Navigation – Plan du site
B. [Pauline Auzou (1775 - 1835) ou Albertine Clément-Hémery (1778 - 1855)]

B., Journal des dames et des modes, an X-an XI

[extraits choisis]

Texte intégral

« Salon de l’an X » (15 brumaire)

Journal des dames et des modes, no 9,
p. 67-70.

1Pendant presque toute la durée de l’exposition, le Salon a fourmillé chaque jour de curieux, et cependant rien n’a été plus rare que d’y trouver les personnes que l’on aurait voulu y rencontrer. N’y aurait-il donc plus à Paris de ce que l’on appelait autrefois la bonne compagnie, ou bien la bonne compagnie actuelle se croirait-elle peu digne d’admirer et d’encourager les talents ? Quoi qu’il en soit, il est affligeant de voir les dames françaises mettre si peu d’empressement à venir honorer de leurs suffrages des travaux souvent entrepris pour leur plaire, et ne s’informer que par procuration des succès de nos artistes. Il semblerait qu’on ne prend à leur gloire qu’un intérêt de curiosité très frivole et que tout le prix de leurs efforts doive se borner au stérile avantage d’alimenter, pendant de courts instants, la conversation de quelques cercles brillants et superficiels, parmi lesquels un léger signe d’admiration n’est que le songe rapide d’une constante apathie.

2En jetant un coup d’œil sur quelques-unes des productions de l’exposition de cette année, nous les considérerons moins sous le rapport de l’art en lui-même que sous celui de l’opinion que l’on peut se former du goût et du génie des artistes, d’après le choix de leurs sujets et l’ordonnance de leurs tableaux. Cette manière d’en faire l’examen plaira peut-être davantage à celles de vos lectrices qui, ne professant point elles-mêmes l’art enchanteur des Rubens et des Raphaël, ne jugent de cet art que par ses effets et par les sensations plus ou moins agréables qu’il leur fait éprouver.

No 6. Deux jeunes filles lisant une lettre.

No 7. L’Amour dissipant les larmes.

3Ces deux charmants tableaux donnent la plus agréable idée du cœur et de l’esprit de Mme Auzou et font espérer qu’elle se montrera bientôt la digne élève du peintre de La Mort de Cléopâtre.

No 34. Psyché sortant des Enfers et venant d’ouvrir la boîte de fard de Proserpine, par Mlle Bounieu, élève de son père.

4Courage, mademoiselle, cette jolie Psyché vous fait encore plus d’honneur que votre bacchante de l’année dernière, et rentre davantage dans le genre qui convient au pinceau des dames.

No 36. L’Amour endormi rêve que Psyché est près de lui.

5Ce bras levé est d’un mauvais effet ; et cet Amour n’a aucun trait de ressemblance avec le fils de Vénus.

No 65. Une jeune femme surprise par un orage.

6L’auteur a retiré ce tableau du Salon, et il a bien fait : cette femme était tellement effrayée de l’orage qu’elle en était effrayante.

No 71. Portrait en pied du citoyen Lafond, étudiant devant une glace le rôle de Tancrède.

7Ce n’est point que Lekain eût voulu être représenté. Ce n’est point dans cette attitude que Regnault eût peint un acteur tragique. On devine au premier coup d’œil le sexe de l’auteur de ce portrait.

No 100. Un Amour traçant un serment de fidélité sur le sable.

8On n’en voit guère de cet âge-là ; et celui-ci semble n’avoir vieilli que sous les traits de l’amitié… Ô vous qui voulez peindre l’Amour, regardez les enfants de Mme Chaudet ; ne dirait-on pas qu’il est le père de tous ceux qu’a créés le pinceau frais et brillant de cette aimable artiste ?

No 115. Une jeune femme embrassant son enfant.

9Que l’on se sent disposé à embrasser avec cette jolie maman son innocent marmot ! Quelle délicieuse sensation fait naître l’aspect d’une bonne mère de famille, quand tout l’éclat de la beauté rend encore plus touchantes ses vertus domestiques ! Et combien Mlle Gérard doit avoir à s’applaudir d’ouvrages qui sont à la fois des modèles de goût et des exemples séduisants de bonnes mœurs !

No 119. Tableau représentant des bergers qui se disputent le prix du chant devant des jeunes filles.

10L’on croirait plutôt qu’à l’imitation des callipyges, ils se disputent le prix des formes.

1. Pierre Narciss...1. Pierre Narcisse Guérin, Phèdre et Hippolyte

1. Pierre Narcisse Guérin, Phèdre et Hippolyte

An X (1802), huile sur toile, 257 x 335 cm, Paris, musée du Louvre.

No 121. Phèdre et Hippolyte.

11Le souvenir du tableau de Marcus Sextus faisait attendre ce nouvel ouvrage avec une impatience que le citoyen Guérin a pleinement justifiée (fig. 1). Le choix du sujet, la simplicité de son exposition, la réunion sans confusion et sans obscurité, en une seule scène, de ce qui fait l’objet de plusieurs scènes très distinctes dans la tragédie de Racine : tout dans cette admirable composition décèle le génie et le goût exquis du jeune auteur, dont Raphaël et Titien semblent avoir guidé le pinceau.

No 207. Astyanax arraché à sa mère ; par Mme Mongez, élève du citoyen David.

12Tableau où l’on reconnaît les talents du maître et les fautes de son élève. Les yeux de cette belle Andromaque versent des larmes sans pleurer. En général, ce tableau produit sur le spectateur, qui voudrait être ému d’une scène qui devait être déchirante, l’effet que produirait Thalie chaussant le cothurne et s’armant du poignard de Melpomène.

No 208. Le Duel.

13Sujet traité de la manière la plus dramatique.

No 210. Molière lisant le Tartuffe chez Ninon de Lenclos.

14Quelle brillante époque et quels souvenirs glorieux cette imposante assemblée doit retracer aux gens de lettres ! Mais aussi quelles tristes comparaisons !

No 269. Bataille du mont Tabor. Esquisse.

15Nous engageons l’auteur, qui annonce du talent, à tâcher de mieux placer à cheval sa cavalerie. La jambe et le genou doivent être moins tendus. Mais ce défaut n’est pas étranger à nos meilleurs dessinateurs, et nous aimons à croire pourtant qu’ils ne prennent pas pour modèles nos jeunes élégants de Paris, dont les coudes en arrière, la poitrine en avant, les jarrets en dedans et les pieds en dehors n’annoncent pas de grands talents en équitation. Oh ! Comme il serait curieux de voir rangé en bataille tout un régiment placé à cheval à la parisienne ! La belle étendue de terrain qu’il occuperait ! Et comme la moindre manœuvre, sous peine d’entorse ou de dislocation, remettrait bien vite tous ces pieds et tous ces bras à leur place ! À moins que Borée ou même le Zéphyr ne fît, dès le premier galop, de ce corps pimpant de cavalerie un modeste régiment de fantassins.

No 510. Un enfant dans son berceau, entraîné par les eaux de l’inondation de l’an X.

16Une submersion plus imminente aurait rendu plus pathétique le danger que court cet enfant.

Jupiter et Io.

17Jupiter a l’air plus précieux que divin, et semble moins amoureux d’Io que de lui-même. Ne ressemblerait-il pas en cela à quelques-uns de nos modernes immortels, lorsqu’ils veulent bien s’abaisser jusqu’à faire l’amour ?

Éros ou l’Amour débrouillant le Chaos.

18Comment l’auteur a-t-il pu espérer de donner un corps à une idée aussi vaste et en même temps aussi abstraite ? Suffisait-il, pour la rendre sensible, de mettre à califourchon sur un nuage un enfant coiffé à la Titus en colère ?

2. François Gérar...2. François Gérard, Bélisaire

2. François Gérard, Bélisaire

1797, huile sur toile, 91 x 74 cm, Los Angeles, J. Paul Getty Museum Collection.

3. Anne-Louis Gir...3. Anne-Louis Girodet, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté : les ombres des héros morts pour la patrie conduites par la Victoire viennent habiter l’Élysée aérien où les ombres d’Ossian & de ses valeureux guerriers s’empressent de leur donner dans ce séjour d’immortalité & de gloire la fête de la Paix & de l’Amitié

3. Anne-Louis Girodet, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté : les ombres des héros morts pour la patrie conduites par la Victoire viennent habiter l’Élysée aérien où les ombres d’Ossian & de ses valeureux guerriers s’empressent de leur donner dans ce séjour d’immortalité & de gloire la fête de la Paix & de l’Amitié

1801 (an IX), huile sur toile, 192 x 182 cm, Rueil-Malmaison, musée national des Châteaux de Malmaison etde Bois-Préau.

4. Jean-Baptiste ...4. Jean-Baptiste Isabey, Portrait du Premier consul [peut-être Le Premier Consul Bonaparte à la Malmaison]

4. Jean-Baptiste Isabey, Portrait du Premier consul [peut-être Le Premier Consul Bonaparte à la Malmaison]

1797, crayon noir, estompe, blanc (rehaut), 69 x 47,5 cm, Rueil-Malmaison, musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau.

5. Antoine Charle...5. Antoine Charles Horace Vernet, Le Premier Consul passant une revue dans la cour des Tuileries

5. Antoine Charles Horace Vernet, Le Premier Consul passant une revue dans la cour des Tuileries

An X (1802), dessin, encre de chine, estompe, lavis gris, mine de plomb sur papier brun, 25,8 x 43 cm, Paris, musée du Louvre.

19Le Salon n’était autrefois ouvert que tous les deux ans, et l’exposition ne durait qu’un mois. On avait jugé ce temps nécessaire aux artistes pour produire des ouvrages dignes d’y figurer. Depuis qu’on a pris le parti de l’ouvrir chaque année, de tripler la durée de l’exposition et d’y admettre trop facilement les productions les moins estimables, cette brillante galerie des peintres de l’école française est devenue successivement moins abondante en chefs-d’œuvre de l’art, et rien n’égalait surtout la peinture du Salon de l’an X, avant que le ministre de l’Intérieur eût invité nos peintres fameux à y exposer de nouveau leurs productions si justement admirées les années précédentes. Une pareille disette de bons ouvrages affligeait d’autant plus tout bon Français jaloux de la gloire de sa patrie, que l’affluence des étrangers à Paris aurait dû engager les artistes à redoubler d’efforts pour porter cette année au plus haut degré de splendeur le spectacle de notre richesse et de notre luxe en talents de toute espèce. Oh ! Combien donc ne sont-ils pas estimables les artistes simples et modestes qui, s’embarrassant peu du ton et de l’étiquette du jour, n’ont pas dédaigné d’inscrire leurs noms déjà célèbres parmi des noms jusqu’alors inconnus et qui, capables de produire des chefs-d’œuvre, n’ont pas seulement pensé à calculer jusqu’à quel point le mérite de leurs ouvrages pouvait être rehaussé ou compromis par le voisinage des productions de leurs confrères ! Cependant, l’invitation du ministre a tout à coup rendu cette exposition la plus brillante que l’on ait jamais vue ; et rien n’égale l’admiration et l’enthousiasme qu’ont tous obtenus et mérités le beau tableau de Dédale et Icare par Garnier, le magnifique Bélisaire de Gérard (fig. 2), les ravissantes miniatures d’Isabey, les ombres magiques des guerriers français rejoignant Ossian aux Champs-Élysées par Girodet (fig. 3), et enfin le portrait et cette belle revue du Premier consul aux Tuileries par Isabey et Vernet (fig. 4 et 5), etc.

20Nous ne terminerons point cet article sans parler du superbe tableau d’Hercule et Alceste par Regnault, et sans offrir à son auteur l’hommage particulier de notre reconnaissance pour tout le plaisir que nous a fait son ouvrage. En effet,

21Quel sujet à la fois touchant et magnanime
Fut plus digne, ô Regnault, de ton pinceau sublime !
Le fils de Jupiter, de l’antre redouté,
À ta voix est sorti, plein de gloire et de vie.
Il respire… triomphe… et Pluton, en furie,
Te redemande en vain ce héros si vanté.
Pluton perd avec lui cette épouse céleste,
La compagne d’Admète, et sa félicité.
Ton art aussi t’enlève à son pouvoir funeste :
Oui, devant toi l’enfer se ferme épouvanté :
Cet Hercule vainqueur qui lui ravit Alceste,
Avec elle a conquis ton immortalité.

Article du 30 brumaire an XI

Journal des dames et des modes, no 12,
p. 94.

22On a eu occasion de remarquer, au sujet des ouvrages exposés au Salon, que le beau sexe commençait à s’associer aux arts et à ne plus se croire étranger aux productions utiles du génie. On ne s’étonne presque plus de voir les femmes s’occuper de choses plus sérieuses que la musique et la danse. C’est déjà un préjugé de vaincu à leur égard ; s’il arrivait maintenant qu’on renonçât à la manie de les marier à l’âge de quatorze ans et, par conséquent, de terminer là leurs cours d’études, peut-être ne tarderait-on pas à découvrir, dans un nouveau mode d’éducation des femmes, les moyens d’utiliser cette mine inépuisable d’imagination qu’on a toujours négligé ou dédaigné d’exploiter. On sait bien que le despotisme des hommes est un grand obstacle à l’instruction des femmes. Mais l’autorité des parents est là pour surveiller leur éducation jusqu’à l’âge où leur esprit aura pris une direction déterminée.

23En Angleterre, un quart des livres de morale et les trois quarts des romans sont écrits par des femmes. Mais là, il n’y a point de ridicule attaché aux occupations sérieuses du beau sexe ; là on ne confond point les prétentions ridicules d’une femme bel esprit avec l’emploi raisonnable que peut faire de son temps une mère de famille livrée à ses devoirs domestiques et qui ne se fait pas un cas de conscience de manquer un bal ou de ne pas se condamner, cinq fois la semaine, à pâlir, pendant une mortelle nuit d’hiver, autour d’une table de bouillotte.

Table des illustrations

Titre 1. Pierre Narcisse Guérin, Phèdre et Hippolyte
Légende An X (1802), huile sur toile, 257 x 335 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3603/img-1.png
Fichier image/png, 934k
Titre 2. François Gérard, Bélisaire
Légende 1797, huile sur toile, 91 x 74 cm, Los Angeles, J. Paul Getty Museum Collection.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 3. Anne-Louis Girodet, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté : les ombres des héros morts pour la patrie conduites par la Victoire viennent habiter l’Élysée aérien où les ombres d’Ossian & de ses valeureux guerriers s’empressent de leur donner dans ce séjour d’immortalité & de gloire la fête de la Paix & de l’Amitié
Légende 1801 (an IX), huile sur toile, 192 x 182 cm, Rueil-Malmaison, musée national des Châteaux de Malmaison etde Bois-Préau.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 4. Jean-Baptiste Isabey, Portrait du Premier consul [peut-être Le Premier Consul Bonaparte à la Malmaison]
Légende 1797, crayon noir, estompe, blanc (rehaut), 69 x 47,5 cm, Rueil-Malmaison, musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3603/img-4.png
Fichier image/png, 352k
Titre 5. Antoine Charles Horace Vernet, Le Premier Consul passant une revue dans la cour des Tuileries
Légende An X (1802), dessin, encre de chine, estompe, lavis gris, mine de plomb sur papier brun, 25,8 x 43 cm, Paris, musée du Louvre.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3603/img-5.png
Fichier image/png, 566k

Pour citer cet article

Référence papier

« B., Journal des dames et des modes, an X-an XI », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« B., Journal des dames et des modes, an X-an XI », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3603

Droits d’auteur

Tous droits réservés