Navigation – Plan du site

Cultes et sanctuaires dans la zone urbaine

Margherita Corrado et Domenico Marino
Traduction de Patrizia Birchler-Emery, Virginie Nobs et Lorenz E. Baumer

Texte intégral

Les indices

1Les traces archéologiques signalent l’existence de plusieurs sanctuaires urbains à Crotone : dans le secteur sud de la cité, le long de l’actuelle Via Tedeschi, au centre près de la coopérative Uranio et dans le quartier nord à « ex ampliamento Montedison » (fig. 1).

1. Plan de Crotone

1. Plan de Crotone

1 - Via Tedeschi, 2 - Via Firenze, 3 - Cooperative Pertusola, 4 - Montedison, 5 - Vigna Nuova.

2Les évidences monumentales et le mobilier archéologique découvert dans la partie orientale de la Via Veneto et les zones immédiatement attenantes au sud signalent des aires cultuelles. La dispersion de ces documents sur une vaste superficie indique qu’ils ne proviennent pas tous d’un seul lieu. Un sanctuaire repéré à la Via Tedeschi comprenait, pour ne mentionner que les éléments les plus significatifs, une tête de kouros archaïque en terre cuite (fig. 2), celle de l’acrolithe en marbre d’Athéna (cat. 3 et fig. 18-21) ainsi qu’un autel en calcaire (fig. 3). En 1932, Raffaele Lucente écrit dans son rapport de fouilles sur une nécropole de l’époque romaine tardive, découverte à l’occasion de la construction du bâtiment de la Banca d’Italia, un peu plus au nord de la Via Tedeschi : « Sur l’autre côté et pour toute la largeur de la fouille, il apparaît une autre construction orientée nord-ouest/sud-est. Des segments de murs perpendiculaires sont conservés par quelques blocs seulement. Ils ont été documentés sur une longueur de 23 mètres sur 6. Aucune division interne n’a été observée. » Il pourrait s’agir d’une partie d’un grand temenos déjà découvert puis détruit en 1979 à l’occasion de travaux sur la Via Veneto, en face du Palais de la Commune. Un chapiteau ionique (fig. 4) ainsi que quelques statuettes féminines en terre cuite, aujourd’hui exposés dans le musée, y furent récupérés.

2. Tête d’un kouros en terre cuite

2. Tête d’un kouros en terre cuite

© J. Zbinden, université de Berne

3. Autel

3. Autel

© J. Zbinden, université de Berne

4. Chapiteau ionique

4. Chapiteau ionique

© J. Zbinden, université de Berne

3On signale de plus un perirrhanterion archaïque en marbre, mis au jour dans une tranchée ouverte à proximité et aujourd’hui perdu. Un peu plus au sud, le long de la Via Firenze, on a récupéré des fragments d’antéfixes ornées de têtes de Gorgone. De plus, la partie supérieure d’une petite colonne en marbre présentant une fixation ronde qui pourrait avoir porté un objet, éventuellement un ex-voto ou une petite statue en métal, a été déposée récemment au musée (fig. 5). Elle provient également de la zone urbaine et constituerait une paire avec une colonne en marbre analogue retrouvée dans le sanctuaire d’Apollon Alaios, à Krimissa.

5. Fragment de colonne

5. Fragment de colonne

© J. Zbinden, université de Berne

Héra

4Les sources classiques ne font pas mention d’un sanctuaire d’Héra dans la ville, mais son existence est très probable. De nombreux témoignages attestent l’importance de la déesse, en commençant par le célèbre héraion de Capo Colonna (voir l’article de Lorenz E. Baumer). On a par ailleurs reconnu un espace sacré dédié à Héra dans un édifice découvert à Vigna Nuova (voir l’article de Lorenz E. Baumer), situé juste à l’extérieur de l’enceinte. Un autre indice pour la présence d’Héra dans la zone urbaine est amené par la stèle en marbre de Naxos provenant d’un chantier de construction (lotissements «Montedison» et «Pertusola») dans le quartier central de la ville antique, non loin d’une nécropole près du fleuve Esaro (fig. 6).

6. Stèle en marbre

6. Stèle en marbre

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

5Lors de sa découverte, le relief fut d’abord interprété comme un fragment de stèle funéraire produite par un atelier local à la fin du Ve siècle avant J.-C., au style fortement influencé par l’art attique contemporain, en soulignant toutefois le caractère exceptionnel des insertions en marbre pour les extrémités des membres des deux figures représentées. On pensait alors que la scène figurait un homme et une femme en discussion.

6Cette scène n’a pas de parallèle en Grande Grèce et surprend encore plus dans une région où la terre cuite fut souvent préférée à la pierre locale trop tendre, tandis que le marbre était réservé aux statues de culte et aux ex-votos dédiés aux divinités les plus importantes. Il ne peut s’agir d’une stèle funéraire, car le relief déborde sur le côté droit de la plaque, ce qui exclut l’existence d’un cadre architectonique imitant un naïskos typique des stèles funéraires de l’époque1 (fig. 7).

7. Stèle en marbre

7. Stèle en marbre

Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne

7La figure qui se trouve à droite est accoudée de son bras gauche sur un pilier, le coude enveloppé dans un manteau. Elle porte également un chitôn dont on voit encore quelques plis en dessus du bras. Ces vêtements prouvent qu’il ne s’agit pas d’un personnage masculin, mais d’une femme. Un petit trou oblique, placé sur le côté gauche de la base de la stèle, indique que la figure tenait dans sa main un élément rapporté en métal qu’il faut identifier comme un sceptre, tenu d’habitude par Héra et d’autres grandes divinités féminines, comme le prouvent maints parallèles iconographiques (fig. 6 et fig. 8).

8. Reconstitution d’artiste de la stèle

8. Reconstitution d’artiste de la stèle

Dessin E. Malena, Cirò Marina

8Cette nouvelle lecture permet de révéler un extraordinaire relief à caractère votif, que l’on peut attribuer au décor d’un édifice de prestige, cultuel selon toute vraisemblance. S’il s’agissait en effet d’un héraion urbain, celui-ci devait se trouver dans le quartier central de la ville actuelle, où l’on situe le centre civique et politique de la cité. On retrouverait alors à Crotone le même système cultuel qu’à Poséidonia-Paestum (héraion de Foce del Sele), autre colonie achéenne de Grande Grèce, où Héra joue un rôle aussi éminent.

9Il est probable que cette sculpture soit une commande publique à cause de son format et de sa qualité exceptionnelle. Le traitement quasiment en ronde bosse des membres (et peut-être même des têtes) des deux figures n’est pas justifié par la volonté de réduire le coût de l’œuvre. L’utilisation de qualités diverses de marbre est en effet à l’opposé de l’usage bien attesté de réserver le marbre seulement pour quelques parties du corps et d’en exécuter le reste dans un matériau autre que la pierre (comme pour les acrolithes) ou dans de la pierre locale (comme pour les figures féminines sur les métopes du temple E de Sélinonte2).

10Quant à l’identité des deux figures représentées en conversation, on peut reconnaître, comme on l’a vu, Héra dans celle de droite, qui avec son sceptre rappelle fortement les images de la déesse dans les deux fameux reliefs célébrant l’alliance d’Athènes et Samos (403/402 et 400/399 avant J.-C.)3. Aussi le personnage qui lui fait face ne peut pas être humain, car elle est – autant que l’on puisse dire – de la même taille que la déesse. Il s’agit donc d’une autre figure divine ou d’une personnification, par exemple de la cité.

11Même si elle est moins probable, l’hypothèse d’identifier les deux figures à un autre couple classique de divinités féminines ne peut être exclue : Déméter, déesse des moissons, et sa fille Koré (Perséphone), reine des Enfers, comme le montre le fameux Grand relief d’Éleusis4.

Apollon

12Les estampilles apposées sur les tuiles plates fabriquées dans les ateliers de Crotone des débuts du Ve à la fin du IVe siècle avant J.-C. (fig. 9-13) attestent du lien unissant la cité à Apollon et à son sanctuaire à Delphes, que cette dernière désira imposer après sa victoire sur sa rivale Sybaris en 510 avant J.-C. Dès ce moment, Crotone emploie l’iconographie delphique dans tout document officiel, y compris les marques de garantie des produits des manufactures d’État. Depuis quelques décennies déjà, le monnayage transmettait ce même message. La responsabilité du choix du trépied à l’avers des monnaies (voir l’article de Matteo Campagnolo et Virginie Nobs), ainsi que d’un symbole également connoté au revers, est probablement due à un gouvernement sous influence pythagoricienne. En effet, les pythagoriciens encouragèrent le culte oraculaire d’Apollon Pythien, déjà connu dans la cité, par un sanctuaire urbain et peut-être par la dédicace d’un trésor à Delphes, avant l’arrivée du philosophe de Samos.

9. Tuile estampillée avec le trépied d’Apollon

9. Tuile estampillée avec le trépied d’Apollon

© J. Zbinden, université de Berne

10. Tuile estampillée

10. Tuile estampillée

© J. Zbinden, université de Berne

11. Tuile estampillée

11. Tuile estampillée

© J. Zbinden, université de Berne

12. Tuile estampillée

12. Tuile estampillée

© J. Zbinden, université de Berne

13. Tuile estampillée

13. Tuile estampillée

© J. Zbinden, université de Berne

13Une dédicace importante a été retrouvée dans la localité Quote Cimino, d’où provient également une petite tête de dieu en marbre, inspirée d’un modèle de la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C. et aujourd’hui exposée au musée de Crotone (cat. 2 et fig. 14-17). Une trouvaille analogue provient des fouilles de Paolo Orsi dans le sanctuaire d’Apollon Alaios. Cette dédicace amène l’hypothèse d’un autre sanctuaire du dieu à Capo Colonna.

14. Tête d’Apollon

14. Tête d’Apollon

© J. Zbinden, université de Berne

15. Tête d’Apollon

15. Tête d’Apollon

© J. Zbinden, université de Berne

16. Tête d’Apollon

16. Tête d’Apollon

© J. Zbinden, université de Berne

17. Tête d’Apollon

17. Tête d’Apollon

© J. Zbinden, université de Berne

14Dans un premier temps, les objets en terre cuite portèrent un autre symbole apollinien que le trépied, longtemps interdit pour l’usage profane (car on y reconnaissait Apollon lui-même), et probablement aussi d’origine delphique. Il s’agit du dauphin, au début seul puis avec un cavalier (fig. 11-13). Les deux figures sont équivalentes et renvoient au rôle de guide et de protecteur-sauveur des marins. Ce cétacé est l’instrument du secours accordé par Apollon à celui qui doit affronter les nombreuses inconnues d’un voyage maritime, comme l’attestent les mythes de héros chevauchant des dauphins. L’Apollon-dauphin, que l’on retrouve aussi sur quelques-uns des premiers statères de Zancle et de Tarente, est célébré en temps que promoteur, artisan et garant de l’issue positive du mouvement colonial.

15La dimension chtonienne d’Apollon se retrouve sur des estampilles crotoniates ainsi que sur une fine plaque de bronze provenant d’un sanctuaire italique à Rossano di Vaglio (province de Potenza) et daté du premier tiers du IVe siècle avant J.-C.5 Le pouvoir apotropaïque d’Apollon estampillé, en personne ou sous forme de dauphin, sur les tuiles, se transmet aux bâtiments ainsi couverts. Le IVe siècle privilégiera, nous l’avons dit, d’autres symboles apolliniens, par exemple le trépied (fig. 9 et 10) puis la svastika, la roue, le poulpe et l’étoiles à huit ou seize branches, liés à Delphes comme centre du monde. À la fin de la production, les estampilles évoluent encore et représentent la tête d’Athéna ou la massue d’Héraclès.

16Alors que la marque du trépied était isolée au Ve siècle avant J.-C., elle se trouve accompagnée du canthare et du phallus dès le milieu du IVe siècle avant J.-C. et cela en un nombre d’exemplaires largement supérieur aux autres marques. Cela atteste la restructuration du tissu urbain à la fin de l’hégémonie syracusaine. Le recours au trépied après cette césure exprime la volonté de la cité, une fois libérée, de confirmer les liens traditionnels avec Delphes.

17La stabilité du rapport entre la cité et le sanctuaire de Delphes est confirmée par la documentation numismatique. Une monnaie découverte dans le sanctuaire de Krimissa pourrait représenter la tête acrolithe retrouvée dans ce même temple.

Athéna

18On peut admirer au Musée national de Crotone une tête féminine en marbre blanc provenant du chantier de la Via Tedeschi (cat. 3 et fig. 18-21). Malgré le mauvais état de conservation de la pièce (le visage est perdu), on observe encore des trous de boucles d’oreilles ainsi que deux trous circulaires assez profonds permettant la fixation d’un élément rapporté sur le crâne. D’après sa technique et son style, cette tête est très proche de celle de l’Apollon Alaios de Krimissa, célèbre et mieux conservée, exposée au Musée national de Reggio di Calabria6.

