Navigation – Plan du site
Julie Candeille (1767 - 1834)

Introduction

Anne Lafont

Texte intégral

1Julie Candeille fut une enfant prodige, douée notamment pour la musique et la comédie, talents que son père exploita dès son plus jeune âge, en l’exhibant à la cour et en monnayant ses capacités extraordinairement précoces de cantatrice et de claveciniste. Elle fut ensuite une actrice remarquée de la Comédie-Française, interprétant notamment Mirza, personnage principal de L’Esclavage des nègres, l’heureux naufrage, pièce anti-esclavagiste écrite en 1788 par son amie Olympe de Gouges, en laquelle on reconnaît aujourd’hui une figure pionnière du féminisme. Engagée dans la première révolution des partisans de la Constituante, les Girondins, Julie Candeille fut inquiétée durant la Terreur et essuya finalement un revers de carrière qui la réorienta vers l’écriture, sous le Directoire. Elle s’employa alors à mener de front une carrière d’auteure et d’interprète – Catherine ou la Belle Fermière (1794) –, puis à écrire des romans historiques inspirés de femmes illustres – Bathilde reine des Francs (1814), Agnès de France ou le xiie siècle (1821) –, suivant en cela une mode troubadour, que les peintres lyonnais de la seconde école de David avaient initiée. De même, sa sensibilité aux nouvelles lois autorisant le divorce lui inspira sans doute Lydie ou les Mariages manqués (1809), d’autant qu’elle avait elle-même divorcé à deux reprises d’un certain Laroche, médecin, et du spéculateur belge Simmons.

2Cette œuvre et ce parcours singuliers laissent à penser que Julie Candeille participa de ce féminisme naissant qui vit des femmes de lettres envisager leur vie dans une émancipation relative vis-à-vis du mariage, dénonçant – sans y renoncer tout à fait – cette institution imposée comme seul moyen de subsistance pour les femmes. Dans cette perspective, Julie Candeille contribua aussi au rééquilibrage, en termes de genre, de l’édifice patriotique, choisissant de mettre en scène des figures de femmes françaises exceptionnelles qui, grâce à la fiction, accédaient au statut d’héroïnes nationales (Bathilde et Agnès) et/ou de modèle moral (Louise ou la Réconciliation, 1808).

  • 1  Voir le volume d'essais Plumes et Pinceaux – Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850), P (...)

3Ses textes sur l’art sont d’une nature particulière puisqu’il ne s’agit en aucun cas de critiques d’œuvres exposées au Salon, de traités théoriques ou encore d’histoire de l’art au sens d’un récit téléologique. Dans un souci de montrer la diversité des formes que prit l’écrit sur l’art à cette époque, y compris dans ses aspects les plus triviaux – dimension attachée à l’art qui préoccupe évidemment aussi les femmes –, il nous a semblé opportun de présenter un ensemble de textes témoignant de son engagement dans la promotion de la renommée publique de Girodet et de l’aide qu’elle lui apporta dans sa recherche d’une clientèle lucrative. Autrement dit, comme l’a bien montré Heather Belnap Jensen1, Julie Candeille, bonne amie de Girodet dans la seconde partie de sa vie, fut aussi sa conseillère artistique, son porte-parole et son intermédiaire professionnelle. En ce sens, cette précieuse correspondance – publiée récemment mais malheureusement sans appareil critique – renseigne sur la professionnalisation de la médiation artistique au début du xixe siècle et place Julie Candeille dans un rôle précurseur d’experte et de communicatrice, rôles qui anticipent certainement le métier de journaliste, de critique ou d’historienne que poursuivront Marie d’Agoult ou Alida de Savignac.

Tableaux de Girodet commentés par Julie Candeille dans sa correspondance avec le peintre.

Bibliographie

Lafont 2005

Anne Lafont, Girodet, Paris, Réunion des musées nationaux-Adam Biro, 2005.

Lassère 2005

Madeleine Lassère, Le Portrait double. Julie Candeille et Girodet, Paris, L'harmattan, 2005.

Letzer et Adelson 2000

Jacqueline Letzer et Robert Adelson, “Women Opera Composers face the Parisian comités de lecture. Where institutional barriers meet social barriers to performance”, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2000, n° 5, p. 355-369.

Notes

1  Voir le volume d'essais Plumes et Pinceaux – Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850), Paris, Presses du réel, 2012, p. 205.

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3620

Droits d’auteur

Tous droits réservés