Navigation – Plan du site
Le fondeur et le sculpteur - Élisabeth Lebon
Sources imprimées

A. Hallopeau, « Le bas-relief de la chambre des Députés – Mirabeau et le marquis de Dreux-Brézé : 23 juin 1789 », 1891

dans Le Génie civil, Paris, 17 octobre 1891. Tome XIX, No 25 pp. 399 à 406, pl. XXVII.

Texte intégral

Introduction

1L’un des chefs-d’œuvre artistiques les plus remarquables qu’aura produits le xixsiècle sera le bas-relief en bronze, de dimensions colossales, qui vient d’être placé, selon le projet conçu par Gambetta, alors président de la Chambre, dans la grande salle du Palais de la chambre des Députés, à Paris, dite salle Casimir Périer.

Fig. 1. M. G[sic]. Dalou, sculpteur, et M. E. Gonon, fondeur en bronze à cire perdue, Les États généraux de 1789

Fig. 1. M. G[sic]. Dalou, sculpteur, et M. E. Gonon, fondeur en bronze à cire perdue, Les États généraux de 1789

Bas-relief.
Les députés après la séance royale du 26 juin 1789.
Réponse de Mirabeau au Marquis de Dreux-Brézé
« Nous sommes ici par la volonté du peuple, nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes. »

2Ce bronze fait revivre toute la scène dramatique et à jamais mémorable du 23 juin 1789, dans laquelle Mirabeau fit connaître au marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies, les sentiments de résistance du tiers état aux ordres du roi en s’écriant :

3« Vous qui n’avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler le discours du Roi ; allez dire à votre maître que nous sommes ici par la puissance du peuple et qu’on ne nous en arrachera que par la force des baïonnettes. »

4C’était le premier cri d’indépendance, le premier chant de guerre ; à cet appel, impatiemment attendu par le parti révolutionnaire, se produisirent les soulèvements populaires qui emportèrent la Bastille, dernier symbole de la royauté, trois semaines plus tard, le 14 juillet 1789.

5Le bas-relief est admirable ; cette création grandiose et impérissable devient, pour les générations futures, une véritable marque de l’ère nouvelle qui commençait alors avec un si grand retentissement.

6L’œuvre fait le plus grand honneur à l’art français, en la personne du sculpteur, M. Jules Dalou, qui l’a conçue et modelée ; elle fait aussi le plus grand honneur à l’industrie française, en la personne du fondeur, M. Eugène Gonon, habile artiste et habile artisan, qui l’a fidèlement moulée en cire, puis rendue, proprio manu, dans la forme définitive d’un bronze à jamais célèbre.

  • 1  Il suffit, pour s'en convaincre, de parcourir les salles du Louvre, de l'École des Beaux-arts, du (...)

7Dès aujourd’hui, le Mirabeau de M. Dalou, bronze coulé à cire perdue d’un seul jet par M. Gonon fils doit être classé comme étant de tous les bronzes d’art qui existent actuellement dans le monde entier, celui qui, croyons-nous, mérite le plus d’être vu, d’être admiré, celui dont l’étude est la plus intéressante parmi les compositions de ce genre1.

8Exposée une première fois en 1893 au salon du Palais de l’Industrie, à l’exposition des artisans vivants, l’épreuve en plâtre du Mirabeau fit la plus grande impression et valut à son auteur les plus hautes récompenses, la grande médaille d’honneur, la croix de la Légion d’honneur. Elle fut exposée de nouveau, sous la même forme, au Palais des Beaux-Arts du Champ de Mars, à l’Exposition universelle de 1889, dans la galerie de la porte Rapp. M. Dalou fut promu à cette époque au grade d’officier de la Légion d’honneur.

Description du bas-relief

9La première impression, quand on arrive devant le bas-relief, est saisissante.

  • 2  Le comte de Mirabeau (Honoré-Gabriel Riquetti) fut le plus grand orateur de l'Assemblée nationale (...)

10Dans une magnifique perspective, sur l’un des côtés d’une longue salle ornée de pilastres, sont groupés les députés du tiers état ; on est au moment où, à la suite de la séance royale des États généraux, le 23 juin 1789, le comte de Mirabeau2, fougueux interprète des sentiments du tiers état, répond au marquis de Dreux-Brézé, représentant du pouvoir royal.

11Le roi Louis XVI s’est retiré après avoir donné l’ordre aux députés de se séparer sur-le-champ ; la noblesse et le clergé ont obéi, les députés du tiers état sont demeurés, et le grand maître des cérémonies vient de leur renouveler l’injonction de sortir de la salle commune.

12Au dernier plan de gauche, un ouvrier tapissier, dont le marteau est bien placé en évidence sur un tabouret, enlève l’une des banquettes. Cet incident démontre la décision prise en haut lieu de suspendre tout au moins les séances des États généraux.

13Le grand maître des cérémonies, le marquis de Dreux-Brézé, nature élégante, délicate, gentilhomme aux traits fins et distingués, rempli de dignité, d’une tenue parfaite, se tient debout, la tête couverte, la canne à la main, absolument pénétré de l’importance de sa mission, choqué de la résistance apportée aux ordres de son maître.

14Devant lui est Mirabeau. Placée vers le milieu du bas-relief, l’image hautaine du grand orateur se présente dans l’attitude la plus fière. Presque de face, la tête haute, le regard plein de feu, le front découvert, le bras droit légèrement tendu par un mouvement impérieux, tandis que de la main gauche fortement crispée, il froisse son chapeau, entraîné lui-même par la violence de la situation, le tribun déjà célèbre lance d’une bouche dédaigneuse la foudroyante apostrophe qui tua la monarchie et marqua la première phase de la Révolution française.

15Tout est bien en rapport avec le caractère de Mirabeau. Quelle vigueur ! Quelle hardiesse ! Quelle audace ! Quelle énergie !

16Les deux personnages sont en ronde-bosse et appellent tout d’abord l’attention. Ils sont placés devant la table du bureau, tandis que par derrière siègent le président Bailly et ses deux assesseurs.

  • 3  Bailly, membre des trois Académies, député de Paris, avait prêté le premier, le serment du Jeu de (...)

17Bailly3, doyen et président du tiers état, élu le 17 mai, s’est levé sous le coup d’une vive émotion ; il s’appuie sur la table, les deux mains largement étendues.

18L’abbé Grégoire, l’abbé Sieyès, M. de Sèze et quelques gentilshommes sont près de lui ; leur présence montre qu’une partie du clergé et de la noblesse s'est alliée déjà aux députés des communes.

19Les autres personnages, en grand nombre, – il y en a plus de 60 – forment un magnifique entourage. Ils sont représentés de la manière la plus habile et la plus variée, et, malgré la difficulté, avec une grande simplicité. Leur attitude est parfaite de vérité et de mouvement.

20Les physionomies sont graves, pénétrées d’une implacable résolution, mais calmes.

21Aucun de ces hommes ne cédera, quoi qu’il arrive, à l’ordre que leur a signifié Louis XVI.

22Les élus du peuple, confiants dans le serment qu’ils ont prêté le 20 juin au Jeu de Paume, trois jours auparavant, « de ne pas se séparer jusqu’à ce que la constitution soit établie et affermie sur des bases solides », attendent une ferme réponse du grand orateur devenu leur chef, près duquel ils se sont réunis, Robespierre l’un des premiers.

23Tout est admirable dans cette œuvre immense et superbe, la physionomie de l’orateur, son geste puissant, sa force, l’ensemble magistral et cependant bien en harmonie avec tout ce qui l’entoure.

La sculpture – Le sculpteur

24La sculpture du bas-relief se présente, pour l’ensemble de la composition comme pour la finesse des détails, dans des conditions irréprochables ; l’œuvre est une merveille, et charme d’autant plus qu’on l’étudie de près.

25Ce qui frappe surtout, c’est, en quelque sorte, la couleur. Le mot doit être expliqué, puisqu’il ne s’agit ni d’un tableau, ni d’un dessin, mais bien d’une immense page de bronze. L’effet est obtenu, en fait, par des oppositions de reliefs et de vides, de teintes et d’ombres ; les jeux de lumière apparaissent comme dans un dessin et les tons ressortent avec une grande vigueur, aussi nettement que par une gravure à l’eau-forte dans la manière de Rembrandt.

26Le sujet est rendu de la manière la plus claire et la plus intéressante ; malgré les dimensions tout exceptionnelles, malgré la multiplicité des détails, rien ne trouble la pensée.

27La conception générale représente fidèlement, de la manière la plus animée, cette grande scène de l’histoire, origine des temps modernes, premier pas décisif vers la transformation désirée si ardemment alors des conditions sociales par la destruction des privilèges de castes : noblesse, clergé, bourgeoisie.

28Le bas-relief montre les divers personnages avec beaucoup de vérité et de pittoresque ; chaque figure prise isolément est un chef-d’œuvre et porte le caractère qui lui convient dans son attitude, sa physionomie, son expression.

29Tous les détails sont traités avec la plus scrupuleuse exactitude : chaque plan, chaque contour est rigoureusement à sa place. Il n’est pas un pli dans les costumes qui ne soit étudié avec une science rigoureuse ; tout dénote chez l’auteur le goût le plus sûr en même temps qu’une rare connaissance des règles de la perspective géométrique.

30Dans les moindres détails, dans le modelé des figures et des mains, dans les broderies des vêtements de cérémonie, le tissu et les franges des banquettes, les dessins des tapis à fleur de lys, on constate partout la même recherche, la même perfection.

31L’art, chez M. Dalou, est tout de mouvement et d’étude. On retrouve, mais avec plus de correction, toute la verve de son regretté maître Carpeaux, le sentiment, la vie, le drame. L’influence de Duret, dont M. Dalou est aussi l’élève, se montre également par la rectitude du dessin et le fini des détails.

32Il fallait, pour obtenir ces résultats et les faire sentir, l’intuition d’un large esprit fortement convaincu par les enseignements de l’histoire, profondément sensible aux vives passions des temps troublés comme le fut 1789.

  • 4  M. Jules Dalou, par l'heureuse application de son génie inventif, a surmonté victorieusement les d (...)

33Il fallait une grande fécondité, une grande force d’invention pour ne se répéter jamais, tout en tirant parti des moindres détails, pour obtenir une série d’impressions variées4.

34Un fauteuil sur une estrade élevée, quelques bancs, un tabouret et un marteau de tapissier, une table avec un tapis à fleur de lys, un tapis de pied en moquette ornée, des personnages ayant presque le même aspect par leurs visages rasés, leurs petites perruques à canons et poudrées, tels sont les éléments bien simples dont il est fait usage.

35Et cependant, que de variété dans les poses, dans le maintien ! Comme chacun est bien en place suivant les règles de la science anatomique et malgré les difficultés de la perspective !

36Les proportions des figures sont élégantes, et chacune d’elles, au milieu de cette foule nombreuse et serrée, a sa physionomie propre.

37Enfin, le champ du tableau, dans son ensemble, se prolonge à l’infini ; et si l’on essaye, en se reculant jusqu’au point de vue mathématique, d’embrasser l’œuvre d’un regard, l’on s’étonne de son immensité : l’on ne peut plus qu’admirer.

38L’artiste a été entraîné dans sa composition splendide par la puissance même d’un sujet véritablement épique ; les plus grandes difficultés ont été surmontées avec cette audace et cette verve exceptionnelles qui caractérisent toutes ses œuvres.

39Il fallut, pour réaliser une œuvre aussi immense, toute la force et l’énergie que possède M. Jules Dalou.

40Infatigable au travail, poursuivant toujours la perfection, entraîné par son ardeur pour son art, ce rude maître a beaucoup produit depuis 1883.

41Son génie et son violent amour pour l’humanité le rendent sympathique ; l’expression de sa physionomie concentrée et fière est animée par un regard d’une acuité pénétrante sous des paupières très allongées, le sourire toujours fin, souvent caustique, éclaire le visage et donne à son accueil la plus grande cordialité. Tout en lui rend bien l’expression d’un cœur ouvert aux sentiments les plus généreux et les plus larges, d’un esprit élevé, sachant apprécier à leur juste valeur et les hommes et les choses.

42Dans la même exposition, au Salon de 1883, M. Jules Dalou avait produit un second bas-relief, le Triomphe de la République, œuvre de grandes dimensions, aussi très remarquable.

  • 5  Avant cette époque, M. Dalou s'était fait connaître par plusieurs œuvres remarquables, parmi lesqu (...)

43Depuis cette époque5, M. Dalou a exécuté plusieurs monuments, qu’il faut citer également :

Le monument colossal de la place de la Nation, à Paris ;

Le monument élevé à la mémoire du peintre Delacroix, dans le jardin du Luxembourg ;

La statue couchée de Blanqui, pour son tombeau au Père-Lachaise ;

La statue de Victor Noir, pour son tombeau ;

Le Triomphe de Silène ;

Le monument de la République.

44M. Dalou s’est attaché, avec raison, à faire exécuter par les procédés de la fonte à cire perdue, la majeure partie de ses œuvres les plus importantes, soit par M. Eugène Gonon, soit par M. Bingen, les deux fort habiles.

Le bronze à cire perdue d’un seul jet

45Par l’habileté de l’exécution, le bronze du Mirabeau est tout aussi merveilleux.

46Il ne paraît pas possible de reproduire un modèle avec plus de finesse et d’exactitude, tout en conservant tout à la fois le mouvement de la composition, le caractère propre des figures, jusqu’au grain des parties nues, même le tissu des étoffes.

47M. Eugène Gonon, auxiliaire du statuaire, a été choisi par lui à juste titre. Il pouvait seul mener à bien, dans des conditions parfaites, un travail de cette importance.

48Le procédé dit « de fonte à cire perdue d’un seul jet », convenait plus que tout autre pour assurer un fini irréprochable. Il offrait au sculpteur un immense avantage, en lui permettant de reprendre l’œuvre dans les plus petits détails au dernier moment de l’opération, sur la cire de moulage elle-même. Cette matière à la fois consistante et molle, dont M. Gonon a le secret, reste facile à travailler pendant plusieurs mois ; elle est susceptible de recevoir les retouches les plus délicates.

49Dans ce procédé, c’est le sculpteur lui-même qui arrête l’épreuve en cire d’une manière définitive et sûre, et par conséquent le bronze, puisque le moulage est reproduit fidèlement.

50Après la coulée du bronze en cire perdue, il faut même bien se garder de retoucher le métal ni au burin, ni à la lime ; il ne doit recevoir de ciselure que dans les parties de raccord absolument nécessaires pour l’ajustage des amorces, des jets, et pour la fermeture des vides laissés par les évents.

51Par le moulage en sable, on aurait peut-être obtenu également de bons résultats, mais ce dernier procédé n’aurait présenté aucune garantie de rigoureuse exactitude. Le fondeur aurait même rencontré des difficultés d’exécution encore plus grandes de beaucoup, eu égard aux nombreux refouillements et aux fortes saillies du modèle, et enfin au poids considérable du métal à employer.

52Dans le moulage par pièces rapportées, les diverses parties fondues séparément portent nécessairement, suivant les plans de jonction, en arrière de la surface en élévation, de larges et épaisses brides d’attache destinées à recevoir les vis de liaison : l’attache des divers morceaux est toujours une opération délicate : souvent les figures sont altérées dans certaines parties et l’on est exposé à ce que certaines pièces soient déviées de leur véritable direction.

53Dans la pièce d'un seul jet, ces raccords sont évités bien entendu, et surtout rien ne peut déranger l'exactitude de la reproduction. Le poids est d'ailleurs allégé d'autant.

54On peut rappeler à ce sujet qu’ont été moulées en sable, dans l’usine d’Imphy (Nièvre), de 1806 à 1810, chez MM. Debladis, Guérin et Cie, les 425 plaques de bronze relativement de petites dimensions, du poids de 400 kg l’une, qui forment le développement de la colonne Vendôme sur une longueur de 280 mètres. Ces bas-reliefs ont été moulés par parties découpées, puis les différents moules ont été réunis dans un châssis unique ; on coulait ensuite d’un seul jet. Quant aux corniches et aux cimaises avec guirlandes et feuilles de chêne très refouillées, après avoir comprimé du sable très serré sur le modèle en plâtre, le moule fut chauffé à haute température avec un feu de charbon de bois, de manière à réduire le plâtre du modèle en petits fragments et en poussière. Il devint alors facile d’enlever le plâtre tout en conservant l’empreinte exacte.

55Ces tours de main, susceptibles d’être appliqués, à la rigueur, au moulage de panneaux de dimensions assez limitées, ne pouvaient convenir pour l’exécution du Mirabeau dont les proportions sont colossales par rapport à celles des œuvres du même genre exécutées jusqu’à ce jour.

56Le Mirabeau mesure en effet 6m54 sur 2m56 de hauteur.

57Il comprend 67 figures dont 50 en haut-relief. Les deux personnages sont même en ronde-bosse : c’est là ce qui compliquait l’exécution et la rendait d’une difficulté si exceptionnelle.

58M. E. Gonon se trouvait donc en présence d’un problème tout nouveau ; il l’a résolu avec le plus grand talent en faisant preuve d’une profonde connaissance de l’art du modeleur fondeur à cire perdue ; il a produit un admirable chef-d’œuvre de fonte, et cependant des difficultés sans nombre se sont produites pendant le cours du travail, malgré toutes les précautions prises pour ne rien laisser au hasard.

Le fondeur

59Mais M. Eugène Gonon possède une rare expérience.

60Élève de son père, Honoré Gonon, le fondeur bien connu du commencement de ce siècle, le rénovateur de la fonte à cire perdue, art oublié depuis la fin du xviie siècle, M. Eugène Gonon fut initié dès son jeune âge à tous les secrets de cette industrie d’art. Il apprit successivement le moulage en plâtre, en sable, en cire, la monture du bronze d’art, la ciselure.

61Plus tard, il suivit les leçons des sculpteurs Blondel et Pradier, puis les concours de l’École de Beaux-arts où il obtint une 3e médaille en 1839, à l’âge de 25 ans.

62Il acquit par ces sérieux travaux une grande sûreté de coup d’œil, une grande fermeté de main, et pendant sa longue carrière, poursuivant ses recherches et ses inventions, il fit chaque jour de nouveaux progrès dans le perfectionnement du moulage à cire perdue.

63En M. Eugène Gonon se résume le véritable type du vieil artisan parisien, par son intelligence fine et développée, son esprit toujours en éveil. Tout en lui dénote l’artiste heureux de recevoir les impressions avec bienveillance, prêt à répondre victorieusement aux objections qui lui sont faites sur les ressources de son procédé.

64C’est que ce procédé a fait ses preuves depuis de longues années. Les reproductions de M. Gonon, entièrement irréprochables, ont été appréciées sous toutes les formes, statues, bustes, bas-reliefs ; elles ornent les musées et les promenades d’un grand nombre de villes en France et à l’étranger.

65Ses œuvres originales, ses groupes d’animaux, bronzes refouillés de feuillages et de fleurs, d’une difficulté inouïe comme reproduction en métal, ont valu à leur auteur, dans les trois dernières Expositions universelles, en 1867, en 1878, en 1889, une médaille d’or bien méritée par les perfectionnements apportés au procédé, par le bon goût et la délicatesse des ouvrages exposés.

66Dans l’atelier de son père, où il a vécu pendant toute sa jeunesse, M. Eugène Gonon a pris conscience de sa nature artistique et de lui-même ; chaque jour, il voyait se produire de nouvelles recherches, de nouveaux efforts pour l’exécution de beaux bronzes d’une rare finesse. Aussi s’est-il consacré avec ardeur à conserver et à perfectionner la découverte qui a établi la réputation de l’atelier fondé par son père.

67De 1828 à 1839, en collaboration avec son père, il a exécuté en bronze à cire perdue d’un seul jet, de nombreuses statues dont voici les plus connues :

Le Pêcheur napolitain, de Duret, pour le Louvre ;

La statue de Jefferson, de David d’Angers, pour le Capitole, à Washington ;

La statue de Cuvier, de David d’Angers, pour Montbéliard ;

La statue colossale de Pierre Corneille, de David d’Angers, pour Rouen ;

La statue de Cujas, de Levallois, pour Blois ;

La statue de Hoche, de Lemaire, pour Versailles ;

La statue de Kléber, de Grafs, pour Strasbourg, avec deux bas-reliefs pour le piédestal ;

Le Lion au serpent, de Barye, sur la terrasse des Tuileries ;

Huit groupes d'animaux, par Barye ;

Le surtout du duc d’Orléans, dont les principales figures ont été modelées par Barye, etc.

68M. Eugène Gonon, resté seul en 1840, poursuivit la fabrication de bronze d’art par ce même procédé de fonte à cire perdue d’un seul jet. La liste des principaux ouvrages est aussi bien longue. Voici les plus importants :

Bas-relief de saint Pierre et saint Paul, de Bonnassieux, pour la prison Mamertine, à Rome ;

Monument de M. de Candolle, de Pradier, à Genève ;

Couronne de lauriers, d’Armand Toussaint, pour la tombe de David d’Angers, dans le cimetière du Père-Lachaise ;

Les Gladiateurs, de M. Gérôme, au musée des Arts décoratifs ;

Le Chien blessé, de Frémiet, au musée du Luxembourg ;

La Fatalité, groupe de M. E. Christophe, au musée du Luxembourg ;

Thésée et le Centaure Bienor, de Barye, au musée du Luxembourg ;

La statue de Blanqui, pour sa tombe du Père-Lachaise, par M. Jules Dalou, etc.

69M. Gonon présentait donc par sa valeur professionnelle, mise en évidence, par ses nombreux travaux, les plus sérieuses garanties pour la bonne exécution du Mirabeau, lorsque, sur la demande du sculpteur, M. J. Dalou, il reçut en 1883 de M. Jules Ferry, alors ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, la commande de ce beau travail.

70Parmi les difficultés de l’exécution, il en est une toute spéciale, des plus sérieuses, qui fait ressortir encore ce qu’il y eut d’heureux dans le choix du ministre, c’est qu’aucune partie de l’ouvrage proprement dit ne peut être confiée à des ouvriers d’état dans la méthode si délicate de la fonte à cire perdue.

71M. E. Gonon, seul encore à ce jour, on peut l’affirmer, car il n’a formé aucun élève, était à même d’assurer en toute sécurité le succès absolu des diverses opérations que comporte l’emploi de son procédé perfectionné.

Le procédé – Les conditions d’exécution

72Le principe du procédé est des plus simples ; les principales périodes de l’opération se résument comme suit :

731° Prendre avec du plâtre fin un contre-moule en bon creux du bas-relief, en plusieurs parties susceptibles d’être enlevées facilement ;

742° Couler dans chaque partie du contre-moule une légère couche de cire d’une épaisseur variable entre 8 et 10 millimètres, selon leur emplacement. Les parties exposées à prendre beaucoup de retrait sont les plus épaisses ;

753° Assembler les diverses parties du contre-moule, puis couler en arrière, de manière à bien remplir le creux, un noyau plein en terre réfractaire de bonne épaisseur ;

764° Enlever le contre-moule par fragments en laissant la cire sur le noyau ;

775° Placer les jets, les évents et les armatures ;

786° Recouvrir toute la surface d’un enduit de sable maigre réfractaire convenablement choisi, sur une épaisseur assez considérable pour former une chape résistante. Le choix du sable est très important et constitue un point capital pour le succès de l’opération ;

797° Chauffer le moule ainsi formé à la température du rouge assez élevée : a/ pour faire couler toute la cire ; b/ pour détruire la partie grasse de la cire infiltrée dans le sable ; c/ sécher le moule à cœur ; d/ préparer la surface des jets à recevoir la coulée ;

808° Remplir le vide laissé par la fusion de la cire avec du bronze préalablement amené à l’état de fusion ;

819° Après refroidissement, dégager toute la surface du métal, enlever le sable, dégager chaque partie, couper les bavures, les jets et les évents, fermer par des plaquettes exactement ajustées et serties les vides présentés par les évents et armatures, les ciseler selon le modèle ;

8210° Donner à la surface du bas-relief, au moyen d’un décapage à l’acide, la mise en couleur, soit la teinte jaune florentin, soit la teinte vert antique ;

8311° Donner enfin le brillant des reflets en frottant le bronze avec un chiffon huilé.

84L’ensemble de ces opérations est certainement des plus simples quand elles s’appliquent à une œuvre de dimensions réduites, mais on a peine à se convaincre de prime abord comment il a été possible d’appliquer une semblable méthode à un travail d’une importance considérable.

85Et cependant M. Eugène Gonon l’a exécuté à lui seul, de ses propres mains, à peine secondé par un simple manœuvre.

86Il a fallu toute son habileté, la profonde connaissance de son art, et enfin la santé qu’il a conservée pendant sa vigoureuse vieillesse, malgré divers accidents graves, pour terminer, en moins de sept années le grand bas-relief.

87Ce délai de sept ans est, du reste, bien court si on le rapproche de celui qui fut nécessaire à Lorenzo Ghiberti, au xve siècle, de 1408 à 1428, pour la fonte à cire perdue de la seconde porte du baptistère de Florence à panneaux rapportés, celle dite, par Michel-Ange, la porte merveilleuse, la porte du Paradis. La première de ces portes, fondue en cire également, par André de Pise, avait été terminée en 1399.

88De même, en 1699, les frères Keller employèrent plusieurs années dans la fonderie de l’Arsenal, à Paris, dont le ministre Louvois leur avait confié la direction depuis 1684, pour la reproduction en bronze à cire perdue de la première statue équestre de Louis XIV, pour la place des Victoires, celle qui fut brisée pendant les jours néfastes de la Révolution.

89De même encore, la fonte, par Falconet, de la statue équestre de Pierre le Grand, a exigé douze années de travail à Saint-Pétersbourg, à la fin du xviiie siècle.

90La reproduction en bronze à cire perdue du David de Michel-Ange, qu’ont admirée dans la section italienne les visiteurs de l’Exposition de 1878, est un moulage moderne. Elle a exigé également, de la part des artistes italiens qui l’ont exécutée, d’après la statue colossale en marbre du musée de Florence, plusieurs années de travail.

91De grandes précautions doivent être prises, en effet, pour assurer le succès, et le fondeur doit bien arrêter à l’avance la marche de l’opération dans les détails les plus minutieux.

92Une fois le moule terminé, il faut fondre la cire dans toutes les parties et très également, donner la cuisson au noyau et à la chape assez lentement pour que les terres ne se fendillent pas et pour qu’aucune partie ne soit entraînée par la cire ; dans ce dernier cas, les conduits pourraient être bouchés ou engorgés.

93La chaleur doit être cependant assez intense, tout en évitant de ramollir les armatures, et l’opération doit être prolongée pendant un temps suffisant pour atteindre le moule dans toute son épaisseur.

94Il faut encore, lors de la coulée, que le bronze monte doucement et régulièrement, en s’élevant par couches horizontales, sans exercer de poussée anormale en aucun point, de manière à éviter tout déplacement du noyau. Sinon, il se produirait des surépaisseurs en certaines parties tandis qu’en d’autres points, le métal ne recouvrirait pas le noyau.

95Si le moule présentait quelque trace d’humidité, le métal incandescent ferait dégager de la vapeur d’eau, et les gaz formeraient à la surface du bronze de graves défauts sous forme de bulles, de bouillons, de soufflures plus ou moins profondes.

L’exécution du bas-relief – Disposition de l’atelier

96Le délai de sept années employé par M. Gonon a été, en fait, très réduit, il faut le reconnaître, quand on examine, en détail, les conditions peu favorables dans lesquelles il se trouvait lorsqu’il entreprit cette grande œuvre.

97Lorsqu’il reçut, en 1883, la commande du Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, tout était à créer.

98M. Gonon avait, pour toutes ressources, la pension annuelle de 3 000 francs qui lui fut allouée par l’État, à titre d’indemnité, en 1876, lorsqu’il remit au ministère des Beaux-Arts le manuscrit dans lequel il donne, dans les plus grands détails, tous les secrets de ses procédés.

99Il n’avait rien produit de quelque importance depuis l’achèvement, en février 1878, du groupe colossal des Gladiateurs, sculpté par M. Gérôme pour l’Exposition universelle, d’après son célèbre tableau ; ce bronze admirable eut un très grand succès au Trocadéro où il ornait l’un des grands vestibules d’entrée. Il avait été moulé et coulé dans un très petit atelier, installé à peu de frais au fond d’une cour de la rue de Sèvres, en utilisant une misérable bâtisse qui avait précédemment servi d’écurie.

100La fonte du bas-relief exigeait une grande installation, un vaste hangar, une fosse de coulée parfaitement étanche et maçonnée, un grand four de fusion.

101Au fond d’une longue allée pavée, au no 18 de la rue Pérignon, dans un grand terrain d’environ 660 mètres, où se trouvait déjà une construction légère pouvant être aménagée en modeste habitation, M. Gonon fit construire le hangar.

102Il était formé de trois travées successives, dont les dimensions pour chaque travée étaient d’environ 9 mètres sur 3 mètres. Deux des travées étaient éclairées au moyen de quatre châssis vitrés ménagés dans la toiture en tuiles.

103Dans la première travée fut creusée une grande fosse, entièrement maçonnée de 8 mètres de longueur et de 4m50 en profondeur, sur 3M 60 de largeur, destinée à recevoir le moule du bas-relief, ce moule devant être du reste placé verticalement.

104La seconde travée était disposée pour recevoir l’épreuve en plâtre du bas-relief, tel qu’il avait figuré au Salon de 1883 ; c’est là que furent exécutés les contre-moulages en plâtre, convenablement découpés, des diverses parties de l’ouvrage.

105Enfin, la troisième travée, faiblement éclairée, laissée dans l’ombre avec intention, pour conserver une certaine fraîcheur, était destinée plus spécialement à recevoir les divers matériaux approvisionnés successivement, le plâtre, la cire, la résine, les terres, les briques, les engins de levage et apparaux, etc., etc.

  • 6  Elles furent exécutées par M. Hippolyte Daligaud pour les terrassements et les maçonneries, et par (...)

106L’installation de ces constructions6 se fit assez rapidement, et dès le courant de 1883, M. Gonon pouvait commencer le travail, rempli de l’espoir de le conduire rapidement à bonne fin, en donnant ainsi une preuve de l’immense supériorité de son procédé à cire perdue pour la reproduction des œuvres d’art, surtout lorsqu’elles présentent des difficultés d’exécution tout exceptionnelles.

107Des circonstances imprévues et indépendantes de sa volonté vinrent, à diverses reprises, entraver l’exécution sans nuire cependant au succès.

Préparation du contre-moule en bon creux

108Le contre-moule en plâtre a été pris en bon creux par les procédés ordinaires en nombreux fragments convenablement divisés, de manière à permettre la sortie successive de chaque partie isolée.

109Des repères ont été aménagés dans les parois latérales, suivant les plans de coupure normaux aux faces principales.

110Ce moulage a été exécuté par un mouleur en plâtre et deux aides ; il a duré environ six mois.

111M. Raffaelli a représenté avec beaucoup de talent, dans un tableau actuellement au musée du Luxembourg, M. Gonon en costume de travail, dirigeant dans son atelier la confection de ces moulages préliminaires. Cette toile intéressante avait figuré au Salon des artistes vivants, au Palais de l’Industrie, en 1886.

Coulée de la cire dans le contre-moule

112Dans chaque fragment du contre-moule, préalablement enduit d’une couche d’un mélange gras, M. Gonon fit couler de la cire ordinaire fondue à la température voulue dans une bassine en fer et mélangée d’une petite quantité de résine et de suif.

113La partie du mélange liquide en contact avec le plâtre se fige précipitamment et vient former dans tous les replis du moule en creux une couche solide plus ou moins épaisse, selon la durée du refroidissement.

114L’épaisseur ainsi donnée à la cire est variable entre 8 et 10 millimètres, selon la position que doit occuper le fragment dans l’ensemble du moule. L’épaisseur est moindre dans les parties supérieures et dans les parties planes, dans les points où le retrait du bronze après la coulée ne doit pas exercer trop violemment son action.

115Au contraire, il faut donner plus de métal, de manière à obtenir un refroidissement plus lent du métal dans le moule, dans les parties où le retrait doit être le plus énergique.

116Ainsi chaque fragment du contre-moule en plâtre ayant été rempli de cire liquide et chaude, cette cire est refroidie en se solidifiant d’abord contre la paroi froide et poreuse.

117Après un temps suffisant, la couche de cire solide ayant pris l’épaisseur convenable, selon la durée du refroidissement, le contre-moule fut renversé en faisant écouler dans la bassine l’excès de cire liquide. Dans ces conditions, la couche de cire déjà solidifiée reste fixée contre la paroi – sans être adhérente toutefois – eu égard à l’interposition de la couche d’huile et de graisse, de composition spéciale, répartie au préalable dans le creux du moule.

118Le retrait du bronze, lors de la solidification dans le moule, est de 10 millimètres par mètre, environ 1 %, et le fondeur est tenu aux précautions les plus minutieuses pour éviter par le fait du refroidissement la production de fissures dans le métal par suite de ce phénomène physique.

119Cet accident se produit surtout quand une paroi mince se trouve placée entre deux parties épaisses ; la paroi mince, refroidie la première, ne peut plus, si elle reste emprisonnée dans le moule, suivre les mouvements de contraction des parties voisines au fur et à mesure qu’elles se refroidissent.

120Le fondeur doit donc prendre des précautions spéciales, en disposant dans le moule, en des points convenablement choisis, des masses de métal de dimensions suffisantes qui, restant pendant longtemps à l’état liquide, viennent nourrir, viennent abreuver les parties minces tout en les conservant elles-mêmes à haute température pendant un temps assez long pour que la chaleur soit maintenue également dans la masse totale. C’est l’un des tours de main les plus délicats de l’artiste fondeur, de choisir en parfaite connaissance de cause la répartition des épaisseurs dans le moule.

Assemblage des diverses parties du contre-moule. Confection du noyau

121Les divers fragments du contre-moule ayant ainsi été recouverts à l’intérieur d’une couche de cire, on les a réunis en les plaçant verticalement, selon la longueur de la fosse et vers le tiers de largeur, près du mur extérieur, au-dessus d’une plate-forme de briques disposée sur une série de voûtes creuses dans lesquelles avaient été ménagés des points d’appui pour des barreaux de grille.

122Les divers foyers espacés dans ces conditions sous la plate-forme, à la façon des foyers d’une étuve de fonderie, ont servi ultérieurement au chauffage du moule complet après son achèvement, lorsque le moment est venu de fondre la couche de cire.

123Le contre-moule fut maintenu, naturellement, au moyen de contre-fiches en bois solidement appuyées contre les parois latérales de la fosse.

124Le moule étant enfin assemblé en bon creux verticalement, une arrière-cloison en planches bien jointives a été disposée à une distance d’environ 0,40 du côté creux, et calée également par des madriers appuyés contre la paroi opposée de la fosse. Dans l’intervalle, pour former un noyau adhérent qui remplisse exactement le creux, en venant s’appliquer sur la cire, M. Gonon fit jeter un remplissage en coulis composé d’un mélange de plâtre et de terre cuite (ou brique) pilée. Le vide fut ainsi complètement fermé.

125Le noyau a employé 10 mètres cubes de ce mélange ; il a été fait en six heures et demie avec l’aide de six manœuvres répartis par moitié à chaque extrémité du bas-relief. Le coulis était gâché constamment dans deux baquets que l’on vidait sans cesse dans l’intervalle ménagé entre le contre-moule et la cloison en planches.

126La prise du noyau était faite vingt minutes après la mise en place de chaque couche. Ce noyau s’est ainsi desséché de suite et devint très dur.

Fig. 2. Disposition des jets de coulée

Fig. 2. Disposition des jets de coulée

 [Suppression du contre-moule]

127Quelques jours après, il fut possible d’enlever les diverses parties du contre-moule, tout en laissant la cire solidement adhérente.

128La petite quantité de matière grasse interposée entre la cire et le moule en creux lors de sa fusion s’est opposée à ce qu’elle reste attachée au plâtre.

129M. Gonon enleva lui-même sur la couche de cire les coutures des diverses parties des contre-moules en plâtre.

130La préparation du moule en cire fut terminée au printemps de 1883.

131Dans les conditions où il a été opéré, ainsi qu’il résulte de ce qui précède, M. Gonon avait obtenu une reproduction en cire absolument fidèle et exacte du modèle dans toutes ses parties et à tous égards. Chaque personnage était bien en place et présentait un excellent modèle en cire molle et plastique.

132C’est alors qu’il fit appel à toute la diligence de M. Dalou en le priant d’exécuter en toute hâte les retouches qu’il jugerait nécessaires, soit pour remédier aux défauts que pourrait présenter l’épreuve en cire, soit pour arrêter de plus près certains détails.

133Il était nécessaire, pour la bonne marche du travail, que ces réparations fussent faites sans aucun retard pendant que la cire était fraîche, afin d’éviter tout mouvement de la cire sur le noyau.

134Sous l’action du temps, par suite de variations de température, ou bien selon le degré de siccité de l’air, la couche de cire, d’une épaisseur assez minime, se gondole en effet ou se fendille d’autant plus que les surfaces sont considérables. Mais, contrairement aux désirs de M. Gonon, eu égard à l’énorme superficie du bas-relief, que l’on peut estimer, avec tous les refouillements, à plus de 40 mètres superficiels, il fallut près d’une année pour le parachèvement définitif de la cire, et certains désordres finirent par apparaître. La cire se desséchant pendant les chaudes journées d’un été brûlant, elle fut soulevée dans certaines parties.

135Si cet état de choses se fut prolongé, le moulage en cire était perdu entièrement.

136Toutefois, M. Gonon poursuivit le travail avec persévérance dès qu’il lui fut possible de le reprendre, vers la fin de 1886.

137Il dut seulement prendre des précautions toutes spéciales pour éviter, lors de la fonte, des surépaisseurs dans le bronze, et pour éviter le déplacement du noyau, surtout dans les parties en saillie ou en ronde-bosse.

Pose des évents, des jets de coulée et des armatures

138Il tint compte de ces circonstances, lors de la pose en avant du moulage en cire, des bâtons de cire destinés à réserver dans la masse de la chape les conduits formant évents pour la sortie de l’air contenu dans le moule, lors de la coulée du bronze liquide.

139L’écoulement de l’air doit être assuré avec de grandes précautions : si cet air restait emprisonné dans l’intérieur du moule, il empêcherait la pénétration du métal dans les parties formant cul-de-sac : il pourrait même faire éclater le moule.

140De même, en ce qui concerne les jets de coulée, les conduits destinés à livrer passage au métal en fusion furent également ménagés au moyen de bâtons en cire placés verticalement devant le moulage de cire et convenablement reliés à ce moulage. Les points de liaison entre les évents et le moulage, entre les jets de coulée et le moulage furent répartis en grand nombre dans les conditions les meilleures pour en assurer l’effet et le bon fonctionnement.

141Les évents, comme les jets en cire, furent reliés entre eux d’une manière solide par des ferrures légères et de manière à former une sorte de réseau indéformable remplissant le rôle d’une série d’armatures. Ces pièces, dans leur ensemble, pesaient légèrement sur la cire.

142Ce réseau était complété par divers conduits dits tire-cire, disposés de façon à servir de rigoles pour l’écoulement de la cire, une fois le moule échauffé graduellement par les cinq foyers aménagés à la partie inférieure, en dessous du terre-plein formant l’assise de l’ensemble de la construction.

Confection de la chape ou manteau en terre réfractaire destinée à recouvrir le moule

143Une autre sujétion, et de beaucoup plus grave, fut également imposée par l’état de la cire.

144D’après ses prévisions premières, la cire étant bien adhérente au noyau, M. Gonon devait former la chape en faisant passer entre la cire et une seconde cloison en planches placée en avant un coulis réfractaire composé comme le noyau et d’une prise aussi rapide. L’opération devait durer en totalité de huit à dix heures, un peu plus que dans l’autre cas ; le volume du mélange était cette fois d’environ 15 mètres cubes.

145Par prudence, M. Gonon dut employer, lors de l’exécution, un système tout différent. Au lieu de construire la chape d’un seul jet et en quelques heures, il prit la résolution de faire usage de la méthode qu’il emploie ordinairement pour les petits ouvrages les plus fins et les plus délicats, et cela malgré la perte de temps qui devait résulter de cette manière de procéder, malgré l’immense surface du bas-relief.

146La méthode consiste à appliquer un coulis en terre réfractaire sablonneuse délayée dans l’eau, par couches minces successives, très légèrement, au moyen d’un pinceau en poil de blaireau, de manière à ne pas appuyer sur la cire et à en conserver les formes dans toute leur pureté. Il faut ainsi, tout d’abord, un grand nombre de couches pour obtenir une certaine épaisseur : les couches sont ensuite posées sous une épaisseur plus forte, au fur et à mesure qu’elles sont superposées.

147Cet expédient a donné d’excellents résultats, mais il a entraîné une nouvelle perte de temps. Il exige l’emploi d’un sable réfractaire très fin, bien tamisé et d’une qualité excellente. M. Gonon dut faire de nombreuses expériences de cuisson sur des empreintes très délicates prises sur les diverses terres parmi lesquelles il devait choisir, de manière à en constater la parfaite qualité. Il est en effet indispensable que la terre de la chape du moule conserve, même à très haute température, les empreintes les plus délicates, sans se déformer sous la pression considérable qu’exerce le métal, surtout dans les couches inférieures du moule.

148Une année entière s’est écoulée pendant que M. Gonon procédait à la confection de la chape : l’opération ne fut entièrement terminée qu’au commencement de 1888.

Chauffage du moule

1491° Le moule était ainsi complété et formait dans la fosse une masse compacte d’environ 0m80 d’épaisseur, dans le milieu de laquelle se trouvait renfermée une mince couche de cire ayant très exactement sur la face extérieure la forme du bas-relief.

150Cette couche était reliée par cinq petits canaux en terre avec des bassines destinées à recueillir la cire lorsqu’elle serait ramenée de nouveau à l’état de fusion.

151À cet effet, le moule s’étant séché lentement pendant plusieurs mois sous l’action de l’air et de la chaleur ambiante, les foyers disposés au-dessous de la plate-forme furent allumés et chargés à diverses reprises avec du coke jusqu’à ce que le moule ait été porté dans toute sa masse à la température nécessaire pour déterminer la fonte de la cire dans toute l’épaisseur.

152Il fut facile de constater que la totalité de la cire s’était écoulée par les orifices ménagés à la partie inférieure, en brûlant dans les cinq foyers quelques brindilles de paille légèrement humide.

153Les jets de fumée s’échappèrent à la partie supérieure, par les ouvertures réservées pour le passage des jets de coulée et des évents.

154La cuisson du moule a exigé environ deux semaines.

1552° Au-dessus du moule fut alors construit en briques maçonnées et recouvertes d’un pisé réfractaire, un bassin de coulée de 3m60 de longueur intérieure, de 0m60 de largeur et de 0m45 de hauteur ; à l’intérieur était battue une couche d’argile demi-grasse formant ouverture. Le fond de ce bassin était percé de quatre ouvertures, chaque ouverture se trouvant au-dessus de l’orifice supérieur de l’un des gros jets de coulée.

156Ainsi qu’il est indiqué dans le dessin les quatre jets principaux étaient disposés sur toute la hauteur du moule, et portaient chacun une nombreuse série de ramifications horizontales venant se raccorder en différents points, soit avec les personnages du bas-relief, soit avec le fond du panneau.

157Dans ces conditions, lors de la coulée, la première couche du métal devait s’étendre d’abord sur toute la partie inférieure du moule creux, puis remplir peu à peu le moule, en se répandant successivement à des niveaux de plus en plus élevés, suivant la répartition des jets secondaires.

158À l’intérieur du bassin, la surface était rendue plus compacte par une couche d’un badigeon formé de charbon de bois pulvérisé et d’argile fine délayée dans de l’eau. On évita ainsi l’entraînement du sable par le courant de métal.

159Enfin une dernière opération eut pour objet de bien consolider le moule par des contre-fiches horizontales servant de contreforts : elles étaient formées par une série de planches placées verticalement en avant et en arrière du moule, solidement maintenues par de forts madriers contrebutés contre les parois de la fosse et serrés au moyen de larges coins.

160Il faut en effet prévoir la forte poussée produite par le cuivre au moment de la solidification. Après la coulée, en se refroidissant, le cuivre se gonfle d’abord ; il prend ensuite du retrait. Ainsi, lors de la coulée du bas-relief, la poussée dans le moule fut tellement considérable, que les extrémités des madriers s’enfoncèrent dans les coins de plus de un millimètre.

161Cet effet est d’une amplitude parfois si considérable, que si toutes précautions ne sont pas prises, il entraîne alors quelques déplacements dans la position du noyau ; par suite, il se produit des surépaisseurs d’un côté de la pièce et des parois minces de l’autre.

162On peut estimer l’effort de dilatation ainsi produit à environ 500 kg par centimètre carré pour les couches inférieures du moule du bas-relief, eu égard à la grande hauteur du moule et du bassin de coulée.

163D’après les lois de la physique, l’effort de poussée qui se produit contre les parois du moule serait proportionnel à la hauteur du moule, si le métal se trouvait à l’état liquide en même temps dans toute la masse, après la coulée.

164Par un tour de main dangereux peut-être, mais qui dénote une observation très approfondie des conditions dans lesquelles il opère, M. Gonon évite en partie cet effet, et même dans la plus large mesure partout où cela est possible.

165Ce tour de main consiste, comme il sera dit plus loin, à ne laisser couler le métal dans le moule qu’à cette température presque voisine du point de solidification.

166On peut admettre qu’alors les couches extérieures se solidifient au fur et à mesure, ou à peu près, de la montée du métal dans le moule, tandis que la couche médiane reste à l’état liquide et livre passage au courant de métal destiné à former la partie supérieure de la pièce.

Fusion du bronze

167Tout était préparé pour recevoir la coulée dans le moule.

168Pendant ce temps, M. Gonon fait établir dans le jardinet, en dehors de l’atelier, le long de la paroi en briques qui fermait la fosse suivant le côté longitudinal, un grand four à réverbère, à sole concave et à tirage naturel, d’une capacité suffisante pour contenir la quantité de cuivre nécessaire.

169Le poids du cuivre fut calculé d’après le poids de la cire recueillie après le chauffage du moule.

Fig. 3. Four à réverbère construit par M. Eugène Gonon pour la fusion du bronze.

Fig. 3. Four à réverbère construit par M. Eugène Gonon pour la fusion du bronze.

Échelle de 0m0225 pour mètre.
Coupe verticale et plan.
Légende. A A Fer à I de 0m150 formant sommiers et grille formée de 21 barreaux en 1er carré de 30/30 ; B Projection de la section de la cheminée à la base. La cheminée a 8 mètres de hauteur totale ; elle est surmontée d'un clapet au-dessus. – D D Garnitureen briques et en pavé réfractaire pour rétrécir la sole dans la partie la plus élevée du foyer.
Les fers d'armatures sont maintenus à la base dans le massif en maçonnerie.

  • 7   Dans une communication à l'Académie des sciences du 22 décembre 1896, sur l'histoire des sciences (...)

170M. Gonon a établi cette formule empirique qu’en multipliant le poids de cette quantité de cire par 10, on obtient le poids du cuivre à employer7.

171Le poids du cuivre, divisé par sa densité, donne le volume du bassin creux à réserver dans la concavité de la sole.

172En opérant ainsi, on obtient toujours un léger excédent dans le poids du métal à couler, ce qui est nécessaire pour éviter un manque de matière lors du remplissage du moule.

173En fait, les principales dimensions du four de fusion étaient les suivantes :

Longueur totale à l’extérieur : 3m580

Largeur totale à l’extérieur : 1m740

Épaisseur de la sole : 0m220

Longueur intérieure de la sole : 2m180

Largeur intérieure de la sole : 1m300

Épaisseur de l’autel : 0m220

Longueur de la grille : 0m960

Largeur de la grille : 1m300

Épaisseur de la paroi près de la cheminée : 0m220

Section de la cheminée d’appel : 0m180 x 0m180

Hauteur de la cheminée : 8m

174Le four était construit en briques réfractaires ; la sole était formée de briques placées de champ et intimement scellées par des joints très minces de terre réfractaire.

175Les parois étaient maintenues au moyen d’armatures en fer à [forme manuscrite de I majuscule] et des tirants de 0m015 de diamètre pour éviter toute dislocation ou déformation lors du chauffage. La cheminée était également maintenue par des cadres en fer ; elle était munie d’un registre pour régler le tirage.

176La grille, composée d’une série de barreaux en fer reposant sur deux sommiers en fer à I, était disposée pour brûler de la houille grasse à longue flamme. Le coke ne convenait pas, étant d’une faible densité et susceptible, par conséquent, d’être entraîné par le courant d’air et de venir souiller le bain de métal.

177Sur la paroi latérale de la sole était ménagé un trou de coulée qui fut bouché pendant le chauffage au moyen d’un tampon en argile.

178Devant ce trou de coulée, un écheneau ou rigole en tôle, garni intérieurement de terre réfractaire et bien séché, était préparé pour conduire le métal en fusion jusqu’au bassin placé au-dessus du moule.

179Le 3 février 1889, tout était prêt enfin ! Le séchage du moule et les divers parachèvements avaient encore absorbé plus d’une année.

180La journée du 2 février avait été employée à charger sur la sole du four une première partie du cuivre rouge.

181Le lendemain, à trois heures du matin, le four est allumé et poussé graduellement ; sous l’action du tirage énergique de la cheminée, la chaleur devient de plus en plus intense, le laboratoire, la voûte en réverbère au-dessus de la sole, le métal lui-même sont bientôt à la chaleur blanche.

182Peu à peu les lingots de cuivre rouge sont ajoutés dans le bain, puis les lingots de cuivre jaune, de laiton.

183À midi, il restait encore 300 kg, pour la dernière charge, lorsque parut une légère fuite de métal entre le premier autel et les parois. La liaison entre les deux rangées de briques de l’autel et celles des piédroits n’avait pas été assurée par un enchevêtrement assez solide des briques. Le cuivre s’écoulait en formant de véritables stalactites.

184Cet incident fit hâter la coulée.

Coulée du bas-relief

185Au dernier moment fut ajoutée au bain fondu une petite quantité d’étain pur, métal facilement fusible, facilement oxydable, dont la présence est nécessaire dans le mélange pour entraîner les matières étrangères, silice, oxyde de cuivre, et qui pourraient nuire à la parfaite homogénéité du bronze.

186Quelques minutes après, le trou de coulée fut débouché, et le métal fondu s’échappa rapidement, eu égard à la pente assez forte de l’écheneau, en formant un ruisseau d’une blancheur éblouissante et en faisant entendre une sourde crépitation, mais calme, sans bouillonnement, ni échappée de gaz ni d’étincelles.

187Le bassin de coulée fut ainsi rempli rapidement. Les quatre ouvertures des jets de coulée avaient été hermétiquement fermées au moyen d’un tampon d’argile attaché à l’extrémité d’une tringle en fer. Près de chacune de ces tringles, un manœuvre se tenait à poste fixe, debout sur un échafaudage placé latéralement, en arrière du moule et au niveau du bassin.

188Les quatre hommes attendaient, avec grande attention, le signal de commandement à la suite duquel ils devaient enlever simultanément et sans aucune hésitation, la quenouille dont le maniement leur était confié, de manière à laisser le métal s’écouler dans tous les jets en même temps.

Fig. 4. Disposition de la fosse de coulée et du moule. Coupe transversale et plan.

Fig. 4. Disposition de la fosse de coulée et du moule. Coupe transversale et plan.

AA Fosse garnie intérieurement en maçonnerie de moellons ;
M Moule présentant en creux la forme exacte à donner au bronze ;
TT Madriers en bois formant contrefiches de chaque côté du moule et serrés au moyen de coins ;
F Four de fusion du bronze ;
F' Écheneau en tôle avec garniture réfractaire pour conduire le métal en fusion jusqu'au-dessus du moule ;
H H Auge en terre réfractaire ;
L Orifices des jets de coulée, les tampons enlevés ;
Échelle de 0m0070 pour mètre.

189Le signal ne fut pas donné de suite ; M. Gonon laissa le bain se reposer dans le bassin pendant un assez long intervalle, environ un quart d’heure, après l’avoir recouvert d’une épaisse couche de braisette, afin d’éviter toute oxydation. Le métal, en se refroidissant, perdit un peu de sa fluidité, dont l’excès eût été nuisible : en passant trop vivement dans les jets, le bronze trop chaud pourrait donner trop de poussée, délaver le sable et en entraîner quelques parties. En outre, à très haute température, le sable en présence du métal serait dans les conditions voulues pour former un composé fusible, une sorte d’émail ou de verre qui formerait, après le refroidissement, de graves défauts à la surface de la pièce fondue.

190De plus, le retrait est moindre quand on coule ainsi après un léger refroidissement.

191En fait, l’appréciation du degré de chaleur est le point capital ; jugeant le moment propice, d’après la teinte rougeâtre du bain et la consistance du métal, M. Gonon donna le signal convenu.

192Une fois les quenouilles enlevées, le métal remplit lentement le moule, en s’écoulant tranquillement, sans interruption, sans aucun bruit. Bientôt apparurent par les évents une fumée blanche et des gerbes de feu bleues et vertes : l’opération était terminée.

193Les trous d’évacuation ménagés à la partie inférieure du moule pour l’écoulement de la cire, lors de sa fusion, avaient été, bien entendu, bouchés avec soin au préalable.

194La coulée, cette opération toujours si délicate, s’est ainsi faite avec succès, sans aucun accident, sans aucun danger pour aucun des opérateurs, en un mot, dans les conditions les plus parfaites.

195Une imprudence, un manque de précaution, le moindre incident, le moindre ébranlement donné au moule pendant la solidification du métal pouvaient tout compromettre.

Démoulage

196Dès le lendemain, M. Gonon commença la démolition de la chape du moule, et il s’assura de la parfaite réussite du travail dans lequel il avait d’ailleurs toute confiance.

197Chacun peut comprendre avec quelle satisfaction, après six années d’un labeur acharné et des plus minutieux, il donna dans la masse de terre les premiers coups ; avec quel empressement il fit tomber rapidement le voile épais qui masquait l’œuvre dont il attend sa part de gloire dans le présent et dans l’avenir.

198Son impatience s’augmentait encore à mesure qu’il mettaitau jour avec beaucoup de peine et de précautions de plus belles parties, jusqu’à ce qu’enfin, le tout étant entièrement découvert, il eût reconnu que le bronze de Mirabeau était bien la reproduction exacte de la belle page de sculpture qui lui avait été confiée.

199L’œuvre de M. Dalou était dès lors impérissable ; elle restera dans les temps futurs comme l’un des plus beaux spécimens de l’art français à la fin du xixe siècle, et comme l’un des chefs-d’œuvre de la métallurgie du bronze à notre époque.

Finissage

200Il ne restait plus qu’à procéder au finissage.

201Cette dernière opération, exécutée par M. Gonon, de ses propres mains, sans autre aide qu’un jeune apprenti, exigea encore une année d’un travail assidu.

202Le finissage est la partie réellement pénible du travail ; elle exige tout à la fois beaucoup d’expérience, d’habileté manuelle et de bon goût.

203C’est qu’en effet, bien que très simple, le finissage entraînait néanmoins une certaine main-d’œuvre.

204De plus, cette main-d’œuvre était délicate, et ne pouvait être confiée à un ouvrier d’état, puisqu’elle ne comportait ni ciselure, ni monture ; le procédé de M. Gonon ayant tout spécialement pour objet de conserver le modelé dans toute sa pureté, sans altérer ni transformer en aucune façon le travail de l’artiste sculpteur.

205Le bronze de M. Gonon est le rendu de la cire pétrie par le sculpteur lui-même.

206Il fallait cependant faire usage de divers outils :

207Le burin, pour couper les jets et les évents, dont le poids total dépassait 1400 kilogr. ; la brosse ou poignée de fil de fer, pour enlever la couche de sable adhérente ; le marteau et la lime pour dresser les plans qui forment la paroi du fond, faire disparaître les rugosités ; le ciseau et le bédane, pour découper régulièrement les bords de divers orifices laissés ouverts par la coupure des évents ; le foret, pour percer les trous des vis ou goujons destinés à l’attache des pièces rapportées qui ferment ces orifices ou remplacent les quelques parties venues trop minces par suite du déplacement des noyaux lors de la coulée ; le mattoir, pour faire disparaître, en rapprochant les bords, les différentes lignes de joint.

208Le complément du bas-relief est resté intact, la fonte conservant fidèlement l’empreinte du sculpteur, et reproduisant, dans toutes les parties où l’artiste met le plus pur de son âme, tout le caractère et la physionomie de chacun des personnages.

209C’est dans le résultat absolument exceptionnel de finissage que l’on peut apprécier le véritable mérite du procédé de M. Eugène Gonon.

210Avec lui, les physionomies des personnages restent dans toute leur pureté, avec la peau même du métal, suivant l’expression figurée, mais très vraie, des gens de métier ; chaque partie de bronze a été en quelque sorte pétrie par M. Dalou : c’est là l’invention de M. Gonon.

211Au contraire, chez les fabricants les plus renommés, lorsque le monteur en bronze a terminé, d’une manière plus ou moins approchée, les raccords des diverses pièces fondues séparément, le ciseleur vient à son tour, promenant le burin sur le métal, dans tous les points, dans tous les plis, dans les refouillements les plus fins ; il retouche partout, et cherche, tout en frappant à petits coups, à obtenir la ressemblance. Cela était presque impossible et ne pouvait être obtenu en tout cas pour le bas-relief colossal, qu’au prix de dépenses énormes de temps et de main-d’œuvre, et au détriment de la vérité de la reproduction.

Mise en couleur

212Ton général du bas-relief. – Comme première impression, le ton général du bas-relief est d’une teinte de bronze florentin, devenue assez foncée avec le temps sous l’action d’un lavage à l’eau acidulée.

213M. Gonon avait chargé dans le four :

Cuivre rouge                         kil.  4 000 "

Laiton                                          1 500 "

Étain                                               142 "

TOTAL                                         5 642 "

214Le déchet du bronze pendant la fusion a été de 430 kg.

215À de fréquents intervalles, par des lavages avec des liqueurs acides légèrement appliquées au pinceau, le bronze prit peu à peu sa belle patine florentine ; en la frottant avec un chiffon huilé, on la rendit brillante.

216La teinte un peu foncée est relevée par les reflets sous-jacents du cuivre presque pur qui forme l’alliage.

217Des quantités mises en œuvre, il résulte en effet la composition suivante :

Cuivre                  93 60

Zinc                          4 "

Étain                       2 40

_____________________

                               100 "

218Ces chiffres sont en concordance avec les résultats de l’analyse qui a été faite sur des fragments des jets de coulée.

219M. Gonon, connaissant les travaux de M. Berthelot, aurait voulu se rapprocher autant que possible du cuivre pur, dans les conditions où opéraient les anciens, même dans les temps préhistoriques.

220Cela résulte, en effet, d’une analyse récente de M. Berthelot sur un fragment d’une figurine rapportée de Mésopotamie par M. de Lorsac, et que M. Oppert, le savant orientaliste, fait remonter à 4 000 ans avant l’ère chrétienne.

221Dans cette figurine, il n’y a pas d’étain. Il n’y a que du cuivre.

222M. Berthelot a fait encore une recherche semblable sur quelques parcelles prises sur un sceptre du roi Pepi de la sixième dynastie, roi de la Haute-Égypte, 3 500 à 4 000 ans avant Jésus-Christ. Là encore il n’y avait que du cuivre.

223Depuis les Grecs et les Romains, la fonte des statues est, au contraire, du bronze, c’est-à-dire un alliage dans des proportions assez variables de cuivre, d’étain et de zinc.

224Voici plusieurs exemples de la composition du bronze des statues :

225Le bronze de la statue du général Desaix, fondue par Honoré Gonon, comprenait :

Cuivre                   87 80

Étain                       5 10

Zinc                        6 52

Plomb                     0 58

_________________

    100 "

226Le plomb a l’inconvénient de former avec le sable des silicates fusibles, et en général on évite sa présence.

227Le bronze employé par les frères Keller, à la fin du XVIIe siècle, pour les statues du parc de Versailles, sous Louis XIV, avait la composition suivante :

Cuivre                  90 "

Étain                      1 "

Plomb                    1 "

Zinc                       7 "

________________

    100 "

228Le bronze de la colonne de Juillet contient :

Cuivre                    91 41

Zinc                         5 50

Étain                        1 70

Plomb                      1 37

_________________

                               99 98

229La patine du temps lui a donné la teinte très riche d’un beau vert florentin.

230Toutefois, les fondeurs admettent en général qu’en portant la proportion d’étain à 2 % et en diminuant celle de zinc, on obtient pour le bronze une patine plus rapide et d’un plus bel effet, et c’est là le résultat que M. Gonon a obtenu effectivement pour le bronze du Mirabeau, qui renferme beaucoup de cuivre et d’étain.

231Pour faciliter la coulée, lors de la fusion du bronze destiné au groupe des gladiateurs du peintre-sculpteur M. Gérôme, M. Gonon avait adopté la composition suivante :

Cuivre 89 "

Zinc 20 "

Étain  1 "

_________________

    101

232Ce bronze est remarquable dans l’ensemble et dans les détails. Les deux personnages sont l’un et l’autre très étudiés et d’une expression parfaite ; par suite de la très forte proportion de zinc ; la couleur est celle d’un beau bronze florentin d’un ton clair ; elle était nécessaire pour faire ressortir la richesse d’un grand nombre des ornements qui recouvrent les armures. L’exécution de ce groupe colossal présentait une sérieuse et réelle difficulté ; l’un des gladiateurs, le vainqueur, porte autour de la ceinture un gros filet dont le moulage formait une complication telle, que M. Gonon était le seul fondeur capable de l’opérer avec succès, grâce à son procédé de cire perdue.

Transport du bas-relief et mise en place dans son emplacement définitif

233Le finissage a pris environ quinze mois. C’est vers la fin de mois de mai 1890 que M. Gonon fit savoir à M. le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts que le bas-relief était achevé.

234Un inspecteur, délégué du ministre, M. Yriarte, vint dans l’atelier de M. Gonon, constater la bonne et loyale exécution de la commande et recevoir le travail au nom de l’État.

235M. de Jelly, architecte du palais de la Chambre des députés, prit dès lors les dispositions nécessaires pour la mise en place dans l’ensemble définitif.

236Le cadre en marbre blanc de Carrare était préparé chez le fournisseur, lorsque, par ordre supérieur, la pose fut ajournée jusqu’à l’examen par une Commission de la Chambre d’une proposition de M. Georges Berger, député de la Seine, ayant pour objet l’agrandissement de la salle des séances.

237Cet agrandissement entraînait la démolition du mur du fond de cette salle derrière lequel devait être placé le bas-relief.

238La mise en place, y compris la fourniture et la pose de l’encadrement, devant entraîner une dépense supplémentaire, l’architecte dut attendre la décision de la Chambre, et en fait, la date de l’inauguration a été retardée jusqu’en novembre 1891.

239Le transport et la mise en place du bas-relief au moyen d’échafaudage à un niveau assez élevé, exigeaient certaines précautions, eu égard au poids considérable de l’ouvrage et à ses grandes dimensions. Bien qu’aux termes de son contrat avec le ministère des Beaux-Arts, M. Gonon ne fût engagé qu’à livrer son bas-relief dans son atelier même, il eut à cœur de suivre avec la plus grande sollicitude toutes les manœuvres fort délicates, eu égard à la faible épaisseur du bronze, qui furent nécessaires pour la mise en place.

Résumé – Conclusion

240En résumé, le succès est bien acquis ; l’heureux achèvement du bas-relief colossal à cire perdue d’un seul jet, aura un grand retentissement dans le monde artistique et parmi les industriels qui s’occupent de la fabrication des bronzes d’art.

241Après M. Dadou, maintenant l’un des grands maîtres, la sculpture française, déjà si brillante depuis le xiie siècle, restera dans les belles traditions de cet art. Le xixe siècle avec Rude, David d’Angers, Barye, Pradier, Carpeaux, pour ne citer que ceux qui ne sont plus, fera époque ; le nom de l’auteur du Mirabeau brille parmi ceux des artistes grâce auxquels cette gloire nationale se poursuivra radieuse, immortelle.

242L’œuvre a été admirablement rendue par M. Gonon. Déjà remplie de mouvement, et, avons-nous dit, de couleur même rendue en plâtre par les jeux d’ombre et de lumière, elle donne en bronze des effets d’une grande vigueur : la perspective est augmentée, l’expression est plus nette.

243Si l’on se rappelle que les figures sont restées brutes de fonderie, sans aucune retouche, on comprend comment, par la forte proportion de cuivre rouge, le métal accentue les différences de tons, et comment il se produit des reflets tout particuliers qui font ressortir encore la valeur des divers plans avec une vive intensité.

244Il faut le répéter, le bas-relief du Mirabeau est une merveille.

245À ce titre, nous devons réunir dans l’expression de notre admiration et de notre respect pour l’art, le nom de M. Jules Dalou et celui de M. Gonon, dignes représentants du génie français et de l’industrie française.

246M. Jules Dalou a été promu au grade d’officier dans l’ordre de la Légion d’honneur. Une croix de chevalier a été demandée en faveur de M. Eugène Gonon, et il y a tout lieu d’espérer qu’elle ne se fera pas longtemps attendre.

247M. Gonon, l’un des doyens des artistes inventeurs et des artisans français, a bien mérité cette récompense. Par lui, maître en son art de fondeur à cire perdue d’un seul jet, auxiliaire dont le zèle et l’intelligence sont inépuisables, la glaise est devenue un bronze impérissable. Le bronze modelé fidèlement comme l’était la terre, sans qu’une seule ligne, un seul contour aient été altérés, rend dans toute sa pureté la pensée, l’inspiration grandiose et originale de l’auteur dont l’œuvre si vivante est livrée avec confiance à l’admiration publique.

A. Hallopeau,

Ingénieur métallurgiste

Notes

1  Il suffit, pour s'en convaincre, de parcourir les salles du Louvre, de l'École des Beaux-arts, du Trocadéro ; à part les bas-reliefs du Parthénon, le Diogène de Puget, les bas-reliefs de Jean Goujon, il n'est, à notre avis, rien de comparable au Mirabeau.

2  Le comte de Mirabeau (Honoré-Gabriel Riquetti) fut le plus grand orateur de l'Assemblée nationale et de l'Assemblée constituante.

3  Bailly, membre des trois Académies, député de Paris, avait prêté le premier, le serment du Jeu de Paume ; il fut nommé maire de Paris le 10 juillet 1789.

4  M. Jules Dalou, par l'heureuse application de son génie inventif, a surmonté victorieusement les difficultés des premiers pas du prolétaire dans la lutte pour la vie selon l'expression aujourd'hui admise. Élève à l'École des beaux-arts vers 1853, sans aucune fortune, il vivait de son travail, en montant des animaux pour les collections d'histoire naturelle ; le mouvement et la vie qu'il savait leur donner, lui assuraient le succès.

5  Avant cette époque, M. Dalou s'était fait connaître par plusieurs œuvres remarquables, parmi lesquelles on doit citer la Paysanne, terre cuite d'un grand effet de réalisme

6  Elles furent exécutées par M. Hippolyte Daligaud pour les terrassements et les maçonneries, et par M. Panard pour la charpente et la couverture.

7   Dans une communication à l'Académie des sciences du 22 décembre 1896, sur l'histoire des sciences, M. Berthelot cite un extrait d'un manuscrit de la Mappa clavicula, traité technique du Xe siècle sur l'orfèvrerie et la peinture, qui paraît traiter des moulages d'objets à cire perdue ; les chiffres du tableau ci-après indiquent les poids relatifs des métaux susceptibles de remplacer dans le moule un poids donné de cire. 1 once de cire (20 deniers), est remplacée après la fusion par :

1 once de cire (20 deniers), est remplacée après la fusion par :

8 onces et 16 deniers d'airain .............176 deniers

9       –         3      –     de cuivre ……...183     –

7       –         17    –     d'étain …………157     –

10     –         12    –     d’argent………...212    –

1 livre et 6 deniers de plomb ………….246     –

1 livre, 7 onces et 8 deniers d'or………388

Si l’on admet pour la densité de la cire la valeur 0,96, les chiffres précédents fourniraient pour les métaux les densités suivantes :

Arain……….. 8.4

Cuivre……….8.8

Etain…………7.5

Argent……   10.2

Or………… 18.6

Ces chiffres sont assez rapprochés des densités des métaux purs. Ils se rapporteraient aux métaux solidifiés plutôt qu'aux métaux en fusion.

Dans ce même manuscrit se trouvent, dans une recette d'amalgame de la Mappa clavicula, les mots Brindisini speculi tusi et cribellati, c’est-à-dire « métal à miroir de Brindes, broyé et criblé ». Ces miroirs de Brindes, cités par Pline en deux endroits, paraissent, pour M. Berthelot, l'origine du nom moderne de bronze.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. M. G[sic]. Dalou, sculpteur, et M. E. Gonon, fondeur en bronze à cire perdue, Les États généraux de 1789
Légende Bas-relief.Les députés après la séance royale du 26 juin 1789.Réponse de Mirabeau au Marquis de Dreux-Brézé« Nous sommes ici par la volonté du peuple, nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes. »
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 2. Disposition des jets de coulée
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 3. Four à réverbère construit par M. Eugène Gonon pour la fusion du bronze.
Légende Échelle de 0m0225 pour mètre.Coupe verticale et plan.Légende. A A Fer à I de 0m150 formant sommiers et grille formée de 21 barreaux en 1er carré de 30/30 ; B Projection de la section de la cheminée à la base. La cheminée a 8 mètres de hauteur totale ; elle est surmontée d'un clapet au-dessus. – D D Garnitureen briques et en pavé réfractaire pour rétrécir la sole dans la partie la plus élevée du foyer.Les fers d'armatures sont maintenus à la base dans le massif en maçonnerie.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 4. Disposition de la fosse de coulée et du moule. Coupe transversale et plan.
Légende AA Fosse garnie intérieurement en maçonnerie de moellons ;M Moule présentant en creux la forme exacte à donner au bronze ;TT Madriers en bois formant contrefiches de chaque côté du moule et serrés au moyen de coins ;F Four de fusion du bronze ;F' Écheneau en tôle avec garniture réfractaire pour conduire le métal en fusion jusqu'au-dessus du moule ;H H Auge en terre réfractaire ;L Orifices des jets de coulée, les tampons enlevés ;Échelle de 0m0070 pour mètre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lebon, « A. Hallopeau, « Le bas-relief de la chambre des Députés – Mirabeau et le marquis de Dreux-Brézé : 23 juin 1789 », 1891 », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012.

Référence électronique

Élisabeth Lebon, « A. Hallopeau, « Le bas-relief de la chambre des Députés – Mirabeau et le marquis de Dreux-Brézé : 23 juin 1789 », 1891 », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3634

Droits d’auteur

Tous droits réservés