Navigation – Plan du site
Caroline Wuiet (1766 - 1835)

Introduction

Amandine Gorse

Texte intégral

1Enfant prodige, Caroline Wuiet bénéficia, dès l'âge de cinq ans, d’une instruction approfondie grâce à la protection de la Dauphine. Elle apprit plusieurs langues, étudia la littérature sous la houlette de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais et de Charles-Albert Demoutier, perfectionna sa pratique de la musique grâce à Grétry et s’initia à la peinture auprès de Jean-Baptiste Greuze. Très vite, elle montra d’étonnantes aptitudes et sa carrière fut lancée en 1778 avec la publication de ses premiers écrits.

2Elle entama ensuite une longue période de voyages qui la menèrent notamment en Allemagne et en Italie, où elle fut reçue membre de l’Académie des Arcades, puis s’installa de nouveau en France sous la Terreur. Profitant des événements de Thermidor, elle sut imposer sa personnalité courageuse au sein des salons de Mme Tallien, ce qui lui valut le surnom de « Lionne du Directoire » (Souvestre 1859, p. 4 et 21). C’est dans ce contexte qu’elle créa en février 1798 son premier journal : Le Cercle. Seuls soixante-douze numéros parurent puisqu’il fut supprimé par un acte du Directoire le 8 Germinal an VI (28 mars 1798) en raison de ses opinions politiques trop vives (Sullerot 1966, p. 75). Affectée par cette décision, Caroline Wuiet décida de s’adresser à toutes les femmes, quelle que soit leur condition, et publia Le Papillon ou Journal des arts et des plaisirs du 7 thermidor au 21 fructidor de l’an VI (25 juillet-7 septembre 1798). Pourtant, elle ne put s’empêcher de critiquer de manière virulente les parvenues issues des nouvelles classes bourgeoises (Souvestre 1859, p. 56). Cette liberté d’expression lui coûta d’être censurée à la suite de plaintes portées par ses lectrices. Mais, tenace, elle fonda le 27 fructidor an VI (13 septembre 1798) un troisième journal, Le Phénix, qui portait comme sous-titre Je renais de ma cendre. Il fut également supprimé le 14 ventôse an VII (4 mars 1799). Enfin, le manque d’abonnés eut raison de son dernier périodique, La Mouche, journal des grâces, publié entre le 1er vendémiaire et le 15 brumaire de l’an VIII (22 septembre 1799-5 novembre 1799). Parallèlement à son activité de journaliste, elle continua à rédiger des articles pour le Journal des dames et des modes et écrivit des romans comme Ésope au bal de l'opéra et Mémoires de Babioles, avant d’épouser en 1807 un colonel du génie au service du Portugal, le baron Auffdiener.

3Dénonçant l'assignation de la femme dans les magazines de modes à un rôle de consommatrice, elle souhaitait publier un quotidien qui témoignât de son expérience professionnelle en tant que femme, considérant son activité de journaliste comme un métier à part entière. Dans Le Papillon et Le Phénix, elle signa neuf promenades qui relataient ses impressions sur les œuvres d’art admirées au Salon de 1798. Ce choix lui permettait à la fois d’évoquer ses déambulations physiques dans les salles d’exposition du Salon et de s’inscrire, à l’instar des premiers critiques d’art du xviiie siècle, dans un genre littéraire identifié, propre à restituer sa réception très personnelle des œuvres. Dans ses textes, Caroline Wuiet évoquait davantage ses émotions qu’elle ne rendait compte des pièces exposées par la description ou l’analyse formelle.

4Malgré ses combats et son talent incontesté pour l’écriture, musicale et littéraire, le xixe siècle n’a retenu de sa production que quelques chansonnettes. À l’exception des Drames parisiens d’Émile Souvestre (Souvestre 1859, p. 4-104), peu d’ouvrages mentionnent l’existence de Caroline Wuiet. Fortunée Briquet (Briquet 1804, p. 206) lui consacra une courte notice dans son Dictionnaire de 1804, tout comme l'abbé E.-J. C*** (C*** 1876) et François-Joseph Fétis (Fétis  1881-1889). Son travail en tant que critique d’art reste encore à étudier de manière approfondie. Les articles à venir de Heather Belnap Jensen permettront de faire le point sur la personnalité étonnante de cette féministe aristocrate.

Tableaux commentés par Caroline de Wuiet dans les journaux Le Papillon et Le Phénix

Bibliographie

Briquet 1804

Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France connues par leurs écrits, ou par la protection qu'elles ont accordée aux gens de lettres…, Paris, Treuttel et Würtz, an XII-1804.

C*** 1876

Abbé E.-J. C***, Histoire des Enfants célèbres, Limoges, E. Ardant, 1876.

Fétis 1881-1889

François Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Paris, Firmint-Didot, 10 tomes, 2e éd., 1881-1889.

Jensen [à paraître]

Heather Belnap Jensen, « Caroline Wuiet », dans Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier (éd.), Dictionnaire des femmes créatrices, Paris, Éditions des femmes (à paraître).

Jensen [à paraître]

Heather Belnap Jensen, “`C.W., académicienne´: Caroline Wuiet and the Woman Art Critic in Post-Revolutionary France”, dans Wendelin Guentner (éd.), Vanishing Acts: Women Art Critics in Nineteenth-Century France, Newark, University of Delaware (à paraître).

Souvestre 1859

Émile Souvestre, Les Drames parisiens, Paris, Michel-Lévy frères, 1859, p. 4-104.

Sullerot 1966

Évelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, préf. de Jacques Godechot, Paris, Armand Colin, 1966.

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/3583

Droits d’auteur

Tous droits réservés