Navigation – Plan du site
Anne Plumptre (1760 - 1818)

Introduction

Isabelle Baudino

Texte intégral

1Le goût d’Anne Plumptre pour les voyages constitue le véritable fil directeur de son œuvre littéraire originale. Dans ses romans, Antoinette (1796), The Rector’s Son (1798), Something New, or, Adventures at Campbell House (1801) et The History of Myself and a Friend (1817), les hésitations amoureuses et les dilemmes moraux entraînent les héros dans des aventures et sous des cieux exotiques. En prolongement des récits de ses propres voyages en Europe continentale et en Irlande, elle publia, entre 1803 et 1814, les traductions des voyages en Afrique du Sud d’Henry Lichtenstein, de ceux de François Pouqueville dans l’Empire ottoman et de l’expédition de Georg Heinrich von Langsdorff autour du monde. Connue également pour ses traductions du récit de la peste de 1720 à Marseille par Jean-Baptiste Bertrand, de la correspondance de Friedrich von Matthisson, de la biographie et de pièces de théâtre d’August von Kotzebue, Anne Plumptre fut une femme de lettres audacieuse et talentueuse.

2Née à Norwich dans une famille qui comptait plusieurs générations d’ecclésiastiques et d’intellectuels, elle reçut une excellente éducation. Sa mère, elle-même fille d’instituteur cultivée, et son père, membre du clergé anglican et recteur du Queen’s College à Cambridge, lui offrirent, ainsi qu’à ses cinq sœurs, une ouverture culturelle et des enseignements exceptionnels pour l’époque (Plumptre [1801] 1996, introduction, p. vii). Ce fut également à Norwich qu’Anne – accompagnée de sa sœur Annabella (1769-1838) – fit ses débuts littéraires, en 1790, dans le cercle réformiste rassemblé autour du pasteur unitarien William Enfield et du germaniste William Taylor. Les sœurs Plumptre se lièrent alors d’amitié avec une jeune femme de lettres, Amelia Alderson, qui partageait leur engagement politique (Plumptre [1801] 1996, introduction, p. ix-x).

3En 1802, Anne Plumptre partit en France en compagnie d’amis, dont peut-être Amelia Alderson et son époux, le peintre John Opie. Comme les nombreux Britanniques qui traversèrent la Manche à la faveur de la paix d’Amiens, elle était mue par une curiosité politique autant qu’artistique. Cela transparaît dans son Narrative of A Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Departments, from the Year 1802 to 1805 où elle propose une analyse de l’action de Bonaparte et de sa réception par les Français. Revendiquant ce que nous appellerions aujourd’hui un travail de terrain, elle s’appuie sur une enquête menée pendant trois ans sur tout le territoire français (dont huit mois à Paris) pour dresser un portrait positif du dirigeant français. Soucieuse de rectifier les critiques britanniques à l’égard de Napoléon, elle rédige une défense très argumentée et ne dissimule pas son admiration, notamment dans les derniers chapitres de son récit. Paru en 1810, huit ans après la paix d’Amiens, et dans un contexte de tensions renouvelées entre la France et le Royaume-Uni, son panégyrique lui valut des attaques très virulentes.

4Moins critiqués, ses commentaires artistiques n’en sont pas moins personnels. Sa connaissance des arts transparaît dans ses commentaires des œuvres exposées au Louvre. On y décèle aussi sa volonté de ne pas se cantonner dans un rôle de commentatrice. Elle remet en question le choix de certains sujets, ou leur traitement par les artistes, mais également les évaluations des critiques. Dans les musées parisiens, comme devant les paysages du sud de la France qui l’éblouissent, elle affiche une confiance en son goût et une autorité toutes mécénales.

Oeuvres observées par Anne Plumptre lors de son voyage en France, relaté dans son ouvrage Relation d’un séjour de trois ans en France.

Bibliographie

Plumptre(1801) 1996

Anne Plumptre, Something New, or, Adventures at Campbell House, Deborah McLeod (éd.), Peterborough, Broadview Press, (1801) 1996.

Plumptre 1810

Anne Plumptre, A Narrative of A Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Departments, from the Year 1802 to 1805: Including Some Authentic Particulars Respecting the Early Life of the French Emperor, and a General Inquiry into his Character 3 volumes, Londres, Mawman, Ridgeway, Clarke, Crosby and Constable, 1810.

Shaffer 2004

Elinor Shaffer, “Plumptre, Anne (1760-1818)”, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004. [En ligne] :  consulté le 26 août 2011.

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Baudino, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Isabelle Baudino, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/3613

Droits d’auteur

Tous droits réservés