Navigation – Plan du site
B. [Pauline Auzou (1775 - 1835) ou Albertine Clément-Hémery (1778 - 1855)]

Introduction

Amandine Gorse

Texte intégral

1L’auteure qui se cache derrière cette initiale ne peut être clairement identifiée : il s’agirait soit de Pauline Auzou (1775-1835) soit d’Albertine Clément-Hémery (1778-1855). En effet, les deux femmes participèrent à l’élaboration du Journal des dames et des modes (1797-1839) dont sont issus les extraits présentés ci-dessous. La particularité de ce périodique résidait à la fois dans un discours général éludant tout sujet politique, mais également dans son ouverture à des collaborations diversifiées qui permirent aux femmes journalistes (Caroline Wuiet, Constance de Salm), éditrices (Albertine Clément-Hémery) et artistes (Pauline Auzou) d’écrire dans ses colonnes. Très vite, le journal devint le médium privilégié d’une observation ironique de la société où l’analyse des mœurs était façonnée par la critique littéraire et artistique. Il défendit régulièrement l’émancipation de la femme.

2De 1797 à 1830, Albertine Clément-Hémery contribua à la rédaction du journal, dont elle fut également le propriétaire pendant une courte période, de 1799 à 1800 (Kleinert 2001, p. 336-337). Un certain nombre d’éléments porte à croire qu’elle fut l’auteur des tout premiers comptes rendus du Salon présentés par le périodique. En 1802, elle possédait déjà une expérience en tant que journaliste puisqu’elle avait dirigé deux journaux : le Sans-Souci (s.d.) et Le Démocrite français, journal politique, de littérature et des spectacles (de février à mai 1799). Elle avait également exprimé ses convictions féministes à plusieurs reprises, comme dans son article du 28 avril 1797 paru dans le Journal des dames et des modes : « Quel est l'homme, ayant des lumières, qui consentirait à prendre un automate pour compagne ? », ou bien dans son ouvrage Les Femmes vengées de la sottise d'un philosophe du jour ou Réponse au projet de loi de M. S.**-M.***, portant défense d'apprendre à lire aux femmes, par Mme ****, publié en 1801. Possédant une bibliothèque d’environ 2600 volumes, il lui semblait primordial de défendre la solide éducation qu’elle avait reçue.

3Ses mémoires, publiés en 1832 (Souvenirs de 1793 et 1794), nous apprennent notamment qu’elle étudia le dessin et la peinture dans l’atelier de Jean-Baptiste Regnault (1754-1829), au moment même où Pauline Auzou y fut également élève. Elle éprouvait un certain respect pour la jeune femme qu’elle considérait comme une « artiste distinguée » (Clément-Hémery 1832, p. 10), ce qui expliquerait pourquoi Pauline Auzou est citée en premier dans l’article sur le Salon de l’an X (1802). Toutefois, B. présente Pauline Auzou comme un peintre débutant, promis à une brillante carrière, alors même qu’elle exposait déjà au Salon depuis 1793 et tenait un atelier pour jeunes filles depuis 1800. Sa critique commente subtilement le style de l’artiste qui s’orienta, aux alentours de 1800, vers la peinture de genre au détriment de la peinture d’histoire. On peut y déceler la prédilection d’Albertine Clément-Hémery pour le goût à la grecque que Jean-Baptiste Regnault lui avait enseigné. L’article se termine d’ailleurs par un hommage à Regnault, dont elle défendait fermement la manière. Enfin, les thèmes abordés – la famille, l’éducation – lui étaient familiers.

4Il nous semble donc peu probable que Pauline Auzou ait écrit ces articles. Comme le fit remarquer Albertine Clément-Hémery, elle se consacrait uniquement à son art : « Rien ne pouvait la distraire de ses études » (Clément-Hémery 1832, p. 10). En outre, il est surprenant qu’Auzou se définisse elle-même comme novice à une période où elle était reconnue comme une artiste accomplie. Les archives laissent penser que sa collaboration avec le Journal des dames et des modes se concrétisa exclusivement autour des 300 planches qu’elle dessina pour le magazine entre 1807 et 1809 (Kleinert 2001, p. 345), cinq ans après le salon de 1802. Finalement, Pauline Auzou n’était pas une femme de lettres. Le seul ouvrage qu’on lui connaisse fut publié chez Didot en 1800 : il s’agissait de Têtes d'études destinées aux élèves de son atelier.

5Quant à Albertine Clément-Hémery, elle consacra les vingt dernières années de sa vie à l’éducation des jeunes filles et à la publication de ses manuscrits tels que le Traité analytique du mélange des couleurs à l'usage des personnes qui s'occupent de la peinture orientale professée par Mme Clément en 1833 et l’Histoire des fêtes civiles et religieuses, usages anciens et modernes du département du Nord, par Mme Clément, née Hémery, l’année suivante.

Illustrations des articles parus dans le Journal des dames et des modes sous le pseudonyme de "B".

Bibliographie

Ballaster 1991

Ros Ballaster et al., Women’s Worlds: Ideology, Feminity and the Woman’s Magazine, Londres, Macmillan, 1991.

Brunereau 2000

Jeanne Brunereau, Presse féminine et critique littéraire de 1800 à 1830 : leurs rapports avec l'histoire des femmes, [Paris], Ève et Son Espace Créatif, 2000.

Cameron 1997

Vivian P. Cameron, « Pauline Auzou », dans Delia Gaze (éd.), Dictionary of Women Artists, Londres/Chicago, Fitzroy Dearborn Publishers, 1997, vol. 1, p. 199-201.

Cameron 2004

Vivian P. Cameron, « Jeanne Marie Catherine Desmarquest », Dictionnaire des femmes de l'Ancien Régime, SIEFAR, 2004, en ligne, consulté le 23 octobre 2011.

Clément-Hémery 1832

Albertine Clément-Hémery, Souvenirs de 1793 et 1794, Cambrai, Leisne-Daloin, 1832.

Fraisse 1989

Geneviève Fraisse, Muse de la raison : la démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989.

Kleinert 2001

Annemarie Kleinert, Le Journal des dames et des modes ou la Conquête de l'Europe féminine, 1797-1839, Stuttgart, Thorbecke, 2001.

Sullerot 1966

Évelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, préf. de Jacques Godechot, Paris, Armand Colin, 1966.

Lacambre 1981

Geneviève Lacambre, « Pauline Auzou », dans La Femme artiste d'Élisabeth Vigée-Lebrun à Rosa Bonheur, cat. expo., (Donjon Lacataye, musée Despiau-Wlerick, novembre 1981-février 1982), Mont-de-Marsan, Lacoste, 1981, p. 35-39.

Women Artists: 1550-1950 1976

Women Artists: 1550-1950, cat. expo., (Los Angeles County Museum of Art), Ann Sutherland Harris et Linda Nochlin (dir.), New York, Alfred A. Knopf, 1976.

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3589

Droits d’auteur

Tous droits réservés