Navigation – Plan du site

Trois sanctuaires extra-urbains

Lorenz E. Baumer

Texte intégral

  • 1  Le matériel est actuellement en cours d’étude à l’université de Genève dans le cadre d’un mémoire (...)

1L’image de la vie religieuse d’une cité grecque serait incomplète si le regard ne portait que sur les sanctuaires situés à l’intérieur de la ville. Un grand nombre de sites cultuels étaient à l’extérieur de l’enceinte urbaine où ils assuraient, à des niveaux bien différents, le lien entre les hommes et les dieux. Il faut tout d’abord considérer que le territoire extra-urbain d’une cité était couvert de petits sanctuaires, désignés d’habitude comme des « sanctuaires ruraux » qui répondaient aux besoins de la population locale. Le petit sanctuaire du Timpone del Gigante, situé dans l’arrière-pays de Crotone à une hauteur de 1090 m au-dessus de la mer en est un exemple parmi d’autres. Le matériel archéologique, récupéré en 1974 et actuellement en cours d’étude, comprend une bonne centaine de vases miniatures de la deuxième moitié du VIIe et du VIe siècle avant J.-C. (fig. 1), alors qu’aucune structure architecturale n’a été dégagée1. La divinité honorée dans ce petit sanctuaire local reste – comme c’est souvent le cas pour les sanctuaires ruraux – pour l’instant inconnue.

1. Aryballe du sanctuaire du Timpone del Gigante avec représentation
d’un lion

1. Aryballe du sanctuaire du Timpone del Gigante avec représentation d’un lion

© J. Zbinden, université de Berne

2Les sanctuaires extra-urbains qui nous intéressent ici sont autrement plus grands. Le plus important centre religieux de Crotone était en effet le sanctuaire d’Héra Lacinia, situé à environ dix kilomètres au sud-ouest de la ville sur le Capo Colonna qui offre une vue assez spectaculaire sur la baie de Crotone (fig. 2). Au IVe siècle avant J.-C., il servait en outre de lieu de réunion de la Ligue italiote. À l’autre extrémité du territoire de la cité, une bonne quarantaine de kilomètres au nord-est de Crotone, à Punta Alice, près de la ville moderne de Cirò Marina et à une courte distance de l’antique Krimissa, se trouve le temple d’Apollon Alaios dont nous parlerons plus bas.

2. Vue du Capo Colonna vers Crotone

2. Vue du Capo Colonna vers Crotone

© J. Zbinden, université de Berne

Le sanctuaire d’Héra Lacinia

  • 2  La colonne a dû être stabilisée à plusieurs reprises et a été nettoyée et restaurée pour la derniè (...)

3Située sur le promontoire du Capo Colonna et visible de loin, la seule colonne encore debout du temple d’Héra Lacinia sert jusqu’à nos jours de point de repère important pour la navigation entre Tarente et la pointe Stilo (fig. 3)2. Le monument a attiré depuis longtemps l’intérêt des voyageurs et des chercheurs et il est ainsi devenu le symbole de la Crotone antique. En 1767, le baron allemand Johann Hermann von Riedesel (1740-1784) a rédigé à l’occasion de son voyage en Sicile et en Grande-Grèce pour son ami Johann Joachim Winckelmann (qu’on désigne souvent comme le « fondateur » de l’archéologie classique moderne) une première description précise des vestiges du temple.

Le baron Johann Hermann von Riedesel à Capo Colonna (1767)

Capo Colonna est le Promontorium Lacinium, proche Crotone, sur lequel étoit bâti le fameux temple de Junon Lacinie, dont il s’est conservé des débris assez considérables. Ce temple étoit du même ancien ordre dorique que ceux de Pestum, de Girgenti [Agrigente], etc. Sa largeur est de soixante-six de mes pas, et sa longueur de cent trente-deux, cette mesure approchante suffit pour vous faire juger qu’il étoit d’une belle grandeur. Il subsiste encore d’un côté une partie des murs de la nef, auxquels j’ai observé comme une chose fort singulière qu’ils étoient construits par lits qui sont alternativement en pierres et en briques. Le premier lit est en pierres ; il a sept palmes et demi de haut ; le second que je n’ai pu mesurer à cause de son élévation est d’ouvrage réticulaire de briques. Il est clair qu’on a voulu par là donner plus de légèreté à ces murs. Je ne vous dirai point si à ce lit de briques, il en succédoit un de pierres, ou si l’ouvrage réticulaire continuoit dans tout le reste de la hauteur du mur ; il ne s’en est pas assez conservé pour en juger : cependant, ce dernier sentiment me paroît le plus vraisemblable, parce qu’un nouveau lit de pierres auroit enfoncé les briques. Ce temple, comme tous ceux qui ont été bâtis par les Grecs, est tourné vers le levant, et l’on y entroit du côté du couchant. Il n’existe plus qu’une seule colonne de tout l’édifice ; elle faisoit partie de la colonnade qui passoit derrière la nef ; l’ordre de cette colonne est, comme j’ai déjà dit, d’ancien dorique, sans base. Elle n’a de remarquable que sa petitesse en proportion de la grandeur du temple, de plus, elle n’a que vingt cannelures au lieu de vingt-une qu’on trouve à toutes les autres colonnes de cet ordre ; c’est un fait que je puis affirmer et constater, ayant compté moi-même ces cannelures à trois ou quatre reprises. On montoit à ce temple par quatre marches, et l’on en descendoit par quatre autres. Encore une particularité de ce même temple, c’est que la nef en étoit enfoncée de quatre marches, chacune d’un palme et demie de Naples de hauteur.

Le pavé de la nef est couvert de terre, qu’on pourroit aisément déblayer, ce qui serviroit à reconnoître plus facilement la forme de l’édifice ; à moins que ce pavé n’eût déjà été détruit, car il n’y a que très-peu de tems que cette terre a été jetée dans cet endroit, lorsqu’on fit la belle opération de déterrer les gradins des faces latérales du temple ; non point, comme vous pourriez l’imaginer, pour les voir et les mettre à découvert, mais pour les enlever et les employer à la construction du nouveau port de Crotone. M’étant plaint à l’ingénieur de ce port, il crut me calmer, en me disant qu’on en voyoit assez dans ce qu’il restoit du posticon, pour se dispenser de conserver le reste du temple. La situation de ce temple est tout ce qu’on peut imaginer de plus admirable pour un pareil édifice. Le promontoire sur lequel il est bâti s’étend à huit milles dans la mer, et l’on jouit de chaque côté de la vue d’un golphe et de celle de la vaste étendue de pays qui embrasse chacun de ces golphes. Il est vraisemblable que la ville entière de Crotone étoit située dans ce même endroit, à en juger du moins par la quantité de vestiges de tombeaux et de maisons qu’on y trouve ; mais ils sont dans un état de dégradation si complet, qu’il n’est pas possible d’y rien reconnoître.

Je cherchai dans ce même emplacement ce qu’on nomme l’école de Pythagore (Scuola Pythogorica), dont j’avois oui parler, et dont il se trouvoit encore, me disoit-on, des traces très-apparentes : toutes mes recherches ayant été vaines, et après les informations plus exactes que je pris à Crotone, je découvris l’erreur qui a donné lieu à cette conjecture. On s’est représenté le temple dont je viens de vous parler pour beaucoup plus petit qu’il n’a été, on l’on a pris les murs de la nef pour un bâtiment particulier ; alors il a nécessairement fallu que ce fut là l’école de Pythagore, parce qu’on sait que ce philosophe a enseigné à Crotone. On pourroit tout aussi aisément faire voir la maison de l’athlète Milon, qui étoit crotoniate.

Voyages en Sicile, dans la Grande Grèce et au Levant par le Baron de Riedesel ; suivis de l’histoire de la Sicile par le Novaïri, Paris, chez H. J. Jansen, 1802, p.151-154.

4Les informations données par Riedesel souffrent du fait qu’il a, par inadvertance, interprété le mur d’enceinte romain comme faisant partie du temple, ce qui explique les dimensions immenses qu’il lui donne : « sa largeur est de soixante-six de mes pas, et sa longueur de cent trente-deux » (environ 56 x 112 m), s’étonnant en même temps au sujet de la colonne de sa « petitesse en proportion de la grandeur du temple ».

3. La colonne du temple d’Héra Lacinia à Capo Colonna

3. La colonne du temple d’Héra Lacinia à Capo Colonna

© J. Zbinden, université de Berne

5De décembre 1886 à janvier 1887, les Américains Joseph T. Clarke et Alfred Emerson entreprirent les premières fouilles dont les résultats n’ont malheureusement jamais été publiés, et, en 1899, l’architecte Robert Koldewey et l’archéologue Otto Puchstein publièrent les premiers relevés du temple. Une décennie plus tard, de nombreux sondages permirent à Paolo Orsi de mieux définir l’extension du sanctuaire et de préciser partiellement le plan et le décor du temple. Des fouilles plus récentes ont en outre mis au jour plusieurs autres bâtiments ainsi qu’une partie de la voie sacrée (fig. 4).

4. Plan du sanctuaire d’Héra Lacinia, avec l’enceinte romaine (« cinta muraria »), le temple d’Héra (« tempio A »), le bâtiment B (« edificio B »), la voie sacrée (« via sacra ») et les deux édifices pour les pèlerins (« edificio H » et « edificio K »). Au nord les maisons romaines.

4. Plan du sanctuaire d’Héra Lacinia, avec l’enceinte romaine (« cinta muraria »), le temple d’Héra (« tempio A »), le bâtiment B (« edificio B »), la voie sacrée (« via sacra ») et les deux édifices pour les pèlerins (« edificio H » et « edificio K »). Au nord les maisons romaines.

D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 16, fig. 5.

  • 3  L’interprétation est renforcée par le fait que l’autel à cendres se trouvait d’après la descriptio (...)

6Mais ce ne sont pas seulement les fouilles archéologiques qui nous renseignent sur le développement de ce lieu de culte important et monumental. L’historien romain Tite-Live ne se contente pas de mentionner un bois sacré ainsi qu’un autel miraculeux dans le vestibule du temple où les vents ne soulevaient jamais la cendre des sacrifices (Histoire romaine 24,3,1-7) ; il raconte aussi qu’en 173 avant J.-C., le censeur Q. Fulvius Flaccus fit bâtir à Rome un temple de la Fortune équestre et qu’il aurait démonté pour ce faire le toit en marbre du temple d’Héra Lacinia. Même si Flaccus essaya de dissimuler l’origine des précieuses tuiles, le sacrilège fut découvert, et Flaccus dut les restituer. Mais comme manquaient à Crotone « des ouvriers capables de les replacer » (Tite-Live, Histoire romaine 42,3,1-10), le matériel fut tout simplement déposé dans le sanctuaire, sans qu’on en ait retrouvé trace à ce jour, à l’exception de quelques petits fragments de la décoration. D’après le récit de Tite-Live, il faut partir du principe que le temple d’Héra était au plus tard à partir de ce moment crucial de son histoire partiellement en ruine, même s’il semble toujours avoir servi à un modeste culte3.

  • 4  Une partie au moins des sculptures est à dater plutôt des années 420 avant J.-C., ce qui pourrait (...)

7Le temple, un périptère dorique de 6 colonnes sur 13 ou 15 sur ses côtés, a été érigé au deuxième quart du Ve siècle avant J.-C. Le chapiteau de la seule colonne encore en place, haute de 8,3 m, présente une parenté chronologique et stylistique étroite avec le temple d’Athéna de Syracuse, ce qui pourrait indiquer que le temple a été construit sous la direction d’un architecte sicilien. La plus grande partie de l’architecture et de la décoration du temple est aujourd’hui perdue, mais l’inclinaison légère de la colonne (6,7 cm vers l’ouest et 3 cm vers le sud) indique au moins que son socle était légèrement courbé pour harmoniser son apparence, comme c’est aussi le cas pour d’autres temples doriques de l’époque classique. Quelques éléments conservés de sa décoration ont de plus permis de reconstituer le profil de l’entablement (fig. 5), alors qu’il n’est pas sûr que des fragments de sculptures trouvés dans les environs du temple aient vraiment appartenu, comme on l’a proposé, à la décoration des frontons4.

5. Restitution de l’entablement du temple classique d’Héra Lacinia à Capo Colonna

5. Restitution de l’entablement du temple classique d’Héra Lacinia à Capo Colonna

D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 43, fig. 32.

8Quelques blocs réutilisés dans les fondations du temple classique et des fragments d’un toit de grandeur importante ont amené l’architecte allemand Dieter Mertens à supposer sur ce même emplacement un temple antérieur, construit vers 540/30 avant J.-C. Mais des sondages archéologiques effectués en 2003 n’ont pas permis de confirmer cette hypothèse, et il faut pour l’instant partir du principe que ce premier temple d’époque archaïque se trouvait ailleurs dans le sanctuaire et qu’il n’est pas encore localisé.

  • 5  Pour l’autel à cendres qui correspond probablement seulement à la phase tardive du sanctuaire, voi (...)

9Une autre question pendante est l’emplacement de l’autel, le véritable centre du sanctuaire, dont on n’a pas trouvé à ce jour la moindre trace5.

10Mais l’histoire du sanctuaire d’Héra Lacinia commence bien avant. Sous le « bâtiment B », situé à côté du temple, ont été trouvées en 1987 les plus anciennes traces d’occupation du site, datant du début du VIIe siècle avant J.-C., suivies un siècle plus tard par la construction d’un premier bâtiment. Durant la première moitié du Ve s., le « bâtiment B » a été reconstruit à deux reprises avant d’être définitivement abandonné vers le milieu du même siècle. Il s’agit d’un simple oikos de 22 m sur 9, comprenant à l’arrière un socle fait de 16 blocs dont la fonction est inconnue (fig. 6). On a aussi trouvé à l’intérieur du « bâtiment B » plusieurs tambours de colonnes ainsi qu’un nombre important de dédicaces en céramique et en métal : nous ne mentionnons ici qu’une couronne en or et un modèle de bateau nuraghe en bronze, exposés au Musée archéologique national de Crotone.

6. Plan du « Bâtiment B » à Capo Colonna

6. Plan du « Bâtiment B » à Capo Colonna

D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 22, fig. 13a.

11À côté du « bâtiment B » a été aussi découverte une partie de la voie sacrée, large de 8 m 50 et dégagée par les archéologues sur une longueur de 58 m. Sa construction, qui respecte l’orientation du « bâtiment B », date du premier quart du Ve siècle avant J.-C.

12Des fragments de plusieurs toits, datant du milieu du VIe jusqu’au Ve siècle, indiquent que devaient exister aux époques archaïque et classique d’autres constructions encore à l’intérieur du sanctuaire dont nous ne connaissons ni les plans ni l’emplacement précis. Dans la deuxième phase importante au IVe siècle avant J.-C., on a construit à environ 50 m à l’ouest du temple deux bâtiments qui servaient probablement aux pèlerins (fig. 4). Il s’agit des bâtiments H et K, d’après la nomenclature des archéologues, dont le premier, de 26,30 m sur 29 m, comprenait autour d’un péristyle central 14 chambres carrées de 4,75 m sur 4,76 m, qu’on peut identifier sans difficultés comme des salles de banquets. Alors que le « bâtiment H » correspond dans son orientation au temple d’Héra, son voisin, le « bâtiment K », s’aligne sur la voie sacrée. Il mesure 38 m sur 34 et il est bordé sur ses côtés sud et est d’une colonnade en forme de L. Son plan avec la cour péristyle centrale rappelle par exemple le léonidaion d’Olympie, ce qui permet de l’identifier comme un katagogion, une auberge de pèlerins. On suppose d’habitude que ces deux bâtiments sont restés en service au moins jusqu’à la fin du IIIe siècle avant J.-C., peut-être même encore plus longtemps, parce que le mur d’enceinte construit à la fin de la République romaine respecte les deux bâtiments.

13Comme on l’a vu plus haut, l’action sacrilège de Q. Fulvius Flaccus a marqué un moment crucial dans la vie du sanctuaire, mais elle ne mit pas fin à la vie au Capo Colonna. L’installation du mur d’enceinte déjà mentionné mise à part, les fouilles archéologiques ont dégagé dans la zone nord du promontoire un certain nombre de maisons romaines ainsi qu’un balneum. Ces petits thermes sont décorés au centre avec une belle mosaïque montrant dans un cadre de méandre quatre dauphins ainsi qu’une inscription qui nous informe que deux magistrats, les duoviri quinquennali Lucilius Macer et T. Annaeus Thraso, étaient les responsables de l’installation. Le nombre de constructions romaines a suscité l’hypothèse que l’ancienne ville de Crotone aurait été entièrement abandonnée au IIe siècle avant J.-C. et que les habitants se seraient installés au Capo Colonna qui correspondrait à ce moment à la colonie romaine de Crotone dont nous parle Tite-Live (Histoire romaine 44,45,4-5). Mais en l’absence d’autres bâtiments publics et au vu de notre connaissance archéologique très rudimentaire de la ville antique de Crotone, cette proposition n’est pas encore définitivement prouvée.

14À ce jour, et pas seulement pour l’époque romaine, le Capo Colonna et le sanctuaire d’Héra Lacinia gardent une bonne partie de leur mystère.

Le sanctuaire d’Apollon Alaios

15Le sanctuaire d’Apollon Alaios, où ont été déposés après la victoire de Crotone sur Sybaris en 510 avant J.-C., l’arc et les flèches d’Héraclès, marque la limite nord-est du territoire de la cité de Crotone (fig. 7). En comparaison avec le sanctuaire d’Héra Lacinia au Capo Colonna, centre religieux d’importance pour l’ensemble de la Grande Grèce au IVe siècle avant J.-C., le sanctuaire d’Apollon se présente de manière bien différente : il est un creuset de la fusion des cultures grecques et italiotes qui se rencontraient à l’arrivée des Grecs en Italie du Sud.

7. Vue du temple d’Apollon Alaios

7. Vue du temple d’Apollon Alaios

© L. E. Baumer

16Les fouilles de Paolo Orsi ont mis au jour les fondations d’un temple dont la première phase de construction remonte à la deuxième moitié du VIe siècle avant J.-C. (fig. 8). Il s’agit d’un bâtiment avec une cella de 27 m sur 7,90, entièrement ouverte vers l’est et avec un adyton qui occupait un quart de la partie arrière. Les parois, élevées en briques crues, reposaient sur une fondation de calcaire, et une colonnade centrale portait le poids du toit. À l’extérieur, le bâtiment a été entouré par un péristyle de 7 sur 15 colonnes en bois qui reposaient sur des bases en pierre.

8. Plan de fouilles du temple d’Apollon Alaios

8. Plan de fouilles du temple d’Apollon Alaios

D’après D. Mertens, « I santuari di Capo Colonna e Crimisa: Aspetti dell’architettura crotoniate », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 209, fig. 3.

17Le plan du temple, qui reprend un ancien modèle qu’on retrouve – mais un siècle plus tôt ! – en Grèce (par exemple à Thermos, temple C), ne s’inscrit pas facilement dans la tradition de l’architecture grecque de la Grande Grèce et de la Sicile, alors que les terres cuites qui décoraient son toit sortent sans doute d’un atelier de Crotone. Dieter Mertens a expliqué ce mélange de traditions par le fait que le temple d’Apollon était en réalité moins un sanctuaire qui marquait la frontière de la cité, qu’un point de focalisation où se rencontraient les Grecs et les indigènes.

  • 6  Il semble, en comparaison avec d’autres sanctuaires, étonnant que le temple semble resté inchangé (...)

18Au Ve siècle avant J.-C., on a installé dans le temple une nouvelle statue de culte : le fameux acrolithe d’Apollon dont on parlera dans un chapitre ultérieur (voir l’article de Margherita Corrado et Domenico Marino). Il semble que le temple, qui a livré pendant les fouilles un très riche matériel votif, n’a plus connu à partir de ce moment de grands changements jusqu’à la fin du IVe siècle avant J.-C.6

19Dans la première moitié du IIIe siècle avant J.-C., le temple a été soigneusement démantelé et – y compris la statue d’Apollon – enterré sous une couche de sable, de terre et de débris en calcaire, avant qu’on commence la construction d’un nouveau temple à un niveau surélevé de 0,75 m. Mais ce nouveau temple a su aussi garder ses particularités : il s’agit du seul temple périptère qui a été construit en Grande Grèce durant l’époque hellénistique, entouré d’après la reconstitution de Dieter Mertens d’une péristasis de 8 sur 19 colonnes (fig. 9-10). Il possédait de plus un proptéron, c’est-à-dire une rangée de colonnes devant la cella qui semble avoir aussi gardé son plan étroit et allongé. Les fragments de l’entablement qui assurent d’après leurs détails stylistiques la datation hellénistique du monument, et les fondations conservées ont permis de reconstituer l’ensemble du temple, qui mesurait à la base des colonnes 16 m sur environ 42.

9. Élévation (restitution) du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique

9. Élévation (restitution) du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique

D’après D. Mertens, « Per l’architettura nel primo Ellenismo. Il tempio ed il santuario di Apollo Aleo a Cirò », dans M. L. Napolitano (dir.), Crotone e la sua storia tra IV e III secolo a.C., Naples, 1993, p. 77, fig. 10.

10. Plan restitué du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique

10. Plan restitué du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique

D’après D. Mertens, « Per l’architettura nel primo Ellenismo. Il tempio ed il santuario di Apollo Aleo a Cirò », dans M. L. Napolitano (dir.), Crotone e la sua storia tra IVe III secolo a.C., Naples, 1993, p. 77, fig. 11.

20Les fouilleurs ont dégagé, plus près du temple, plusieurs fondations de bâtiments que Paolo Orsi a interprétés comme des maisons de prêtres. Un des bâtiments, mesurant 28,20 m sur 31,10, comprend au moins quatre salles carrées et orientées vers une cour centrale à colonnes. Il semble naturel de l’interpréter plutôt comme une maison de banquets, comme on en retrouve aussi une à Capo Colonna (voir plus haut, §10). Des autres structures du sanctuaire, rien n’est connu, et il manque aussi, comme dans le sanctuaire d’Héra Lacinia, toute trace de l’autel. À ce jour, le temple d’Apollon Alaios, lui aussi, n’a révélé qu’une partie de ses secrets.

Le sanctuaire d’Héra de Vigna Nuova

21Au sens strict du terme, le sanctuaire de Vigna Nuova, situé dans le quartier industriel de la Crotone moderne, à quelques pas seulement de l’enceinte des murs de la ville antique, doit être identifié plutôt comme un sanctuaire suburbain qu’extra-urbain. Découvert en 1975 et mis au jour pendant plusieurs campagnes de fouilles jusqu’en 1993, les structures architectoniques se limitent à l’heure actuelle à un bâtiment rectangulaire dont la forme rappelle immédiatement celle du « bâtiment B » du sanctuaire d’Héra Lacinia (voir plus haut, §3). Mesurant 22,50 m sur 8,85, l’oikos de Vigna Nuova, qui est aussi dans ses dimensions très proche de son parent à Capo Colonna, comprend comme celui-ci dans sa partie est une structure rectangulaire de 2,10 m sur 2,09 – dont la fonction précise reste de nouveau énigmatique (fig. 11).

11. Planimétrie de l’oikos de Vigna Nuova

11. Planimétrie de l’oikos de Vigna Nuova

D’après R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes, actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 252, fig. 19.

22L’analyse des murs et de la stratigraphie a permis de préciser la chronologie du bâtiment qui a été inauguré dans la première moitié du VIe siècle avant J.-C. pour être partiellement rénové peu après. La structure rectangulaire n’a été installée que dans la première moitié du Ve siècle avant J.-C. Après un incendie, l’oikos de Vigna Nuova a été entièrement reconstruit dans le dernier quart du Ve ou le premier quart du IVe siècle et a connu une dernière restauration partielle vers le milieu du siècle. Il semble avoir été définitivement abandonné à un moment qui reste impossible à préciser, dans les trois dernières décennies du IVe siècle.

23Si le parallèle avec le « bâtiment B » de Capo Colonna est impressionnant, le matériel trouvé à l’intérieur du sanctuaire l’est encore davantage. Mentionnons en particulier les maillons de chaînes et les menottes qui ont été enfouis dans le sol ou déposés dans des pythoi en terre cuite. Un dépôt particulier est constitué par un chaudron en bronze qui contenait un nombre important de ces mêmes objets, combinés avec des anneaux en bronze, comme on en a aussi trouvé dans les autres dépôts (voir fig. 12 et cat. 5). D’autres objets exceptionnels retiennent encore l’attention, comme l’anse d’hydrie en bronze qui montre un kouros portant deux lions sur ses épaules ou des talons de lances avec des inscriptions qui mentionnent les dédicants (voir cat. 6 et cat. 7).

12. Trouvailles en fer du sanctuaire de Vigna Nuova

12. Trouvailles en fer du sanctuaire de Vigna Nuova

© J. Zbinden, université de Berne

24La structure du bâtiment a conduit Roberto Spadea à identifier ce lieu de culte avec un sanctuaire d’Héra Éleuthéria ou libératrice, ainsi désigné dans une inscription du Capo Colonna. L’archéologue a proposé de mettre en rapport les dédicaces de chaînes et de menottes avec une manumissio ou libération d’esclaves. Mais les talons de lances semblent indiquer plutôt une victoire militaire (voir cat. 6), et il ne semble pas exclu qu’il s’agisse d’offrandes de prisonniers de guerre libérés par les Crotoniates. Cela pourrait aussi expliquer l’offrande d’une muserolle en bronze, trouvée en 1977-1978 et malheureusement disparue aujourd’hui, qui montre Héraclès enfant maîtrisant avec ses mains deux serpents ainsi qu’un combat entre deux hoplites, et qui pourrait bien avoir été offerte par un cavalier.

25L’identification de la divinité avec Héra semble néanmoins possible, étant donné qu’il s’agissait de la plus importante déesse de Crotone. Mais d’autres dieux ne peuvent pour l’instant pas être exclus. On peut aussi s’attendre à ce que nous ne connaissions à ce jour qu’une partie du sanctuaire. Quoi qu’il en soit, la ville, mais aussi le territoire extra-urbain de la cité de Crotone, sont loin d’avoir révélé tous leurs trésors aux yeux curieux des archéologues…

Bibliographie

26G. Genovese, I santuari rurali nella Calabria greca, Rome, 1999.

Le sanctuaire d’Héra Lacinia 

27D. Mertens, « I santuari di Capo Colonna e Crimisa: Aspetti dell’architettura crotoniate », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 189-230, pl. 16-29 : 190-207 pl. 16-28.

F. Seiler, « Un complesso di edifici pubblici nel Lacinio a Capo Colonna », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 231-242.

R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 : 236-251.

R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006.

Le sanctuaire d’Apollon Alaios 

28D. Mertens, « I santuari di Capo Colonna e Crimisa: Aspetti dell’architettura crotoniate », dans : Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 189-230, pl. 16-29 : 207-228 pl. 29.

D. Mertens, « Per l’architettura nel primo Ellenismo. Il tempio ed il santuario di Apollo Aleo a Cirò, dans M. L. Napolitano (dir.), Crotone e la sua storia tra IV e III secolo a.C., Naples, 1993, p. 61-80, pl. 8-12.

P. Orsi, Templum Apollinis Alaei ad Crimisa promontorium, Rome, 1933.

Le sanctuaire d’Héra de Vigna Nuova

29J. de la Genière, « Note sur une muserolle disparue », dans J. de la Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 261-265.

R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de la Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 235-259 : 251-258.

Notes

1  Le matériel est actuellement en cours d’étude à l’université de Genève dans le cadre d’un mémoire de master (A. Valticos).

2  La colonne a dû être stabilisée à plusieurs reprises et a été nettoyée et restaurée pour la dernière fois en 2003.

3  L’interprétation est renforcée par le fait que l’autel à cendres se trouvait d’après la description de Tite-Live dans le vestibule du temple (voir plus haut). Il faut aussi se demander si Q. Fulvius Flaccus aurait osé s’emparer du toit si le temple avait été encore en fonction.

4  Une partie au moins des sculptures est à dater plutôt des années 420 avant J.-C., ce qui pourrait indiquer qu’elles appartenaient à une phase de réparation, comme l’a proposé U. Steininger, Die archaische und frühklassische Grossplastik Unteritaliens und ihr Verhältnis zum Mutterland, Charybdis 11, Münster 1996, p. 65.

5  Pour l’autel à cendres qui correspond probablement seulement à la phase tardive du sanctuaire, voir plus haut, note 3.

6  Il semble, en comparaison avec d’autres sanctuaires, étonnant que le temple semble resté inchangé à l’époque classique. Des indices qui parleraient en faveur d’une phase de construction intermédiaire à l’époque classique n’ont pas été publiés.

Table des illustrations

Titre 1. Aryballe du sanctuaire du Timpone del Gigante avec représentation d’un lion
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 2. Vue du Capo Colonna vers Crotone
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre 3. La colonne du temple d’Héra Lacinia à Capo Colonna
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre 4. Plan du sanctuaire d’Héra Lacinia, avec l’enceinte romaine (« cinta muraria »), le temple d’Héra (« tempio A »), le bâtiment B (« edificio B »), la voie sacrée (« via sacra ») et les deux édifices pour les pèlerins (« edificio H » et « edificio K »). Au nord les maisons romaines.
Crédits D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 16, fig. 5.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 5. Restitution de l’entablement du temple classique d’Héra Lacinia à Capo Colonna
Crédits D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 43, fig. 32.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 6. Plan du « Bâtiment B » à Capo Colonna
Crédits D’après R. Spadea (dir.), Ricerche nel santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Risultati e prospettive, Rome, 2006, p. 22, fig. 13a.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 7. Vue du temple d’Apollon Alaios
Crédits © L. E. Baumer
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre 8. Plan de fouilles du temple d’Apollon Alaios
Crédits D’après D. Mertens, « I santuari di Capo Colonna e Crimisa: Aspetti dell’architettura crotoniate », dans Crotone. Atti del ventitreesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-10 ottobre 1983, Tarente, 1984, p. 209, fig. 3.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 9. Élévation (restitution) du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique
Crédits D’après D. Mertens, « Per l’architettura nel primo Ellenismo. Il tempio ed il santuario di Apollo Aleo a Cirò », dans M. L. Napolitano (dir.), Crotone e la sua storia tra IV e III secolo a.C., Naples, 1993, p. 77, fig. 10.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 10. Plan restitué du temple d’Apollon Alaios de l’époque hellénistique
Crédits D’après D. Mertens, « Per l’architettura nel primo Ellenismo. Il tempio ed il santuario di Apollo Aleo a Cirò », dans M. L. Napolitano (dir.), Crotone e la sua storia tra IVe III secolo a.C., Naples, 1993, p. 77, fig. 11.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 11. Planimétrie de l’oikos de Vigna Nuova
Crédits D’après R. Spadea, « Santuari di Hera a Crotone », dans J. de La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes, actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III et de l’Association P.R.A.C., Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 252, fig. 19.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 12. Trouvailles en fer du sanctuaire de Vigna Nuova
Crédits © J. Zbinden, université de Berne
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2967/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 678k

Pour citer cet article

Référence papier

Lorenz E. Baumer, « Trois sanctuaires extra-urbains », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Lorenz E. Baumer, « Trois sanctuaires extra-urbains », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://inha.revues.org/2967

Auteur

Lorenz E. Baumer

Professeur ordinaire d’archéologie classique, département des Sciences de l’Antiquité, université de Genève

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés