Navigation – Plan du site
Mme de Maisonneuve (1710 ? - 1774 ?)

Introduction

Amandine Gorse

Texte intégral

1Sous la direction de Catherine-Michelle de Maisonneuve (1710 ? - 1774 ?), le Journal des dames adopta une stratégie plus modérée que celle insufflée par Mme de Beaumer, à laquelle elle succéda en 1763. En effet, la précédente éditrice avait été sommée de quitter la tête du journal après son refus de le transformer en magazine de mode. Grâce à l’orientation nouvelle et en vertu de ses relations avec la cour, Mme de Maisonneuve parvint à maintenir la publication du périodique. Elle avait pu pénétrer le cercle royal par l’intermédiaire de son frère, Jean-Baptiste (probablement Jean-Baptiste Simonnet de Maisonneuve, 1745-1819), alors attaché à la garde-robe du roi. Ce dernier lui accorda une audience le 21 juin 1765 ainsi qu’un privilège.

2L’évolution du périodique, dont le contenu se révéla davantage en adéquation avec les pratiques de la société de cour, est sans doute due à la collaboration de deux hommes au sein de la rédaction à partir de 1766 : Charles-Joseph Mathon de la Cour et Claude Sautereau de Marsy. On note ainsi un retrait de la préoccupation féministe et le regain d’un conformisme prônant une attitude passive de la part des femmes à l’égard du rôle que les hommes leur attribuaient. Toutefois, le style précieux de certains articles permet de déceler une critique discrète et habile des sujets évoqués comme l’inégalité des droits ou les pratiques économiques du gouvernement. L’analyse des champs lexicaux par Évelyne Sullerot (Sullerot 1966, p. 19-27) démontre l’omniprésence d’un vocabulaire sentimental alors que tout ce qui pouvait affecter la censure est ironiquement qualifié de « philosophique » : les propos gênants étaient définis comme des idées théoriques, relevant de l’imaginaire et du spéculatif.

3Les articles sur l’art ne dérogent pas au style d’ensemble du périodique et s’inscrivent pleinement dans la littérature artistique contemporaine, alors que l’ambition éducative de Mme de Maisonneuve se manifeste par sa volonté de rendre accessible le discours sur l’art à la majorité des lectrices. Le choix des œuvres commentées reflète également l’exclusion d’un discours féministe et redéfinit ce qui est du ressort des femmes. Ainsi les thèmes évoqués font référence aux arts subalternes comme le paysage et la peinture de genre, censés intéresser les dames de la cour. Toute actualité politique, militaire, voire sociale, est en apparence évincée (Van Dijk 1988, p. 134-186).

4Catherine-Michelle de Maisonneuve dirigea le Journal des dames jusqu’en 1773, avant de laisser la place à Marie-Émilie de Montanclos, baronne de Princen. À la fin de sa vie, Mme de Maisonneuve bénéficia d’une pension qui lui assura un revenu constant pour les bons services qu’elle avait rendus au roi. On ne lui connaît pas d’autres écrits.

Tableaux et gravures commentés par Mme de Maisonneuve dans le Journal des dames de 1763 à 1767.

Bibliographie

Sullerot 1966

Évelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, préf. de Jacques Godechot, Paris, Armand Colin, 1966.

Van Dijk 1988

Suzan Van Dijk, « Le Journal des dames, 1759-1778 : les journalistes-dames et les autres », dans Traces de femmes, présence féminine dans le journalisme français du xviiie siècle, Amsterdam/Maarsen, APA-Holland University press, 1988, p. 134-186.

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Amandine Gorse, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3567

Droits d’auteur

Tous droits réservés