Navigation – Plan du site
Chroniques de l'éphémère - Dominique Morelon (dir.)

Préambule

Antoinette Le Normand-Romain

Texte intégral

1Estampes, photographies, manuscrits, livres d’architecture et d’ornements…, les richesses de la collection Doucet sont nombreuses, et encore insuffisamment connues. Aussi bien permettent-elles de belles découvertes aux chercheurs appelés à étudier ses fonds. S’étant vu confier la gestion de la Bibliothèque d’art et d’archéologie en 2003, l’INHA conserve, traite et développe ses collections en restant fidèle aux grands axes définis par Doucet. Dans le souci d’aider les chercheurs (ceux qu’il appelait les « travailleurs », par opposition aux amateurs), celui-ci avait conçu sa bibliothèque comme un lieu offrant toutes les ressources d’un véritable centre de recherche : il convient de se souvenir qu’on lui doit aussi ce très remarquable instrument de travail qu’est le Répertoire d’art et d’archéologie.

2L’un des fleurons de la Bibliothèque de l’INHA est sa collection de livres de fête ; ces précieux témoignages d’événements tels la pompe funèbre de Charles Quint (1558), Les Plaisirs de l’Île enchantée (1664) ou le Carrousel des Galans Maures (1685), ont marqué leurs spectateurs, tout comme nos contemporains l’ont été par le défilé du 14 juillet 1989 sur les Champs-Élysées, les ouvertures des Jeux olympiques ou l’investiture du président Obama. Mais si la presse et la télévision permettent de multiplier à l’infini le nombre des spectateurs, et de constituer des « archives », il est à craindre que la qualité de la transmission soit souvent médiocre par rapport à celle de ces livres de fête étonnamment luxueux.

3Sollicitant l’ensemble des arts, la fête est susceptible d’être analysée en termes non seulement artistiques, mais aussi politiques, religieux, sociaux, économiques…, et son étude, essentiellement multidisciplinaire donc, doit aussi intégrer l’histoire du livre. Conscient de ses responsabilités vis-à-vis de ce fonds à tous égards exceptionnel, l’INHA a décidé de cataloguer les quelque douze cents ouvrages, échelonnés du xve au xixe siècle, qui le constituent, et d’en faire une base de données. La présente exposition prolonge et illustre ce travail, même si l’on peut regretter que l’exiguïté de la salle Roberto Longhi ne permette de montrer qu’un nombre très réduit de ces livres de fête.

4Mais les curieux et les savants pourront se reporter à la base de données. Réalisée par de jeunes chercheurs encadrés par les conservateurs de la Bibliothèque et par un conseiller scientifique, bientôt accessible grâce au portail AGORHA, cette base constituera un outil essentiel tant pour les historiens que pour les historiens de l’art ou de la littérature, les sociologues, les anthropologues, etc. Avant même sa mise en ligne, elle a nécessité de nombreux contacts avec des chercheurs qui ont fait bénéficier l’INHA de leur savoir – dont certains, et je les en remercie, ont accepté d’écrire dans ce catalogue. Cette exposition et la création de la base de données s’inscrivent dans le cadre d’une large opération de valorisation du fonds des livres de fête commencée avec la publication de l’un des chefs-d’œuvre qui s’y trouvent, le Ballet des singes et des autruches, présenté par Philippe Beaussant (Gallimard/Le Promeneur-INHA, 2009).

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Le Normand-Romain, « Préambule », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Antoinette Le Normand-Romain, « Préambule », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://inha.revues.org/2854

Auteur

Antoinette Le Normand-Romain

Directeur général de l’INHA

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés