Navigation – Plan du site
Maria Cosway (1759 - 1838)

Introduction

Fanny Reboul

Texte intégral

1Artiste anglo-italienne « accomplie », selon le terme de Stephan Lloyd, Maria Cosway a laissé une œuvre importante en Europe aussi bien sur le plan artistique qu’éducatif, ainsi que de nombreux témoignages sur l’art et les événements politiques dont une intéressante correspondance en anglais et en italien, et un journal tenu de 1802 à 1817 en italien.

2Née à Florence, où ses parents tenaient un hôtel pour les touristes anglais de passage lors du Grand Tour, Maria Hadfield fut dès son enfance au contact d’artistes et ses talents furent rapidement décelés. Douée pour la musique, elle se tourna également vers la peinture, à la suite de sa rencontre avec Angelika Kauffmann (Cazzulani et Stroppa 1989). Sur ses jeunes années, sa lettre autobiographique nous apporte quelques renseignements, notamment sur son apprentissage de l’art italien par la copie des maîtres, jusqu’à son retour à Londres après le décès de son père. Son mariage en 1781 avec Richard Cosway, miniaturiste, peintre officiel du prince de Galles, fut d’abord profitable à tous deux sur le plan artistique. En effet, jusqu’à la naissance de leur fille en 1790, Maria exposa à l’Académie de nombreuses toiles, des portraits – dont celui de la duchesse du Devonshire – et des sujets mythologiques ou tirés de la littérature. Toutefois, ce mariage se révéla vite un frein à sa carrière. Cantonnée au rôle de modèle ou de maîtresse de maison, Maria poursuivit néanmoins son activité de gravure et continua à échanger avec des artistes ou des hommes politiques, tels que le général Pasquale Paoli (général corse exilé en Angleterre) ou Thomas Jefferson qui écrivit pour elle Dialogue entre mon esprit et mon cœur. Rencontré lors d’un voyage à Paris, où il était ambassadeur, en 1786, Maria entretint avec lui une relation amicale, dont témoigne une correspondance tenue jusqu’à la mort de ce dernier, en 1825.

3Après la mort de sa fille en 1796, Maria Cosway se consacra de nouveau à la peinture et à la religion. En 1801, elle retourna à Paris et débuta le projet artistique le plus ambitieux de sa carrière : effectuer la copie et la gravure des œuvres du Musée central, futur musée du Louvre, agencées par Vivant Denon. Ce travail en commun avec Julius Griffiths s’avéra difficile, mais donna lieu à deux publications contenant chacune sept planches complètes. Pendant cette période, elle renoua certaines amitiés anciennes, notamment avec Jacques-Louis David qui la conseilla dans ses projets artistiques, ou Élisabeth Vigée-Lebrun ; mais elle fit aussi des rencontres déterminantes comme celle de l’oncle de Bonaparte, Joseph Fesch. Le journal de Maria sur cette période est un témoignage de sa vie à Paris, de ses difficultés et de ses doutes dans son travail, ainsi que des visites qu’elle organisait pour les touristes anglais à nouveau autorisés à voyager en France, après la signature du traité de paix d’Amiens en 1802. Ce fut aussi une occasion pour elle de s’exprimer sur l’art ancien et contemporain, et également sur des sujets plus politiques. Dès 1803, grâce à Joseph Fesch, Maria put créer une école pour jeunes filles à Lyon, projet auquel elle aspirait depuis longtemps. À la fermeture de l’école en 1809, le duc de Lodi Francesco Melzi fit venir Maria auprès de lui afin d’en créer une similaire dans sa ville lombarde. Elle se consacra à cette école jusqu’à sa mort, le 5 janvier 1838, occultant ainsi en partie son activité artistique.

Bibliographie

Barnett 1995

Gérald Barnett, Richard and Maria Cosway, a biography, Tiverton/Devon, Westcountry Books, 1995.

Cazzulani et Stroppa 1989

Elena Cazzulani et Angelo Stroppa, Maria Hadfield Cosway: biografia, diari et scritti della fondatrice del Collegio delle dame inglesi in Lodi, Lodi, L’Immagine, 1989.

Gipponi 1998

Tino Gipponi, Maria e Richard Cosway, Turin, U. Allemandi, 1998.

Lloyd 1992

Stephen Lloyd, The accomplished Maria Cosway: Anglo-Italian artist, musician, salon hostess and educationalist (1759-1838), Msida, Malta University Press, 1992.

Lloyd 1995

Stephen Lloyd, Richard & Maria Cosway, Regency artists of taste and fashion with essays by Roy Porter & Aileen Ribeiro, Édimbourg, Scottish National Portrait Gallery, 1995.

Walker 1986

John Walker, “Maria Cosway, an undervalued artist”, Apollo, mai 1986, p. 318-324.

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Reboul, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Fanny Reboul, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3607

Auteur

Fanny Reboul

Droits d’auteur

Tous droits réservés