Navigation – Plan du site

Table des matières

Texte intégral

1Introduction : Dialogue avec le portrait

Première partie : Le portrait exemplaire

I. Charles Quint et Titien ou le mythe d’Alexandre et Apelle

Le mythe d’origine

Une énigme historique 

Refoulement

II. Le modèle impérial

1. Un empereur coiffé « all’antica »

2. La nouvelle image impériale : un défi figuratif

Les portraits volés de Parmigianino et d’Alfonso Lombardi 

Titien et le portrait à l’épée levée 

Médailles et monnaies du couronnement impérial

3. En lice pour le titre de portraitiste impérial

4. Anachronismes

Un dessin par Sebastiano del Piombo

La cheminée du Franc de Bruges

Un modèle germanique pour l’élection de Ferdinand Ier, roi des Romains

III. Le visage de l’empereur

1. Un défaut héréditaire

La momie de Charles Quint

De face ou de profil : les premiers portraits de Charles Quint

Des images pour rire ?

2. Questions de représentation

L’impossible laideur impériale

La métamorphose du défaut physique en signe de vertu dans les portraits littéraires

L’art de la dissimulation appliqué à la peinture

3. Un portrait idéalisé ?

Le voile de la barbe impériale

Ressemblance et idéalisation

De la double ressemblance

IV. Le coloris, miracle de la peinture

1. Le temps du regard

2. Le pinceau de Titien

La galerie des hommes illustres peints par Titien

Des copies peintes sur le vif

Le rachat des profils numismatiques

3. Rendre leur chair aux statues

Titien et les portraits modernes des Césars de l’Antiquité

Un douzième empereur à la manière de Titien

Les « maccature », symptômes de la vie

4. La primauté du coloris

Un défi aux règles de l’art

Le portrait en disgrâce

Le marbre pictural

V. La fortune du portrait impérial de Titien

1. L’œil de Charles Quint

La juste distance du regard

Voir plus ou ne rien voir

« L’habitude de voir »

2. Du défaut héréditaire à l’attribut de majesté souveraine

Le visage définitif de l’empereur

Du dessin et du relief : la traduction du modèle de Titien par Vico et Leoni

Enjeux dynastiques du prognathisme impérial

3. Les revers de la fortune

L’Espagne, dépositaire des œuvres de Titien

Philippe II et les portraits de Titien

Dans le sillage d’Anthonis Mor : le portrait cristallisé

4. « Los borrones de Ticiano » : de la disgrâce au triomphe

Le portrait dans les théories artistiques espagnoles

Dangers et vertus du coloris

Le pinceau savant de Velázquez

5. De Mühlberg à Lérida : le portrait du roi en guerre

Charles Quint à Mühlberg

Philippe II à Saint-Quentin

Philippe IV à Lérida

Des limites du portrait comme document historique

Deuxième partie : L’image du roi

I. Voir le portrait du roi

1. Distance

L’accès au roi et à ses portraits

Le secret de la majesté

Le roi-portrait ou le roi-statue

Jeu de rôle et symboles monarchiques

2. Ressemblance

Reconnaître le roi en son portrait

Le dais, cadre d’apparition du roi

Miroirs : le roi et le portrait sous le dais

Le portrait du roi régnant, dernier jalon des séries dynastiques

3. Présence

Des gestes en présence du roi en image

De la qualité des portraits royaux et de son efficace

II. Le portrait du roi en son lieu

1. Présence en image

Le vice-roi, « portrait vivant » du roi

De l’usage du portrait dans le cérémonial

Fêtes politiques et religieuses

Du portrait de présence au monument d’éternité : catafalques et décors funéraires

2. Lieu de présence

Le portrait royal dans les collections milanaises et napolitaines

Dispositifs de représentation sériels : les galeries des vice-rois

Le « trône » de la salle du Parlement

Itinéraires héraldiques

3. Révoltes

Naples 1647-1648

Palerme (1647-1648) et Messine (1674-1678)

III. Rois de bronze et de marbre

1. La statue du roi et l’espace urbain

La statue équestre ou le colosse rêvé

La discrétion des monuments royaux en Espagne

2. Théâtres royaux dans les royaumes de Naples et de Sicile

La topographie des statues royales à Palerme

La géographie des statues dans le royaume de Naples

Le triomphe de Charles II à Messine

3. Du bon et du mauvais usage des statues

Signe d’honneur ou péché d’orgueil : de la légitimité du monument public

Le discours sur le mérite à l’épreuve des destructions

Le « droit de statue » et l’éternité du monument

2Épilogue

3Bibliographie

Pour citer cet article

Référence papier

Diane H. Bodart, « Table des matières », in Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA », no 10), 2012.

Référence électronique

Diane H. Bodart, « Table des matières », in Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA », no 10), 2012, [En ligne], mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/3501

Droits d’auteur

Tous droits réservés