Navigation – Plan du site

Crotone : le destin évanescent d’une cité célèbre

Michel Aberson

Texte intégral

Une cité entre légende et histoire

  • 1  Nobilem atque opulentam, chez Tite-Live, Histoire romaine, 24,2,7. Dans la suite de cet article, t (...)

1On peut avoir été riche et célèbre et, pourtant, tomber dans l’oubli, ou presque. N’est-ce pas là le destin de Crotone ? Fondée, d’après la tradition, à la fin du VIIIe siècle avant J.-C. par des colons grecs venus d’Achaïe, au nord-ouest du Péloponnèse, Crotone nous est décrite par les historiens antiques comme « illustre et opulente1 ». Seul bon mouillage naturel sur la côte de la mer Ionienne entre le détroit de Messine et le port de Tarente, dotée d’une citadelle difficile à prendre d’assaut, bénéficiant d’un climat sain, située dans une contrée fertile, cette ville nous apparaît comme réellement bénie des dieux ! Et pourtant, son destin, comme celui de la plupart des autres cités grecques de l’Italie du Sud, nous échappe bien souvent. Nous l’entrevoyons par flashes, dans des récits plus ou moins mythiques, des anecdotes ou des épisodes historiques épars que nous livrent les auteurs anciens au gré de leurs ouvrages, dont aucun ne concerne jamais Crotone au premier chef.

2La légende, d’abord. Ce serait l’Achéen Myscellos qui aurait reçu d’Apollon l’ordre de fonder « la grande Crotone au milieu de beaux labours » (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 8,17). Devenue rapidement riche et peuplée, la ville aurait, dès ses origines, fourni un nombre impressionnant de vainqueurs aux Jeux Olympiques. Quoi de meilleur, en effet, qu’un climat sain pour favoriser le développement harmonieux des corps ? On y aurait ainsi vu fleurir l’exercice physique, la valeur guerrière – pour les Anciens, les deux choses étaient clairement liées – et l’une des meilleures écoles de médecine de la Grèce antique.

3L’athlète crotoniate le plus célèbre est sans aucun doute Milon. Présenté parfois comme une réincarnation d’Héraclès ou du héros Achille, ce grand sportif et homme politique, lié selon certains à la secte des pythagoriciens, aurait pris part à une bataille contre les Sybarites, voisins des Crotoniates, vêtu d’une peau de lion et portant la massue (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 12,9). Le géographe Strabon nous raconte ses exploits ; en particulier comment il soutint quelques instants par la seule force de ses bras le plafond d’une salle de banquet qui menaçait de s’écrouler, sauvant ainsi les convives d’une mort certaine ; et aussi sa triste fin, qui illustre son orgueil démesuré : lors d’une promenade en forêt, Milon aurait aperçu un tronc d’arbre dans lequel des bûcherons avaient laissé des coins en bois – sans doute parce qu’ils n’étaient pas parvenus à le fendre complètement. L’athlète songea qu’il pouvait, lui, y parvenir à mains nues. Il élargit la fente, les coins tombèrent, mais le tronc se referma, le retenant prisonnier. Les bêtes sauvages firent le reste (Strabon, Géographie, 6,1,12).

4Milon avait une fille qui, selon l’historien Hérodote, aurait épousé le meilleur médecin de son époque, Démodokos. Parti de Crotone dans sa jeunesse, celui-ci exerça d’abord son art auprès de Polycrate, le tyran de Samos. Fait prisonnier par les Perses lorsque ces derniers s’emparèrent de cette île, Démodokos croupit un certain temps parmi les esclaves de Darius, le Grand Roi, jusqu’à ce qu’il parvînt à soigner son épouse Atossa, qui souffrait d’une tumeur au sein. Couvert d’honneurs par son maître, il fut envoyé en mission auprès des Grecs d’Italie avec obligation de revenir en Perse à l’issue de son voyage. Mais, arrivé à Tarente, il parvint à échapper à son escorte et à gagner Crotone, où il épousa la fille de Milon. Et les Crotoniates refusèrent de le livrer aux Perses qui le réclamaient (Hérodote, L’Enquête, 3,130-137).

  • 2  Ces chiffres, certainement exagérés, sont donnés par Strabon, Géographie, 6,1,10.

5On nous parle aussi d’une grande bataille – la date n’en est pas assurée : vers le milieu du VIe siècle, semble-t-il – où dix mille Locriens taillèrent en pièces cent trente mille Crotoniates2. Selon Justin, historien romain tardif, les Dioscures, jumeaux mythiques, fils de Zeus, auraient pris part au combat aux côtés des habitants de Locres. Et c’est Apollon lui-même qui aurait décidé du sort, inattendu, de la bataille. En effet, alors que les Crotoniates avaient promis, en cas de victoire, de lui offrir un dixième du butin, les Locriens élevèrent l’enchère à un neuvième, emportant ainsi le soutien du dieu (Justin, Histoires philippiques, 20, 3, 2-8) !

  • 3  Voir notamment Polybe, Histoire, 2,39 ; Jamblique, Vie de Pythagore, § 248 ; Justin, Histoires phi (...)

6À la suite de cette défaite, les Crotoniates se seraient détournés de la guerre ; ils s’apprêtaient même à sombrer dans le luxe et la mollesse, lorsqu’apparut une autre figure semi-mythique qui, selon certains, les en dissuada : le célèbre philosophe Pythagore (Justin, Histoires philippiques, 20, 4,1). Exilé de son île natale de Samos, cet étrange personnage, qui avait beaucoup voyagé et s’était instruit auprès des mages de la Perse, des prêtres de l’Égypte et des prophètes phéniciens, vint s’établir à Crotone, où il fonda – vers 530, semble-t-il – une sorte de secte aristocratique non-violente qui prônait l’amitié, la retenue et le végétarisme. La doctrine pythagoricienne connut un certain succès dans la région, auprès des Grecs d’Italie et de Sicile, et même des indigènes. Mais à Crotone, ses adeptes, appartenant tous à la classe aristocratique au pouvoir, se trouvèrent en butte aux accusations des leaders du peuple, qui leur reprochaient leur exclusivité et réclamaient un gouvernement plus démocratique. Plusieurs auteurs anciens nous relatent, de manière plus ou moins romancée, un épisode tragique où soixante jeunes pythagoriciens périrent dans l’incendie de la maison dans laquelle ils s’étaient réunis, et où les partisans de la démocratie, prenant le pouvoir, contraignirent à l’exil ceux qui avaient réussi à échapper aux flammes3.

  • 4  Voir notamment Hérodote, L’Enquête, 5,45,1 ; Strabon, Géographie, 6,1,13 ; Diodore de Sicile, Bibl (...)

7En réalité, l’art de la guerre ne semble pas avoir déserté Crotone. De nombreuses sources nous relatent – et il s’agit là d’un fait historique incontesté même si le récit qui nous en est donné est largement agrémenté d’éléments fabuleux – la prise et la destruction de l’opulente cité de Sybaris par les Crotoniates, sans doute en 511 ou 5104 ; et ce serait cette victoire, plutôt que la défaite subie quelque trente ans plus tôt contre les Locriens, qui aurait été la cause du luxe excessif affectant la cité.

  • 5  Voir Polybe, Histoire, 2,39 (qui parle d’une Sybaris dont on ne sait s’il s’agit de l’ancienne cit (...)
  • 6  Pour les Lucaniens, voir notamment Strabon, Géographie, 6,1,2. La naissance du peuple des Bruttien (...)

8Avec la fin du VIe siècle avant J.-C. et surtout le début du siècle suivant, le destin de Crotone s’éloigne ainsi peu à peu de la légende et s’approche davantage de ce que nous concevons comme de l’Histoire. Mais il demeure malgré tout bien évanescent. On entend parler d’un régime oligarchique, reposant sur une assemblée restreinte de mille citoyens, bientôt remplacé par une démocratie ; puis d’un tyran – peut-être un chef du parti populaire – nommé Clinias, qui fait libérer des esclaves et rétablir dans leurs droits des citoyens exilés (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, 20,7). Il est aussi question d’une fusion entre les trois cités de Crotone, Caulonia et Sybaris qui, à un certain moment, sur le modèle des Achéens du Péloponnèse, décidèrent d’un commun accord de ne former plus qu’une seule entité politique tout en gardant une certaine autonomie locale5. Ainsi Crotone semble se tailler une sorte de petit empire au sud de la botte italienne, donnant à la fois sur la mer Ionienne et sur la Tyrrhénienne. Mais cette prospérité va bientôt se trouver menacée : en effet, au cours du Ve siècle, les populations indigènes, qui avaient été bousculées dans un premier temps par l’arrivée des colons grecs, se structurent peu à peu en entités politiques dynamiques, prenant à leur compte de nombreux éléments du mode de vie des nouveaux arrivants, comme l’écriture, l’art, mais aussi les techniques de combat. Ainsi se forme, à cette période, le peuple des Lucaniens, qui menacera bientôt la suprématie des villes de la région, allant même jusqu’à prendre le contrôle d’une partie d’entre elles. Et, plus tard, en 356, un rameau de cette nation, prenant son indépendance, donnera naissance à un nouveau peuple : les Bruttiens. Ceux-ci n’auront alors cesse de vouloir s’emparer des cités grecques, dont une partie grandissante de la population, mais non des citoyens de plein droit, semble même avoir été d’origine indigène6.

  • 7  Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 14,103-105 ; Tite-Live, Histoire romaine, 24,3,8.
  • 8  En 295 : cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 21,4.

9Devant cette menace, les cités grecques d’Élée, Thourioï, Hipponion et Rhégion s’allient bientôt à Crotone et forment une sorte de ligue défensive dont le fonctionnement est garanti par un traité : « Dans leurs accords », écrit l’historien Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, 14,101), « figurait une clause prévoyant que si une cité voyait son territoire ravagé par les Lucaniens, toutes les autres devaient venir à son secours. Et si l’une d’entre elles ne mobilisait pas son armée à cet effet, les stratèges qui y exerçaient leurs fonctions devaient être mis à mort. » Mais les peuples indigènes ne sont pas les seuls à poser problème aux Crotoniates : de manière générale, la région est l’objet des convoitises croisées de diverses puissances impérialistes extérieures. Le tyran Denys de Syracuse, d’abord, qui, dans les années 390-380, tente de se tailler une zone d’influence en Italie du Sud et sur la côte adriatique, et réussit à prendre par surprise la citadelle de Crotone, pourtant réputée inexpugnable7. Agathocle ensuite, autre leader syracusain, roi autoproclamé, qui prend la ville par traîtrise et y installe une garnison8. Il faut dire qu’à cette époque, les luttes continuelles entre factions politiques – oligarques contre démocrates – à l’intérieur même des cités grecques offrent à tout intervenant extérieur d’excellentes occasions de prise de contrôle : ainsi, dans les années 310, des aristocrates exilés de Crotone tentent de reprendre le pouvoir avec l’aide des Bruttiens (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 19,10). Et ce phénomène semble s’amplifier encore dès la fin du IVe siècle avec l’arrivée dans la région des Romains et de divers aventuriers venus de Grèce, en particulier le roi d’Épire, le célèbre Pyrrhus. En 303, une coalition de cités grecques, conduite par Tarente – plus puissante désormais que Crotone – s’oppose aux Lucaniens et à leurs alliés romains avec l’aide d’un roi de Sparte, Cléonyme, venu chercher fortune à l’Ouest avec cinq mille mercenaires grecs. L’historien latin Tite-Live (Histoire romaine, 10,2.1-3) nous assure que ce dernier fut battu par une armée romaine et forcé de se rembarquer ; mais selon Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, 20,104), devant ce front uni, les Lucaniens demandèrent la paix. Ce n’était que partie remise.

10En 282, la coalition des cités grecques demanda l’aide de Pyrrhus contre l’avancée romaine. Et cette fois-ci, les Lucaniens étaient de leur côté, ainsi que les Bruttiens. On ne sait pas très bien quelle fut l’attitude des Crotoniates dans cette histoire. Ils étaient bien évidemment pris entre deux feux ! Peut-être ont-ils été d’abord aux côtés des Romains mais, après la défaite de ceux-ci à Héraclée, en 280, ils ont dû rejoindre l’autre camp. En effet, l’historien byzantin Zonaras (Épitomé, 8,6) nous raconte qu’en 277 le général romain Publius Cornelius Rufinus réussit à s’emparer la ville, tenue par les partisans du roi, avec l’aide d’« amis » qu’il avait dans la place. Crotone doit avoir en tout cas considérablement souffert de ces conflits internes répétés et de ces constants changements d’alliance, lesquels se soldaient à chaque fois par une prise plus ou moins violente de la ville, des actes de pillage, des exils forcés ou des massacres de citoyens. À en croire Tite-Live (Histoire romaine, 23,30,6 et 24,3,1-2), la ville, qui, avant l’arrivée de Pyrrhus en Italie, était encore protégée par une enceinte de douze mille pas de circonférence – soit près de dix-huit kilomètres – se trouvait à moitié déserte quelque soixante-dix ans plus tard et ne comptait plus que vingt mille habitants. Elle n’est même pas mentionnée dans la liste des cités grecques qui, au cours de la première guerre entre Rome et Carthage, de 262 à 242, durent fournir des bateaux à la flotte romaine. Preuve désormais, sans doute, de sa faible capacité économique.

11Lorsqu’en 216 le général carthaginois Hannibal, qui, deux ans plus tôt, avait pénétré en Italie avec ses éléphants, écrase l’armée romaine à Cannes, en Apulie, Lucaniens et Bruttiens lui apportent aussitôt leur soutien ; du coup, par contraste, la plupart des cités grecques de la région, dont Crotone, décident de rester fidèles à Rome. Mais, devant les succès répétés d’Hannibal, nous trouvons à nouveau les habitants divisés. « Une sorte de maladie », écrit Tite-Live (Histoire romaine, 24,2,8), « s’était répandue dans toutes les cités d’Italie : le désaccord entre les classes populaires et les aristocrates. Les sénats locaux étaient favorables aux Romains ; la plèbe lorgnait du côté des Carthaginois. » Crotone n’échappe pas à ce cas de figure : un leader du parti populaire se déclare prêt à livrer la ville aux Bruttiens, qui réussissent ainsi à s’emparer des bas quartiers. Mais la citadelle, occupée par les nobles, résiste toujours aux forces désormais conjointes des envahisseurs et du petit peuple. Finalement, le général carthaginois Hannon propose un arbitrage basé sur l’incorporation d’un certain nombre d’indigènes parmi les citoyens. Crotone, bien dépeuplée, aurait tout à y gagner ! Mais il reçoit cette réponse surprenante de la part de ceux qui tiennent encore l’acropole : « Plutôt mourir que d’adopter ainsi, nous mélangeant aux Bruttiens, les coutumes, les lois et, pour finir, la langue d’une autre nation ! » Finalement, un arrangement est trouvé grâce à l’intervention des Locriens, alliés des Carthaginois mais restés autonomes. Les irréductibles aristocrates doivent abandonner la place forte et s’exiler à Locres. Crotone devient une ville mixte, gréco-bruttienne (Tite-Live, Histoire romaine, 24,2-3).

12Lorsque les Carthaginois, qui sont restés longtemps dans le Bruttium, abandonnent finalement l’Italie, Crotone ne retrouve pas sa liberté. Aux Grecs et aux Bruttiens qui la peuplaient encore viennent s’adjoindre, dès 194, des colons romains ; l’essentiel de son territoire étant alors confisqué par les conquérants. Les anciens habitants eurent-ils encore leur mot à dire dans l’administration de la cité, ou celle-ci passa-t-elle entièrement sous le contrôle des nouveaux maîtres ? Nous n’en savons rien. En tout cas, elle apparaît bien affaiblie. Une vingtaine d’années plus tard, en effet, un haut magistrat romain corrompu, Quintus Fulvius Flaccus, fit enlever toutes les tuiles de marbre du temple d’Héra Lacinia pour les réutiliser dans la couverture d’un édifice votif qu’il faisait construire à grands frais dans la capitale. Sur plainte des habitants, le Sénat l’obligea bien à ramener les tuiles à Crotone ; mais celles-ci demeurèrent entassées dans l’enceinte du sanctuaire car, si le sacrilège commis se trouvait ainsi formellement réparé, on ne parvint pas à trouver des artisans capables de les remettre en place (Tite-Live, Histoire romaine, 42,3).

  • 9  L’Année épigraphique, Paris, 1912, no 245 : « […] Lucilius Macer, fils d’Aulus, et Titus Annæus Th (...)

13Dès lors, le destin de Crotone devient pour nous plus évanescent encore. Nous savons certes qu’en Italie, à partir de 90 avant J.-C., toute la population libre obtint la citoyenneté de Rome. Ceux des Crotoniates qui n’avaient pas encore été incorporés dans la colonie romaine ont donc dû accéder dès lors à ce statut. Mais pour le reste, seuls les résultats de l’investigation archéologique peuvent nous permettre de nous faire une idée de l’histoire de la ville à l’époque romaine ; ou presque. De temps à autre, une bribe de texte nous offre quelque éclairage sur elle, de manière parfois très anecdotique. Ainsi cette inscription du Ier siècle avant J.-C. relatant la construction par deux magistrats romains locaux d’un bain public à proximité du sanctuaire d’Héra9 ; ou ce passage du romancier Pétrone (Satyricon, 116) qui décrit Crotone, « une ville très ancienne, jadis la première d’Italie », comme un lieu de perdition où tout le monde trompe tout le monde et où, « comme dans une contrée ravagée par une épidémie, il n’y a que des cadavres déchiquetés et des corbeaux qui les déchiquètent ». Mais chacun sait qu’il ne faut pas ajouter foi à ce que racontent les romanciers… Les mythes sur la fin de la Crotone antique sont-ils vraiment plus crédibles que ceux qui racontent sa fondation ?

Bibliographie

14E. M. De Juliis, Magna Grecia,L’Italia meridionale dalle origini leggendarie alla conquista romana, Bari, 1996.

G. De Sensi Sestito, M. Intrieri, « Crotone in età greca e romana », dans F. Mazza (dir.), Crotone, storia cultura economia, 2e éd., Soveria Mannelli, 2001, p. 23-90.

E. Greco, La Grande Grèce. Histoire et archéologie, traduit de l’italien par A. Schnapp, Paris, 1996 (original en italien : Archeologia della Magna Grecia, Rome/Bari, 1992).

P. G. Guzzo, I Brettii. Storia e archeologia della Calabria preromana, Milan, 1989.

K. Lomas,Rome and the Western Greeks, 350 BC – AD 200, Londres, 1993.

G. Pugliese Carratelli (dir.), I Greci in Occidente, [Milan], 1996.

G.Pugliese Carratelli (dir.), The Western Greeks : Classical Civilization in the Western Mediterranean, Londres, 1996 (traduction anglaise de l’ouvrage précédent).

Notes

1  Nobilem atque opulentam, chez Tite-Live, Histoire romaine, 24,2,7. Dans la suite de cet article, toutes les dates, sauf mention contraire, se situent avant l’ère chrétienne.

2  Ces chiffres, certainement exagérés, sont donnés par Strabon, Géographie, 6,1,10.

3  Voir notamment Polybe, Histoire, 2,39 ; Jamblique, Vie de Pythagore, § 248 ; Justin, Histoires philippiques, 20,4,14-17. En fait, ce coup d’État démocratique pourrait se situer bien plus tard, au Ve siècle.

4  Voir notamment Hérodote, L’Enquête, 5,45,1 ; Strabon, Géographie, 6,1,13 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 12,9-10.

5  Voir Polybe, Histoire, 2,39 (qui parle d’une Sybaris dont on ne sait s’il s’agit de l’ancienne cité, détruite par les Crotoniates en 511/510, ou, plus probablement, de la « Nouvelle Sybaris », reconstruite ultérieurement à quelque distance de l’ancienne sur les bords du fleuve Trionto). Jamblique, Vie de Pythagore, § 255, fait allusion à une telle fusion de cités (en grec synoikismós), qu’il semble situer avant l’arrivée de Pythagore à Crotone. Mais cet auteur est peu fiable sur le plan chronologique.

6  Pour les Lucaniens, voir notamment Strabon, Géographie, 6,1,2. La naissance du peuple des Bruttiens est racontée par le même auteur (Géographie, 6,1,4), par Diodore de Sicile(Bibliothèque historique, 16,15) et, de manière nettement plus romancée, par Justin(Histoires philippiques, 23,1,3-14).

7  Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 14,103-105 ; Tite-Live, Histoire romaine, 24,3,8.

8  En 295 : cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 21,4.

9  L’Année épigraphique, Paris, 1912, no 245 : « […] Lucilius Macer, fils d’Aulus, et Titus Annæus Thraso, fils de Sextus, les deux magistrats chargés du recensement quinquennal, ont fait construire ce bain sur décision du Sénat (local). » On notera que le second personnage mentionné porte un nom grec : Thraso. Peut-être s’agit-il d’un descendant des anciens Crotoniates incorporé dans la nouvelle cité romaine ?

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Aberson, « Crotone : le destin évanescent d’une cité célèbre », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Michel Aberson, « Crotone : le destin évanescent d’une cité célèbre », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/2962

Auteur

Michel Aberson

Université de Genève

Droits d’auteur

Tous droits réservés