Navigation – Plan du site

Présentation

Lorenz E. Baumer et Domenico Marino

Texte intégral

1Les dieux grecs n’ont, depuis l’Antiquité, rien perdu de leur pouvoir de fasciner. Ils nous font découvrir une facette du monde antique qui a laissé son reflet dans des bâtiments, simples ou magnifiques, et dans d’innombrables œuvres d’art. Qu’elles soient en marbre ou en terre cuite, en bronze ou en argent, ou même en or ou en ivoire, elles sont souvent d’une qualité exceptionnelle. Les dieux ont été représentés par des statues, sur des reliefs sculptés, sur les monnaies ou sur les vases peints.

2Mais les œuvres d’art étaient beaucoup plus que de simples illustrations et les dieux beaucoup plus que des manifestations de la pensée religieuse ou des personnifications abstraites : les rites qui leur étaient destinés faisaient partie de la vie de la cité, non seulement pendant les grands jours de fête, mais encore dans la vie quotidienne. Des sanctuaires, monumentaux ou modestes, se trouvaient dans la zone urbaine aussi bien que dans les régions éloignées où ils marquaient notamment les limites du territoire de la cité. Les dieux et leurs sanctuaires étaient, en particulier dans la culture grecque, un élément central et formateur de la vie privée, sociale et politique. Ainsi, chaque cité grecque avait son propre caractère religieux, son propre panthéon.

3Les sources littéraires nous parlent souvent de la grandeur des cités antiques et de l’importance de leurs sanctuaires. C’est aussi le cas de l’antique Crotone, une des plus importantes villes de la Grande Grèce, en particulier aux VIe et Ve siècle avant J.-C. Crotone a hébergé de grands personnages comme le philosophe Pythagore et son école, ou le célèbre général Milon, pour ne mentionner que les deux plus éminents. De Crotone venaient les meilleurs athlètes et les plus belles filles, comme on l’assurait jusqu’en Grèce. Le sanctuaire d’Héra Lacinia sur le Capo Colonna était un centre religieux dont le rayonnement dépassait de beaucoup les frontières de la cité.

4Aujourd’hui, cette grandeur de Crotone s’est largement estompée, et la ville antique est presque entièrement recouverte par la ville moderne. Les sanctuaires ont disparu, enfouis sous terre, à l’exception de l’unique colonne qui reste encore du temple d’Héra Lacinia et qui a donné son nom au cap qu’elle marque de son empreinte depuis l’Antiquité (Capo Colonna). Crotone antique semble dormir, dans un paysage qui n’a rien perdu de sa beauté, adossé à la mer Ionienne, avec ses grandes plaines entourées de collines et de magnifiques montagnes.

5Le temple de Capo Colonna n’était pas le seul sanctuaire de la cité de Crotone, comme nous le révèlent les textes littéraires. Les pelles des archéologues en ont découvert d’autres, comme celui d’Apollon Alaios situé de l’autre côté du territoire crotoniate. Et on peut s’attendre à ce que d’autres s’y cachent encore.

6Assez souvent, à l’occasion de travaux d’aménagement ou de construction, on dégage dans la Crotone moderne quelques vestiges antiques, restes d’habitat, de monuments publics ou de sanctuaires. Ce sont moins les murs qui impressionnent l’œil du spectateur que les œuvres d’art que l’on y trouve. Pour autant que l’on relève soigneusement tous les indices, les vestiges archéologiques permettent de reconstituer ce que le sol de Crotone n’a à ce jour que très partiellement livré : ils nous parlent des dieux. Et ils nous en parlent avec une beauté et dans une qualité assez souvent exceptionnelle, qu’il s’agisse d’un relief en marbre dédié à Héra, qui est unique, d’une petite tête sculptée d’Apollon ou du fragment d’un acrolithe, seul vestige d’une statue de culte d’Athéna autrement perdue.

7L’exposition et cette petite publication qui l’accompagne invitent donc les visiteurs et les lecteurs à partir pour un voyage de découverte : découverte d’une cité oubliée et de ses dieux, à travers les vestiges archéologiques, en particulier dans la zone urbaine. Ce sont les œuvres qui nous parlent de ces dieux qui sont le cœur de cette exposition, les sculptures de grand format, les reliefs ou les statuettes en bronze, mais aussi les petits objets d’usage quotidien comme les tuiles estampillées ou les monnaies qui portent les images ou les symboles d’Apollon, d’Héraclès, d’Héra ou d’Athéna.

8Pour raconter l’histoire des sanctuaires et cultes de Crotone, nous avons choisi la photographie. Ainsi au talent de l’artisan qui a créé les objets antiques s’allie la sensibilité du photographe qui sait, par sa maîtrise de la lumière et de l’ombre, souligner la beauté et rendre visibles les détails de chaque œuvre, qui risqueraient autrement d’échapper au regard du spectateur. Chaque image est le résultat d’une intense collaboration entre le photographe et l’archéologue. Elle est en même temps une œuvre d’art photographique qui permet littéralement de voir les objets antiques sous une nouvelle lumière.

Pour citer cet article

Référence papier

Lorenz E. Baumer et Domenico Marino, « Présentation », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Lorenz E. Baumer et Domenico Marino, « Présentation », in Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino (dir.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/2961

Auteurs

Lorenz E. Baumer

Professeur ordinaire d’archéologie classique, département des Sciences de l’Antiquité, université de Genève

Articles du même auteur

Domenico Marino

Archéologue Directeur de l'Office territorial de Crotone et Sila, Surintendance pour le patrimoine archéologique de la Calabre

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés