Navigation – Plan du site
Chroniques de l'éphémère - Dominique Morelon (dir.)

La collection de livres de fête de la Bibliothèque de l’INHA

Fanny Lambert

Texte intégral

  • 1  Voir les premiers registres d’inventaire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
  • 2  Les ouvrages de la collection Rondel, concernant le théâtre et les fêtes, sont conservés à la Bibl (...)

1Entre 1909 et 1917, Jacques Doucet acquiert en nombre des livres anciens destinés à servir de sources pour l’histoire de l’art, tant au niveau des contenus que de l’iconographie. Parmi ceux-ci, les livres de fête constituent une documentation importante pour l’étude des arts éphémères, des arts du spectacle ainsi que de l’illustration dans le livre ancien. Doucet les achète chez des libraires ou lors de ventes aux enchères. Son fournisseur principal est Georges Hermal, chez qui il acquiert près des trois quarts de la collection1. Amateur de beaux livres, il court également les ventes de bibliothèques particulières, à la recherche de volumes bibliophiliques particulièrement rares : en 1914, il achète une partie des livres de la collection Foulc, parmi lesquels des livres de fête. De même, il se porte acquéreur de volumes provenant de la bibliothèque du dramaturge Victorien Sardou. La collection particulière que réunit alors Jacques Doucet est l’une des plus belles de l’époque, rivalisant presque avec celle de son contemporain Auguste Rondel2. C’est à cette période que se constitue le noyau de la collection : après la donation de la Bibliothèque d’art et d’archéologie au rectorat des universités de Paris, les acquisitions de livres de fête connaissent une diminution sensible. Les acquisitions actuelles ont vocation à compléter la collection par des titres absents des collections publiques françaises.

1. Spada, Balletti d’invenzione nella Finta Pazza, 1645. Page de titre.

1. Spada, Balletti d’invenzione nella Finta Pazza, 1645. Page de titre.

Voir cat. 11.

Chronologie, géographie et typologie de la collection

  • 3  Répartition chronologique : 1 livre du xve siècle, 99 livres du xvie siècle, 422 livres du xviie s (...)

2La collection comprend aujourd’hui quelque 1200 volumes, du xve au xixe siècle. Si elle couvre une période allant de l’incunable à la IIIe République – dessinant en filigrane l’histoire de l’illustration du livre, de la gravure sur bois aux procédés d’impression photomécanique –, elle est composée en majorité de livres à estampes des xviie et xviiie siècles3.

3Les livres de fête, publications à vocation politique et commémorative, connaissent un rayonnement particulier dans l’Europe monarchique de l’époque moderne : les sphères géographiques représentées dans la collection sont le reflet du paysage éditorial de l’époque dans le domaine de la fête.

  • 4  Une répartition purement géographique de la collection reste difficile : en effet, certaines ville (...)
  • 5  Les fêtes organisées par Buontalenti contribuent à fixer le genre ; à ce titre, le mariage de Fran (...)
  • 6  Les fêtes révolutionnaires, phénomène à part de l’histoire de la fête, sont illustrées par quelque (...)

4On y distingue ainsi quatre zones géographiques principales, ayant toutes leurs spécificités tant dans l’organisation de la fête que dans son mode de représentation4. L’aire d’influence italienne est la plus largement couverte : elle représente presque un tiers de la collection. Les fêtes romaines y tiennent une large place, des élections pontificales aux somptueuses pompes funèbres célébrées à l’occasion de la mort de princes étrangers. De même, les publications florentines sont très largement représentées, car le faste de la cour des Médicis aux xvie et xviie siècles, l’importance du groupe d’artistes entretenus aux Offices, font des cérémonies un modèle du genre, et la mise en livre participe de leur diffusion5. Les livres français sont presque aussi nombreux dans la collection. La fête parisienne y occupe une place primordiale, représentant à elle seule la moitié des ouvrages de cette aire. Si les classiques des fêtes françaises sont présents en nombre, on trouve également de petites pièces et livrets beaucoup moins répandus dans les collections publiques6, qui participent de la valeur intrinsèque de la collection.