18. Détail de l’acrolithe

18. Détail de l’acrolithe

© J. Zbinden, université de Berne

19. Détail de l’acrolithe

19. Détail de l’acrolithe

© J. Zbinden, université de Berne

20. Détail de l’acrolithe

20. Détail de l’acrolithe

© J. Zbinden, université de Berne

21. Détail de l’acrolithe

21. Détail de l’acrolithe

© J. Zbinden, université de Berne

19Ces deux têtes, ainsi que la main gauche et les pieds de l’Apollon de Krimissa, constituent un témoignage important de l’une des techniques adoptées par les écoles de sculpture de Grande Grèce pendant l’époque classique pour la fabrication de statues de culte. Le terme « acrolithe », qui définit ce type de statue, indique justement l’utilisation d’un matériau lithique pour les parties nues7. Les divers éléments de la statue étaient donc travaillés séparément en bois, pierre et métal, pour être assemblés ensuite sur une structure en bois, grâce à des systèmes d’attaches et de cavités. Le corps ainsi constitué était vêtu de riches vêtements et paré de bijoux précieux. La tête était complétée et ornée d’autres matériaux, pour la rendre plus vivante. Les yeux présentaient un dispositif d’insertion complexe : de la pâte de verre ou des pierres précieuses étaient fixées dans un globe oculaire en pierre et reproduisaient ainsi la luminosité et la couleur de l’iris et de la pupille. Ces globes oculaires étaient ensuite insérés dans des plaques de bronze dentelées afin de figurer les cils, elles-mêmes placées dans les orbites. Du bronze était également employé pour les accessoires rapportés.

20Bien que la face manque, la tête de Crotone présente assez d’indices permettant son identification : les lobes des oreilles percées ainsi que la ligne gravée sur le cou indiquent un personnage féminin. Le travail préparatoire de la surface du crâne permet de déterminer qu’elle portait un casque. La tête de Crotone ne pouvait donc appartenir qu’à une représentation d’Athéna.

21Outre notre tête, nous connaissons deux autres exemplaires d’acrolithes figurant la déesse, provenant de Grande Grèce et datables au Ve siècle avant J.-C. : la tête de Tarente8, où le sommet du casque corinthien avec protège-nez et protège-joues avait été élaboré à part puis inséré sur la tête en utilisant les trous forés ; et la tête des musées du Vatican, encore discutée9. La datation de cette dernière n’est pas claire, soit au début du Ve siècle avant J.-C. pour certains, soit au milieu du Ve siècle pour d’autres. L’identité du personnage représenté est aussi disputée. À part Athéna – dans ce cas les trous auraient servi à fixer un casque – on a aussi proposé Héra Sospita. Ce serait alors des cornes qui y auraient été fixées, comme sur la statue de culte de la déesse, à Lanuvium. La tête acrolithe la plus connue d’Athéna reste celle de Priène, datée vers 470-460 avant J.-C.10

22L’Athéna casquée figure aussi sur quelques séries monétaires de Crotone et parmi les estampilles des tuiles plates fabriquées dans les manufactures de la cité pendant la seconde moitié du Ve siècle avant J.-C. Au début du XXe siècle, un sanctuaire rural dédié à la déesse a été reconnu et la partie inférieure d’une statue en terre cuite plus petite que nature y a été découverte.

Héraclès

23La tradition savante locale garde le souvenir d’un grand temple d’Héraclès à l’intérieur de la cité, qui n’a pas trouvé à ce jour de preuves tangibles. Cela n’exclut en rien que l’invincible fils de Zeus et d’Alcmène, vénéré par les Grecs à la fois comme un héros et comme un dieu, ait fait l’objet d’un culte important à Crotone. Certains aspects de la tradition mythique de la cité l’attestent, aussi bien que les choix iconographiques des ateliers monétaires. L’ensemble des images fait apparaître le caractère particulier d’Héraclès en terre crotoniate. Associé à Héra, il entretient un lien particulier avec Apollon et se rapproche ainsi des deux divinités les plus importantes de la cité.

24Bien que le nom du héros reprenne celui de la déesse, le rapport entre Héraclès et Héra dans la tradition littéraire et mythologique est marqué par de constantes confrontations. Les hostilités commencent avec la tentative de la reine des dieux de provoquer la mort d’Héraclès nourrisson. Le petit Héraclès étouffe les deux serpents envoyés par Héra pour le tuer et montre ainsi dès son plus jeune âge sa force prodigieuse. L’épisode se retrouve sur le monnayage en argent de Crotone, du IVe siècle avant J.-C., qui porte à l’avers la tête laurée d’Apollon. Le sanctuaire d’Héra de Vigna Nuova a livré une muserolle de cheval en bronze, illustrant cette même scène11. Cette trouvaille, ainsi que des cylindres munis de pointes, appartenant à un type particulier de mors (fig. 22) suggèrent un lien entre la déesse et le monde guerrier. En particulier avec les cavaliers, comme c’est le cas dans le sanctuaire d’Héra Hippia de Poséidonia-Paestum. Héraclès est également présent dans les héraia de Grèce continentale, à Sparte et Argos notamment.

22. Éléments de mors

22. Éléments de mors

© J. Zbinden, université de Berne

25À Paestum, Héraclès est représenté sur les fameuses métopes du temple archaïque du Sele et dans le sanctuaire méridional de la ville. À Métaponte, l’iconographie confirme, au milieu du Ve siècle avant J.-C., l’importance d’Héraclès dans le contexte civique, qui remonte probablement à la fin de l’époque archaïque. La fameuse dédicace de Nicomaque, de la fin du VIe siècle avant J.-C., atteste la relation d’Héraclès avec le monde indigène, où le héros a toujours joui d’une faveur particulière. En outre, un grand nombre de statuettes italiques en bronze le représentent.

26La fondation du sanctuaire d’Héra à Capo Colonna est rattachée à Héraclès par un mythe indigène : après le meurtre de l’innocent Kroton, l’expiation était la condition nécessaire pour l’instauration du nouvel ordre communautaire, établi justement par la fondation du sanctuaire et de la cité.

27Dans une autre variante de la tradition, transmise par Ovide (Métamorphoses 15, 12-59), c’est Héraclès en personne qui, après avoir prédit la naissance de la cité, apparaît en songe au à Myscellos de Rhypes en Achaïe. L’oeciste mythique de Crotone l’invite à quitter son pays pour rejoindre le tumulus de Kroton, afin d’y fonder la cité homonyme. En souvenir de ce mythe de fondation, quelques monnaies en argent de Crotone de la fin du Ve siècle avant J.-C. montrent le jeune Héraclès à l’avers, assis près d’un autel et tenant de la main droite un rameau de laurier qui atteste de l’accomplissement d’un rite de purification, lié à la fondation du sanctuaire (voir l’article de Matteo Campagnolo et Virginie Nobs). Sur d’autres statères, qui portent le visage d’Héra à l’avers, il tient par contre une œnochoé, alors qu’un trépied est représenté devant lui.

28La représentation d’Apollon tuant le serpent Python au revers des premières monnaies mentionnées plus haut suggère une équivalence des actes de violence qui furent à l’origine des sanctuaires de Capo Colonna et de Delphes. Ce qui renforce le lien entre Héra et Héraclès, bien ancré dans la religion crotoniate. Les fêtes annuelles en l’honneur de la déesse au cap permettaient de revivre le deuil et l’expiation qui suivit. Les rites régulaient la dissolution périodique de l’ordre civique et son renouvellement, domaine relevant des compétences d’Héra. L’événement se déroulait sous le regard d’Apollon – l’existence d’un Apollonion à l’entrée du sanctuaire d’Héra est fort probable – puisqu’en présence d’un acte de violence grave, c’est Apollon qui se porte garant de la purification, condition impérative de tout recommencement.

29Dans la documentation numismatique de Crotone, des monnaies du IVe siècle avant J.-C. montrent au revers Héraclès debout et tenant sa massue, représenté d’après la légende comme oeciste, avec Athéna à l’avers12. D’autres proposent plus couramment seulement son profil, vêtu de la léonté et associé à l’aigle de Zeus13. D’autres monnaies encore le caractérisent par ses attributs traditionnels : massue, carquois ou arc. Ces images se retrouvent également sur des gemmes ou des bijoux, pour invoquer l’aide du héros à la force extraordinaire dans les difficultés de la vie quotidienne.

30La massue se retrouve aussi sur les estampilles de tuiles de Crotone de la fin du IVe siècle avant J.-C, ainsi qu’en marbre dans un format réduit (fig. 23). Milon, prêtre d’Héra, pythagoricien et le plus grand champion de l’athlétisme crotoniate dans les compétitions panhélléniques, revêtit la léonté (peau du lion de Némée) et porta la massue lorsqu’il commanda l’armée dans la guerre contre Sybaris, en 510 avant J.-C., se présentant comme le nouvel Héraclès. La victoire sur Sybaris permit le transfert dans le sanctuaire d’Apollon Alaios de l’arc et des flèches du héros, qu’il avait laissés à Philoctète. Le héros thessalien, fondateur de plusieurs villes indigènes au nord du territoire crotoniate et du sanctuaire de Punta Alice, les avait obtenus après avoir allumé sur le mont Œta le bûcher d’Héraclès. La léonté et la massue furent par contre consumées par les flammes.

23. Massue en marbre, en format miniature

23. Massue en marbre, en format miniature

© J. Zbinden, université de Berne

Bibliographie

31D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura,  di Commercio, Crotone, 2009.

Notes

1  [NdÉ : nous remercions François Queyrel pour sa relecture du texte] Voir par exemple les stèles funéraires de l’époque classique illustrées dans C. Rolley, La Sculpture grecque, 2. La période classique, Paris, 1999, p.168-169, fig. 152-153.

2 A. Stewart, Greek Sculpture. An exploration, New Haven et Londres, 1990, p.139-140, fig. 257-260.

3 M. Meyer, Die griechischen Urkundenreliefs, Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Athenische Abteilung,
13. Beiheft, Berlin, 1989, p. 273-274 A 26 A 27, pl. 10, 1-2 ; Stewart, loc. cit., p.167, fig. 438.

4  Rolley, La Sculpture grecque, 2. La période classique, Paris, 1999, p.158, fig. 141.

5 D. Marino, M. Corrado (dir.), O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 27, fig. 2.

6 Inv. 6499. U. Steininger, Die archaische und frühklassische Grossplastik Unteritaliens und ihr Verhältnis zum Mutterland, Charybdis vol. 11, Munster, 1994, p. 78-79.

7 G.I. Despinis, Zu Akrolithstatuen griechischer und römischer Zeit, Nachrichten der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, I. Philologisch-historische Klasse 8, Göttingen, 2004.

8  E. Häger-Weigel,Griechische Akrolith-Statuen des 5. und 4. Jhs. V. Chr., Berlin, 1997, p. 74-78, pl. 20-21.

9 A. Patay-Horváth, Metallanstückungen an griechischen Marmorskulpturen in archaischer und klassischer Zeit, Tübingen Archäologische Forschungen 4, Rahden/Westf., 2008, p. 186-187, fig. 78-79.

10 J. C. Carter, The Sculpture of the Sanctuary of Athena Polias at Priene, Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London XLII, Londres, 1983, p. 210-249, pl. 33-37.

11  J. de La Genière, « Note sur une muserolle disparue », dans J. de La Genière (éd.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque international du Centre de Recherches archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 et 261-265.

12  Voir par exemple D. Marino, M. Corrado, O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 50, fig. 7.

13  Voir les exemples illustrés dans D. Marino, M. Corrado, O dei di Kroton ! Luoghi e testimonianze del sacro dentro le mura, Camera di Commercio, Crotone, 2009, p. 50-51, fig. 9-15.

Table des illustrations

Titre 1. Plan de Crotone
Légende 1 - Via Tedeschi, 2 - Via Firenze, 3 - Cooperative Pertusola, 4 - Montedison, 5 - Vigna Nuova.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 2. Tête d’un kouros en terre cuite
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre 3. Autel
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre 4. Chapiteau ionique
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre 5. Fragment de colonne
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 6. Stèle en marbre
Crédits Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 7. Stèle en marbre
Crédits Museo nazionale di Crotone © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre 8. Reconstitution d’artiste de la stèle
Crédits Dessin E. Malena, Cirò Marina
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 9. Tuile estampillée avec le trépied d’Apollon
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 10. Tuile estampillée
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 11. Tuile estampillée
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre 12. Tuile estampillée
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre 13. Tuile estampillée
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre 14. Tête d’Apollon
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 15. Tête d’Apollon
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre 16. Tête d’Apollon
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 17. Tête d’Apollon
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 18. Détail de l’acrolithe
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 19. Détail de l’acrolithe
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 20. Détail de l’acrolithe
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre 21. Détail de l’acrolithe
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre 22. Éléments de mors
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 23. Massue en marbre, en format miniature
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3032/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

Pour citer cet article

Référence papier

Margherita Corrado et Domenico Marino, « Cultes et sanctuaires dans la zone urbaine », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Margherita Corrado et Domenico Marino, « Cultes et sanctuaires dans la zone urbaine », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3032

Droits d’auteur

Tous droits réservés