Navigation – Plan du site
Le fondeur et le sculpteur - Élisabeth Lebon
Sources manuscrites

Jacquet, Lettre manuscrite, 1827

Texte intégral

Paris le 22 mars 1827
A Monsieur le Comte de Forbin
Directeur Général des Musées Royaux

  • 1  NdA :cela signifie que le cavalier a été fondu à part.

1La fonte en bronze par le procédé de la cire et d’un sel jet fut de tous les temps le moyen reconnu le plus convenable pour l’exécution des grands monuments. Cc’est d’après cette conviction que M. Lemot me chargea en 1822 de l’exécution de sa statue équestre de Louis XIV pour la ville de Lyon et qu’il voulut que le cheval de la plus forte proportion qui ait été encore fait fût fondu d’un seul jet1, morceau le plus difficile de tout ce qui peut être fait en bronze et qu’aucun fondeur de profession n’a encore exécuté en France par la méthode du sable. C’en fut assez pour que, dès ce moment, les fondeurs cherchassent les moyens de déprécier mes opérations en soutenant que ma fonte avait manqué et n’était point recevable. Quelques avaries, il est vrai, sont arrivées, mais M. Lemot qui sait parfaitement que l’on n’exécute aucune fonte sans plus ou moins d’accident, a reconnu la mienne bonne et valable et l’a reçue. S’il ne l’avait pas reconnue telle, il l’aurait refusée puisque je m’étais engagé à la recommencer à mes frais en cas de mauvaise réussite, et tous les artistes qui l’ont vue peuvent juger de cette vérité ; mais dans ce moment de haine et de jalousie des fondeursqui voient avec peine qu’un mouleur en plâtre a exécuté des travaux importants qu’ils n’ont pas encore jusqu’à présent osé entreprendre d’un seul jet, un nouveau sujet de jalousie s’offre pour eux : ils apprennent bientôt que vous m’avez accordé votre confiance pour la fonte en bronze des chevaux de Corinthe, dont j’avais été par vos ordres prendre les moules à Venise. Celui même que je croyais le moins envieux contre moi (Crozatier) et auquel j’avais procuré quelques fontes qui m’avaient été proposées apprend de moi le résultat de votre décision qui me charge de ces travaux qu’il enviait depuis longtemps, et se présente aussitôt chez vous sous un autre prétexte : vous fait naître des doutes sur la réussite de mes opérations en ce genre. [Il] vous propose non pas de me les retirer entièrement, mais d’entrer en association avec moipour que, par nos moyens et avis réunis, nous puissions parvenir à un bon résultat, pensant bien que par ce moyen adroit et inconvenant pour moi, il parviendrait à son but qui était d’en être exclusivement chargé ; c’est alors que moi-même, voyant cette ruse et ne voulant pas lutter, [je] vous ai conseillé, Monsieur le comte, de l’en charger entièrement et, ne doutant nullement de sa capacité, vous ai même assuré de l’espoir d’une bonne réussite et de pouvoir aussi les voir placés pour l’époque désirée, puisqu’il avait sur moi l’avantage d’avoir l’emplacement et les ateliers convenables pour de tels travaux.

2J’ai donc eu tout lieu de croire, Monsieur le comte, que d’après votre première décision en ma faveur, si M. Crozatier ne se fût pas présenté chez vous, vous ne pensiez nullement à le charger de ces travaux et que s’il est parvenu à son but, il doit en attribuer la réussite à ma délicatesse dans cette affaire – n’ayant point voulu vous cacher les accidents plus ou moins graves qui peuvent arriver dans de telles opérations – et non pas à la crainte de m’en charger, ayant déjà exécuté des travaux beaucoup plus considérables.

3Ainsi M. Crozatier ne doit donc pas faire valoir, comme purement volontaire, la renonciation que j’ai faite en sa faveur et qu’il s’empresse de publier pour couvrir son amour-propre blessé en paraissant m’avoir enlevé ces travaux. Et c’est ce même motif qui m’a fait dire à quelques personnes étonnées de mon refus les causes qui l’ont nécessité.

4Bien loin, Monsieur le comte, de vouloir vous faire croire, par les présentes explications qui ont été suscitées par M. Crozatier et que j’ai même engagé à ne point vous interrompre par de pareilles futilités, que je désire avoir de nouveaux ces travaux, je vous engage au contraire à lui continuer votre confiance et vous prie d’être persuadé qu’autant j’ai eu de satisfaction dès le premier moment d’en être chargé exclusivement, autant j’aurais de regret, maintenant, que vous changiez votre dernière décision en sa faveur.

5J’ai l’honneur d’être avec le plus prompt respect, Monsieur le comte, votre très humble et très obéissant serviteur.

Jacquet

Archives des musées nationaux, « N.OO – arc de triomphe du carrousel »

Notes

1  NdA :cela signifie que le cavalier a été fondu à part.

Table des illustrations

URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lebon, « Jacquet, Lettre manuscrite, 1827 », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012.

Référence électronique

Élisabeth Lebon, « Jacquet, Lettre manuscrite, 1827 », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 23 mai 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/3519

Droits d’auteur

Tous droits réservés