Navigation – Plan du site
Marie-Émilie de Montanclos (1736 - 1812)

Introduction

Amandine Gorse

Texte intégral

1Marie-Émilie de Montanclos, baronne de Princen (1736-1812), reprit la direction du Journal des dames de janvier 1774 à avril 1775, avant de la céder à Louis-Sébastien Mercier. Femme de lettres à l’esprit inventif, elle eut une production littéraire abondante et, notamment, écrivit des pièces qui furent jouées à la Comédie-Française. Ses talents lui ouvrirent la porte du cercle des rédacteurs du Mercure de France, dont Mme de Laisse (1742-1790) – qui collabora également au Journal des dames – faisait partie. Son mariage avec le baron de Princen lui permit de fréquenter la cour, dont elle se retira rapidement après la mort de son mari, afin de se consacrer à son œuvre.

2Au sein du Journal des dames, Marie-Émilie de Montanclos renoua avec la verve féministe, abandonnée par la précédente rédactrice en chef, Mme de Maisonneuve. S’élevant contre les allégations du rousseauisme ambiant, elle prônait pour toutes les femmes une éducation intellectuelle variée leur permettant d’entreprendre une carrière publique à l’égal des hommes. Elle-même se sépara de son second mari, Charlemagne Cuvier-Grandin de Montanclos, afin de pouvoir exercer librement ses activités littéraires et sa profession d’éditrice. Grâce à ses nombreux talents, elle put subsister lorsqu’elle perdit sa fortune, soutenue dans sa démarche par le poète Claude-Joseph Dorat et protégée par la dauphine Marie-Antoinette. Elle modifia alors le titre du journal, qui devint Journal des dames dédié à la dauphine, par la baronne de Princen, et adopta un style enjoué et plaisant, parfois ironique dans sa défense du futur couple royal.

3La spécificité de ses écrits résidait dans cet antagonisme stratégique qui réunissait à la fois discours critique et engagé à l’égard de la reconnaissance intellectuelle des femmes, et discours coquet où la légèreté tenait une grande place (Gelbart 1991, p. 508). Dans sa lutte, elle tenta de définir le statut des femmes artistes et leur donna, grâce à son journal, un moyen supplémentaire d’expression. Sa carrière littéraire féconde lui permit, à partir de 1804, de recevoir une modeste pension impériale. Elle signa quelques articles dans La Correspondance des dames, en marge de ses œuvres en prose et en vers, de ses comédies, vaudevilles et autres opéras.

Tableaux illustrant les articles de Marie-Émilie de Montanclos pour le Journal des dames

Bibliographie

Gelbart 1991

Nina Rattner Gelbart, « Les femmes journalistes et la presse (xviie-xviiie siècle) », dans Michèle Perrot et Georges Duby (éd.), Histoire des femmes en Occident 3. xvie-xviiiie siècle, sous la dir. de Natalie Zemon Davis et Arlette Farge, Paris, Plon, 1991, p. 491-512.

Sullerot 1966

Évelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, préf. de Jacques Godechot, Paris, Armand Colin, 1966.

Van Dijk 1988

Suzan Van Dijk, « Le Journal des dames, 1759-1778 : les journalistes-dames et les autres », dans Traces de femmes, présence féminine dans le journalisme français du xviiie siècle, Amsterdam/Maarsen, APA-Holland University press, 1988, p. 134-186.

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3576

Droits d’auteur

Tous droits réservés