Navigation – Plan du site
Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance - Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.)

Les lectures vitruviennes du xvie siècle et quelques-unes de leurs conséquences à l’âge classique : l’exemple de la domus

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1  Voir sur ce point Renato De Fusco, L’Architettura del Quattrocento, Turin, UET, 1984, p. 78 et sui (...)
  • 2  Richard Krautheimer, « Le tavole di Urbino, Berlino e Baltimora rivisitate », dans Rinascimento da (...)
  • 3  Daniele Barbaro, I Dieci libri dell’architettura di M. Vitruvio, Venise, F. de’ Franceschi & J. Cr (...)
  • 4  Cette terminologie est d’autant moins explicitée par Vitruve qu’elle est censée être familière à s (...)
  • 5  Dès le milieu du xvie siècle s’est en fait posé en Italie le problème de l’élaboration d’une nouve (...)

1Aucun chapitre de l’architecture romaine antique, si anxieusement scrutée aux xve et xvie siècles, n’a fait l’objet d’une analyse aussi originale que celui de la maison. Le vide documentaire devant lequel se trouvaient les hommes de ce temps les a contraints à concentrer leurs efforts sur le seul texte qui pût les éclairer, celui du livre VI du De architectura. Cependant la question était d’importance, car un aphorisme court, d’Alberti à Palladio, selon lequel la maison est une petite ville et la ville une grande maison, désignant ainsi la « casa » comme la cellule constituante de l’univers urbain1. Nous avons là probablement la conséquence théorique, sous la forme d’une généralisation abstraite, du paradigme du palais florentin dont le rôle dans l’ordonnance des quartiers résidentiels se voulait primordial, comme le prouvent les fameuses « tavole » d’Urbino, de Berlin et de Baltimore, attribuées plus ou moins arbitrairement à Alberti, Bramante ou Francesco di Giorgio Martini : la cohérence des espaces et des volumes y est obtenue par la rigueur structurelle des palais qui circonscrivent les places, et qui eux-mêmes englobent des vides internes sous la forme de cours ou de péristyles2. Le commentaire de Daniele Barbaro au chapitre que Vitruve consacre aux cours intérieures de la domus est de ce point de vue très instructif en ce qu’il transpose cette équivalence dans la réalité romaine : « Il cortile adunque è una parte delle principali, nella quale (come dice l’Alberto) come in un Foro commune concorrono tutti gli altri membri minori, e come nella città il Foro, e le parti congiunte al Foro3. » Mais dans leur recherche d’une caution antique, fût-elle théorique, pour donner une pleine légitimité à l’habitat des classes dirigeantes, les architectes et les commanditaires se trouvaient affrontés au problème presque insoluble de l’interprétation d’une terminologie spécifique4 ; poussés par le souci de respecter les normes « vitruviennes » dans leurs propres créations, ils se sont livrés à un échange permanent, explicite ou non, entre l’ancien et le moderne, les étapes de leur réflexion se répartissant sur près d’un siècle, depuis les villas médicéennes, et plus particulièrement celle de Poggio a Caiano jusqu’au couvent de la Charité à Venise. Cette dialectique entre l’exégèse textuelle et l’expérience constructive apparaît d’autant plus étonnante qu’elle est par définition dépourvue de caution archéologique ; si elle se fonde souvent sur une interprétation erronée des schémas proposés par le théoricien latin, elle témoigne d’une volonté indéfectible de tirer de celui-ci un modèle exploitable et de le faire servir à une valorisation de la demeure aristocratique5.

  • 6  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese. De architectura. La prima versione illustrata, Modène, Franco (...)
  • 7  De nombreux exemples de corrections ou de suggestions interlinéaires, dont beaucoup sont pertinent (...)

2Il se trouve que depuis peu d’années une voix nouvelle s’est mêlée au débat, que l’on tendait à circonscrire à Fra Giocondo, Barbaro et Palladio. C’est celle de l’«  Anonyme de Ferrare » (pour reprendre l’expression prudente et énigmatique de Claudio Sgarbi), dont le manuscrit richement illustré, qui passe pour avoir été réalisé à la charnière du xve et du xvie siècle, a été récemment redécouvert et remis en ordre6 : le texte latin sur lequel il se fonde présente la particularité d’ignorer les corrections souvent « palmaires » de Fra Giocondo et de reproduire presque sans modifications celui de la Princeps ou de ses succédanés florentin et vénitien. Il permet donc d’évaluer pour l’ensemble du traité, et pour la première fois dans l’histoire de la transmission de celui-ci, le degré de compréhension auquel un transcripteur intelligent, capable de proposer parfois des lectures améliorées par rapport à sa source7, doublé d’un graphiste d’une grande habileté, pouvait prétendre, quand certaines des formules essentielles à la définition des maisons italiques restaient grammaticalement obscures, incorrectement ponctuées, voire partiellement tronquées.

  • 8  Voir maintenant les deux ouvrages parus presque simultanément de Marco Biffi, Franscesco di Giorgi (...)

3À cet égard l’œuvre de l’Anonyme est plus importante, épistémologiquement, que les traductions partielles ou totales de Francesco di Giorgio Martini, rédigées autour des années 1480, donc avant même la publication de la Princeps. L’identification, par Massimo Mussini, du manuscrit qui a servi de base à l’architecte siennois, le codex latinus désigné par le sigle U, a permis des progrès sensibles dans l’évaluation du travail d’interprétation accompli par Francesco di Giorgio, mais l’absence d’illustrations interdit le plus souvent de comprendre ce qu’il entend concrètement par les mots qu’il utilise8.

4Deux problèmes retiendront ici notre attention, parce que les hypothèses ou solutions auxquelles ils donnent lieu jalonnent d’une façon significative les phases d’élaboration de notions cardinales. On s’aperçoit alors que l’amélioration de la base textuelle, en l’absence de toute possibilité de vérification sur le terrain, n’entraîne pas forcément des résultats positifs.

Fig. 1. Les différents atria vitruviens selon l’Anonyme de Ferrare

Fig. 1. Les différents atria vitruviens selon l’Anonyme de Ferrare

Fac-simile édité par Cl. Sgarbi, Vitruvio Ferrarese. De architectura. La prima versione illustrata, Modena, 2004, p. 104.

  • 9 Vitruve, VI, 3, 1 : Cava aedium quinque generibus sunt distincta… Comme souvent, les termes qui ouv (...)
  • 10 Ibid.: in atrii latitudine.
  • 11  Louis Callebat, Vitruve. De l’architecture, livre VI, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 96.
  • 12  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit.  n. 6, p. 77-78 et p. 104-106 du fac-simile.
  • 13  Il figure en effet, p. 104, des « tetrastila » dotés de nombreuses colonnes, comme des atria corin (...)

5La première de ces questions est celle de l’atrium, élément central, au sens architectural mais aussi social et culturel, de la domus traditionnelle. Les deux paragraphes que Vitruve lui consacre ont suscité bien des perplexités chez les lecteurs attentifs de cette époque, qui partaient du principe, sain en lui-même, que des termes différents doivent s’appliquer à des réalités distinctes. Or le premier de ces paragraphes s’ouvre par le mot cava aedium, qui désigne d’une façon très large la partie « creuse » de la maison, c’est-à-dire, si l’on en croit Varron, « l’espace laissé libre à l’intérieur de la demeure pour l’ensemble des activités communes9 ». Le mot est très vite relayé, quelques lignes plus bas, par celui d’atrium10, et l’on s’aperçoit, pour peu qu’on ait quelque familiarité avec les modes de présentation du théoricien latin, que celui-ci commence par nommer en termes généraux la réalité dont il va être question, avant d’en décrire la structure spécifique. Autrement dit, bien que les deux mots ne soient pas, comme le souligne justement le dernier éditeur du livre VI, Louis Callebat, en stricte synonymie, le second correspondant seulement à l’une des catégories subsumées par le premier, lequel pourrait en principe être utilisé pour désigner n’importe quel type de cour, les deux premiers paragraphes du chapitre III concernent uniquement l’atrium11. Déchiffrant avec peine le texte de VI, 3, 1-2, où Vitruve parle des cavaedia, l’Anonyme ferrarais, qui n’est pas en mesure de suivre la logique si particulière de l’exposé latin, distingue, dans les plans sommaires qu’il propose, le compluvium de l’atrium, et cherche à localiser, sans en saisir la réalité, le tablinum et les ale (ou alae)12 (fig. 1). De surcroît, sa faible connaissance du grec l’empêche de comprendre le sens de l’adjectif tétrastyle13. D’où des images un peu étranges où le compluvium devient l’espace central d’une sorte de péristyle indépendant de l’atrium et où les alae, dont Vitruve dit seulement qu’elles sont à droite et à gauche de celui-ci, sont timidement localisées soit dans une structure latérale mal définie, soit, curieusement, sur l’axe transversal, soit encore entre le tablinum et la pinacothèque de la maison des magistrats. La réflexion sur tous ces thèmes reste visiblement embryonnaire, faute de pouvoir mettre sous les mots des réalités tangibles. On relèvera seulement un effort pour définir les interpensiva, c’est-à-dire les sablières suspendues de l’atrium toscan comme une série d’aisseliers ou de jambes de force obliquessoutenant une loggia de bois en surplomb ; l’interprétation est fausse, mais témoigne d’une vraie recherche d’architecte.

Fig. 2. L’atrium corinthien selon Fra Giocondo

Fig. 2. L’atrium corinthien selon Fra Giocondo

Fol. 60v de l’édition de 1511.

Architectura

  • 14  Voir Vitruve, op. cit. n. 9. Sur le livre De partibus aedium de Grapaldus, et le fait qu’il ait se (...)
  • 15  Voir les figures de son édition de 1511, p. 63r° et 64v°.
  • 16  Silvio Ferri, « Note archeologico-critiche al testo di Vitruvio », Studi classici e orientali, VI, (...)
  • 17  Antonio Corso, dans Pierre Gros (éd.), Vitruvio de Architectura, Turin, Einaudi, 1997, I, p. 392-3 (...)

6Les choses s’améliorent évidemment avec les dessins de Fra Giocondo, même si pour lui, comme pour la plupart des interprètes de son temps et en particulier comme pour Francesco Maria Grapaldi, dont l’ouvrage, paru en 1494 et réédité en italien en 1508 a exercé une grande influence sur les exégètes de la première moitié du xvie siècle14, le cavaedium désigne la superficie découverte située au centre des péristyles15, mais on n’en constate pas moins que le système complexe de la poutraison des atria, qu’ils fussent pourvus ou non de colonnes, n’a pas encore été bien saisi : l’espace découvert central y apparaît trop grand par rapport aux surfaces latérales sous charpente, et surtout il ne définit pas au niveau de la toiture une ouverture quadrangulaire, un véritable compluvium conçu comme un puits de lumière (fig. 2). Cette conception longitudinale et non centrée de l’atrium résulte chez Giocondo d’un malentendu fondé sur une correction par ailleurs légitime. Ce qui a en effet contribué à faire de l’atrium dans l’édition de 1511 une sorte de basilique à nef centrale découverte, c’est une notice du livre IV de Vitruve opportunément amendée par le savant moine de Vérone. Les manuscrits de IV, 7, 1-2, dans le chapitre relatif au plan du temple étrusque, préconisaient en effet la procédure suivante pour la division interne des salles cultuelles (les cellae) : Item latitudo dividatur in partes X. Ex his ternae partes dextra ac sinistra cellis minoribus, sive ibi aliae futurae sunt, dentur. Le sens n’était guère satisfaisant, malgré ce qu’en a pu dire Silvio Ferri16, et malgré la tentative courageuse d’Antonio Corso pour réhabiliter cette lectio difficilior17 ; aussi Giocondo a-t-il été suivi par la plupart des éditeurs modernes lorsqu’il a proposé de lire alae au lieu de aliae, correction mineure et codicologiquement acceptable. Les alae ou « ailes » en question sont, dans les temples étrusco-italiques, des pièces situées de part et d’autre de la cella centrale, ouvertes en façade sur leur plus petit côté et limitées latéralement par des murs jusqu’au pronaos.

Fig. 3. L’atrium toscan selon Fra Giocondo

Fig. 3. L’atrium toscan selon Fra Giocondo

Fol. 60 de l’édition de 1511.

Architectura

  • 18  Guglielmo Maetzke, « Il nuovo tempio tuscanico di Fiesole », Studi Etruschi, 24, 1956, p. 227 et s (...)

Le plus accompli de ces temples à alae est celui qu’a étudié jadis Guglielmo Maetzke à Fiesole18 ; depuis, beaucoup d’autres ont été identifiés. Mais bien sûr, pour Giocondo et les humanistes de son temps, surtout lorsque, comme lui, ils maîtrisaient parfaitement le grec ancien, le seul moyen de comprendre le texte de Vitruve ainsi corrigé était d’assimiler le mot latin alae au grec « ptéron », c’est-à-dire à un portique latéral, et donc de définir cette aile comme la nef secondaire d’un ensemble divisé intérieurement comme une basilique par des colonnades libres (fig. 3). Nous avons là un exemple remarquable des pièges qui s’ouvraient sous les pas des exégètes les plus savants quand ils ne disposaient que de la philologie pour déchiffrer un passage technique. La correction de Giocondo est la bonne, mais elle a généré des interprétations graphiques fausses, surtout lorsque, par une démarche analogique méthodologiquement estimable, on a voulu en tirer des conséquences qui paraissaient obvies pour la lecture du texte sur l’atrium.

Fig. 4. L’atrium tétrastyle selon Palladio

Fig. 4. L’atrium tétrastyle selon Palladio

Édition du Vitruvio de D. Barbaro, Venise, 1567, p. 211.

Universitat Heidelberg

  • 19  Giovanni Fra Giocondo, M. Vitruvius, Venise, Giovanni da Tridentino, 1511, fol. 60r°-61r° et 62r°. (...)
  • 20  Daniel Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 280, 284 et 285 ; Andrea Palladio, I Quattro lib (...)
  • 21  Daniele Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 290.

7Certes, il est dans cette définition des alae de la maison romaine une difficulté, que les architectes du xvie siècle ont bien sentie, en ce sens que l’aile ainsi conçue ne se peut concevoir que dans le cas d’un atrium tétrastyle ou corinthien, c’est-à-dire pourvu de colonnes ; l’atrium toscan, à savoir la forme génératrice de toutes les autres, en est dépourvu, puisque, par définition, il ne comporte aucun support intermédiaire. L’idée s’est alors imposée que dans ce type initial les ailes étaient définies par les toits latéraux soutenus par la charpente : Giocondo le suggère, et c’est là sans doute ce qui explique l’étroitesse du préau par rapport à l’espace découvert dans sa restitution graphique19 ; Palladio, pour sa part, le montre clairement dans les dessins qu’il exécute pour le Vitruvio de Barbaro et pour les planches du deuxième de ses Quattro libri, en traçant au sol des rectangles allongés qui définissent l’espace réservé aux ailes latérales20 (fig. 4). Dans son commentaire, Barbaro indique du reste qu’on ne peut comprendre autrement le texte, non sans ajouter plaisamment, sur un ton qui prouve que la question restait, en son temps, fort débattue : « Io l’ho rivoltata in tutti i modi, né mi pare di masticare il pane ad altri, e questo per dar cagione, che si fermino meglio i denti rompendo ancho essi le croste21. »

  • 22  Renato De Fusco, Il Codice dell’architettura. Antologia di trattatisti, Naples, Edizioni Scientifi (...)

8La présence de ces restitutions vitruviennes dans le deuxième des Quattro libri, alors que ce livre est pour l’essentiel consacré à la présentation d’une sorte de catalogue des réalisations de l’auteur en matière d’architecture domestique, « dentro e fuori della città », pose en réalité le problème de la signification et de la finalité de l’intrusion de schémas inspirés de l’antique dans un contexte qui, à la différence de celui du quatrième livre sur les temples, n’a rien d’archéologique. Certes, Palladio avait annoncé dans le titre même de ce livre sur les maisons qu’il comporterait aussi « i disegni delle case antiche de’ Greci e de’ Latini », et dès le premier chapitre il fait sienne la typologie héritée de Vitruve fondée sur l’activité et la richesse des propriétaires. Mais l’insertion des chapitres 4 à 11 consacrés aux structures domestiques de l’Antiquité au cœur d’une série de monographies pleinement actualisées ne nous paraît pas, du point de vue du dessein global de l’œuvre, totalement claire. Renato De Fusco a cherché à justifier cette articulation du deuxième livre en montrant que pour Palladio la conception de l’architecture moderne et la connaissance raisonnée de l’architecture antique faisaient partie du même projet intellectuel, qui garantit et définit l’unité du traité22. C’est vrai, mais on peut dire aussi que, dans ce livre comme dans celui qui est consacré aux temples, quoiqu’à un degré moindre, l’étude des données de l’antiquité va au-delà de ce qui paraît nécessaire au renouvellement des formes contemporaines. Il se produit de fait une manière d’osmose, dont la composition du deuxième livre rend compte d’une manière presque matérielle, et qui consiste en ceci que la réflexion sur les modalités de la création des bâtisseurs de l’époque classique nourrit l’expérience de l’architecte ; mais le processus fonctionne aussi en sens inverse.

Fig. 5. Le plan du Couvent de la Charité à Venise d’après Palladio

Fig. 5. Le plan du Couvent de la Charité à Venise d’après Palladio

I Quattro libri, II, 6.

Architectura

  • 23  Sur l’inspiration « vitruvienne » de l’atrium-vestibule du palais Farnèse, voir Per Gustaf Hamberg(...)
  • 24  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 7, avec le commentaire de L. Magagnato et P (...)

9Ainsi le lecteur découvre, sous la rubrique « Dell’ atrio corinthio » (chapitre 6), une description du couvent de la Charité à Venise, dont Palladio indique d’emblée qu’il en a conçu la restauration de façon à lui donner l’aspect d’une maison antique (fig. 5). Et c’est seulement après avoir rassemblé les différentes versions de l’atrium selon Vitruve – à propos desquelles il exclut ce qui pourtant, aux yeux du théoricien latin était essentiel, et justifiait en grande partie la structure de cette pièce, à savoir les problèmes de recueillement ou d’écoulement des eaux pluviales – qu’il en vient au chapitre de synthèse sur la domus et son organisation générale (chapitre 7). On comprend ainsi que pour Palladio la connaissance du texte latin, son interprétation graphique et éventuellement sa mise au point codicologique sont certes des préliminaires indispensables ; mais à la différence de ce que l’on observe dans les dessins de Fra Giocondo, par exemple, l’expérimentation concrète constitue une seconde étape, non moins nécessaire : seule l’expérience de la construction permet l’intégration de toutes les composantes, présentées par Vitruve sous une forme paratactique et non pas syntaxique. Aucune autre partie du Traité palladien ne met en œuvre aussi clairement cette dialectique féconde : ce que les frères Sangallo avaient réalisé en deux étapes et séparément – construction du rez-de-chaussée du Palais Farnèse et dessin global de la domus vitruvienne, celle-là précédent celui-ci23 –, Palladio le fait dans un seul mouvement, avec une prise de distance et une ampleur qui donnent à son entreprise une valeur unique24.

Fig. 6. Le plan de la maison vitruvienne à atrium corinthien selon Palladio

Fig. 6. Le plan de la maison vitruvienne à atrium corinthien selon Palladio

Édition de D. Barbaro, p. 216.

Universitat Heidelberg

  • 25  Daniele Barbaro, I Dieci Libri…, op. cit. n. 3, p. 283 : « I nomi de i Cavedi si pigliano, o dall’ (...)
  • 26  Giovan Antonio Rusconi, Della architettura, Venise, Giolitti, 1590, p. 86 : « Questa regola (di Vi (...)

10Même si la clairvoyance de Barbaro permet rapidement dans la seconde partie du siècle d’assimiler cavaedium et atrium, le premier terme étant réservé à la partie découverte de la pièce25, et le second aux auvents périphériques, ce qui évite désormais leur dissociation, l’erreur de Giocondo concernant la disposition de l’atrium n’est pas seulement entérinée par les créateurs les plus prestigieux, elle acquiert ses lettres de noblesse. L’atrium, conçu comme une salle de plan basilical, devient la structure monumentale caractéristique du palais urbain dont il solennise l’entrée (fig. 6). En 1590, Giovanantonio Rusconi pourra présenter le vestibule-atrium du « Palazzo dei Farnesi » comme l’exemple accompli de l’application des règles vitruviennes26.

  • 27  Vitruve, VI, 5,1 et 2 ; VI, 7, 3 et 5.
  • 28  Xavier Lafon, « Dehors ou dedans ? Le vestibulum dans les domus aristocratiques de la fin de la Ré (...)
  • 29  VI, 5, 2.
  • 30  VI, 5, 2 et V, 6, 9 (définition de la porte « royale » du théâtre latin).
  • 31  Pierre Gros, « L’auctoritas chez Vitruve. Contribution à l’étude de la sémantique des ordres dans (...)

11Le second problème auquel nous voudrions réfléchir est celui de la façade de la maison. Élément essentiel de la scansion de la rue au xvie siècle, où la demeure patricienne présente au passant tous les signes du « status symbol » de son propriétaire, elle devait bénéficier elle aussi, pour que sa conception fût légitime et son aspect gratifiant, d’une caution antique. La difficulté est évidemment que Vitruve ne dit pas un mot de la façade de la domus, même lorsqu’il décrit l’habitation des plus hauts magistrats de la cité. Et comme aucun vestige n’en pouvait alors donner une idée, fût-elle approximative, il fallait, par une série de détours et d’annexions plus ou moins abusifs, trouver le moyen de justifier les choix structurels et décoratifs des grandes résidences, urbaines ou de campagne, en leur désignant des précédents classiques. La méthode adoptée en l’occurrence va consister à traiter le vestibulum, dont la brève mention dans les notices du De architectura se prête difficilement à une interprétation monumentale précise, sous une forme inspirée de la pratique contemporaine27. Pour prendre la mesure de l’opération, il convient de rappeler que le vestibule de la maison aristocratique apparaît le plus souvent dans les textes anciens comme un lieu d’attente et d’accueil : espace intermédiaire entre l’intérieur et l’extérieur, entre les fauces, le corridor d’accès à l’atrium, et la rue, il pouvait être relativement vaste, mais il ne nous est révélé que peu de choses de son aspect architectural28. Le seul texte qui soit de ce point de vue un peu plus explicite est celui où Vitruve, évoquant la demeure des nobiles, les plus hauts magistrats, souligne la nécessité pour eux de disposer de vestibula regalia29 ; l’adjectif implique dans le traité latin, où il n’apparaît que deux fois30, la présence de colonnes composant un « prothyron », un portique de façade, de nature à entretenir l’impression d’une dignité « royale », dans le sens ostentatoire, sinon institutionnel du mot31.

Fig. 7. La façade de la maison urbaine antique selon Palladio

Fig. 7. La façade de la maison urbaine antique selon Palladio

Édition de D. Barbaro, p. 217.

Universitat Heidelberg

Fig. 8. Le plan de la maison romaine selon l’Anonyme de Ferrare

Fig. 8. Le plan de la maison romaine selon l’Anonyme de Ferrare

Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 106.

Fig. 9. Le plan de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare

Fig. 9. Le plan de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare

Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 110.

Fig. 10. La façade de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare

Fig. 10. La façade de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare

Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 111.

  • 32  Louis Cellauro, “Daniele Barbaro and Vitruvius: the architectural theory of a Renaissance humanist (...)
  • 33  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit. n. 6, p. 106 et p. 110-111 du fac-simile. Vittorio P (...)
  • 34  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 14 et 15. Voir maintenant Howard Burns, « P (...)
  • 35  Litta Medri, « La villa di Poggio a Caiano », dans L’Architettura di Lorenzo il Magnifico, cat. d’ (...)
  • 36  Sur la datation du manuscrit de Ferrare, Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit. n. 6, p. 11 (...)
  • 37  Vittorio Pizzigoni, dans Andrea Palladio e la villa veneta, op. cit. n. 33, p. 229-231.
  • 38  Vitruve, VI, 7,5 ; voir Louis Callebat, Vitruve…, op. cit. n. 11, p. 232-233.

12La gestion de cette mince documentation par les architectes de la fin du xve siècle et du début du xvie est intéressante à plus d’un titre, car elle manifeste une rare faculté à exploiter les témoignages les plus furtifs pour les faire servir à des bricolages efficaces. Dans une étude récente, LouisCellauro présente la fameuse planche du Vitruvio de Barbaro réalisée par Palladio, où la maison romaine est dotée d’un portique de façade sous fronton, comme “the most startingly new image”, l’image la plus saisissante du classicisme de la Renaissance italienne dans une édition imprimée du De architectura32 (fig. 7). En réalité, cette image, effectivement très suggestive et riche d’une belle postérité, a désormais perdu une grande part de sa nouveauté puisqu’elle se trouve déjà, sous une forme plus modeste mais parfaitement lisible, dans le manuscrit de Ferrare, où figure une structure de façade du même genre, en plan pour l’illustration de la maison romaine (fig. 8), en plan et en élévation pour celle de la maison grecque33 (fig. 9). Cette première mise en œuvre d’un pronaos à l’antique pour souligner l’entrée d’une belle maison constitue une indéniable anticipation du motif que Palladio utilisera systématiquement pour ses villas34. Le modèle est évidemment celui de la résidence médicéenne de Poggio a Caiano, dont la façade est projetée par Giuliano da Sangallo dès le début des années 1480, même si l’architecte n’avait pas mis en place un pronaos véritable, se contentant d’insérer dans le mur une colonnade tétrastyle sans avancée35. Pour autant, l’auteur du manuscrit de Ferrare, qui est censé travailler dans les toutes dernières années du xve siècle ou dans la première décennie du siècle suivant36, ne renonce pas à chercher dans le texte de Vitruve une explication à sa restitution graphique : s’il se contente d’indiquer, pour légender le dessin de la maison romaine, vestibulum, qui vaut à la fois pour la façade tétrastyle et pour la structure distyle in antis, les deux solutions qu’il retient dans la même planche, il ajoute avec un remarquable sens de l’opportunité, ianua cum dignitate pour commenter son image de la maison grecque, reprenant ainsi en l’abrégeant la formule latine de VI, 7, 3, ianuas proprias cum dignitate (des portes d’aspect prestigieux qui leur sont propres), appliquée par le théoricien à la partie la plus élégante de ce type d’habitation, l’andronitis, c’est-à-dire l’appartement des hommes. En cela l’Anonyme témoigne d’un sens aigu de la sémantique vitruvienne : il sait apparemment que la dignitas d’un édifice est souvent liée dans le traité à la présence de colonnes, et les hypothèses graphiques qu’il avance peuvent s’appliquer avec vraisemblance à ces vestibula regalia, ces « vestibules de type royal » que Vitruve place, nous l’avons dit, devant l’entrée des domus des nobiles37. La notion de royauté, liée à celle d’auctoritas, implique elle aussi en général le recours à des ordres libres. Et le même auteur, décidément très soucieux de faire un sort à chacun des termes techniques, ajoute même le mot « prothyra », dont Vitruve explique qu’il désigne les vestibula quae sunt ante ianuae (VI, 7, 5), c’est-à-dire les vestibules qui sont devant les portes, et il ne craint pas de recourir à l’hapax « diathyra » pour désigner, non sans vraisemblance, l’espace interne entre vestibule monumental et entrée proprement dite38 (fig. 10).

  • 39  Vitruve, IX, 4 ; Giovanni Orlandi (éd.), Milan, Il Polifilo, 1966, p. 809. Traduction française de (...)
  • 40  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 16, p. 172.
  • 41  Christoph Luitpold Frommel, « Roma e la formazione architettonica del Palladio », dans André Chast (...)
  • 42  Comme c’est le cas par exemple pour la villa de Francesco Trissino, près de Vicence, ou de Giovann (...)

13Selon toute probabilité, ni Barbaro ni Palladio n’ont eu connaissance de ce manuscrit, bien qu’en toute hypothèse il soit antérieur à leurs travaux, mais il valait la peine, croyons-nous, de montrer que leur interprétation de la façade de la maison romaine s’inscrivait dans une tradition relativement ancienne, dont Alberti lui-même avait, encore auparavant, jalonné une étape décisive. On lit en effet, au livre IX de son De re aedificatoria : « Fastigium privatis aedibus non ita fiet, ut templi maiestatem ulla ex parte sectetur. Vestibulum tamen ipsum fronte paulo sublatiori atque etiam fastigii dignitatehonestabitur39. » Malgré l’insistance avec laquelle Alberti se plaît à rappeler l’importance des églises dans le paysage urbain, et sa fidélité au principe vitruvien selon lequel les colonnades des édifices profanes et privés doivent exprimer une dignité moindre que celle des monuments sacrés, cet auteur ne peut se résoudre à priver la demeure aristocratique de l’honneur du fastigium, anticipant en cela sur la solution adoptée à Poggio a Caiano. Palladio, quant à lui, propose, nous l’avons rappelé ci-dessus, un fronton soutenu par une colonnade octastyle corinthienne dans la planche du Vitruvio de Barbaro, ce qui est considérable, dès lors qu’il s’agit seulement d’encadrer la porte principale. Cette image trouve sa confirmation pratique et théorique dans une notice du Deuxième livre, où il est dit : « Io ho fatto in tutte le fabriche di villa, ed anche in alcune delle città il frontespicio nella facciata dinanti, nella quale sono le porte principali. Per cio`che questi tali frontespici accusano l’entrata40. » Effectivement, comme le relève Christoph L.Frommel dans une étude récente, Palladio observe toujours ce principe de ne souligner, dans les villas comme dans les palais, que leur entrée principale, se gardant de couvrir la totalité de leur façade au moyen d’une colonnade sous fronton41. Ce dernier peut du reste couronner le niveau supérieur, lorsqu’un étage domine le vestibule du rez-de-chaussée42.

  • 43  Luigi Polacco, « La posizione di Andrea Palladio di fronte all’antichità », Bollettino del Centro (...)
  • 44  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 16, p. 173 : « Vitruvio, nel suo terzo libr (...)
  • 45 Vitruve, II, 16. Voir sur ce point Erik Forssman, « Palladio e Vitruvio », Bollettino del Centro In (...)
  • 46  Le thème, récurrent chez Vitruve, apparaît non seulement au livre II, mais aussi au livre IV (orig (...)
  • 47  Vitruve, II, 1, 3 : « Primumque furcis erectis et virgulis interpostis luto parietes texerunt. »

14Le problème rencontré par Alberti n’en restait pas moins sensible pour Palladio et ses contemporains, comme l’a noté LuigiPolacco43, et cette transposition du répertoire grammatical, si l’on peut dire, du monument religieux antique dans le domaine de l’architecture domestique, même sublimée par l’expression du pouvoir ou de la richesse, pouvait toujours être ressentie dans certains contextes comme une manière d’usurpation. Dans le chapitre déjà cité du Deuxième Livre, l’auteur renvoie, sans l’ombre d’une hésitation, pour l’ordonnance du portique sur rue de sa maison, aux préceptes du livre III de Vitruve, lequel s’applique exclusivement aux temples44. Et si l’on se réfère aux illustrations conçues pour le Vitruvio de Barbaro, on note que la seule différence entre la façade de la domus et celle du temple à podium réside dans la présence de piédestaux à la base des colonnes de l’édifice sacré, alors que celles de l’édifice profane partent directement du sol. Mais Palladio invoque, pour justifier ce transfert, une raison en quelque sorte génétique, rappelant, en s’inspirant évidemment de l’histoire des premiers temps de l’humanité, telle qu’on la trouve dans le livre II du De architectura, que la maison a précédé le temple, et a anticipé sur ce qui devait être sa structure identifiante, à savoir le toit à double pente, dont la version monumentalisée en façade ne peut être que le fronton triangulaire ; cette filiation supposée permet non seulement de comprendre, mais aussi de justifier le recours à des composantes analogues sinon identiques dans les deux catégories de constructions. Il le dit clairement à propos des « frontespici » : « Gli usarono anco gli antichi nelle loro fabriche, come si vede nelle reliquie dei tempii e di altri publichi edifici, i quali, per quello c’ho detto nel proemio del primo libro, è molto verisimile che pigliassero la invenzione e le ragioni dagli edifici privati, cioè dalle case45. » L’architecte vicentin se réfère ici explicitement non seulement à la description des premières manifestations de l’activité des bâtisseurs, mais aussi, ce qui est encore plus important dans la perspective qui est la sienne, à la théorie vitruvienne de la « pétrification », selon laquelle les principaux éléments des ordres et de leurs ornements reproduisent ceux des composantes primitives en bois46. Au nombre de celles-ci et, chronologiquement, au premier rang, comptait la hutte faite de branchages posés en bâtière pour faciliter l’écoulement des eaux47.

  • 48  Daniele Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 167-171. Voir aussi Pierre Gros, Vitruve, De l’ (...)
  • 49  Voir Daniele Barbaro, I Dieci libri..., op. cit. n. 3, p. 69 : « Bella e degna cosa è da considera (...)
  • 50  Renato De Fusco, L’Architettura del Cinquecento, Turin, UTET, 1981, p. 54-55.
  • 51  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 6, p. 125-126 et p. 461-463. Voir aussi la (...)

15La légitimité du fronton se trouve ainsi définie historiquement, comme ne manque pas de le rappeler Barbaro dans les commentaires de son édition de 156748, et idéologiquement puisque cette utilisation d’un modèle ressenti comme sacralisant dans une construction profane, et de surcroît privée, répond, du moins fait-on semblant de le croire, aux exigences de la manière « naturelle », où les structures n’étaient conçues qu’en fonction des nécessités les plus élémentaires, et donc les plus impératives49. Cette fondation théorique de l’habillage externe de la maison romaine, qui peut être ainsi transposé d’autant plus facilement dans les demeures urbaines et les résidences de campagne, n’est pas le moindre service rendu par Vitruve aux architectes du classicisme européen, ou du moins par dans l’interprétation qu’en a donnée Palladio. À vrai dire, il ne s’agit pas ici d’une récupération ponctuelle, mais d’une attitude globale à l’égard de la tradition antique, qui est peut-être la caractéristique la plus remarquable des lectures palladiennes du De architectura. Elles ne se limitent pas à la cueillette d’éléments lexicaux plus ou moins bien assimilés, mais s’efforcent d’en dégager de véritables organisations syntaxiques. Ce que De Fusco a justement appelé la « décontextualisation sémantique » constitue un renouvellement fécond de l’utilisation des codes antiques, ou de ce qu’on en pouvait comprendre50 : dépassant le stade de la citation plus ou moins explicite, pour s’engager résolument dans la voie de recompositions très élaborées, l’architecte ne se contente pas d’intégrer les signes qu’il recueille dans la tradition antique, et plus précisément chez celui qui reste malgré tout, à ses yeux, son représentant le plus autorisé, à des ordonnances spatiales et plastiques véritablement organiques, mais il les traduit en acte dans ses propres créations ; c’est ainsi par exemple que la version « moderne » la plus complète de la maison romaine selon Palladio est à chercher, nous l’avons dit, dans sa restauration du Couvent de la Charité à Venise51.

Fig. 11. Plan et façade de la villa de Giovanni Battista dalla Torre, réalisée par Palladio

Fig. 11. Plan et façade de la villa de Giovanni Battista dalla Torre, réalisée par Palladio

I Quattro libri, II, 17.

Architectura

16Bien d’autres observations, concernant le péristyle, les salles de réception, le tablinum ou les jardins pourraient être faites, qui confirmeraient cette faculté propre à Palladio de redonner un sens et une vie à toutes les composantes de la domus. Bornons-nous à souligner, pour clore notre réflexion, que le thème de la maison vitruvienne, où le répertoire tiré du texte est d’autant plus difficile à exploiter qu’il est souvent elliptique et, en l’état des connaissances de l’époque, sans assise archéologique, a été pour cet architecte un champ de réflexion mais aussi, ce qui est plus rare, d’expérimentation privilégié (fig. 11). De l’illustration du Vitruvio de Barbaro aux chapitres du deuxième des Quattro libri, l’intelligence des lectures et le trésor des observations accumulées n’ont d’égales que l’efficacité des restitutions et l’ingéniosité des formules mises en œuvre.

  • 52  Werner Oechslin, Palladianesimo. Teoria e prassi, Venise, Arsenale Editrice, 2006, p. 96-105.
  • 53  Le livre VI ne comporte dans l’édition de 1684 que 6 planches, dont une non numérotée, quand les a (...)

17Si nous essayons maintenant d’évaluer ce que les architectes et théoriciens du xviie siècle, qui ne pouvaient pas faire état d’éléments archéologiques nouveaux par rapport à ceux dont disposaient leurs prédécesseurs de la Renaissance italienne, ont retenu de ces interprétations, il ne nous semble pas possible, ni utile, de suivre la postérité de l’entrée à colonnes sous fronton dont nous venons de retracer la genèse dans le système palladien. Surtout, je ne me donnerai pas le ridicule d’évoquer devant mon ami Werner Oechslin ce qu’il a lui-même appelé dans l’un de ses derniers ouvrages « il marchio di fabbrica dell’architettura palladiana », dont il retrouve des illustrations dans toute l’Europe de l’âge classique52. Mais il peut être en revanche instructif de voir ce que Claude Perrault a fait des enseignements qu’il pouvait recueillir dans les éditions vitruviennes du xvie siècle, au moment où il s’est mis en devoir d’élaborer sa propre traduction du livre VI. À vrai dire, notre médecin-architecte, imbu de ses propres créations dans la « grande architecture » auxquelles il se réfère souvent dans les commentaires aux livres du traité latin consacrés aux monuments publics, ne paraît pas avoir éprouvé beaucoup d’intérêt pour les demeures privées, qu’elles soient urbaines ou rurales, antiques ou modernes53.

  • 54  Vincenzo Scamozzi, L’Idea della architettura universale, Venise, 1615, I, 3, 5, p. 236. Voir maint (...)
  • 55  Voir Daniele Barbaro, I Dieci libri..., op. cit. n. 25.
  • 56  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 212, n. 1 : « Scamozzi brouille encore davant (...)
  • 57  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 213, pl. LIII.
  • 58  Le texte d’Aulu-Gelle cité p. 212, n. 1, sans doute d’après Alberti, contient en lui-même une info (...)
  • 59  Voir Vitruve, op. cit. n. 9.
  • 60  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p.208, n. 1.
  • 61  Selon Vitruve, VI, 3, 7.

18Si l’on suit avec attention sa traduction et ses commentaires, on constate malgré tout qu’il a pris soin de s’informer aux meilleures sources, mais qu’il n’en a pas toujours tiré le meilleur parti. Par exemple, il avait lu dans l’ouvrage touffu de Scamozzi paru en 1615 que le cavaedium est « il medesimo », la même chose que l’atrium, pour l’emplacement dans la maison et l’usage qu’on en fait54. Pour la seconde fois, donc, après le très pertinent commentaire de Barbaro, qui avait compris que le mot cavaedium s’applique à la partie découverte de l’atrium, mais que les deux termes sont équivalents55, l’hypothèque qui avait si longtemps grevé l’interprétation de la domus italique se trouvait levée, et la voie libérée pour une restitution satisfaisante. Or non seulement Perrault non seulement n’en tient pas compte, mais il « réfute » sans indulgence ce qu’il considère comme une mauvaise lecture56. Et de ce fait sa restitution en plan de la maison romaine apparaît très en retrait, ou plutôt en recul par rapport à celles de la fin du siècle précédent57 ; car il ne se contente pas de reprendre l’erreur de Giocondo concernant la localisation du cavaedium, mais, se fondant sur des passages intéressants mais par lui mal compris de Cicéron ou d’Aulu-Gelle, il introduit dans son dessin deux vestibules successifs58. L’un est effectivement le véritable vestibulum des latins, auquel il croit pouvoir donner le nom de sinus, preuve qu’il n’a pas compris la signification du mot employé par Alberti pour désigner l’atrium proprement dit59 ; mais il fait suivre cette structure d’entrée, qui appartient encore à l’espace public de la rue, d’un cavaedium transformé en un petit péristyle, qu’il décore du nom peu gratifiant de cour, et un second vestibule, bien étrange en cette position interne, qui n’est autre que l’atrium, conçu en plan selon les schémas élaborés par Palladio, du moins pour ceux qui possèdent des colonnes, et qui sont, comme le dit du reste fort bien Perrault, pourvus de « trois allées, une large au milieu et deux étroites aux côtés », lesquelles constituent les ailes60 ; tout cela ne l’empêche pas de doter en plus sa maison, au fond du lotissement, d’un très vaste péristyle ; ce dernier, conformément au précepte vitruvien, est disposé in transverso, c’est-à-dire perpendiculairement à l’axe du cheminement61.

  • 62  Malgré ses bonnes lectures des textes anciens, qui lui permettent de constater que les mots cavaed (...)
  • 63  Ce en quoi il a raison. Et de la même façon, il n’a pas tort de reprocher à Barbaro et à Palladio (...)
  • 64  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 207, explication de la pl. LI.
  • 65 Ibid., p. 208, n. 3 et 4.
  • 66 Ibid., p. 206-207, pl. LI, fig. 1.
  • 67  On notera à ce propos que, allant impavide jusqu’au bout de sa logique, Perrault croit devoir ajou (...)

19Perrault aboutit ainsi à une recomposition des plus étranges, que les planches de détail ne contribuent pas à clarifier, car poussant jusqu’au bout la logique qui le conduit à distinguer le cavaedium de l’atrium, lesquels selon lui n’entretiennent entre eux aucun rapport62, il imagine deux « espèces de cours » en plaçant dans deux séries distinctes les tétrastyles et les corinthiennes et en insistant sur l’aire centrale à laquelle les cava aedium doivent leur nom63. Pour le rendu monumental des différentes versions, bien qu’il ne le dise pas explicitement, il s’inspire assez largement des élévations du Vicentin, si l’on en juge par le parti qui consiste à présenter toujours des murs à deux étages, avec éventuellement un ordre colossal libre, où il reconnaît l’origine de « la manière licencieuse que les architectes modernes ont mise en usage64 ». Il faut tout de même lui accorder deux mérites, qui ne sont pas minces : le premier est d’avoir essayé de trouver dans le vocabulaire français de la charpenterie des termes qui pussent rendre compréhensibles aux artisans de son temps les mots latins que Palladio pour sa part ne s’était nullement soucié de transcrire en italien dans ses Quattro libri, même s’il disposait de la traduction efficace de Barbaro. Ainsi fleurissent dans le texte de Perrault les notions de coyers, ou coyaux, et de potences, censées correspondre respectivement à celles d’arêtiers de noues (colliciae) et de sablières suspendues (interpensiva)65. Même s’il ne comprend pas beaucoup mieux que ses prédécesseurs le système de la poutraison qui permet la mise en place de l’atrium toscan, il propose, et c’est là son second mérite, un montage plus vraisemblable que celui de Palladio, avec précisément les « potences » ou étais obliques qui sont « posées dans les angles rentrants que faisaient les murs qui étaient autour de la cour66 ». Mais ce procédé, qui témoigne d’une réelle préoccupation de bâtisseur, et reprend, sans évidemment le savoir, la solution adoptée près de deux siècles plus tôt par l’Anonyme ferrarais, entraîne le rétrécissement des auvents encadrant le compluvium, lequel se trouve réduit à l’état de chéneau autour d’un péristyle ; et de ce fait la description vitruvienne s’en trouve encore moins bien comprise67.

  • 68  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 206-208.
  • 69  Seule apparemment la colonnade du Louvre lui a donné l’occasion, mais dans un contexte bien partic (...)
  • 70  Ibid. p. 205, n. 3.
  • 71  Ibid. p. 208, n. 5.
  • 72 Ibid.p. 216, pl. LIV. Voir Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 10, p. 42.
  • 73  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 154, n. XL.
  • 74  Voir Antoine Picon, Claude Perrault, 1613-1688 ou la curiosité d’un classique, Paris, Picard, 1988 (...)

20On mesure à ces observations la confusion dans laquelle l’interprète français du De architectura se trouve encore plongé. Paradoxalement, cette confusion résulte en partie des efforts souvent contradictoires consentis par ses prédécesseurs pour décrypter les passages les plus difficiles de ce livre VI : on s’en rend compte lorsqu’il passe rapidement en revue les différentes conjectures textuelles ou graphiques proposées par Giocondo, Philandrier, Barbaro, Palladio, Vignola, Scamozzi et même Baldus, pour les rejeter toutes en bloc au profit de sa propre lecture68. Ce comportement n’est pas seulement dû à la suffisance dont notre architecte lauréat donne diverses preuves dans le cours de son livre, mais aussi au sentiment que la diversité des interprétations antérieures tend à prouver, de son point de vue, que tout reste à faire pour comprendre la nature des cours intérieures des maisons romaines. Comme d’autre part, Perrault, à la différence de Palladio, n’a pas en vue l’élaboration d’un type d’habitat patricien qui puisse bénéficier de la caution des exemples antiques, il ne consacre aucune réflexion au problème de la solennisation des façades, pour lequel Vitruve, à vrai dire, ne fournissait guère d’indices69. Du fait qu’enfin sa connaissance de l’architecture antique reste livresque et ne s’appuie nullement, comme celle de la plupart des architectes de l’époque de l’humanisme, sur une familiarité réelle avec les ruines romaines, il n’a pas les intuitions qui pouvaient, de temps à autre, éclairer ces derniers, même si leurs références en matière d’habitat antique restaient fondées sur de fausses attributions. Les seules observations concrètes sur lesquelles Perrault s’efforce d’étayer ses restitutions sont tirées de la pratique contemporaine, et il en est réduit à citer, à propos des modifications proportionnelles théoriquement rendues nécessaires par la taille des édifices, la statue colossale qu’il a « mise au haut de l’Arc de Triomphe, que le Roy fait bâtir au bout de l’avenue de Vincennes70 », ou à propos des descentes d’eau internes, à rappeler une fois de plus ce qu’il a réalisé au Louvre ou à l’Observatoire71. C’est cette absence d’actualité des données antiques, pour ce qui concerne l’habitat, qui rend ses hypothèses planimétriques aussi peu crédibles : à la différence de Palladio, que son projet d’architecte rendait apte à comprendre sinon dans leur détail, du moins dans leur principe et leur finalité, tant de structures de la domus vitruvienne, Perrault reste extérieur au texte et se contente d’en donner une interprétation qu’il croit novatrice et qui n’est, à bien des égards, qu’arbitraire. Il est cependant une composition qui a retenu l’attention de l’architecte dans ce livre VI, c’est celle du salon dit égyptien, ou « salle égyptienne », décrite en 3, 9 ; si l’image en élévation qu’il en donne est plus que toute autre calquée sur celle de Palladio72, il en souligne la beauté et les avantages, et saura s’en souvenir, en la combinant avec sa restitution de la basilique de Fano73, non pas il est vrai pour la réalisation d’une demeure, mais pour le projet de reconstruction de l’église abbatiale de Sainte-Geneviève à Paris74. Tant il est vrai que le transfert du sacré au profane que nous avions noté à propos des façades sous fronton de Palladio peut aussi s’effectuer dans l’autre sens, le schéma basilical antique, même surinterprété comme c’est le cas en l’occurrence, s’appliquant sans difficulté, c’est un fait bien connu, mais dont nous avons ici en quelque sorte la démonstration en acte, rare pour la France, aux édifices cultuels de type post-tridentin à nef centrale processionnelle.

Notes

1  Voir sur ce point Renato De Fusco, L’Architettura del Quattrocento, Turin, UET, 1984, p. 78 et suiv.

2  Richard Krautheimer, « Le tavole di Urbino, Berlino e Baltimora rivisitate », dans Rinascimento da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, Bompiani, 1994, p. 233-257.

3  Daniele Barbaro, I Dieci libri dell’architettura di M. Vitruvio, Venise, F. de’ Franceschi & J. Criegher, 1567, p. 283.

4  Cette terminologie est d’autant moins explicitée par Vitruve qu’elle est censée être familière à ses lecteurs, du moins pour l’essentiel. Et bien sûr elle semble n’avoir jamais été assortie de la moindre illustration. Voir sur cette question notre étude « Vitruve et l’illustration des traités d’architecture. Histoire d’un malentendu », dans Claude Nicolet (éd.), Les Littératures techniques à l’époque romaine, Genève, Fondation Hardt, 1996, p. 19-44.

5  Dès le milieu du xvie siècle s’est en fait posé en Italie le problème de l’élaboration d’une nouvelle typologie de la demeure princière, seigneuriale ou cardinalice qui fût en rupture ostensible avec les traditions de l’habitation féodale. Voir sur ce point les observations de Hubertus Günther, « Dal Palazzo di Mecenate al Palazzo Farnese : la concezione rinascimentale della casa antica », dans Aurora Scotti Tosini (éd.), Aspetti dell’abitare in Italia tra xv e xvi secolo. Distribuzione, funzioni, impianti, Milan, Edizioni Unicopli, 2001, p. 218-138. L’un des textes les plus significatifs à cet égard est sans doute celui que Flavio Biondo a rédigé dans le prologue du livre IX de sa Roma triumphans (1457-1459). Nous traduisons : « Aujourd’hui il n’est personne parmi les citoyens de Rome, Venise, Gênes, Florence, Milan, Naples ou Sienne ou de quelqu’autre riche et fameuse cité d’Italie qui puisse se vanter de posséder une demeure qui par sa magnificence et sa splendeur égale celles de la Rome antique. » Quelques décennies plus tard, le palais du cardinal Raffaele Riario, qui deviendra ensuite, sur l’initiative du pape Léon X, celui de la Chancellerie apostolique, apparaît comme un véritable manifeste : on a pu écrire que sa construction, entre 1488 et 1511 (la date de 1495 qui apparaît sur la frise de sa façade se réfère selon toute apparence à l’achèvement de la première partie du programme), et l’édition du texte de Vitruve par Giovanni Sulpicio da Veroli en 1487-1488, constituaient les deux aspects d’une même entreprise culturelle, voulue, soutenue et financée par Riario, auquel l’auteur de l’editio princeps dédie d’ailleurs son œuvre. Voir Roberto Gargiani, Principi e costruzione nell’architettura italiana del Quattrocento, Rome/Bari, Laterza, 2003, p. 553-556.

6  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese. De architectura. La prima versione illustrata, Modène, Franco Cosimo Panini, 2004.

7  De nombreux exemples de corrections ou de suggestions interlinéaires, dont beaucoup sont pertinentes, sont relevés par Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese, op. cit. n. 6, p. 59-93.

8  Voir maintenant les deux ouvrages parus presque simultanément de Marco Biffi, Franscesco di Giorgio Martini. La traduzione del De architectura di Vitruvio, Pise, Scuola Normale Superiore, 2002 ; et de Massimo Mussini, Francesco di Giorgio e Vitruvio. La traduzione del “De architettura” nei codici Zichy, Spencer 129 e Magliabecchiano II.I.141, Florence, Olschki, 2003, 2 vol. 

9 Vitruve, VI, 3, 1 : Cava aedium quinque generibus sunt distincta… Comme souvent, les termes qui ouvrent un chapitre ou un paragraphe en constituent le titre. Varron, De Lingua Latina, V, 161, en donne la définition suivante : Cavum aedium dictum qui locus tectus intra parietes relinquebatur patulus, qui esset ad communem omnium usum. Les traductions ou transpositions données par les architectes de la Renaissance prouvent qu’ils comprenaient bien le terme latin : Alberti emploie dans son De re aedificatoria (V, 17) le mot sinus, qui évoque à la fois la notion de cœur et celle de creux ; Francesco di Giorgio Martini écrit « conchavità delle chase » ; Fabio Calvo « cortili e spazi di mezzo » ; Barbaro « cortili o corti ». Mais la localisation de cet élément est chez tous ces auteurs fautive, en ce qu’ils veulent y voir, en bonne logique d’ailleurs, l’aire découverte des péristyles.

10 Ibid.: in atrii latitudine.

11  Louis Callebat, Vitruve. De l’architecture, livre VI, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 96.

12  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit.  n. 6, p. 77-78 et p. 104-106 du fac-simile.

13  Il figure en effet, p. 104, des « tetrastila » dotés de nombreuses colonnes, comme des atria corinthiens.

14  Voir Vitruve, op. cit. n. 9. Sur le livre De partibus aedium de Grapaldus, et le fait qu’il ait servi de caution à la situation du cavum aedium au centre du péristyle, voir l’article fondateur de Pier Nicola Pagliara, « L’attività edilizia di Antonio da Sangallo il Giovane », Controspazio, IV, 1977, p. 22-37.

15  Voir les figures de son édition de 1511, p. 63r° et 64v°.

16  Silvio Ferri, « Note archeologico-critiche al testo di Vitruvio », Studi classici e orientali, VI, 1956, p. 235 et suiv.

17  Antonio Corso, dans Pierre Gros (éd.), Vitruvio de Architectura, Turin, Einaudi, 1997, I, p. 392-393 et p. 494-495. La traduction qu’il propose est la suivante : « Analogamente la larghezza sia divisa in 10 parti. Di queste le tre parti a destra e a sinistra siano riservate alle celle minori o se colà vi saranno altri vani, a questi. »

18  Guglielmo Maetzke, « Il nuovo tempio tuscanico di Fiesole », Studi Etruschi, 24, 1956, p. 227 et suiv. ; Ferdinando Castagnoli, « Sul tempio ‘italico’ », RM, 73-74, 1966-1967, p. 10-14. Voir maintenant notre commentaire ad loc., dans Vitruve. De l’architecture, livre IV, Paris, Cuf, 1992, p. 181-182.

19  Giovanni Fra Giocondo, M. Vitruvius, Venise, Giovanni da Tridentino, 1511, fol. 60r°-61r° et 62r°. Mais curieusement Giocondo dans la légende de ces figures parle de cavaedium. On mesure ici le degré de confusion entretenu, au niveau du moins de la terminologie, par le texte de Vitruve. Sur l’ensemble de la question, Linda Pellecchia, “Architects read Vitruvius: Renaissance Interpretations of the Atrium in the Ancient House”, Journal of the Society of Architectural Historians, 51, 4, 1992, p. 377-416.

20  Daniel Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 280, 284 et 285 ; Andrea Palladio, I Quattro libri dell’ architettura, Venise, Dominico de’Franceschi, 1570, II, 4, 5, 6, éd. L. Magagnato et P. Marini, Milan, Il Polifilo, 1980, p. 120-124. Voir aussi le commentaire de ces passages, p. 460-464.

21  Daniele Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 290.

22  Renato De Fusco, Il Codice dell’architettura. Antologia di trattatisti, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1968, p. 572 ; voir aussi Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, p. 460-461.

23  Sur l’inspiration « vitruvienne » de l’atrium-vestibule du palais Farnèse, voir Per Gustaf Hamberg, « G. B. da Sangallo detto il Gobbo e Vitruvio : con particolare riferimento all'antico Castello Reale di Stoccolma », Palladio, 8, 1958, p. 15-21 ; Christoph Luitpold Frommel, « La construction et la décoration du palais Farnèse : Sangallo et Michel-Ange », dans Le Palais Farnèse, Rome, École française de Rome, 1981, I, 1, p. 135-138 ; Pier Nicola Pagliara, « Studi e pratica vitruviana di Antonio da Sangallo il Giovane e di suo fratello Giovanni Battista », dans Jean Guillaume (éd), Les Traités d’architecture de la Renaissance, Paris, Picard, 1988, p. 179-206.

24  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 7, avec le commentaire de L. Magagnato et P. Marini, p. 463-464, où Paola Marini souligne l’efficacité de la démarche palladienne, l’enquête critique sur le texte de Vitruve, jugé d’ailleurs passablement obscur, et l’inventivité créatrice de l’architecte allant de pair, pour déboucher sur une restitution graphique qui s’efforce d’intégrer les différentes composantes de la domus.

25  Daniele Barbaro, I Dieci Libri…, op. cit. n. 3, p. 283 : « I nomi de i Cavedi si pigliano, o dall’usanza di diverse città, o dalla forma loro. Sono detti ancho Atria, ma per un altro rispetto, perche Cavaedium è detto rispetto a quella parte che è scoperta, e che piove nel mezo, Atrium rispetto a quella parte che è coperta. »

26  Giovan Antonio Rusconi, Della architettura, Venise, Giolitti, 1590, p. 86 : « Questa regola (di Vitruvio) non vediamo hoggidi essere stata usata se non da Antonio da Sangallo nel Palazzo dei Farnesi in Roma » (éd. CISA, Testi e fonti per la storia dell’ architettura, Vérone/Vicence, Colpo di fulmine/C.I.S.A. A. Palladio, I, 1996).

27  Vitruve, VI, 5,1 et 2 ; VI, 7, 3 et 5.

28  Xavier Lafon, « Dehors ou dedans ? Le vestibulum dans les domus aristocratiques de la fin de la République et au début de l’Empire », Klio, 77, 1995, p. 405-423 ; Louis Callebat, Vitruve… op. cit. n. 11, p. 172-173.

29  VI, 5, 2.

30  VI, 5, 2 et V, 6, 9 (définition de la porte « royale » du théâtre latin).

31  Pierre Gros, « L’auctoritas chez Vitruve. Contribution à l’étude de la sémantique des ordres dans le De Architectura », dans Herman Geertman et Jan J. De Jong (éd.), Munus non ingratum: proceedings of the international symposium on Vitruvius' De architectura and the Hellenistic and republican architecture, Babesch supplément 2, Leyde, 1989, p. 126-133.

32  Louis Cellauro, “Daniele Barbaro and Vitruvius: the architectural theory of a Renaissance humanist and patron”, Papers of the British School at Rome, 72, 2004, p. 293-329. Il s’agit de la planche de la p. 281 de l’édition de 1567.

33  Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit. n. 6, p. 106 et p. 110-111 du fac-simile. Vittorio Pizzigoni au n° 29 du catalogue de l’exposition Andrea Palladio e la villa veneta da Petrarca a Carlo Scarpa, Vicence, Museo Palladio, Palazzo Barbaran da Porto, Venise, Marsilio, 2005, p. 229-231, souligne avec raison la « singularité surprenante » du système d’entrée de la maison vitruvienne dessiné par cet auteur.

34  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 14 et 15. Voir maintenant Howard Burns, « Palladio e la villa », dans Andrea Palladio e la villaveneta… op. cit. n. 33, p. 65- 103.

35  Litta Medri, « La villa di Poggio a Caiano », dans L’Architettura di Lorenzo il Magnifico, cat. d’expo., (Florence, Spedale degli Innocenti, 1992), Cinisello Balsamo/Milan, Silvana Editoriale, 1992, p. 88-100 ; Daniela Lamberini, « La villa medicea e le cascine di Poggio a Caiano », dans Andrea Palladio e la villa veneta, op. cit. n. 33, p. 221-227.

36  Sur la datation du manuscrit de Ferrare, Claudio Sgarbi, Vitruvio ferrarese…, op. cit. n. 6, p. 11-49, particulièrement p. 35 et suiv. Le problème chronologique reste cependant ouvert, si l’on prend en considération le niveau d’élaboration des dessins, qui semble plutôt imputable à un architecte du premier quart du xvie siècle. Voir sur ce point notre recension du volume de Sgarbi, à paraître dans Annali di architettura.

37  Vittorio Pizzigoni, dans Andrea Palladio e la villa veneta, op. cit. n. 33, p. 229-231.

38  Vitruve, VI, 7,5 ; voir Louis Callebat, Vitruve…, op. cit. n. 11, p. 232-233.

39  Vitruve, IX, 4 ; Giovanni Orlandi (éd.), Milan, Il Polifilo, 1966, p. 809. Traduction française de Pierre Caye et Françoise Choay (éd.), Paris, 2004, p. 437 : « Le fronton des maisons privées ne rivalisera en aucune partie avec la majesté du temple. Toutefois, le vestibule sera embelli par une façade plus élevée que le reste de l’édifice et même par la dignité d’un fronton. » Le relatif embarras de la formule reflète bien la volonté, toujours présente chez Alberti, de fuir toute somptuosité (il le dit encore au début du même chapitre : « Odi sumptuositatem »), et en même temps le désir de se plier aux exigences des notables de son temps.

40  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 16, p. 172.

41  Christoph Luitpold Frommel, « Roma e la formazione architettonica del Palladio », dans André Chastel et Renato Cevese (éd.), Andrea Palladio : nuovicontributi, Milan, Electa, 1990, p. 146-165 et particulièrement p. 151-152.

42  Comme c’est le cas par exemple pour la villa de Francesco Trissino, près de Vicence, ou de Giovanni Battista dalla Torre, près de Vérone (II, 17).

43  Luigi Polacco, « La posizione di Andrea Palladio di fronte all’antichità », Bollettino del Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, VII, 2, 1965, p. 59-76.

44  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 16, p. 173 : « Vitruvio, nel suo terzo libro al capitolo ultimo, ci insegna come si deve fare. » Palladio se réfère ici à De Architectura, III, 5.

45 Vitruve, II, 16. Voir sur ce point Erik Forssman, « Palladio e Vitruvio », Bollettino del Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, IV, 1962, p. 31-42. Il est patent ici que l’expérience acquise auprès de Barbaro lors de l’élaboration du commentaire et de l’illustration du livre II du De architectura a joué dans cette démarche le plus grand rôle ; voir Daniele Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 166-170.

46  Le thème, récurrent chez Vitruve, apparaît non seulement au livre II, mais aussi au livre IV (origine de l’entablement dorique, en IV, 2). Sur ces questions, voir notre commentaire du livre II, Vitruve, De l’architecture, livres II, III, IV, Belles-Lettres, CUF, Paris, 1999, p. 68-74.

47  Vitruve, II, 1, 3 : « Primumque furcis erectis et virgulis interpostis luto parietes texerunt. »

48  Daniele Barbaro, I Dieci libri…, op. cit. n. 3, p. 167-171. Voir aussi Pierre Gros, Vitruve, De l’architecture…, op. cit. n. 46, p. 69-70.

49  Voir Daniele Barbaro, I Dieci libri..., op. cit. n. 3, p. 69 : « Bella e degna cosa è da considerare come l’arte si fonda sopra la natura, non mutando quello che è per natura, ma facendolo piu perfetto e adorno. »

50  Renato De Fusco, L’Architettura del Cinquecento, Turin, UTET, 1981, p. 54-55.

51  Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 6, p. 125-126 et p. 461-463. Voir aussi la monographie de Elena Bassi, Il Convento della Carità, Vicence, Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, 1971.

52  Werner Oechslin, Palladianesimo. Teoria e prassi, Venise, Arsenale Editrice, 2006, p. 96-105.

53  Le livre VI ne comporte dans l’édition de 1684 que 6 planches, dont une non numérotée, quand les autres livres consacrés à l’aedificatio en comportent tous beaucoup plus : 14 pour le livre V, 14 pour le livre IV et 16 pour le livre III. Par exemple, Perrault, qui est en général si prolixe dans ses notes, se trouve visiblement un peu « sec » lorsqu’il s’agit de commenter les œci ; il se rabat alors, prenant le prétexte de la simplification des entablements des ordres superposés intérieurs, sur la description détaillée des « Piliers de Tutelle », p. 217-219 de son édition de 1684 (Claude Perrault, Les Dix livres d’architecture de Vitruve corrigez et traduits nouvellement en français, avec des notes et des figures, Paris, chez Jean Baptiste Coignard, 1684), ce qui pour les archéologues est assurément fort utile, mais n’est pas précisément bien venu dans le contexte. En fait, l’image qu’il donne ici, dans une planche non numérotée (pour souligner tout de même qu’elle n’a pas la prétention d’illustrer le texte de Vitruve), est beaucoup moins précise que celle qu’il avait réalisée sur place lors de son passage à Bordeaux en 1669, avant la destruction de ce vestige insigne. Voir Dany Barraud et Genive Caillabet-Duloum, « Burdigala. Bilan de deux siècles de recherches et découvertes récentes à Bordeaux », dans Joaquín Ruiz de Arbulo (éd.), Simulacra Romae. Roma y las capitales provinciales delOccidente Europeo. Estudios arqueologicos, Tarragone, Edicions El Mèdol, 2004, p. 247.

54  Vincenzo Scamozzi, L’Idea della architettura universale, Venise, 1615, I, 3, 5, p. 236. Voir maintenant l’édition en fac-similé due à Franco Barbieri et Werner Oechslin, dans la série Testi e fonti per la storia dell’architettura, Vicence, Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, 1997, t. I.

55  Voir Daniele Barbaro, I Dieci libri..., op. cit. n. 25.

56  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 212, n. 1 : « Scamozzi brouille encore davantage tout cela ; car il ne distingue point les Atrium de Vitruve de ses Cavaedium, en sorte qu’il attribue au Cavaedium les proportions qui sont ici données à l’Atrium, sans dire sur quoi il se fonde. » Remarquable exemple de critique textuelle fonctionnant à contresens.

57  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 213, pl. LIII.

58  Le texte d’Aulu-Gelle cité p. 212, n. 1, sans doute d’après Alberti, contient en lui-même une information digne de considération. Il s’agit du fameux passage de Nuits Attiques, XVI, 5, 1-4, qui reproche à ses contemporains de confondre vestibulum et atrium. Mais tout dépend de l’usage qu’on en fait. Voir Pierre Gros, Architecture romaine : du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, t. II, Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, Picard, 2006 (1ère éd. 2001), p. 159.

59  Voir Vitruve, op. cit. n. 9.

60  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p.208, n. 1.

61  Selon Vitruve, VI, 3, 7.

62  Malgré ses bonnes lectures des textes anciens, qui lui permettent de constater que les mots cavaedium, atrium, vestibulum et aula ont souvent chez les « grammairiens » une signification voisine, il croit observer que les figures des cavaedia, telles que Vitruve les présente, n’ont pas de relation avec celles des atria. Ce qui se produit ici, à l’insu même de notre auteur, c’est, indépendamment de la difficulté suscitée par le mode de présentation du théoricien latin, le fait qu’il a intériorisé comme la seule possible l’hypothèse de Barbaro-Palladio pour l’ordonnance des atria.

63  Ce en quoi il a raison. Et de la même façon, il n’a pas tort de reprocher à Barbaro et à Palladio de considérer les cavaedia –atria comme des « salles couvertes ».

64  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 207, explication de la pl. LI.

65 Ibid., p. 208, n. 3 et 4.

66 Ibid., p. 206-207, pl. LI, fig. 1.

67  On notera à ce propos que, allant impavide jusqu’au bout de sa logique, Perrault croit devoir ajouter en V, 3, 1, dans la phrase où Vitruve décrit les atria tétrastyles, le mot parietibus (et utilitatem trabibus, et parietibus firmitatem), s’offrant même, en bon latiniste qu’il était, le luxe d’un chiasme, pour souligner que la présence des colonnes ne soulage pas seulement les poutres transversales mais aussi les murs, puisque c’est sur eux que prenaient appui, dans sa restitution, les « potences » de l’atrium toscan. C’est là l’une des rares modifications du texte latin, en général recopié sur celui de Giocondo, que s’autorise notre auteur. Une telle audace prouve l’importance qu’il attache à sa restitution.

68  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 206-208.

69  Seule apparemment la colonnade du Louvre lui a donné l’occasion, mais dans un contexte bien particulier, de mettre en place un fronton monumental en position centrale. Ce n’est assurément pas un hasard s’il en parle à propos des vestibules des grands édifices (Ibid. p. 214, n. 6).

70  Ibid. p. 205, n. 3.

71  Ibid. p. 208, n. 5.

72 Ibid.p. 216, pl. LIV. Voir Andrea Palladio, I Quattro libri…, op. cit. n. 20, II, 10, p. 42.

73  Claude Perrault, Les Dix livres…, op. cit. n. 53, p. 154, n. XL.

74  Voir Antoine Picon, Claude Perrault, 1613-1688 ou la curiosité d’un classique, Paris, Picard, 1988, p. 237-245.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les différents atria vitruviens selon l’Anonyme de Ferrare
Légende Fac-simile édité par Cl. Sgarbi, Vitruvio Ferrarese. De architectura. La prima versione illustrata, Modena, 2004, p. 104.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2. L’atrium corinthien selon Fra Giocondo
Légende Fol. 60v de l’édition de 1511.
Crédits Architectura
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 3. L’atrium toscan selon Fra Giocondo
Légende Fol. 60 de l’édition de 1511.
Crédits Architectura
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4. L’atrium tétrastyle selon Palladio
Légende Édition du Vitruvio de D. Barbaro, Venise, 1567, p. 211.
Crédits Universitat Heidelberg
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5. Le plan du Couvent de la Charité à Venise d’après Palladio
Légende I Quattro libri, II, 6.
Crédits Architectura
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 6. Le plan de la maison vitruvienne à atrium corinthien selon Palladio
Légende Édition de D. Barbaro, p. 216.
Crédits Universitat Heidelberg
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 7. La façade de la maison urbaine antique selon Palladio
Légende Édition de D. Barbaro, p. 217.
Crédits Universitat Heidelberg
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 8. Le plan de la maison romaine selon l’Anonyme de Ferrare
Légende Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 106.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9. Le plan de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare
Légende Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 110.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 10. La façade de la maison grecque selon l’Anonyme de Ferrare
Légende Fac-simile publié par Cl. Sgarbi, op. cit., p. 111.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 11. Plan et façade de la villa de Giovanni Battista dalla Torre, réalisée par Palladio
Légende I Quattro libri, II, 17.
Crédits Architectura
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3436/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gros, « Les lectures vitruviennes du xvie siècle et quelques-unes de leurs conséquences à l’âge classique : l’exemple de la domus », in Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.), Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Pierre Gros, « Les lectures vitruviennes du xvie siècle et quelques-unes de leurs conséquences à l’âge classique : l’exemple de la domus », in Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.), Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 23 avril 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3436

Auteur

Pierre Gros

Correspondant de l'Institut, émérite de l'Institut universitaire de France et de l'université d'Aix-Marseille I. Archéologue et latiniste, il a participé à divers chantiers en France, Italie, Tunisie et Turquie, et a dirigé pendant quinze ans l'Institut de recherche sur l'architecture antique (CNRS). Auteur d'une vingtaine de livres et de plus de trois cents articles, il a pris une part importante à la publication et au commentaire du De architectura de Vitruve aux Belles Lettres et aux éditions Einaudi (Turin). En tant que membre du Conseil scientifique du Centro internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, il participe régulièrement aux activités et aux publications de ce Centre. Il est entre autres l'auteur d'un Palladio e l'Antico (Marsilio, Venise, 2006).

Droits d’auteur

Tous droits réservés