Navigation – Plan du site
Julie Candeille (1767 - 1834)

Julie Candeille, Lettres à M. Girodet, 1808, 1809, 1810, 1813

Montargis, musée Girodet, extraits choisis.

Texte intégral

26 rue Grange-Batelière, 1808 ; no 78

1Mon ami, avez-vous, comme les marchands du passage Feydeau ou du Panorama, un prix pour le public et un prix particulier ? Peignez-vous en grand ou en miniature ? Voilà les questions que vous adresse par ma bouche le grand gros millionnaire que vous avez rencontré chez moi l’autre soir. Je pouvais me passer de vous pour y répondre. Cependant, comme il connaît toute la Terre, peut-être vous convaincra-t-il de traiter avec lui. Il a, m’écrit-il, l’idée de fantaisie de cumuler sa face à celle de sa fille dans un tableau en pied… Je sais que pour une seule personne vous prenez 5 000 francs. Est-ce 10 […] pour deux personnes dans les mêmes cadres ? Veuillez me le dire au plus tôt. Et, du reste, faites cinq petits trous dans un fromage à la crème et vous aurez déjà atteint la ressemblance de la beauté que Monsieur le chambellan songe à confier à vos pinceaux. Et si son idée de fantaisie se fixe en votre faveur, n’oubliez pas de prendre vos sûretés ; car il est excessivement avare : ce qui va sans dire, puisqu’il est riche et bête.

2Mon ami, je suis triste ce soir, ou du moins j’étais triste avant de vous écrire. Mon cœur n’est plus qu’un tombeau depuis la perte irréparable de ma très chère illusion.

3Toute à vous, Girodet.

Julie Candeille

1809 ; n21

4Mme de l’Étang, femme aimable, grand amateur de tout ce qui est beau et très liée avec monseigneur de Sommariva, m’a témoigné le désir d’aller voir avec lui vos ouvrages. Monseigneur de Sommariva, maintenant à la campagne, en reviendra la semaine prochaine. Pourriez-vous le recevoir ? Vous conviendrait-il de lui vendre l’Endymion ? Pour quel prix en feriez-vous le sacrifice ? Voilà ce que je vous prie de me faire savoir demain mardi dans la matinée. Non que je sois certaine de rien. Mais parce que demain dans la journée, je verrai Mme de l’Étang et que je suis bien aise de pouvoir enfin répondre positivement à sa question qu’il m’a plus d’une fois adressée à ce sujet.

1810 ; no 64

5Tous les yeux, mon ami, ne sont pas faits pour s’arrêter avec respect sur une aussi belle production qu’Atala (fig. 1).

1. Anne-Louis Gir...1. Anne-Louis Girodet, Atala [Les Funérailles d’Atala]

1. Anne-Louis Girodet, Atala [Les Funérailles d’Atala]

1808, huile sur toile, 207 x 267 cm, Paris, musée du Louvre.

Le cœur des envieux n’est dans le secret de ses beautés que pour tâcher de les traverser, et celui des bonnes gens qui les y ramène à leur insu ne crie pas tout à fait. Si tant que l’impatience de vos adversaires maladroits qui ne sentent pas qu’en cabotant contre un ouvrage de cet ordre-là, ils en donnent d’autant plus de fond à l’écho de sa renommée !… Atala, au surplus, pouvait se passer de leur secours. C’est le sens du Salon ; le seul, soyez-en sûr, qui laissa après lui un sentiment profond du pouvoir de votre art. Il n’est cependant pas bien éclairé. La tête de Chactas, cette tête si expressive, perd beaucoup par le surcroît d’ombre qu’elle reçoit de l’angle où elle est placée : un homme qui vous rend justice en a fait l’observation. Votre grand tableau est le meilleur des quatre ; mais je conçois ce que vous devez souffrir de le voir ainsi exposé en peignoir à l’ignorance publique. Quant à la concurrence de l’autre Atala, si vous la devez à mon indiscrétion, j’espère que vous m’en remercierez. Je n’ai jamais chargé de palette ; mais je crois qu’avec du blanc et du noir, on peut venir à bout de copier ce chef-d’œuvre.

6Mme Clau[…] n’était pas des nôtres. Dans quelques jours j’y retournerai avec elle… Mais je renonce au métier d’espion dont je voulais m’aviser en votre faveur. C’est au contraire moi que chacun aurait l’air d’espionner. Que m’importe ? Ne sommes-nous pas amis, une fois, et jusqu’au tombeau ? Si vous étiez capable de trahir un attachement si pur, vous n’auriez pas dans l’âme les premiers éléments de votre beau génie… Je compte donc sur vous. Je vous aime ; je vous honore ; je vous embrasse avec tout mon cœur. – Au revoir.

1813 ; no 14

7Mon ami, j’ai vu ce matin M. S[…] qui m’a donné l’espoir le plus fondé pour le prix destiné au déluge (fig. 2.).

2. Anne-Louis Gir...2. Anne-Louis Girodet, Déluge [Scène de Déluge]

2. Anne-Louis Girodet, Déluge [Scène de Déluge]

Salon de 1806, huile sur toile, 441 x 331 cm, Paris, musée du Louvre.

8Demain j’en aurai des nouvelles plus positives par quelqu’un qui déjà m’en avait parlé. J’espère que vous avez songé à me communiquer vos demandes à ce sujet. Je vous invite à ne pas manquer ce soir Mme Clau[…] dont le mari et les amis peuvent faire nombre de voix. Vous viendrez quand vous en aurez le temps, demandez-moi pardon de votre si petit billet qui s’explique, au surplus, par l’absence d’un mot, et dont je ne vous ai grondé que pour vous engager à être un peu plus à ce que vous faites quand vous vous occupez un instant de votre amie.

Julie

Table des illustrations

Titre 1. Anne-Louis Girodet, Atala [Les Funérailles d’Atala]
Légende 1808, huile sur toile, 207 x 267 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 2. Anne-Louis Girodet, Déluge [Scène de Déluge]
Légende Salon de 1806, huile sur toile, 441 x 331 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3623/img-2.png
Fichier image/png, 695k

Pour citer cet article

Référence papier

« Julie Candeille, Lettres à M. Girodet, 1808, 1809, 1810, 1813 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Julie Candeille, Lettres à M. Girodet, 1808, 1809, 1810, 1813 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/3623

Droits d’auteur

Tous droits réservés