Navigation – Plan du site

Catalogue

Virginie Nobs

Texte intégral

Cat. 1.

Stèle en marbre

Stèle en marbre

Provenance : Via Cutro, Crotone.
- Dimensions : hauteur maximum conservée : 125 cm ; hauteur du relief conservé : 113 cm ; largeur : 100 cm ; profondeur : 47 cm.
- Matériel : marbre blanc à grain moyen, veiné de gris et présentant une légère patine jaune.
- Datation : 450-420 avant J.-C.

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Margherita Corrado et Domenico Marino.

1Partie inférieure d’une stèle en marbre, retrouvée en deux fragments jointifs. Le relief est conservé jusqu’à la hauteur des seins des personnages, tous deux féminins. Deux mortaises rectangulaires creusées dans la tranche supérieure de la stèle et situées à l’aplomb de l’axe des corps des femmes, indiquent que la partie haute du relief était travaillée séparément.

Détail de la stèle

Détail de la stèle

© J. Zbinden, université de Berne

2La femme représentée à gauche porte un chitôn. Elle est en appui sur la jambe droite et sa jambe gauche est légèrement repliée. Elle levait les avant-bras, le droit était rapporté, dans un mouvement aujourd’hui perdu. Le personnage féminin représenté à droite porte également un chitôn, avec un lourd manteau : enroulé autour de son buste et de son bras gauche, le manteau repose en partie sur un pilier sur lequel elle s’accoude. La jambe droite, fléchie, passe devant sa jambe gauche. Le bras droit est complètement perdu mais on remarque que la main gauche avec le poignet était détachée du relief et devait saillir en partie en ronde bosse.

3Des trous permettant la fixation d’objets ou de parties rapportés sont visibles. L’un sur la base, à côté du pied droit de la figure de gauche, où était inséré le sceptre de la figure de droite. Un deuxième assurait le pied travaillé dans un autre matériau de la figure accoudée alors que la troisième fixation se trouve dans son poignet. Le piquetage de la surface facilitait l’adhérence des éléments rapportés en marbre, les pieds et les mains des personnages représentés. Certains plis dont le modelé n’est pas achevé prouvent l’emploi de la peinture, qui a malheureusement entièrement disparu et qui jouait sans aucun doute un rôle important dans la perception du relief.

Détail de la stèle

Détail de la stèle

© J. Zbinden, université de Berne

  • 1  E. Lattanzi, « Osservazioni su una stele frammentaria in marmo con scena di commiato », dans R. Be (...)

4Ce relief fut dans un premier temps interprété comme une stèle funéraire1, E. Lattanzi voyait dans le personnage de droite un homme et dans celui de gauche une jeune femme portant un péplos. Les vêtements permettent déjà d’infirmer cette interprétation : les deux personnages portent des chitôns et sont féminins. Par ailleurs, le marbre, qui manque en Grande Grèce, est réservé aux statues de culte et aux reliefs élevés par la cité aux dieux les plus importants, mais il n’est pas utilisé pour les stèles funéraires.

5La femme de droite s’appuie sur un pilier et tenait dans sa main perdue un sceptre, exécuté en métal et rapporté. Il était, par ailleurs, fixé par le trou situé sur la base. Dans l’iconographie grecque, la divinité représentée avec un sceptre est Héra, épouse de Zeus et reine des dieux. Elle est usuellement vêtue d’un riche chitôn et d’un manteau. La femme qui lui fait face est de la même taille que la déesse, il ne peut donc pas s’agir d’une mortelle. Les parallèles iconographiques nous font alors envisager deux possibilités : le meilleur parallèle est constitué par le grand relief d’Éleusis pour l’attitude et l’habillement de la figure de droite. Il représente Déméter et Koré qui font le don du blé à Triptolème. Le geste de la jeune Koré est également très proche de celui de la femme à gauche sur le relief de Crotone. Un deuxième parallèle est constitué par une catégorie de stèles bien connue en Grèce, qui représentent deux divinités, pour symboliser l’accord conclu entre deux cités, ou encore une divinité et la personnification d’une cité.

Détails de la stèle

Détails de la stèle

© J. Zbinden, université de Berne

6Si le grand relief d’Éleusis ouvre une piste de recherche intéressante, la présence du sceptre et l’absence du jeune Triptolème sur la stèle de Crotone donnent une autre signification à la scène. Il est préférable d’y voir un accord entre la cité de Kroton personnifiée et Héra, divinité tutélaire de la région. La déesse devait également être honorée au cœur de la ville, ce que ce relief tend à confirmer.

7Bibliographie

8D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 30-39, fig. 1-3.

E. Lattanzi, « Osservazioni su una stele frammentaria in marmo con scena di commiato », dans R. Belli Pasqua et R. Spadea (dir.), Kroton e il suo terrotorio tra VI e V secolo a.C. Aggiornamenti e nuove richerche. Atti del Convegno di studi, Crotone, 3-5 marzo 2000, Crotone, 2005, p. 19-23, pl. 1-3.

Cat. 2.

Tête d’Apollon

Tête d’Apollon

Provenance : Crotone, lieu-dit Quote Cimino.
- Dimensions : hauteur conservée : 9,6 cm ; hauteur de la tête : 7,2 cm ; largeur maximum : 6,2 cm ; largeur du visage : 4,5 cm ; largeur de la bouche : 1,1 cm.
- Matériel : marbre à grain fin, beige légèrement jaune, très homogène (absence de veines), provenant probablement du Pentélique.
- Datation : 350-300 avant J.-C.

Museo nazionale di Crotone, inv. 116196 © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Margherita Corrado et Domenico Marino.

9Cette tête de statuette masculine est conservée jusqu’à la base du cou. Les vues de profil indiquent que la tête était relevée.

10La partie avant de la coiffure et du visage a disparu, avec l’œil gauche et la partie supérieure de l’œil droit. Le nez et la moitié gauche de la lèvre supérieure manquent. Quelques cassures et marques récentes altèrent la surface. L’épiderme du marbre est endommagé dans la partie gauche du visage et du cou ; il a été poli pour effacer les traces d’outils.

11Le visage est ovale et les joues sont relativement plates en comparaison du modelé soigné des autres parties du visage. La partie de l’œil droit conservée présente une paupière supérieure incisée, contrairement à la paupière inférieure. Le bourrelet de chair qui reste sur l’arcade sourcilière est bien marqué et arrondi. La lèvre inférieure est finement modelée et les commissures de la bouche bien marquées. Le menton, petit et rond, présente également un modelé précis.

12La coiffure est soigneusement travaillée au ciseau : le travail est fin mais en faible relief, les mèches sont plus gravées que modelées. La coiffure est constituée de mèches torsadées qui passent sur les côtés de la tête et se rejoignent à l’arrière du crâne où elles forment un nœud ; les extrémités des mèches retombent sur la nuque. La raie médiane n’est pas parfaitement centrée. Le personnage tourne légèrement la tête sur sa droite, faisant saillir un muscle sur le cou.

13On remarque une profonde marque de foret sur la nuque, à gauche des cheveux. La partie supérieure des oreilles est cachée par les mèches torsadées. Un diadème retenait la coiffure.

14Cette tête masculine fragmentaire permet une analyse plus poussée que ne le laisserait présager son état de conservation. La présence de longs cheveux sur une tête masculine oriente immédiatement les recherches vers Dionysos ou Apollon. Cependant le diadème apporte un précieux complément d’information : il s’agit du double diadème du citharède, qui était très probablement Apollon.

15Les proportions de cette tête d’assez petite taille et l’expression relativement figée du visage amènent à la dater dans la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C.

16Bibliographie

17D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 25-26, fig. 1a-b.

Cat. 3.

Tête acrolithe d’une statue

Tête acrolithe d’une statue

Provenance : Crotone, Via Tedeschi.
- Dimensions : hauteur conservée : 29,3 cm ; hauteur de la tête : 22 cm ; largeur du visage : 16,2 cm.
- Matériel : marbre à grain très fin, homogène et translucide, ne comprenant pas de veines mais quelques inclusions. La surface antique a été perdue lors d’un nettoyage à l’acide.
- Datation : époque classique.

Museo nazionale di Crotone, inv. 18774 © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Margherita Corrado et Domenico Marino.

18La tête acrolithe est conservée jusqu’au bas du cou mais le visage dont seule la partie inférieure droite du menton subsiste, est perdu. En observant l’épaule et le cou on remarque que la tête est légèrement inclinée vers la droite.

19Les restes du cou encore conservés présentent un travail sensible et très soigné. Une ligne gravée, pli typique des personnages féminins, est travaillée de façon à souligner le modelé de la chair. Les oreilles, particulièrement petites, sont fortement abîmées et ne laissent plus voir que des trous pour des boucles. La partie supérieure de l’oreille gauche n’est pas modelée, et on peut y observer encore des traces de ciseau. L’angle extérieur de l’orbite oculaire est conservé sur le profil droit.

20L’angle que forment le visage et le crâne est marqué des deux côtés de la tête. La face arrière de cette dernière est plate et piquetée. Le piquetage de la partie supérieure suit la courbe du crâne vers l’avant. La partie inférieure du cou montre des traces de piquetage fin.

21Toute la surface, malgré son nettoyage à l’acide, porte des traces d’outils, bien qu’elles soient émoussées. Le sommet de la tête montre l’emploi d’un ciseau très fin. Il faut noter la présence de cassures modernes également émoussées par l’acide sur la face, le profil droit et le profil gauche.

22Aucun élément de fixation n’est conservé, mais deux trous profonds, situés au dessus des oreilles, devaient permettre l’insertion d’éléments rapportés.

  • 2  Voir : G. I. Despinis, Zu Akrolithstatuen griechischer und römischer Zeit, Göttingen, 2004.

23Le travail de la partie inférieure du cou, la forme légèrement triangulaire et la profondeur anormalement faible de la pièce permettent de déduire que cette tête en marbre est bien un acrolithe2. Cette technique, particulièrement prisée dans le monde grec d’Occident, comprend un assemblage de divers matériaux pour former une statue. Les parties visibles de la chair – tête, mains et pieds – sont travaillées en pierre puis insérées dans une structure en bois, probablement en partie doré. La statue ainsi constituée était habillée de riches vêtements et ornée de bijoux en métaux précieux.

24Le piquetage des parties arrière et supérieure de la tête prouve une préparation de la surface pour l’ajustage d’une pièce rapportée. La prolongation du travail suivant une forme rectangulaire jusqu’au niveau des oreilles indique la présence d’un casque. Comme les oreilles percées et la ligne gravée sur le cou désignent un personnage féminin, la tête appartenait très probablement à une statue d’Athéna.

25La présence d’une statue en marbre d’Athéna dans le centre ville de Crotone permet de soupçonner un sanctuaire urbain de la déesse, dont les sources littéraires ne parlent pas.

26Bibliographie

27D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 41, fig. 1a-b.

Cat. 4.

Statuette d’Hermès

Statuette d’Hermès

- Provenance : inconnue.
- Dimensions : 7,5 cm.
- Matériel : bronze à patine brun-noir et verte.
- Datation : époque classique.

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

28Statuette en bronze d’un personnage masculin aux cheveux courts, vêtu d’un manteau et de bottines ailées. Il tient une phiale dans sa main droite et portait dans la main gauche un deuxième objet, d’après la position des doigts qui enserrent un espace circulaire.

29Le modelé de la statuette est peu marqué, la physionomie du visage n’est pas très détaillée. L’emploi de la technique de la fonte pleine pourrait expliquer ce manque de précision.

30La présence de petites ailes à l’arrière des bottines permet d’identifier le dieu Hermès. Les ailes sont de dimensions particulièrement modestes si on les compare à d’autres représentations. Les bottines et le manteau sont également souvent présents dans les représentations du dieu.

Vues de la statuette

Vues de la statuette

© J. Zbinden, université de Berne

31Les statuettes de divinités se retrouvent fréquemment dans les sanctuaires. Ce petit Hermès constituait probablement une offrande votive mais comme on ignore son lieu de trouvaille, on ne peut approfondir l’analyse.

32Bibliographie

33D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 43, fig. 6.

Cat. 5.

Chaudron en bronze contenant des chaînes en fer

Chaudron en bronze contenant des chaînes en fer

Provenance : Vigna Nuova.
- Dimensions : hauteur conservée de la cuve : 21 cm ; largeur maximum conservée : 29 cm ; épaisseur du métal : moins de 0,5 cm.
- Matériel : chaudron en bronze à patine verte contenant des éléments en fer oxydé.
- Datation : période classique.

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Lorenz E. Baumer.

34Le bas du chaudron n’est pas conservé. La cuve est composée de deux parties en plaques de bronze, réunies à mi-hauteur du récipient par des rivets. Les anses, fixées par trois petits rivets, sont rapportées et reprennent une forme abstraite inspirée de sphinges. La lèvre de la cuve est constituée par l’extrémité supérieure de la plaque repliée vers l’intérieur du vase. On remarque des fragments de tiges en fer oxydé agglomérés sur l’anneau de l’une des anses du chaudron. Ce dernier est rempli de maillons de chaîne et de menottes en fer oxydé.

35Le chaudron et son contenu ont été dédiés dans le sanctuaire de Vigna Nuova, attribué par Roberto Spadea à Héra. Ce chercheur évoque, afin d’expliquer le contenu du chaudron, une grande libération collective des prisonniers de Sybaris qui auraient effectué des travaux agricoles pour les Crotoniates. Un grand nombre d’objets en fer, comprenant des outils, des armes et des chaînes, à été retrouvé près du chaudron. Les sources mentionnent une libération effectuée par Clinias qui fut tyran de Crotone après le gouvernement de Pythagore.

36Les chaînes avaient été volontairement endommagées avant d’être consacrées. Celles qui présentent deux anneaux retenus par une barre horizontale seraient très semblables aux entraves employées pour retenir les esclaves du Laurion. Il est raisonnable de leur supposer un usage similaire. Quelques anneaux en bronze sont mêlés à la masse des chaînes. Les outils et les armes n’ont par contre pas été endommagés avant leur déposition.

  • 3  Voir Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, (...)

37Une dédicace de chaînes n’était pas courante dans le monde grec. Pourtant, quelques précédents sont connus, comme les chaînes d’anciens prisonniers spartiates qui étaient exposées dans le temple d’Athéna Alea à Tégée ou les chaînes des Chalcidiens apposées sur les remparts de l’Acropole d’Athènes3.

38Bibliographie

39R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque international du Centre de Recherches archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 : 255-256, fig. 27a-b.

R. Spadea, « La topographia », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 145-150.

Cat. 6.

Talons de lance

Talons de lance

Provenance : Vigna Nuova.
- Dimensions : 1) longueur maximum conservée : 14 cm ; 2) longueur maximum conservée: 29 cm ; 3) longueur maximum conservée: 19,3 cm.
- Matériel : bronze présentant une importante patine verte à bleu-noir.
- Datation : 500-450 avant J.-C.

Museo nazionale di Crotone, inv. VN 818 /R, 18791 et 18790 © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Lorenz E. Baumer.

40Les trois talons de lance en bronze dont deux portent des inscriptions en alphabet achéen, ont été découverts dans le sanctuaire de Vigna Nuova.

41Inv. VN 818 /R : le plus petit talon de lance retrouvé à Vigna Nuova est également le modèle le plus simple. Il est constitué du fût en métal, plus large mais également plus court que les deux autres modèles, qui s’élargit en un disque et se finit en une pointe à l’extrémité arrondie.

42Inv. 18791 : le mieux conservé du groupe (près de 30 cm sont préservés), cet exemplaire est également le plus travaillé. La pièce semble avoir conservé la totalité de sa longueur. Elle présente trois anneaux en relief ainsi qu’un cercle incisé près de son extrémité distale où le métal s’élargit pour former un disque. La corrosion a provoqué des soulèvements de divers fragments de l’épiderme du métal.

43L’inscription est la suivante : ΑϞАΝΘΡΩΠΟΣ ΘΕΟΓΝΙΟΣ (Akanthropos, fils de Theognios). Il s’agirait du dédicant de l’offrande.

44Inv. 18790 : ce talon de lance est le moins bien conservé des trois. La partie supérieure est perdue, emportant aussi le début de la dédicace. Le fût n’étant pas rectiligne, l’extrémité inférieure de la pièce s’élargit en un disque et finit en une pointe tronquée. L’inscription mentionne : ΑΙΣΧΥΛΟΣ ΕΧΕΣΘΕΝΕΟΣ (Aischyles, fils d’Echesthenes) ; ici encore, il s’agit du nom du dédicant.

45Les objets aujourd’hui connus comme des talons de lance divisent les chercheurs quant à leur fonction précise. On a proposé d’y voir respectivement des éléments de sceptre, des pieds de mobilier ou des mâts de tente. Il est cependant généralement admis qu’il doit s’agir des parties inférieures de lances qui permettaient à la fois d’en équilibrer le poids lors du lancer et de les planter de façon stable dans le sol, tout en protégeant le manche en bois, plus fragile, pendant les périodes de repos. Ils pouvaient également être employés au combat en cas de besoin : Plutarque rapporte qu’un cavalier perse du nom de Masistios aurait été tué d’un coup de talon de lance dans l’œil en 479 avant J.-C. (Arist. 14,5).

  • 4 H. Baitinger, Die Angriffswaffen aus Olympia, Olympische Forschungen XXIX, Berlin 2001.

46De très nombreux talons de lance retrouvés dans des sanctuaires, notamment à Olympie, prouvent qu’ils constituaient des offrandes de choix4. Quatre types principaux ont pu être définis, les trois exemplaires retrouvés à Vigna Nuova appartiennent à la « catégorie III », c’est-à-dire aux talons de lance à pointe ronde. Un certain nombre de ces offrandes portent des inscriptions de dédicace. Les armes faisaient probablement partie de trophées, permettant aux visiteurs du sanctuaire à la fois de les admirer et de lire les inscriptions.

47Les trois exemplaires retrouvés au sanctuaire de Vigna Nuova auraient donc été dédiés à l’occasion d’une victoire de la cité.

48Bibliographie

49R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 : 256-257, fig. 29-31.

R. Spadea, « La topographia », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p.145-146.

Cat. 7.

Anse d’hydrie

Anse d’hydrie

Provenance : Crotone, Vigna Nuova.
- Dimensions : hauteur : 6,4 cm ; largeur : 10,9 cm.
- Matériel : bronze présentant une patine verte.
- Datation : 550-530 avant J.-C.

Anse d’hydrie vue de côté

Anse d’hydrie vue de côté

Anse d’hydrie vue du desssus

Anse d’hydrie vue du desssus

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

Voir l’article de Lorenz E. Baumer.

50Attache de récipient en bronze en forme de kouros, la pièce est conservée jusqu’à la taille du personnage masculin. Deux lions partent horizontalement de part et d’autre du kouros, au niveau de ses épaules. Le personnage est torse nu et porte une coiffure ordonnée en longues mèches ; les deux bras relevés, il tient dans ses mains les queues des lions.

  • 5 M. Herfort-Koch, Archaische Bronzeplastik Lakoniens, Munster, 1986
  • 6  Athènes, Musée national, inv. 6588 et 6650.
  • 7  Berlin, Staatlische Museen, inv. 1961.2.

51Cette anse plastique devait faire partie d’un récipient en bronze aujourd’hui perdu. Des parallèles typologiques permettent de déterminer qu’il s’agissait d’une hydrie5. Le style du kouros permet de le rapprocher de l’art laconien, notamment par sa coiffure longue. Un exemplaire de ce type, aujourd’hui conservé à Athènes6 et provenant de l’Acropole, a les pieds posés sur deux béliers. Les autres exemplaires connus n’ont pas conservé leurs supports. Il existe également des variantes, comme un exemplaire conservé à Berlin7, où le personnage est agenouillé et ne tient pas des lions mais une languette rectangulaire à décor de palmettes.

52La pièce est finement travaillée : le fin visage ovale avec une petite bouche et un nez bien marqué est typique de l’art laconien.

53Bibliographie

54R. Spadea, « Oggetti figurati di bronzo », dans R. Belli Pasqua, R. Spadea (dir.), Kroton e il suo territorio tra VI e V secolo a.C. Aggiornamenti e nuove ricerche. Atti del Convegno di Studi. Crotone, 3-5 marzo 2000, Crotone, 2005, 25-41, pl. 4-15 : p. 32-33, pl. 7-8.

R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque international du Centre de Recherches archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 : 255-256, fig. 28.

Notes

1  E. Lattanzi, « Osservazioni su una stele frammentaria in marmo con scena di commiato », dans R. Belli Pasqua, R. Spadea (dir.), Kroton e il suo terrotorio tra VIe Ve secolo a. C. Aggiornamenti e nuove ricerche, Atti del Convegno di studi, Crotone, 3-5 marzo, Crotone, 2005, p. 19-23.

2  Voir : G. I. Despinis, Zu Akrolithstatuen griechischer und römischer Zeit, Göttingen, 2004.

3  Voir Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque international du Centre de Recherches archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997.

4 H. Baitinger, Die Angriffswaffen aus Olympia, Olympische Forschungen XXIX, Berlin 2001.

5 M. Herfort-Koch, Archaische Bronzeplastik Lakoniens, Munster, 1986

6  Athènes, Musée national, inv. 6588 et 6650.

7  Berlin, Staatlische Museen, inv. 1961.2.

Table des illustrations

Titre Stèle en marbre
Légende Provenance : Via Cutro, Crotone.- Dimensions : hauteur maximum conservée : 125 cm ; hauteur du relief conservé : 113 cm ; largeur : 100 cm ; profondeur : 47 cm.- Matériel : marbre blanc à grain moyen, veiné de gris et présentant une légère patine jaune.- Datation : 450-420 avant J.-C.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Détail de la stèle
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Détail de la stèle
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Détails de la stèle
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Tête d’Apollon
Légende Provenance : Crotone, lieu-dit Quote Cimino.- Dimensions : hauteur conservée : 9,6 cm ; hauteur de la tête : 7,2 cm ; largeur maximum : 6,2 cm ; largeur du visage : 4,5 cm ; largeur de la bouche : 1,1 cm.- Matériel : marbre à grain fin, beige légèrement jaune, très homogène (absence de veines), provenant probablement du Pentélique.- Datation : 350-300 avant J.-C.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Tête acrolithe d’une statue
Légende Provenance : Crotone, Via Tedeschi.- Dimensions : hauteur conservée : 29,3 cm ; hauteur de la tête : 22 cm ; largeur du visage : 16,2 cm.- Matériel : marbre à grain très fin, homogène et translucide, ne comprenant pas de veines mais quelques inclusions. La surface antique a été perdue lors d’un nettoyage à l’acide.- Datation : époque classique.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Statuette d’Hermès
Légende - Provenance : inconnue.- Dimensions : 7,5 cm.- Matériel : bronze à patine brun-noir et verte.- Datation : époque classique.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Vues de la statuette
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Chaudron en bronze contenant des chaînes en fer
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Provenance : Vigna Nuova.- Dimensions : hauteur conservée de la cuve : 21 cm ; largeur maximum conservée : 29 cm ; épaisseur du métal : moins de 0,5 cm.- Matériel : chaudron en bronze à patine verte contenant des éléments en fer oxydé.- Datation : période classique.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Talons de lance
Légende Provenance : Vigna Nuova.- Dimensions : 1) longueur maximum conservée : 14 cm ; 2) longueur maximum conservée: 29 cm ; 3) longueur maximum conservée: 19,3 cm.- Matériel : bronze présentant une importante patine verte à bleu-noir.- Datation : 500-450 avant J.-C.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Anse d’hydrie
Légende Provenance : Crotone, Vigna Nuova.- Dimensions : hauteur : 6,4 cm ; largeur : 10,9 cm.- Matériel : bronze présentant une patine verte.- Datation : 550-530 avant J.-C.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Anse d’hydrie vue de côté
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Anse d’hydrie vue du desssus
Légende Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne
Crédits Voir l’article de Lorenz E. Baumer.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3046/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 627k

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Nobs, « Catalogue », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Virginie Nobs, « Catalogue », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/3046

Droits d’auteur

Tous droits réservés