5La part réservée aux états allemands est importante : dans cette aire géographique morcelée en petites principautés, la collection propose l’illustration des fêtes de presque tous ces états par au moins un titre. L’abondance de livres de pompes funèbres allemands est particulièrement remarquable.

6Enfin, les territoires sous influence habsbourgeoise sont également représentés, de l’Espagne proprement dite aux Pays-Bas espagnols, en passant par Vienne, capitale de l’empire des Habsbourg, et le royaume des Deux-Siciles.

  • 7  Borlach, Johann Gottfried, Salisfodinae Cracovienses Regis Poloniarum Augusti III. pii magnanimi p (...)

7Les productions des autres pays – Angleterre, pays scandinaves, Europe de l’Est – sont minoritaires. Les quelques unités du fonds permettent, sans en avoir une vue complète, d’avoir un échantillon de ces publications, parfois fort rares : la collection renferme par exemple un livre illustrant une fête polonaise donnée pour le mariage du prince électeur Frédéric Auguste de Saxe avec Marie-Josèphe d’Autriche dans les mines de sel de Cracovie7. Le caractère inhabituel du lieu souligne l’extravagance des décors éphémères créés pour l’occasion.

8De la même façon que la collection offre une grande diversité géographique, elle couvre tous les types de fêtes et de représentations auxquelles elles donnent lieu : naissances, mariages, obsèques, sacres ou couronnements, mais également fêtes populaires. Si ces derniers livres ne sont que peu nombreux dans la collection, ils offrent un regard sur des cérémonies et un art bien différents de ceux dont témoignent les livres de fêtes princières. Cocagnes et carnavals, « Porchetta » de Bologne, fêtes de la Sainte-Rosalie à Palerme, donnent lieu à des cortèges et des réjouissances qui, s’ils n’égalent pas la pompe et le faste qui se déploient à la cour, n’en sont pas moins spectaculaires.

  • 8  Sur les pompes funèbres, voir Georges Fréchet, « Formes et fonctions des livres de pompes funèbres (...)
  • 9  Zidzislaw Biniecki en fait l’étude pour la composition des arcs de triomphe dans « Quelques remarq (...)

9Dans le domaine des fêtes de cour, les livres d’obsèques sont les plus nombreux : oraisons et pompes funèbres représentent environ un quart de la collection. Leur grande variété permet de mettre en avant les différents modes de représentation de l’apparato, des catafalques ou des cortèges funéraires8. Les entrées sont également nombreuses, qu’elles soient faites à l’occasion d’un mariage, d’une victoire ou pour montrer la puissance du souverain sur sa ville. Pour l’occasion sont mises en place des architectures éphémères, arcs triomphaux, obélisques, fontaines ; la mise en livre de ces fêtes est alors le seul témoignage à la postérité de la magnificence de ces constructions. Il est d’autant plus important que la fête, de par son côté éphémère, joue le rôle de laboratoire expérimental pour les arts. La complexité de l’iconographie, des architectures, des mises en scène, laisse une grande place à la fantaisie et à l’imagination des artistes9. Illustrant tous les arts mêlés à la fête, la collection Doucet apparaît ainsi comme un outil précieux pour retracer l’évolution des arts à l’époque moderne.

Une œuvre de bibliophile

  • 10  Claude-François Ménestrier, Des décorations funèbres. Où il est amplement traité des tentures, des (...)

10Au-delà de la volonté de Doucet de rassembler des sources pour l’histoire de l’art, se dégage de la collection qu’il entreprit de réunir sa personnalité de bibliophile. Il s’attacha en effet à acquérir des exemplaires remarquables. Outre les beaux livres – reliures aux armes, planches de qualité, exemplaires rehaussés de couleurs, la provenance de certains volumes leur adjoint une valeur supplémentaire : volumes ayant appartenu aux acteurs de la fête, tels quelques volumes reliés aux armes de l’artificier Claude Ruggieri, ou un traité de fête ayant appartenu à son illustrateur, le peintre Paul Sevin10 (cat. 9) – on trouve également des ouvrages ornés d’ex-libris ou aux reliures frappées d’armes royales ou princières. Les Balletti d’invenzione nella Finta Pazza (cat. 11) en sont un bel exemple : dédicacé à Anne d’Autriche de la main de l’auteur, relié dans un maroquin au monogramme de la reine, cet exemplaire est réputé avoir été mis en couleurs par Louis XIV lui-même. Si cette affirmation, qui se trouve dans le catalogue de la vente Destailleur, ne peut être prouvée avec certitude, il est indéniable que l’ouvrage appartint aux collections de la famille royale.

  • 11  La magnifique et sumtueuse pompe funebre faite en la ville de Bruxelles, le xxix. jour du mois de (...)

11Parmi les livres de fête rehaussés de couleurs, la Bibliothèque possède l’un des rares exemplaires coloriés dans l’atelier de l’imprimeur Plantin, de la pompe funèbre de Charles Quint célébrée à Bruxelles en 155811. Mais le recueil le plus précieux est sans doute celui du Carrousel des Galans Maures de Grenade (cat. 15). Ses gravures au trait rehaussées d’aquarelle ont été exécutées d’après des dessins de Jean Berain, dessinateur de la Chambre du roi (fig. 2). Cet exemplaire appartenait à la collection d’ouvrages de théâtre et de fête de Victorien Sardou ; provenant aussi du dramaturge, la collection Doucet conserve un recueil de costumes de ballets de Lully et des planches de Mérian représentant des feux d’artifice tirés à Paris en 1613 (cat. 29 et 30).

2. J. Berain, « Costume de cavalière pour le Carrousel de Versailles de 1686 ». Planche extraite de Carrousel des Galans Maures de Grenade, entrepris par Monseigneur le Dauphin, à Versailles, 1685.

2. J. Berain, « Costume de cavalière pour le Carrousel de Versailles de 1686 ». Planche extraite de Carrousel des Galans Maures de Grenade, entrepris par Monseigneur le Dauphin, à Versailles, 1685.

Voir cat. 15.

12La rareté des exemplaires collectionnés par Jacques Doucet ne se traduit pas uniquement par le caractère spectaculaire de ces précieux ouvrages : des volumes d’apparence plus modeste se révèlent tout aussi uniques. Un petit recueil de trois programmes de fêtes données à l’occasion du mariage de Madame Louise Élisabeth et de l’infant Dom Philippe en 1739 est enrichi de notes manuscrites de son possesseur (fig. 3) : il y donne des précisions sur le déroulement de la fête, notant les inexactitudes par rapport au programme originel, et ne se prive pas d’émettre un jugement sur les représentations dont il fut spectateur (cat. 8).

3. Description de la feste donnée à Versailles, à l’occasion du mariage de Madame Louise-Elizabeth, fille aînée du Roy, avec dom Philippes infant d’Espagne, 1739. Incipit.

3. Description de la feste donnée à Versailles, à l’occasion du mariage de Madame Louise-Elizabeth, fille aînée du Roy, avec dom Philippes infant d’Espagne, 1739. Incipit.

Voir cat. 8.

13Qu’ils soient richement reliés, coloriés ou annotés, ces exemplaires uniques donnent une autre dimension à la collection Jacques Doucet. Au-delà de sa valeur scientifique, au carrefour de toutes les disciplines de l’histoire culturelle, le caractère de Jacques Doucet, collectionneur de longue date, en fait également un monument de bibliophilie du début du xxe siècle. Il exprime dans ses choix d’acheteur avisé, à la fois curieux et savant, l’acuité et l’indépendance d’un amateur passionné.

Notes

1  Voir les premiers registres d’inventaire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

2  Les ouvrages de la collection Rondel, concernant le théâtre et les fêtes, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle.

3  Répartition chronologique : 1 livre du xve siècle, 99 livres du xvie siècle, 422 livres du xviie siècle, 469 livres du xviiie siècle, 257 livres du xixe siècle.

4  Une répartition purement géographique de la collection reste difficile : en effet, certaines villes entrent dans plusieurs sphères d’influence. C’est le cas de Naples, sous domination politique habsbourgeoise, mais géographiquement plus proche des états italiens ; on y remarque des influences mêlées de ces deux aires géographiques. Il en va de même pour des villes comme Nancy, Avignon ou Milan. Des études sur les influences qui nourrissent ces publications restent à faire.

5  Les fêtes organisées par Buontalenti contribuent à fixer le genre ; à ce titre, le mariage de François Ier de Médicis et de Bianca Cappello en 1579 est un modèle très largement connu par sa mise en gravure par Accursio Baldi et Bastiano Marsili. Voir Leo Schrade, « Les fêtes du mariage de Francesco dei Medici et de Bianca Cappello », dans Les fêtes de la Renaissance, I, Paris, éditions du CNRS, 1956, p.107-132.

6  Les fêtes révolutionnaires, phénomène à part de l’histoire de la fête, sont illustrées par quelques opuscules assez peu répandus dans les collections publiques.

7  Borlach, Johann Gottfried, Salisfodinae Cracovienses Regis Poloniarum Augusti III. pii magnanimi pacifici p.P. admirabili Providentia in tractu Vielicensi restauratae, [s. l., s. n.], 1760. Bibliothèque de l’INHA, Pl Est 63.

8  Sur les pompes funèbres, voir Georges Fréchet, « Formes et fonctions des livres de pompes funèbres », dans Les funérailles à la Renaissance, Genève, Droz, 2002.

9  Zidzislaw Biniecki en fait l’étude pour la composition des arcs de triomphe dans « Quelques remarques sur la composition architecturale des arcs de triomphe à la Renaissance », dans Les fêtes de la Renaissance, III, Paris, éditions du CNRS, p.201-210. Les mêmes remarques sont faites pour la composition des feux d’artifice dans Werner Oechslin, Anja Buschow, Architectures de fête. L’architecte comme metteur en scène, Liège, Mardaga, 1987.

10  Claude-François Ménestrier, Des décorations funèbres. Où il est amplement traité des tentures, des lumières…, Paris, chez Robert J. B. de La Caille, 1684.

11  La magnifique et sumtueuse pompe funebre faite en la ville de Bruxelles, le xxix. jour du mois de decembre, MDLVIII. aux obseques de l’empereur Charles V. de tresdigne memoire : icy representee par ordre, et figures, selon les mysteres d’icelle, Anvers, Christophe Plantin, 1559. Bibliothèque de l’INHA, 4 Est 252.

Table des illustrations

Titre 1. Spada, Balletti d’invenzione nella Finta Pazza, 1645. Page de titre.
Crédits Voir cat. 11.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 2. J. Berain, « Costume de cavalière pour le Carrousel de Versailles de 1686 ». Planche extraite de Carrousel des Galans Maures de Grenade, entrepris par Monseigneur le Dauphin, à Versailles, 1685.
Crédits Voir cat. 15.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 3. Description de la feste donnée à Versailles, à l’occasion du mariage de Madame Louise-Elizabeth, fille aînée du Roy, avec dom Philippes infant d’Espagne, 1739. Incipit.
Crédits Voir cat. 8.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Lambert, « La collection de livres de fête de la Bibliothèque de l’INHA », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Fanny Lambert, « La collection de livres de fête de la Bibliothèque de l’INHA », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/2844

Auteur

Fanny Lambert

Conservateur des bibliothèques, INHA

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés