Navigation – Plan du site
Germaine de Staël (1766 - 1817)

Introduction

Anne Lafont

Texte intégral

1Germaine de Staël est certainement l’un des auteurs français les plus connus de la période qui va de l’Ancien Régime à la Restauration, tant par ses écrits romanesques, théoriques, poétiques, historiques que pour ses engagements politiques à une époque instable pour la France et l’Europe. Germaine de Staël doit aussi sa renommée à sa filiation et à son cercle amical composé de l’élite européenne d’alors : de son père Necker, ministre de Louis XVI, aux écrivains Benjamin Constant, René de Chateaubriand ou encore en Allemagne, Goethe et les frères Schlegel, sans oublier son amitié avec l’illustre figure féminine de ce premier xixe siècle, Juliette Récamier. Germaine de Staël bénéficia d’une éducation et d’une instruction extrêmement soignées qui lui valurent en toutes circonstances une aptitude de jugement et de critique dont elle usa durant la Révolution française et l’Empire, même si cela lui coûta, de 1803 à 1815, l’interdiction napoléonienne de séjourner et de résider à Paris. Elle transforma cet exil involontaire et cette vie itinérante (Suisse, Allemagne, Russie, Italie, Angleterre…) en la source de travaux exemplaires, fondés sur l’observation et l’étude approfondies des mœurs et des cultures des populations européennes. Corinne ou l’Italie (1807), De l’Allemagne (1810), parmi d’autres, témoignent, selon des modalités narratives différentes (le premier ouvrage est un roman ; le second est un essai), de ces travaux frayant avec ce que l’on appelle aujourd’hui les sciences humaines et sociales.

2Les nombreuses recherches qu’ont suscitées les écrits fort divers de Germaine de Staël sur l’art renforcent l’idée que son œuvre est exceptionnelle et fondatrice, au point qu’elle transforma pour partie le discours sur l’art. Son influence se fait sentir, notamment mais pas seulement, dans les discours des femmes sur l’art, comme on le perçoit à la lecture chronologique de cette anthologie, qui voit les textes se renforcer théoriquement après les publications de l’égérie du groupe de Coppet : sur le plan conceptuel et concernant les références artistiques, mais aussi sur le plan du dispositif, rompant à la fois avec la mascarade propre à une forme de critique d’art et avec le prototype des vies d’artistes en vogue depuis Vasari et largement répandu depuis Félibien en passant par Dezallier d’Argenville jusqu’à Decamps. Dans les extraits qui suivent, Germaine de Staël présente, s’approprie et discute les concepts de l’esthétique allemande, pourtant encore timidement revendiquée dans les textes sur l’art signés par des auteurs français, à l’instar de Lessing, Winckelmann et Herder, puis ceux présentés dans la revue l’Athenaeum qui accueillit notamment les écrits d’August Wilhelm von Schlegel, compagnon de voyage de Germaine de Staël de 1803 à 1807 en Italie, en Suède et en Angleterre.

3Les pensées sur l’art de Germaine de Staël présentent certainement un intérêt majeur dans cette anthologie. À plusieurs égards au moins : la dimension cosmopolite de son parcours intellectuel, qui se nourrit de l’art et des cultures littéraires européennes dans leur ensemble ; l’affirmation d’une voix de femme auteure qui considère le difficile statut social des femmes artistes en 1800 et distingue les cultures politiques nationales dans leurs préjugés sexistes (dans Corinne, la société italienne et la société britannique gèrent différemment la renommée des artistes femmes) ; l’étendue et l’expertise de ses écrits sur l’art qui couvrent les peintures de la Renaissance italienne avec la même aisance que les arts contemporains tant français qu’allemands, ou encore l’architecture et l’urbanisme romains anciens. Germaine de Staël est assurément l’une des femmes d’exception dans ce champ encore indéfini des voix des femmes dans la littérature sur l’art.

Oeuvres commentées dans les romans de Germaine de Staël Corinne ou l'Italie et De l'Allemagne

Bibliographie

Balayé 1979

Simone Balayé, Mme de Staël. Lumières et liberté, Paris, Klincksieck, 1979.

Girard 1988

Marie-Hélène Girard, « Corinne collectionneur, ou le musée imaginaire de Mme de Staël », Art et littérature. Actes du congrès de la Société française de littérature générale et comparée, (Aix-en-Provence, 24-26 septembre 1986), Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, p. 241-261.

Jensen 2007

Heather Belnap Jensen, “Divisionary Tactics. Art Criticism as Political Weapon in Germaine de Staël’s Corinne, or Italy (1807)”, dans Waltraud Maierhofer, Gertrud Rösch et Caroline Bland (éd.), Women Against Napoleon. Historical and Fictional Responses, Francfort/New York, Campus Verlag, 2007, p. 161-186.

Lotterie 2004

Florence Lotterie, « Mme de Staël : la littérature comme “philosophie sensible” », Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, 2004, n124, p. 19-30.

Planté, Pouzoulet et Vaillant 2000

Christine Planté, Christine Pouzoulet et Alain Vaillant (dir.), Une mélodie intellectuelle, Corinne ou l’Italie de Germaine de Staël, actes des journées d’études, (12 et 17 février 2000, Lyon et Montpellier), Montpellier, université Paul Valéry, 2000.

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/3627

Droits d’auteur

Tous droits réservés