, 465 x 543 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

le reste de l’armure est aussi complet ; de sorte que pas un trait, pas une ligne de chair, ne se laissent soupçonner. Fort heureusement que la notice est là pour nous assurer que dans cette boîte de fer poli, recouverte d’une casaque fleurdelisée, est un prince grand par son courage et sa constance dans l’adversité. Soit ! On se trouve toujours mieux de croire que de douter ; mais cela ne m’empêchera pas de répéter que M. Scheffer a choisi une singulière manière de me faire connaître le compétiteur d’Édouard III.

M. Court : Mariage de la reine des Belges

15Je cherchais les tableaux de Mme Brune ; car j’aime le talent de cette dame et je ne remets pas au lendemain le plaisir de voir ses œuvres (fig. 8).

8. Joseph-Désiré ...8. Joseph-Désiré Court, Mariage de la reine des Belges [Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d'Orléans le 9 août 1832]

8. Joseph-Désiré Court, Mariage de la reine des Belges [Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d'Orléans le 9 août 1832]

1837, huile sur toile, 90 x 116 cm, Compiègne, musée national du château de Compiègne.

Un artiste, auquel je m’informe où je pourrais trouver au moins l’un des trois tableaux qu’elle a au Salon, me dit : « Marchez encore. » Bientôt la foule nous sépare. J’avance lentement, regardant à droite ; mes yeux tombent sur une multitude de figures : du rose, du blanc, du bleu, du noir, des moustaches, des ordres, des pantalons garance, des épaulettes d’officiers généraux, des images de modes découpées, et voulant représenter des femmes parées assises dans des tribunes ; des lustres suspendus au plafond, deux grands cierges devant un autel : tout cela était la chapelle du château de Compiègne, lors de la célébration du mariage du roi des Belges avec notre charmante princesse Louise. Bon Dieu ! Que le talent des artistes a de singuliers caprices ! Et à combien de malheurs inattendus les princes sont exposés !

M. Rouget : Mariage de l’empereur Napoléon et de Marie-Louise

16Je me détourne de la noce du roi des Belges pour heurter contre une autre (fig. 9).

9. Georges Rouget...9. Georges Rouget, Mariage de l’empereur Napoléon et de Marie-Louise [Mariage religieux de Napoléon Ier et de Marie-Louise dans le salon carré du Louvre, le 2 avril 1810]

9. Georges Rouget, Mariage de l’empereur Napoléon et de Marie-Louise [Mariage religieux de Napoléon Ier et de Marie-Louise dans le salon carré du Louvre, le 2 avril 1810]

1837, huile sur toile, 185 x 182 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Cette fois, c’est l’empereur Napoléon qui se marie. Le nom de l’artiste, M. Rouget, semble être une mauvaise plaisanterie en regard du coloris de ses figures et de la nuance qu’il a choisie de prédilection pour ses ajustements. Au reste, M. Rouget ne s’est point mis en frais d’invention : les tribunes, le groupe des princesses, celui de l’autel, veulent contrefaire le tableau du sacre, mais ne lui ressemblent pas.

M. Mauvoisin : Le 9 thermidor

17Encore du bleu de ciel et des couleurs éclatantes. Mais doucement, ceci n’est point une noce : nous sommes au sein de la terrible Convention. Robespierre voulait arriver à la toute-puissance par l’oppression des représentants du peuple : il voulait recommencer Cromwell, mais il n’était pas assez fort pour accomplir un tel dessein. Le représentant Tallien soulève contre lui la majorité de l’assemblée, et le futur dictateur périt sur l’échafaud. Telle est la scène qu’a représentée M. Mauvoisin : scène remplie de tumulte, où les passions les plus violentes sont en jeu. Malheureusement, l’artiste a suivi trop scrupuleusement la mode de ce temps-là, en vêtissant ses députés d’habits de couleur claire, ce qui, joint aux têtes poudrées et aux écharpes tricolores, forme un papillotage de ton peu en harmonie avec la gravité du sujet.

Mme Brune : Le Vœu

18Enfin, je trouvai Le Vœu, charmant tableau de Mme Brune (fig. 10).

10. Aimée Brune-P...10. Aimée Brune-Pagès, Le Vœu

10. Aimée Brune-Pagès, Le Vœu

1837, reproduction dans le Journal des demoiselles. Original : huile sur toile, 130 x 97 cm, Troyes, musée d'art, d'archéologie et de sciences naturelles.

Une famille de paysans dépose devant une croix un enfant malade. Ce sujet, traité à deux reprises, et d’une manière admirable, par M. Schnetz, ne pouvait être abordé que par un talent aussi ferme que celui de Mme Brune. Pour l’entreprendre, il fallait être sûre de ne pas se préoccuper des compositions d’un maître, et se sentir la force de ne point les faire regretter. Mme Brune a parfaitement réussi à surmonter ces difficultés. Les quatre figures dont se compose son tableau sont disposées avec cette simplicité et ce naturel qui sont la perfection de l’art ; elles ont bien le caractère villageois et sont belles de cette beauté qui se peut allier avec des privations de tous les instants et la fatigue des rudes travaux de la campagne. Mme Brune a permis, mesdemoiselles, que votre journal vous donnât la gravure de ce touchant tableau.

M. Chassériau : Ruth et Booz

19La pauvre Ruth vient glaner dans le champ du riche Booz, afin d’avoir de quoi nourrir Noëmi, la mère de son mari. Noëmi veut dire belle ; M. Chassériau n’a pas cru devoir étendre à la bru les anciennes qualités de la belle-mère. Cela seul a suffi pour me désenchanter de ce tableau, je viens de le dire, je le répéterai sans cesse, dans les arts comme dans toutes les autres productions du génie de l’homme : la vérité et la beauté sont des qualités indispensables.

Mme de Hérain : La Foi et l’Espérance remontant au ciel

20La Foi et l’Espérance nous quittent en nous laissant La Charité, qu’elles ont plutôt l’air de nous jeter tant elles partent courroucées l’une et l’autre ; la foi surtout a un faux air de fanatisme que je ne pardonne pas à Mme de Hérain de lui avoir donné ; le groupe de La Charité, resté à terre au milieu des enfants qu’elle allaite, est beaucoup mieux ; malheureusement, il rappelle trop le bas-relief de la Madeleine. En dépit des critiques que je me permets de lui adresser, Mme de Hérain est une artiste du premier ordre qui s’élève dans ses compositions au-dessus de ce que les femmes tentent ordinairement, et consacre ses pinceaux, toujours honorables, à des sujets de piété.

« Troisième et dernier article » (mai 1837)

Journal des demoiselles, no 7, 5e année,
p. 154-157.

M. Bendemann de Berlin : Jérémie pleurant sur les ruines de Jérusalem

21En envoyant les ouvrages de ses meilleurs artistes concourir avec les œuvres de nos peintres, l’Allemagne rend un éclatant hommage à notre école ainsi qu’au goût éclairé de nos amateurs.M. Bendemann, peintre du prince royal de Prusse, obtient plus d’éloges au Louvre que n’en recueillit, il y a quelques années, M. Barloff, pensionnaire de l’empereur de Russie, pour son tableau de la destruction de Pompéi. Jérémie pleurant sur les ruines de Jérusalem est une grande composition, parfaitement exécutée : le prophète, assis sur les débris d’un palais, pleure la destinée qu’il a inutilement prédite à la malheureuse Sion. Du lieu qu’il occupe, Jérémie domine tout le tableau ; sa pose pleine de dignité et de sentiment, les flots de sa barbe argentée, la belle draperie de couleur sombre dont il s’enveloppe, tout concourt à attirer les yeux sur lui et à les y tenir attachés. Cependant, au pied de cette grande figure il se passe de ces scènes de douleur telles qu’en fournit le lendemain d’un jour de carnage et de destruction : à droite, deux femmes emportent un mourant qu’elles ont retiré d’entre les décombres ; un peu plus en avant, un jeune homme, assis sur un fragment de colonne, est plongé dans un morne accablement, tandis qu’un enfant cherche à la distraire en lui passant la main sous le menton. La figure de cet insoucieux enfant est charmante ; elle fait diversion pour un moment à la contemplation de ces mères pleurant sur leurs petits égorgés dans leurs bras et à la pitié qu’inspirent ces femmes cherchant les corps de leurs maris, et ces jeunes filles voilant leurs visages flétris par la douleur. Toutes ces figures sont belles, expressives et bien posées. Quelques connaisseurs prétendent que le tableau de M. Bendemann est le plus beau de l’exposition, je suis trop patriote pour en convenir, je critiquerai même cet ouvrage tant admiré ; il manque de profondeur, tous les groupes sont alignés devant le public avec une symétrie qui répand une certaine froideur sur ce sujet si pathétique.

M. Henri Lehmann : Le Mariage de Tobie

22Malgré les exagérations de la couleur et les bizarreries de certaines parties du dessin, je préfère beaucoup La Fille de Jephté du même artiste au Mariage de Tobie. Les figures de ce dernier tableau sont disposées sur une seule ligne comme celles d’un bas-relief : commençons par la gauche. D’abord un ange raide, le corps grossièrement taillé dans un bloc de pierre blanche, puis le jeune Tobie ayant seulement un sayon autour des reins, et saluant comme l’un des trois innocents ; Raguel est au milieu, seul il est vêtu dans ce tableau, il l’est même complètement et richement ; Sarah l’est aussi légèrement que son fiancé, et paraît très contente de se marier ; elle regarde en dessous Tobie auquel elle abandonne sa main ; à ses côtés est sa mère, grosse cariatide faisant pendant avec l’ange. Comme la première condition de la peinture est d’imiter la nature, en la supposant toujours aussi belle que possible, et que des yeux démesurément grands, fendus comme avec un sabre, des chairs si fermes qu’elles ne font pas un seul pli, des doigts ridiculement effilés, terminés par des ongles aussi pointus que des griffes de chat, ne sont pas dans la nature, comme aussi le sujet biblique doit conserver sa majestueuse et naïve simplicité et qu’il y a autant d’affectation dans l’attitude et dans l’expression dans la Sarah de M. Lehmann que s’il avait fait poser une danseuse de l’opéra, je réprouve son tableau, sans m’inquiéter s’il s’y trouve quelques parties témoignant du talent de cet artiste.

M. Clément Boulanger : La Procession de la gargouille

23Tous les ans, on promenait dans Rouen la châsse de saint Romain, et ce saint avait le privilège de délivrer un prisonnier (fig. 11).

11. Clément Boula...11. Clément Boulanger, La Procession de la gargouille

11. Clément Boulanger, La Procession de la gargouille

1837, huile sur toile, 320 x 227 cm, Toulouse, musée des Augustins.

Voilà la procession qui passe ; la tête serpente déjà dans les rues étroites et tortueuses de la ville que la queue est encore tout en haut de la tour de l’église de Saint-Romain : les confréries avec leurs bannières, le clergé avec ses belles chapes de velours cramoisi ; les jeunes filles tenant les guirlandes de fleurs qui remplacent les fers du condamné ; le peuple endimanché qui se presse pour voir la fête ; le joyeux tumulte qui règne dans cette scène, l’éclat prestigieux des couleurs, l’éclat du jour, font de l’œuvre de M. Clément Boulanger un tableau très séduisant, mais d’un voisinage redoutable pour ses pauvres voisins dont il fait paraître les toiles noires ou grises.

24Voici l’origine de cette procession. L’an 626, sous Clotaire II, saint Romain, issu de la race des rois de France, était évêque de Rouen. Selon la légende, il y avait aux environs de cette ville un dragon qui dévorait les hommes et les bêtes. Saint Romain alla, dit-on, le jour de l’Ascension, dans les prisons d’où il retira un prisonnier convaincu de vol et de parricide, le conduisit devant le dragon et, ayant fait dessus le signe de la croix, commanda au prisonnier de le lui amener, ce qu’il fit sans éprouver de résistance, et conduisit le dragon sur la place publique où il fut brûlé. Le roi donna ensuite pouvoir à l’église de Rouen de délivrer tous les ans un criminel. Cet usage a duré jusqu’à la Révolution. Il n’est point parlé de ce fait dans la vie de saint Romain, mais « gargouille » est un vieux mot qui signifie une fête populaire dans laquelle on voyait des animaux étrangers.

M. Alfred Johannot : La Veuve de François de Guise et ses enfants à la cour de Charles IX

25Le duc François de Guise fut, vous le savez, assassiné par Poltrot. Anne d’Este, sa veuve, vint avec ses enfants demander justice au roi en son palais du Louvre. Les Parisiens, déjà mécontents de la cour, reçurent les Guise avec des transports qui troublèrent Catherine de Médicis, et moi je serais tentée d’accuser M. Johannot d’être aussi guisard que le populaire de la grande ville, car dans son tableau, la beauté, le sang, la vie, sont pour cette famille de Lorraine ; le roi, sa mère et leurs courtisans ont des figures de l’autre monde. La notice, il est vrai, nous apprend que leur pâleur est causée par les vivats adressés aux Guise ; mais on ne voit pas le peuple, on n’entend pas ses cris de joie et, devant un tableau, on ne peut tenir compte de ce qui se passe derrière la toile. Anne d’Este est à genoux, devant elle est son fils aîné, Henri, qui fut plus tard surnommé le balafré : la figure de cet enfant est charmante, sa mine hautaine et mutine à la fois annonce bien ce qu’il sera un jour ; le futur cardinal de Lorraine et le duc de Mayenne, moins précoces dans leur hardiesse contre les Valois, se cachent timidement sous les voiles de leur mère.

M. Brascassat : Paysages

26Plusieurs des paysagistes distingués manquent cette année, et les artistes les plus habitués aux succès du Salon semblent avoir pris à tâche de s’effacer pour laisser briller M. Brascassat, dont les superbes tableaux attirent la foule. Une lutte entre deux taureaux joint un effet dramatique à la plus riche exécution : on ne sait ce qu’on doit admirer davantage de l’éclat du ciel, de la légèreté des nuages ou de la perfection des lignes du paysage flamand, lieu de la scène. J’ai encore à vous citer un repos d’animaux dans une prairie, éclairée par un beau et chaud soleil : un troupeau rumine couché sur l’herbe, une seule vache broute encore, et il semble que l’on entend le bruit causé par le mouvement de ses mâchoires.

M. André Giroux : Vue prise des Alpes françaises

27Il est rare que des paysagistes entreprennent des pages de la dimension du tableau de M. Giroux. Le site choisi par l’artiste est nommé Le Bout-du-Monde. En effet, il serait bien aisé d’oublier l’univers entier, le Louvre, ses tableaux, ses brillantes réunions du samedi, le musée de Versailles et les fêtes que l’on y prépare, si l’on fixait sa demeure sur les bords de ce torrent qui, roulant le long des flancs des Alpes françaises, creuse le ravin d’Alleva. Une troupe de daims, seuls habitants de cet âpre séjour, descend pour se désaltérer dans l’eau écumeuse ; ils marchent paisibles, sans se douter que des chasseurs ont gravi des sentiers qui semblent inaccessibles aux pieds de l’homme et pourtant, tapis derrière une roche, ils guettent leur proie : tandis que l’un arme son fusil, l’autre comprime avec ses deux mains les aboiements indiscrets de son chien.

28Ce paysage est d’un très bel effet ; M. Giroux a bien surmonté les difficultés qu’il présente. De chaque côté, de hautes murailles de verdure ; dans le fond, se développe la cime neigeuse du Gleisin. L’artiste s’est heureusement tiré de cette opposition d’un vert sombre à la blancheur éclatante du glacier. Je n’oserais pas, sans avoir vu ce site, et dans les mêmes conditions de jour et de saison que celles reproduites par M. André Giroux, lui reprocher un coloris froid et monotone ; je me contente d’admirer ce que je comprends, sans crainte d’être démentie, en assurant que le paysage de M. Giroux est un tableau très remarquable.

Portraits

29Les artistes murmurent fort contre les costumes adoptés en Europe. Il est vrai que, depuis bien des siècles, les vêtements non seulement cachent les formes, mais encore les dénaturent. Nous voyons la mode, dans ses caprices, amoindrir une partie du corps humain tandis qu’elle en enveloppe une autre de façon ridicule. Les larges épaules, qui donnent si bon air aujourd’hui, ont été longtemps le trait distinctif des femmes du peuple ; pour être bien faite alors, il fallait n’avoir pas le dos plus large que la main ; il fallait pouvoir faire toucher sans peine ses deux coudes par-derrière. Essayez cela, à présent ! Les femmes qui ne sont plus jeunes ont porté des ceintures sous les aisselles, et nos jeunes filles attachent les leurs sur les hanches, se serrent les flancs sans mesure, détruisent l’harmonie des proportions naturelles et gênent souvent les fonctions des organes digestifs. Si ce n’était cette aberration, c’en serait une autre. Lorsque les hommes portaient des souliers à la poulaine, des justaucorps rembourrés, d’énormes perruques blondes ou un échafaudage de cheveux poudrés, certes ils ne respectaient pas mieux les lois de la création que ne le font aujourd’hui nos dandys et nos élégantes. Pourtant les peintres reproduisaient avec talent ces monstruosités ; il est vrai que les couleurs leur restaient. Longtemps les couleurs éclatantes furent recherchées ; maintenant, le bon goût semble ne vouloir admettre en peinture que le blanc et le noir. M. Dubuffe, le Michel-Ange des images de mode, a signalé ce changement ; il s’est exercé dans tous les effets possibles du noir, depuis le noir verni des souliers du roi, jusqu’à l’admirable blonde de Mme Lehon ; pour la reine des Belges, elle est d’un blanc pur. M. Dubuffe a même repoussé de ce portrait l’écharpe bleu de ciel dont son prédécesseur, M. Kinson, faisait un si brillant usage. Tout est dit sur le talent de M. Dubuffe, le succès toujours croissant de ses tableaux est une preuve du prodigieux amour des femmes de Paris pour la toilette ; c’est le portrait de leur robe qu’il leur faut, leur visage vient après, c’est le moins important.

M. Louis Boulanger

30Tout le monde veut voir le portrait de M. de Balzac, ce spirituel auteur d’Eugénie Grandet et du Médecin de campagne (fig. 12).

12. Louis Boulang...12. Louis Boulanger, Portrait de M. de Balzac

12. Louis Boulanger, Portrait de M. de Balzac

1837, huile sur toile, 610 x 500 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.

La face rebondie que l’artiste a donnée à son modèle est faite pour tranquilliser les admirateurs du beau talent de M. de Balzac. Rien, dans le portrait, n’annonce le flambeau qui se consume en éclairant ; on ne peut pas dire de lui que la lame use le fourreau, ni employer aucune de ces métaphores qui servent à excuser la maigreur des gens de lettres. L’énorme ampleur d’une robe de bénédictin suffit à peine à recevoir la rotondité de sa personne. Si M. Boulanger a été copiste fidèle, il est bien malheureux qu’il ne se soit pas fait un peu d’illusion ; s’il a outré ce qu’il voyait, comme je le suppose, il est coupable, on doit respecter le génie !

Miniatures

31Le nombre des portraits en miniature et à l’aquarelle diminue chaque année. Le nom de M. Isabey répand encore quelque éclat sur ce genre que des femmes soutiennent avec lui. Mme de Mirbel n’a point de cadre cette année, heureusement, Mme Watteville a envoyé au Louvre plusieurs portraits. Mlle Clothilde Gérard, qui s’était fait remarquer l’an passé par un très beau portrait à l’huile, a exposé deux pastels, genre dans lequel elle a acquis une grande réputation, ce qui ne m’a pas empêchée de regretter de ne point voir quelque grand ouvrage signé de son nom.

Mlle Deharme

32Cette jeune demoiselle poursuit sa brillante carrière, ses portraits joignent à une ressemblance parfaite une grande pureté de dessin et un faire tout à fait gracieux ; aussi Mlle Deharme est-elle un de nos meilleurs professeurs. Son éducation distinguée et son excellent ton la font rechercher par les mères de familles et les institutrices jalouses de ne mettre que de bons exemples sous les yeux de leurs élèves.

Mlle Isaure Bigot

33Je dois maintenant signaler un début. Mlle Isaure Bigot, dont le nom figure parmi les rédactrices du Journal des demoiselles, cultive les arts en même temps que la littérature. Une étude de Judith, grande miniature admise à l’exposition, place notre jeune émule au rang des dames artistes. Sa miniature m’a semblé d’un ton un peu chaud. Mais la tête est belle, et l’expression d’un pieux enthousiasme que lui a donnée Mlle Bigot convient parfaitement à l’héroïne juive.

Mme Alida de Savignac

Table des illustrations

Titre 1. Paul Delaroche, Sainte Cécile et les anges
Légende 1836, huile sur toile, 202 x 162 cm, Londres, Victoria & Albert Museum.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-1.png
Fichier image/png, 508k
Titre 2. Paul Delaroche, Lord Strafford marchant au supplice
Légende 1837, huile sur toile, coll. part.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 3. Paul Delaroche, Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell
Légende 1836, huile sur toile, 300 x 400 cm, Londres, National Gallery.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 4. Alexandre Hesse, Henri IV rapporté au Louvre [Le Corps d'Henri IV exposé au Louvre]
Légende 1837, huile sur toile, 172 x 135 cm, Pau, musée national du château de Pau.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 5. Ary Scheffer, Le Christ consolateur
Légende 1837, huile sur toile, 184 x 248 cm, Amsterdam, Historisch Museum.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 6. Ary Scheffer, La Bataille de Tolbiac
Légende 1836, huile sur toile, 415 x 465 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 7. Henry Scheffer, La Bataille de Cassel
Légende 1837, huile sur toile, 465 x 543 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 8. Joseph-Désiré Court, Mariage de la reine des Belges [Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d'Orléans le 9 août 1832]
Légende 1837, huile sur toile, 90 x 116 cm, Compiègne, musée national du château de Compiègne.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 9. Georges Rouget, Mariage de l’empereur Napoléon et de Marie-Louise [Mariage religieux de Napoléon Ier et de Marie-Louise dans le salon carré du Louvre, le 2 avril 1810]
Légende 1837, huile sur toile, 185 x 182 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 10. Aimée Brune-Pagès, Le Vœu
Légende 1837, reproduction dans le Journal des demoiselles. Original : huile sur toile, 130 x 97 cm, Troyes, musée d'art, d'archéologie et de sciences naturelles.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 11. Clément Boulanger, La Procession de la gargouille
Légende 1837, huile sur toile, 320 x 227 cm, Toulouse, musée des Augustins.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 12. Louis Boulanger, Portrait de M. de Balzac
Légende 1837, huile sur toile, 610 x 500 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3638/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Pour citer cet article

Référence papier

« Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1837 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Alida de Savignac, Journal des demoiselles, 1837 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3638

Droits d’auteur

Tous droits réservés