Navigation – Plan du site
Alida de Savignac (1790 - 1847)

Introduction

Amandine Gorse

Texte intégral

1On connaît peu de chose sur la vie de cette institutrice protégée par Mme Armande Roland. Dernière fille d’une vieille famille d’aristocrates déchus, Adélaïde Esther Charles d’Abillon de Savignac (1790-1847) refusa avec obstination les codes sociaux de son époque (Lejeune-Resnick 1983). Restée célibataire, elle décida d’entamer une carrière d’institutrice pour subvenir seule à ses besoins et choisir librement son métier, au grand dam des valeurs de sa famille. Elle attacha un soin particulier à élaborer une pédagogie adaptée à l’enfant et rédigea dès 1823 de nombreux ouvrages éducatifs, des contes et des nouvelles. Ainsi parurent La Comtesse de Melcy ou le Mariage de convenance en 1823, une Économie domestique en 1828, des Contes bleus et une Galerie pittoresque (s.d.). Elle collabora à plusieurs périodiques dont Le Bon Génie. Journal des enfants (1824-1829) et fut en charge du bulletin littéraire dans Le Journal des femmes, ou gymnase littéraire (1832-1837).

2C’est grâce à cette expérience qu’elle put intégrer l’équipe de journalistes féminines animée par Jeanne-Justine Fouqueau de Pussy (1786-1863), rédactrice en chef du Journal des demoiselles. Le mensuel avait été fondé en 1833 par Alfred Thiéry et était adressé aux jeunes filles de 14 à 18 ans issues de milieux aisés (Léger 1988 et Besson-Morel 1998, t. I, p. 55, note 3). La démarche pédagogique d’Alida de Savignac se voulait efficace puisque chacun de ses comptes rendus devait aborder toutes les notions qui permettaient de juger correctement une œuvre d’art, comme la composition, le coloris, l’expression ou encore l’harmonie des figures. Elle ne manquait pas de rappeler les thèmes iconographiques tout en exprimant un avis subjectif, parfois sévère, mais toujours lié au milieu mondain dans lequel évoluaient ses lectrices. Il est à noter qu’Alida de Savignac s’exprimait rarement en tant que femme : elle préférait employer « votre sexe » au lieu de « notre sexe » comme on peut le lire chez d’autres femmes journalistes.

3Les textes d’Alida de Savignac, qui peuvent paraître ingénus au premier abord, sont donc conçus pour un public spécifique qu’elle connaît bien. Elle prônait une éducation fondée sur la lecture et sur l’expérience : « la lecture est la branche la plus importante de l’éducation des filles, […] il faut donc qu’une femme lise beaucoup »; cependant, « que l’on ne croit pas qu’une jeune demoiselle puisse recevoir une instruction complète d’un cours de littérature ancienne : il faut marcher avec son siècle pour que ses idées, ses hardiesses, ses folies (et chaque temps a les siennes) ne vous prennent pas au dépourvu… » (cité par Marcoin 2006, p. 350). Forte de son expérience, elle offrait à ses lectrices des valeurs issues d’un romantisme modéré (Crouzet 1996, p. 13) qui répondait justement aux souhaits d’un public bourgeois dont les préoccupations restaient fidèles aux convenances et au bon goût.

Reproductions de tableaux exposés à l'occasion des Salons de 1837, 1844 et 1846, et commentés par Alida de Savignac pour le Journal des demoiselles

Bibliographie

Besson-Morel 1998

Anne Besson-Morel, La Presse enfantine sous la monarchie de Juillet, thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 1998.

Crouzet 1996

Michel Crouzet(éd.), Stendhal, Paris, Presses de l'université de Paris-Sorbonne, 1996.

Léger 1988

Christine Léger, Le Journal des demoiselles et l’éducation des filles au xixe siècle, thèse de doctorat, université Paris VII, 1988.

Lejeune-Resnick 1983

Évelyne Lejeune-Resnick, Les Femmes écrivains sous la Monarchie de Juillet (société et littérature), thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 1983.

Marcoin 2006

Francis Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, Paris, H. Champion, 2006.

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3637

Droits d’auteur

Tous droits réservés