Navigation – Plan du site
Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance - Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.)

L’héritage de la Renaissance en France aux xviie et xviiie siècles*

Yves Pauwels

Texte intégral

  • *  Les ouvrages anciens mentionnés dans ce texte sont consultables sur le site Architectura du Centre (...)

1Les contemporains du « Grand siècle » français ne savaient pas qu’ils avaient été précédés par la « Renaissance » et ne se souciaient évidemment pas des « périodisations » de nos historiens. Leur culture s’enracinait naturellement dans celle de leurs prédécesseurs ; et même si de fortes critiques s’exprimaient par rapport au goût du siècle précédent, celles de Boileau vis-à-vis de Ronsard ou de Fréart de Chambray vis-à-vis de Michel-Ange, les artistes procédaient dans le cadre d’une continuité certaine. Les architectes en particulier disposaient d’un corpus théorique déjà bien établi : les grands Italiens, Serlio, Vignole et Palladio avaient jeté les bases formelles de l’art de bâtir, et les Français, De l’Orme ou Jean Bullant, avaient contribué à enrichir les bibliothèques des bâtisseurs.

  • 1  Voir ici même la contribution de Frédérique Lemerle « Vitruve, Vignole, Palladio au xviie siècle : (...)
  • 2  Diego De Sagredo, De L’architecture Antique, Demonstree Par Raisons Tresfaciles, Pour L’utilite ta (...)
  • 3  Louis Savot, L’Architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, Cramoisy, 1624, p. 323.
  • 4  Philibert de L’Orme, Architecture de Philibert de L’Orme, conseiller et et aumosnier ordinaire du (...)
  • 5  Philibert de L’Orme,Architectvre de Philibert De L’Orme... Oeuvre entiere contenant vnze Liures, a (...)
  • 6 Jean Bullant, Reigle generalle d’architecture des cinq manieres de colonnesreveue et corrigée par (...)
  • 7  Voir Yves Pauwels, « Les éditions françaises du traité de Hans Blum aux Pays-Bas (xvie et xviie si (...)
  • 8  Voir Yves Pauwels, « Hans Blum et les Français, 1550-1650 », Scholion. Mitteilungsblatt der Stiftu (...)

2Le xviie siècle français perpétue la production du siècle précédent d’abord en rééditant les traités. Je ne m’étendrai pas sur l’extraordinaire fortune éditoriale des deux grands Italiens, Palladio et surtout Vignole, traduits et réédités à de nombreuses reprises1. La Raison d’architecture antique…, traduction française des Medidas del Romano, le vieux traité de Sagredo publié à Tolède en 1526 et traduit pour la première fois vers 1536, est encore réédité par Denise Cavellat en 16082. Il est encore utile, puisque dans la « bibliographie » de son Architecture françoise des bastimens particuliers, en 1624, Louis Savot le mentionne explicitement3, de même que François Blondel dans ses notes à la réédition de 1673. Les Français de la Renaissance, Philibert De l’Orme et Jean Bullant sont eux aussi réédités : en 1626, Regnaud II Chaudières réunit le Premier tome de 1567 et les Nouvelles inventions de 1561 dans un volume unique intitulé Architecture de Philibert de L’Orme, leur adjoignant un cahier de gravures inédites provenant pour la plupart de l’héritage de l’architecte4. L’ouvrage dans cette configuration est repris en 1648 par un libraire rouennais, David Ferrand, qui donne du traité une version assez mauvaise5. Le même Ferrand avait publié l’année précédente l’ultime édition de la Reigle générale d’architecture de Jean Bullant, parue du vivant de l’auteur en 1564 et 1568, et déjà rééditée en 1619 à Paris par André Sittard6. D’autres auteurs, moins connus, continuent eux aussi de nouvelles et plutôt confidentielles aventures. Ainsi les modèles de l’Allemand Hans Blum, qui avaient été publiés en français en 1551 à Anvers, puis à Lyon en 1562, sont-ils ressuscités par un autre libraire lyonnais, François Demasso, vers 1650 – tout en poursuivant dans des éditions polyglottes une carrière remarquable sous les presses anversoises et amstellodamoises qui les rééditent en 1619, 1623, 16341 1642, 16477… Par ailleurs, les images de Blum inspirent directement Mathurin Jousse, qui adjoint à son traité de charpenterie un petit appendice sur les ordres, illustré par des modèles évidemment copiés sur ceux de l’Allemand8.

  • 9  Voir Yves Pauwels, « La bibliographie d’architecture de Louis Savot (1624) », Journal de la Renais (...)
  • 10  Louis Savot et François Blondel, L’Architecture française des bastimens particuliers…, Paris, Fran (...)
  • 11  Voir Frédérique Lemerle, « Une querelle des Anciens et des Modernes en architecture : Fréart de Ch (...)
  • 12  Par exemple au livre I, chap. 1 de la seconde partie, p. 12, pour les variations de proportion des (...)
  • 13  Blondel reprend la corniche « composée du dorique » présentée par De l’Orme au folio 154 du Premie (...)
  • 14  Par exemple à la page 106 de l’édition de 1608.
  • 15  Augustin-Charles d’Aviler, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole, avec des comme (...)

3De l’omniprésence de la théorie architecturale renaissante au xviie siècle témoigne parfaitement la « bibliographie » ajoutée par Louis Savot à son Architecture française, citée plus haut. Cette liste d’ouvrages spécialisés, la première du genre, fait le point sur ce que pouvait être la bibliothèque idéale de l’architecte en 1624, au moment de la première édition, mais encore en 1685, lors de la dernière version de l’ouvrage publiée avec d’abondantes notes de François Blondel. Ces gloses apportent un point de vue critique, absent du texte de Savot, et plein d’enseignements sur la vision que les contemporains de Louis XIV pouvaient avoir sur la littérature artistique de la Renaissance. On y lit sans surprise l’éloge de Palladio, de Scamozzi et de Vignole, la critique du goût « gothique » de Serlio ou de Philibert De l’Orme ; de façon plus inattendue, on découvre que le vieux traité de Sagredo était encore en usage9 : « quoy que le livre de Diego Sagredo, que les Ouvriers connoissent sous le nom de Tampeso, soit extraordinairement barbare & plein de ce vilain goût Gothique, qui regnoit au temps qu’il a écrit, il y a neantmoins quelque chose de curieux à apprendre touchant l’origine des moulures d’Architecture10. » D’autres livres attestent à la même époque que le fonds renaissant restait déterminant dans la formation des architectes : ainsi le Parallèle de l’architecture antique et de la moderne de Roland Fréart de Chambray n’est-il qu’une analyse comparée des modèles (parfois aménagés en fonction de la démonstration), de Palladio, Vignole, Scamozzi, Serlio et d’autres Italiens, sans oublier, même s’ils ne sont pas à la hauteur de leurs rivaux transalpins, De l’Orme et Bullant11. Les mêmes auteurs apparaissent encore dans le titre d’un ouvrage plus rare, composé par un collaborateur de Jules Hardouin Mansart, Jacques Le Blond : Deux exemples des cinq ordres de l’architecture antique et des quatre plus excelens autheurs qui en ont traitté, publié chez l’auteur à Paris en 1683. Parallèle toujours entre ces maîtres dans le volumineux Cours d’architecture de François Blondel, qui fonde sa réflexion sur l’analyse des ordres des mêmes Palladio, Vignole et Scamozzi, triade exemplaire pour l’esthétique architecturale en France au xviie siècle. Mais Blondel n’oublie pas, lorsque son propos l’y invite, à recourir aux exemples de Serlio12 ou de Philibert De l’Orme13 ; peut-être même utilise-t-il les vieilles gravures de Sagredo pour illustrer le profil des piédestaux au premier chapitre du livre II de la deuxième section. Les modénatures ne sont pas exactement identiques, mais le mode de représentation est très similaire à celui utilisé dans les éditions françaises du traité espagnol14. Quant à D’Aviler, il a pour objet avoué une réutilisation de Vignole : le frontispice de 1691 mentionne explicitement l’Italien (« L’architecture de Vignole avec les commentaires du Sr Daviler »), de même que le titre, qui ajoute la référence à Michel-Ange15. Dans le contenu du Cours, qui sera sans cesse réédité, apparaissent en outre de nombreuses références à Palladio et à Scamozzi.

Fig. 1. Paris, église Saint-Gervais, entablement dorique

Fig. 1. Paris, église Saint-Gervais, entablement dorique

Fig. 2. Paris, église Saint-Gervais, base dorique

Fig. 2. Paris, église Saint-Gervais, base dorique
  • 16  Vignola, Regola delli cinque ordini d’architettura…, Rome, s. n., 1562, pl. XIV.
  • 17 Ibid., pl. XII
  • 18 Ibid., pl. XIII.

4Vignole, Palladio et Scamozzi sont en effet les trois références majeures pour tous les architectes du xviie siècle français. Dans la pratique des ordres, le débat semble clos dès les années 1620 : les trois Italiens ont tout dit, et il n’y a plus rien à inventer – le fiasco des efforts imaginés par Colbert pour inventer un sixième ordre français est du reste très significatif de la situation. Pour les Français, l’innovation et l’affirmation de leur supériorité est ailleurs : dans la réflexion sur la stéréotomie, par exemple, et surtout dans l’amélioration de la commoditas et le raffinement de la distribution. Dès la façade de Saint-Gervais, Salomon de Brosse manifeste clairement son désintérêt pour la recherche de formules ornementales nouvelles : le dorique du rez-de-chaussée (fig. 1) reproduit sagement l’un des deux modèles de la Regola de Vignole, qui est parue en 156216 et dont la première traduction française est publiée dans une édition polyglotte en 1617 à Amsterdam. Les bases constituées d’un tore unique surmonté d’une baguette (fig. 2) sont une invention de Vignole17, que ni Serlio ni Palladio ni Scamozzi ne reprennent. Ce dessin de la base, très caractéristique et surtout non vitruvien, se répandra très largement en France aux xviie et xviiie siècles. Quant à l’ionique du second niveau, il s’inspire plutôt de Serlio ou de Palladio, qui tous deux proposent une frise bombée, caractéristique négligée par le modèle vignolesque. Enfin, l’origine du corinthien sommital est moins identifiable dans la mesure où les archétypes de Vignole et de Palladio sont très proches. Cette spécialisation des modèles se vérifie dans d’autres exemples : le dorique du Parlement de Bretagne est lui aussi vignolesque, mais il reprend le second modèle de la Regola, avec un denticule sous la corniche, et sans mutules18.

Fig. 3. Paris, église Saint-Roch, ordre dorique de la nef

Fig. 3. Paris, église Saint-Roch, ordre dorique de la nef

Pour celui du Luxembourg, de Brosse a choisi la corniche à modillon, comme à Saint-Gervais. De fait, Vignole est le principal pourvoyeur de dorique : il inspire François Mansart à Maisons et à Blois, Louis Le Vau à Vaux-le-Vicomte, Lemercier au portail et à l’intérieur de l’église de Richelieu, Jules Hardouin Mansart aux Invalides… À Saint-Roch, à Paris, l’ordre de la façade utilise les mutules tandis que celui de l’intérieur est orné d’un denticule (fig. 3). Dans ce dernier cas, l’emploi d’une architrave à deux fasces pourrait renvoyer aussi au modèle dorique de Scamozzi, car Vignole associe ce parti à la corniche à mutules.

Fig. 4. Versailles, château, ordre ionique de la façade sur jardin

Fig. 4. Versailles, château, ordre ionique de la façade sur jardin
  • 19 Andrea Palladio, Quattro libri…, Venise, Dominico de’Franceschi, 1570, I, p. 36.
  • 20  Vincenzo Scamozzi, L’Idea della architettura universale…, Venise, 1615, parte seconda, chap. XXIII (...)

5Les ordres ioniques sont en revanche volontiers empruntés à Palladio, comme à Saint-Gervais ; mais il y a davantage de variété, et les trois auteurs sont utilisés de façon plus égale. Par exemple, Mansart utilise l’entablement ionique à frise bombée et corniche modillonnaire directement issu du modèle des Quattro libri19 au tombeau des Laubespine à la cathédrale de Bourges et aux avant-corps sur jardin de l’hôtel de Jars. Mais à la façade des Feuillants, il s’était limité à la frise bombée ; et c’est Vignole qui inspire l’entablement ionique de Maisons, avec la succession d’un modillon et d’un quart-de-rond dans la corniche. Quant à l’ionique à cornes de la façade sur jardin de Versailles (fig. 4), avec sa corniche modillonnaire, il sort tout droit du traité de Scamozzi20.

Fig. 5. Paris, chapelle de la Sorbonne, ordre composite

Fig. 5. Paris, chapelle de la Sorbonne, ordre composite

Nous avons dit qu’il était difficile de se faire une idée de l’origine des ordres corinthiens, car les profils recommandés par les trois auteurs sont très similaires. En revanche, pour le composite, le modèle palladien semble l’emporter nettement. Son architrave à deux fasces, sa frise bombée et ses modillons en forme de double parallélépipède ont séduit Lemercier pour l’étage de la façade de la Sorbonne (fig. 5), Le Muet pour celle du Val-de-Grâce et Hardouin Mansart pour le tambour des Invalides.

  • 21  Voir Yves Pauwels, « François Mansart et la culture architecturale du xvie siècle », Les Cahiers d (...)

6Mansart semble parfois prendre plaisir à combiner les différentes formes proposées par Palladio et Vignole, témoignant ainsi d’une indifférence certaine à l’égard des normes classificatrices dusiècle précédent21. Ainsi à Blois, les modillons de la corniche corinthienne, à l’extérieur du château, différents de ceux qui ornent l’avant-corps de la cour, sont profilés selon le modèle ionique de Palladio, avec une tête quadrangulaire. Le même modèle ionique de Palladio, avec frise bombée, est utilisé avec des colonnes corinthiennes pour l’encadrement de la porte de la Visitation et dans le projet du « Portail » des Minimes.

Fig. 6. Maisons, château, ordre du vestibule

Fig. 6. Maisons, château, ordre du vestibule
  • 22  Paris, BnF, Est. Va 269 i.
  • 23  Sebastiano Serlio, Regole generali…, Venise, Francesco Marcolini, 1537, fol. LXIIIr.
  • 24  Claude Mignot, « Michel-Ange et la France : libertinage architectural et classicisme », dans Il se (...)

7Et des exemples qui a priori pourraient passer pour plus inventifs révèlent pourtant une généalogie précise. La feuille d’esquisses pour l’hôtel de la Bazinière de 165322 présente ainsi des idées de chapiteaux très originaux, dorique au grand gorgerin à glyphes orné de feuilles dans la partie inférieure, ou composite à corbeille ornée elle aussi de glyphes. De même, les chapiteaux des pilastres du décor intérieur dessiné sur ce même projet sont peu canoniques : leur tailloir semble dorique, mais ils sont dotés d’une haute corbeille couverte d’étroites feuilles. Les uns évoquent des modèles « composés » du Quarto Libro de Serlio23, ou les chapiteaux de Lescot au « tribunal » de la grande salle du Louvre ; les autres, les chapiteaux de la chapelle d’Anet de Philibert De l’Orme. Le Premier tome de Philibert apparaît du reste comme le modèle le plus vraisemblable pour l’ordre du vestibule de Maisons (fig. 6), qui copie la « corniche composée du dorique » présentée par De l’Orme au folio 154 du Premier tome, si proche de celle de Michel-Ange au cortile du palais Farnèse24. En l’occurrence, la liaison de cette « corniche architravée » avec des chapiteaux doriques prouve que Mansart se réfère ici à De l’Orme et non à l’original romain.

  • 25  Voir à ce propos Yves Pauwels, « La bibliographie d’architecture… », op. cit. n. 9.
  • 26  Mathurin Jousse, « Brief traicté des cinq ordres des colomnes », dans Le Théâtre de l’art de charp (...)

8La constatation finale est claire : en ce qui concerne les ordres, les modèles des théoriciens du xvie siècle, Palladio et Vignole au premier rang, sont omniprésents, et dans ce domaine, l’inventivité semble avoir fui les architectes français, alors qu’à la même époque en Italie Borromini, en digne hériter de Michel-Ange, continue à créer des formes nouvelles, et que la fantaisie règne sur les façades baroques d’Allemagne ou de Bohème – les chapiteaux du palais Czernin à Prague donnant un bel exemple de variété grotesque. Les livres qui garnissent désormais les bibliothèques des architectes semblent suffire à former le répertoire ornemental : de ce point de vue, l’existence de la « bibliographie » de Louis Savot, en 1624, est très révélatrice25. Mais d’autres ouvrages rédigés alors rendent compte de cette importance nouvelle donnée à la culture théorique livresque. « Que si quelqu’un les désire voir, & avoir plus amplement », écrit Mathurin Jousse dans son traité de charpenterie, « il pourra s’adresser aux Autheurs desquels j’ai emprunté, comme Vitruve, Philibert De Lorme, Diego Sagredo, Vignolles, & des cinq ordres des Colomnes qui se vendent en feuilles, imprimées à Lyon, & autres qui en ont traité amplement : mais je me suis contenté de coucher succinctement ce que j’ai veu pouvoir servir au Charpentier, mettant nuement & simplement les symmetries & proportions que doivent avoir les parties de chacune par entr’elles26 ». De l’Orme, Sagredo, Vignole et les « feuilles qui se vendent à Lyon », c’est-à-dire la traduction de Hans Blum publié en 1562, renvoient bien le lecteur à la théorie du xvie siècle : de l’artisan auquel s’adresse Jousse à l’« honnête homme » pour qui travaille Savot, tous ceux que concerne l’art de bâtir sont marqués par la théorie de la Renaissance.

Notes

*  Les ouvrages anciens mentionnés dans ce texte sont consultables sur le site Architectura du Centre d’études supérieures de la Renaissance.

1  Voir ici même la contribution de Frédérique Lemerle « Vitruve, Vignole, Palladio au xviie siècle : traductions, abrégés et augmentations », et eadem, « Les versions françaises de la Regola de Vignole au xviie siècle », In Monte Artium, Revue de la Bibliothèque royale de Belgique, 1, 2008, p. 101-120.

2  Diego De Sagredo, De L’architecture Antique, Demonstree Par Raisons Tresfaciles, Pour L’utilite tant de ceux qui se delectent en Edifices, que des Architectes, Peintres, Portraieurs, Maçons, & tous autres qui se servent de l’Esquierre, Regle & Compas. Traduict d’Espagnol en François. Avec Table des chapitres contenus audit livre, Paris, Denise Cavellat, 1608.

3  Louis Savot, L’Architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, Cramoisy, 1624, p. 323.

4  Philibert de L’Orme, Architecture de Philibert de L’Orme, conseiller et et aumosnier ordinaire du Roy, et abbé de sainct Serge lez Angers : Oeuvre entière, contenant onze livres augmentée de deux, et autres figures non veues, tant pour desseins qu’ornemens de maisons, avec une belle invention pour bien bastir et à petits fraiz. Tres-utile pour tous architectes, et maistres jurez audit art, usans de la regle et compas. Dediee au Roy, Paris, Regnauld Chaudiere, 1626. Voir Jean-Marie Pérouse de Montclos, « Les éditions des traités de Philibert De L’Orme au xviie siècle », dans Jean Guillaume (éd.), Les Traités d’architecture à la Renaissance, Paris, Picard, 1988, p. 355-365.

5  Philibert de L’Orme,Architectvre de Philibert De L’Orme... Oeuvre entiere contenant vnze Liures, augmentée de deux ; & autres Figures non encore veuës, tant pour desseins qu’ornemens de maison. Avec Vne Belle Invention Povr Bien bastir, & à petits frais..., Rouen, David Ferrand, 1648.

6 Jean Bullant, Reigle generalle d’architecture des cinq manieres de colonnesreveue et corrigée par monsieur de Brosse architecte du roi. - Seconde et dernière édition, Paris... André Sittart, 1619 ; Reigle generalle d’architecture des cinq manieres de colonnes a sçavoir, tvscane, dorique, ionique,corinthe, et composite… Rouen, David Ferrand, 1647. Sur les caractéristiques de ces deux éditions, voir Yves Pauwels, « La fortune de la Reigle de Jean Bullant », Journal de la Renaissance, 3, 2005, p. 111-119 ; ainsi que les présentations sur le site Architectura.

7  Voir Yves Pauwels, « Les éditions françaises du traité de Hans Blum aux Pays-Bas (xvie et xviie siècles) », In Monte Artium, Revue de la Bibliothèque royale de Belgique, 1, 2008, p. 123-134.

8  Voir Yves Pauwels, « Hans Blum et les Français, 1550-1650 », Scholion. Mitteilungsblatt der Stiftung Bibliothek Werner Oechslin, 6/2010, p. 77-88.

9  Voir Yves Pauwels, « La bibliographie d’architecture de Louis Savot (1624) », Journal de la Renaissance, 5, 2007, p. 371-382.

10  Louis Savot et François Blondel, L’Architecture française des bastimens particuliers…, Paris, François Clouzier et Pierre Aubouïn, 1673, p. 347-348.

11  Voir Frédérique Lemerle, « Une querelle des Anciens et des Modernes en architecture : Fréart de Chambray », Travaux de Littérature, XII, 1999, p. 37-47 ; Roland Fréart de Chambray, Parallèle de l’architecture antique avec la moderne, (Paris, 1650), édition critique établie par Frédérique Lemerle, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 2005.

12  Par exemple au livre I, chap. 1 de la seconde partie, p. 12, pour les variations de proportion des colonnes en fonction de leur situation par rapport au mur.

13  Blondel reprend la corniche « composée du dorique » présentée par De l’Orme au folio 154 du Premier tome de 1567 (Cours, seconde partie, livre VI, chap. V, p. 133).

14  Par exemple à la page 106 de l’édition de 1608.

15  Augustin-Charles d’Aviler, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole, avec des commentaires, les figures & descriptions de ses plus beaux bâtiments, & de ceux de Michel-Ange, Paris, Nicolas Langlois, 1691.

16  Vignola, Regola delli cinque ordini d’architettura…, Rome, s. n., 1562, pl. XIV.

17 Ibid., pl. XII

18 Ibid., pl. XIII.

19 Andrea Palladio, Quattro libri…, Venise, Dominico de’Franceschi, 1570, I, p. 36.

20  Vincenzo Scamozzi, L’Idea della architettura universale…, Venise, 1615, parte seconda, chap. XXIII, p. 101.

21  Voir Yves Pauwels, « François Mansart et la culture architecturale du xvie siècle », Les Cahiers de Maisons, 27 & 28, déc. 1999, p. 52-57.

22  Paris, BnF, Est. Va 269 i.

23  Sebastiano Serlio, Regole generali…, Venise, Francesco Marcolini, 1537, fol. LXIIIr.

24  Claude Mignot, « Michel-Ange et la France : libertinage architectural et classicisme », dans Il se rendit en Italie. Études offertes à André Chastel, Rome/Paris, Edizioni dell’Elefante/Flammarion, 1987, p. 523-536.

25  Voir à ce propos Yves Pauwels, « La bibliographie d’architecture… », op. cit. n. 9.

26  Mathurin Jousse, « Brief traicté des cinq ordres des colomnes », dans Le Théâtre de l’art de charpentier, La Flèche, Georges Griveau, 1627, p. 1.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Paris, église Saint-Gervais, entablement dorique
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2. Paris, église Saint-Gervais, base dorique
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3. Paris, église Saint-Roch, ordre dorique de la nef
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4. Versailles, château, ordre ionique de la façade sur jardin
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5. Paris, chapelle de la Sorbonne, ordre composite
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 6. Maisons, château, ordre du vestibule
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3403/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Pauwels, « L’héritage de la Renaissance en France aux xviie et xviiie siècles », in Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.), Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Yves Pauwels, « L’héritage de la Renaissance en France aux xviie et xviiie siècles », in Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (dir.), Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 22 avril 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3403

Auteur

Yves Pauwels

Professeur d’histoire de l’art moderne au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, membre de l’Institut universitaire de France. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur l’architecture française et européenne. Il est l’auteur entre autres de L’Architecture au temps de la Pléiade (Gérard Monfort, 2002) et Aux marges de la règle. Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance (Mardaga, 2008). Il a cosigné avec Frédérique Lemerle L’Architecture à la Renaissance (Flammarion, 1998 ; rééd. 2005 et 2008) et L’Architecture au temps du Baroque (Flammarion, 2008). Il est co-directeur de plusieurs ouvrages collectifs (Théorie des arts et création artistique dans l’Europe du Nord du xvie au début du xviie siècle, 2002 ; Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, 2009 ; Le xixe siècle et l’architecture de la Renaissance, Picard, 2010). Il dirige au Cesr le programme Architectura et a en charge aux Classiques Garnier la collection « Arts de la Renaissance européenne ».

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés