Navigation – Plan du site
Chroniques de l'éphémère - Dominique Morelon (dir.)

De Paris à Versailles : les grandes fêtes et les cérémonies de la ville et de la cour aux xviie et xviiie siècles

Jérôme de La Gorce

Texte intégral

1Grâce à la remarquable collection de livres illustrés léguée en 1917 par Jacques Doucet à l’Université de la Sorbonne, la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art peut aujourd’hui exposer les ouvrages les plus représentatifs des grandes fêtes et cérémonies organisées à Paris et à la cour aux xviie et xviiie siècles.

2Durant cette période prospère et malgré l’exceptionnel rayonnement dont bénéficia Versailles dès le début du règne personnel de Louis XIV, la principale ville du royaume continua d’exercer en ce domaine un rôle considérable. La presque totalité des artistes sollicités pour les manifestations les plus prestigieuses y demeurait et, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Paris conserva un indéniable attrait auprès de ces créateurs, notamment auprès des Italiens spécialisés dans la Quadrattura et les décors éphémères, désireux de poursuivre leur carrière en France (fig.1).

1. Charles-Nicolas Cochin fils, « Veue perspective de la décoration élevée sur la terrasse du château de Versailles pour l’illumination et le feu d’artifice qui a été tiré à l’occasion du mariage de Madame Louise Elisabeth de France avec Don Philippe second Infant d’Espagne le 26 aoust 1739 ». Planche extraite de Recueil des festes feux d’artifice et pompes funèbres, ordonnées pour le Roi par Messieurs les premiers gentilhommes de sa Chambre. Conduites par Messieurs les Intendant et contrôleurs généraux de l’Argenterie, Menus Plaisirs et Affaires de la Chambre de Sa Majesté, Paris, de l’imprimerie de Ballard, 1756.

1. Charles-Nicolas Cochin fils, « Veue perspective de la décoration élevée sur la terrasse du château de Versailles pour l’illumination et le feu d’artifice qui a été tiré à l’occasion du mariage de Madame Louise Elisabeth de France avec Don Philippe second Infant d’Espagne le 26 aoust 1739 ». Planche extraite de Recueil des festes feux d’artifice et pompes funèbres, ordonnées pour le Roi par Messieurs les premiers gentilhommes de sa Chambre. Conduites par Messieurs les Intendant et contrôleurs généraux de l’Argenterie, Menus Plaisirs et Affaires de la Chambre de Sa Majesté, Paris, de l’imprimerie de Ballard, 1756.

Voir cat. 7.

  • 1  Lettre du nonce apostolique, adressée, le 12 avril 1612, au cardinal Borghèse, Rome, Archives secr (...)
  • 2  D’après les recherches de Sara Mamone, Paris et Florence, deux capitales du spectacle pour une rei (...)
  • 3  Lettre de l’ambassadeur vénitien Giustinian du 17 avril 1612, Paris, Bibliothèque nationale de Fra (...)
  • 4  Charles Perrault, Courses de testes et de bague, faites par le Roy et par les princes et seigneurs (...)

3Depuis plusieurs siècles, la vieille cité abritait en outre une église métropolitaine, la cathédrale Notre-Dame, où étaient organisées de grandes cérémonies, comme non loin de là, à Saint-Denis, dans la nécropole royale. En dépit de l’étroitesse des rues lui conférant à bien des égards un aspect médiéval, elle offrait également des perspectives et des espaces qui se prêtaient au déploiement de réjouissances impressionnantes. Dès 1612, on utilisa la place royale (actuelle place des Vosges), qu’on venait d’achever, pour y donner le magnifique carrousel destiné à célébrer les futurs mariages des enfants de la régente Marie de Médicis, Louis XIII et Élisabeth de France, avec la Maison d’Espagne. Considérée comme « le spectacle le plus riche et le plus noble qui se soit vu depuis longtemps en Europe »1, cette fête agrémentée de décors et de nombreux chars d’inspiration italienne2 aurait attiré pendant les trois jours de sa durée, les 5, 6 et 7 avril, pas moins de soixante-dix mille personnes3. Quand on voulut, cinquante ans plus tard, préparer à Paris un nouveau divertissement équestre, auquel participerait cette fois Louis XIV, ce lieu fut cependant jugé « trop petit et trop resserré »4 et l’on opta pour le « jardin de Mademoiselle » entre le Louvre et les Tuileries qu’on appelait déjà « la place du Carrousel ». Ce choix était également justifié par la proximité du manège du roi, où le jeune souverain pouvait s’exercer tous les jours pour la compétition prévue les 5 et 6 juin 1662. Comme en 1612, les bâtiments construits tout autour permettraient de voir les courses des fenêtres, mais afin d’accueillir un public plus nombreux, un amphithéâtre de menuiserie d’une capacité de quinze mille spectateurs fut dressé devant la lice où les cavaliers rivaliseraient d’adresse. Vêtu d’un costume d’empereur romain couvert de diamants feints, le monarque, qui prit à cette occasion le soleil pour emblème, allait ainsi paraître aux yeux de ses sujets en donnant l’impression de rayonner au milieu des grands seigneurs et de leur suite, chargés d’incarner dans des quadrilles plusieurs parties du monde.

  • 5  Mercure de France, septembre 1739, p. 2270.

4Déjà, le 26 août 1660, lors de son entrée solennelle dans la capitale, accompagné de l’infante Marie-Thérèse qu’il venait d’épouser, il avait pu affirmer son autorité en défilant à travers les rues, depuis le Faubourg Saint-Antoine jusqu’à la place Dauphine, en passant devant le cimetière Saint-Jean, au carrefour Saint-Gervais, puis par le pont Notre-Dame et le marché neuf sur l’île de la Cité, du côté de la rive gauche. Comme le cortège devait se terminer au Louvre, la nouvelle reine de France en voiture découverte aurait eu également la possibilité d’admirer le merveilleux paysage dont on jouit encore aujourd’hui du Pont-Neuf. Cet emplacement privilégié fut souvent choisi pour les grandes fêtes au xviiie siècle, notamment lors de celle de 1739, où le « point de vue » qu’il procure sur la Seine était alors considéré comme « incomparable » et l’un « des plus surprenants du monde »5.

  • 6  D’après Théodore Godefroy, Le Cérémonial françois, Paris, 1649, t. II, p. 61.

5Contrairement aux prestigieux carrousels de 1612 et de 1662, en partie financés par les participants tenus de fournir leurs riches habits, leurs montures et même, lors du premier d’entre eux, les chars où ils devaient paraître6, l’entrée du roi et de la reine en 1660, comme bien d’autres réjouissances offertes à la population sous l’Ancien Régime, était entièrement à la charge de la ville de Paris. Bien qu’étant lié au pouvoir monarchique, le bureau qui administrait la cité jouissait d’une certaine liberté pour l’organisation des fêtes. Quand le souverain envoyait au prévôt des marchands l’ordre de célébrer la naissance d’un nouvel héritier du trône, un mariage princier aux enjeux importants, la proclamation de victoires ou de la paix en faveur de la France, il revenait à ce représentant de réunir à l’Hôtel de ville les échevins et le procureur du roi afin de préparer les divertissements publics. Si certaines décisions concernant les feux de joie, les illuminations de maisons, la distribution gratuite de pain et de vin ou les Te Deum qu’il convenait de faire chanter dans les églises, étaient courantes, d’autres réclamaient en revanche des manifestations plus ambitieuses, susceptibles d’entraîner des dépenses exceptionnelles.

  • 7  Signalés dès le fameux ouvrage de Victor-Lucien Tapié (Baroque et classicisme, Paris, Plon, 1957, (...)

6En assurant l’ensemble des frais, mais aussi le détail des préparatifs, le bureau municipal ne se privait pas d’intervenir dans le choix des artistes. Les marchés, passés par devant notaires pour les arcs de triomphe variés qui jalonnaient le parcours de l’entrée solennelle de 1660, sont à cet égard révélateurs7. À une époque où les sentiments hostiles aux Italiens n’ont pas encore disparu de la capitale, tous les peintres désignés pour concevoir ces constructions éphémères étaient français et demeuraient à Paris, agissant sous le contrôle d’un architecte, le « sieur Noblet, maître des œuvres de la ville ». Certains d’entre eux, Le Brun, Charles et Henry Beaubrun, exerçaient déjà leur activité à l’Académie de peinture et Michel Dorigny allait y entrer l’année suivante. Qualifié de « premier peintre du roi », Charles Le Brun devait être confirmé dans ces fonctions, quatre ans plus tard. En 1660, pour la fête organisée en l’honneur de Louis XIV et de son épouse, il faisait réaliser son projet par Charles Poerson, « recteur de l’Académie de peinture », et Daniel Hallé, « maître peintre à Paris », tous deux capables de créer des effets de trompe-l’œil raffinés, comme l’est l’imitation d’une tapisserie. Parmi ceux qui délivraient un dessin « paraphé ne varietur », Pierre Melin, « peintre ordinaire du roi et de messieurs du Parlement », se distingua également par la représentation du Parnasse (fig. 2) : il recourut à des « arbres, lauriers et autres feuillages convenables et véritables, soit de branches ou tiges entières » pour en couvrir la montagne et usa de plâtre, de toile et de gazes d’or et d’argent pour les figures en relief d’Apollon et des Muses. Des sculpteurs furent enfin requis, notamment pour des trophées en « pierre de Troussy et de Saint-Leu » destinés à garnir la porte Saint-Antoine. Les noms de deux d’entre eux retiennent l’attention : Jean- Baptiste Tuby et Thomas Regnaudin, appelés l’un et l’autre à exercer leurs talents à Versailles.

2. J. Lepautre, d’après P. Melin, « Arc de triomphe représentant le mont Parnasse ». Planche extraite de L’Entrée triomphante de Leurs Majestez…, 1662.

2. J. Lepautre, d’après P. Melin, « Arc de triomphe représentant le mont Parnasse ». Planche extraite de L’Entrée triomphante de Leurs Majestez…, 1662.

Voir cat. 4.

  • 8  Sur cet artiste, voir notre monographie : Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV, Par (...)

7Quelques années plus tard, les 7, 8 et 9 mai 1664, Les Plaisirs de l’Île enchantée inauguraient les grandes fêtes données dans cette résidence royale. Tout en consacrant les débuts de la fructueuse collaboration entre Molière et Lully, ces divertissements devaient également leur succès au décorateur italien Carlo Vigarani8 et, pour une large part, au lieu où ils étaient organisés pendant la belle saison, les jardins, aux transformations desquels Louis XIV accordait le plus grand intérêt. Les réjouissances les plus prestigieuses de Versailles bénéficièrent durant son règne de ces conditions particulières, bien différentes de celles de la ville : après avoir tiré parti de l’Allée royale, axe principal du parc, pour mettre en scène Les Plaisirs de l’Île enchantée, on se servit le plus possible, à la demande du souverain, des dernières installations hydrauliques afin d’émerveiller, le temps d’une nuit d’été, les 18 et 19 juillet 1668, des invités de plus en plus nombreux. Enfin, l’aménagement du Grand canal permit d’utiliser au mois d’août 1674 ce vaste plan d’eau pour le somptueux feu d’artifice et les illuminations magiques, destinés à célébrer avec éclat la conquête de la Franche-Comté.

8À la cour, l’organisation et le financement de ces instants féeriques revenaient d’ordinaire aux Menus Plaisirs. Placé sous la responsabilité des Premiers gentilshommes de la Chambre de Sa Majesté, soucieux de répondre aux désirs de leur maître, ce département de la Maison du roi se chargeait, à côté des affaires personnelles du souverain et de sa famille, des spectacles, des fêtes et des grandes cérémonies religieuses. Dès leur apparition en France, les impressionnantes pompes funèbres inspirées de celles d’Italie durent leur existence, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, à cette administration efficace, qui faisait appel pour leur conception et leur réalisation aux mêmes décorateurs et artisans qu’elle sollicitait par ailleurs pour des manifestations profanes.

9À Versailles, les prestigieuses réjouissances données dans les jardins ne bénéficièrent pas seulement des Menus Plaisirs. Les Bâtiments du roi, occupés déjà par l’aménagement du parc, leur apportèrent aussi un soutien important. Ils assuraient une partie des dépenses et veillaient en particulier à la construction des édifices provisoires, aux illuminations, aux feux d’artifice et c’est probablement grâce à leur directeur, Colbert, qu’en 1668 le merveilleux mobilier d’argent fut exhibé pour décorer la salle éphémère du festin et qu’on fit appel successivement, pour les deux dernières grandes fêtes, à l’architecte du château, Le Vau, et au premier peintre, Le Brun.

  • 9  Nouvelles extraordinaires de divers endroits du 14 juin 1685.
  • 10  Marquis de Sourches, Mémoires sur le règne de Louis XIV, Paris, Hachette, 1882, t. 1, p. 249.
  • 11  La vie et l’œuvre de cet artiste ont été étudiés dans les ouvrages suivants : Roger-Armand Weigert (...)

10Les fastes de la cour, auxquels étaient conviés de nombreux Parisiens, furent cependant de courte durée. Après 1674, il fallut attendre 1685 et l’année suivante pour assister à des divertissements capables de susciter à Versailles un aussi grand intérêt. Ce fut à l’occasion des deux carrousels organisés en l’honneur du Dauphin derrière la Grande Écurie, puis dans la cour de ce dernier bâtiment, dépavée pour la circonstance afin d’empêcher les chevaux de glisser pendant les courses. Le premier, celui des Galants Maures, attira tant de monde que « les trois quarts des carrosses de Paris » s’y seraient rendus, laissant ainsi la ville « presque déserte »9. D’après le marquis de Sourches, il coûta plus de 100 000 livres à la Couronne et « deux fois autant » aux grands seigneurs appelés à participer aux jeux10. Le second spectacle équestre, Alexandre et Thalestris, permit aux dames de la cour de les accompagner à cheval dans la lice et de faire admirer leurs parures variées, imaginées, comme celles des cavaliers, par le dessinateur de la chambre et du cabinet du roi : Jean Berain11 (fig. 3).

3. J. Berain, « Costume de cavalier ». Planche extraite de Carrousel des Galants Maures, 1685.

3. J. Berain, « Costume de cavalier ». Planche extraite de Carrousel des Galants Maures, 1685.

Voir cat. 15.

  • 12  Dessin reproduit et commenté par Jérôme de La Gorce dans le catalogue de l’exposition, Louis XIV, (...)

11Cet artiste des Menus Plaisirs, qui jouissait à Paris d’un logement au Louvre, s’était déjà distingué en 1682 aux côtés du sculpteur Girardon par d’étonnantes illuminations de la « Galerie du bord de l’eau », créées pour célébrer la naissance du duc de Bourgogne. La réussite de cette féerie, financée par les heureux locataires de cet endroit privilégié, l’incita probablement à continuer d’exercer ses talents à la ville. Après avoir donné, à la demande de l’envoyé du roi d’Angleterre, Bevil Skelton, le dessin de la décoration du feu d’artifice tiré en 1688 en face de son domicile, quai de Conti, lors de la venue au monde du prince de Galles, il devait en fournir un autre pour le Temple de l’Honneur, destiné à servir au divertissement pyrotechnique monté, le 14 juillet 1689, devant l’Hôtel de ville, à l’occasion de l’inauguration de la statue en bronze de Louis XIV par Antoine Coysevox. Cette architecture éphémère, commandée par le prévôt des marchands, est aujourd’hui surtout connue par l’estampe de Pierre Lepautre et une description détaillée du Père Ménestrier (fig. 4). Comme pour celle qu’il fut probablement appelé à concevoir, dix ans plus tard, pour l’érection d’une statue équestre du souverain par Girardon, on est cependant surpris de ne trouver son nom ni dans les relations des contemporains, ni dans les archives de l’époque. Sans une représentation de sa main du spectacle de 1689, accompagnée d’une signature, aujourd’hui conservée au Nationalmuseum de Stockholm12, il serait même difficile de confirmer son attribution. Il semble qu’en dépit de la célébrité de Berain parvenu à l’apogée de sa carrière, le bureau municipal préféra favoriser les artistes qu’il entretenait en permanence, souvent pendant plusieurs générations, comme le furent les Dumesnil et les Beausire.

4. P. Lepautre, d’après J. Berain, « Le Temple de l’Honneur élevé à la gloire de Louis le Grand. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’hôtel de ville de Paris ». Planche extraite de La statue de Louis le Grand placée dans le Temple de l’Honneur. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’Hôtel de Ville de Paris, pour la statue du Roy qui doit y estre posée, Paris, chez Nicolas et Charles Caillou, 1689.

4. P. Lepautre, d’après J. Berain, « Le Temple de l’Honneur élevé à la gloire de Louis le Grand. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’hôtel de ville de Paris ». Planche extraite de La statue de Louis le Grand placée dans le Temple de l’Honneur. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’Hôtel de Ville de Paris, pour la statue du Roy qui doit y estre posée, Paris, chez Nicolas et Charles Caillou, 1689.

Voir cat. 16.

  • 13  Paris, Archives nationales, Minutier central, CXVI-266, 5 novembre 1729, société : acte publié dan (...)

12En 1729, le Florentin Servandoni, dont la réputation était déjà grande à Paris, fut ainsi conduit à s’associer, le 5 novembre, à Jean-Baptiste-Augustin Beausire, conseiller architecte du roi et de la ville, quand les ambassadeurs d’Espagne le sollicitèrent pour donner sur la Seine une fête destinée à célébrer la naissance du Dauphin de France. Grâce à ce contrat, une autorisation lui fut plus facilement accordée pour « disposer » des lieux et le matériel dont il aurait besoin, conservé dans les « magasins du roi et de la ville », pouvait lui être « prêté »13. En proposant pour la décoration du feu d’artifice une étonnante évocation des Pyrénées, il recueillit en outre un succès indéniable qui allait lui permettre de poursuivre son activité pour la ville de Paris et d’apporter son concours à des manifestations capables désormais de surpasser en magnificence celles de la cour.

  • 14  Mercure de France, septembre 1739, p. 2281-2282.

13Les réjouissances, organisées en 1739 pour le mariage de Madame Louise Élisabeth, fille aînée de Louis XV, avec l’infant dom Philippe d’Espagne, lui donnèrent en effet l’occasion d’exceller dans le salon octogonal transparent, capable de flotter sur la Seine tout en accueillant environ deux cents musiciens (fig. 5), et dans le Temple de l’Hymen qui occupait le milieu du Pont-Neuf, soutenu de colonnes doriques, où la pierre blanche était imitée « dans la plus noble simplicité de l’architecture antique ». Jamais encore à Paris un décorateur de fêtes n’avait bénéficié d’un aussi bel hommage : « pour hâter et faire exécuter à propos les instructions qu’il avait données », le « Chevalier Servandoni », relate le Mercure de France, « parut dans un petit canot orné de sculpture dorée sur un fond bleu, avec un pavillon ou étendard à la poupe, portant les armes de France et d’Espagne, et pour rameurs, quatre des plus fiers matelots de la rivière en nègres, avec des ceintures et un simple tonnelet. Il fut applaudi à plusieurs reprises par le public, qui a fort approuvé l’ordonnances ingénieuse de la fête, dont il avait le soin et la conduite » 14.

5. J.-F. Blondel, d’après G. N. Servandoni, « Plan et élévation géométrale du salon de musique construit ». Planche extraite de Description des festes données par la ville de Paris, a l’occasion du mariage de madame Louise-Élisabeth de France, & de dom Philippe, infant & grand amiral d’Espagne, les vingt-neuviéme & trentiéme août mil sept cent trente-neuf, Paris, de l’imprimerie de P.G. Le Mercier, 1740.

5. J.-F. Blondel, d’après G. N. Servandoni, « Plan et élévation géométrale du salon de musique construit ». Planche extraite de Description des festes données par la ville de Paris, a l’occasion du mariage de madame Louise-Élisabeth de France, & de dom Philippe, infant & grand amiral d’Espagne, les vingt-neuviéme & trentiéme août mil sept cent trente-neuf, Paris, de l’imprimerie de P.G. Le Mercier, 1740.

Bibliothèque de l’INHA, Pl Res 37. Voir cat. 5.

  • 15  Paris, Archives nationales, K. 1006.
  • 16  À propos des feux d’artifice tirés à Versailles sous le règne de Louis XV, voir : François Souchal (...)

14Tandis qu’une foule de spectateurs était massée sur les deux rives du fleuve, aménagées par des « particuliers » moyennant 22 livres la toise, versées à la ville de Paris, le roi, en compagnie de la reine, du Dauphin et de Madame, honora de sa présence le divertissement pyrotechnique préparé sur le Pont-Neuf, qu’il vit au vieux Louvre du balcon du salon de l’Infante, garni d’un magnifique baldaquin créé par les Gabriel et les Bâtiments du roi. Malgré un feu d’artifice considéré comme « le plus beau qui se soit jamais vu », le souverain, ayant remarqué quelques imperfections dans son exécution à cause de jalousies entre ceux qui en étaient chargés, fut si « mécontent du manque de respect, ce jour-là, » qu’il les fit envoyer dès le lendemain « dans les prisons de l’Hôtel où ils furent un mois entier »15. À Versailles, il allait également sanctionner deux ou trois artificiers pour des fusées lancées mal à propos pendant la fête donnée le 30 décembre 1751 lors de la naissance du duc de Bourgogne16. Louis XV s’intéressait de près à ces divertissements. Il en suivait avec attention les programmes et dépensait sans compter pour les instants de féerie qu’ils lui procuraient. Celui de 1751, pour lequel furent sollicités les fameux frères Ruggieri, coûta plus de 604 477 livres en comprenant les frais des illuminations et de la monumentale colonnade feinte destinée à l’accueillir sur la terrasse des jardins, devant la Grande galerie, d’où le monarque pouvait le contempler.

  • 17  D’après l’état conservé dans les comptes des Menus Plaisirs : Paris, Archives nationales, O1 32611 (...)
  • 18  Voir Michel Gallet, « Les fêtes parisiennes dans l’art européen vers 1750 », dans Sauvegarde et mi (...)

15Grâce à ce goût du souverain et à la construction dans l’aile nord du château, par Jacques Ange Gabriel, d’une salle de spectacles, capable de se transformer pour servir également au bal paré et au festin royal, les fastes de Versailles retrouvèrent à partir de 1770 le prestige qu’ils avaient connu sous le règne précédent. Le mariage du futur Louis XVI avec Marie-Antoinette et ceux du comte de Provence et du comte d’Artois revinrent à des sommes considérables : entre un million de livres et plus du double pour chacun d’eux17. À titre de comparaison, la ville de Paris avait déboursé, pour les somptueuses réjouissances de 1739, environ 800 000 livres, soit une année de ses recettes18.

16Après la mort de Louis XV, les fêtes perdirent cependant très vite de leur éclat à Versailles. Les grands feux d’artifice, chargés de célébrer les naissances et les noces des princes et des princesses de la famille royale, disparurent dès le mariage de Madame Clotilde, sœur de Louis XVI, en 1775, et Paris prit définitivement le relais de la cour en ce domaine, permettant ainsi, à la veille de la Révolution, de replacer ces manifestations prestigieuses au cœur de la principale cité du royaume et de sa nombreuse population.

Notes

1  Lettre du nonce apostolique, adressée, le 12 avril 1612, au cardinal Borghèse, Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 55, f° 111.

2  D’après les recherches de Sara Mamone, Paris et Florence, deux capitales du spectacle pour une reine : Marie de Médicis, Paris, Le Seuil, 1987, p. 227-246.

3  Lettre de l’ambassadeur vénitien Giustinian du 17 avril 1612, Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits Italiens 1865, p. 20. D’après ce diplomate, le carrousel aurait coûté 300 000 écus (lettre du 20 mars 1612, ibid., p. 13).

4  Charles Perrault, Courses de testes et de bague, faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa Cour en l’année 1662, Paris, Imprimerie royale, 1670, p. 3.

5  Mercure de France, septembre 1739, p. 2270.

6  D’après Théodore Godefroy, Le Cérémonial françois, Paris, 1649, t. II, p. 61.

7  Signalés dès le fameux ouvrage de Victor-Lucien Tapié (Baroque et classicisme, Paris, Plon, 1957, p. 344, note 10), ces marchés, passés aux mois de mai, juin et juillet 1660, sont conservés aux Archives nationales : H. 2012 et Minutier central, LXXXVII-579 et 579 bis.

8  Sur cet artiste, voir notre monographie : Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV, Paris-Versailles, Éditions Perrin – Établissement public du château, 2005.

9  Nouvelles extraordinaires de divers endroits du 14 juin 1685.

10  Marquis de Sourches, Mémoires sur le règne de Louis XIV, Paris, Hachette, 1882, t. 1, p. 249.

11  La vie et l’œuvre de cet artiste ont été étudiés dans les ouvrages suivants : Roger-Armand Weigert, Jean I Berain, dessinateur de la Chambre et du Cabinet du roi (1640-1711), Paris, 1937, 2 vol. ; Jérôme de La Gorce, Berain, dessinateur du Roi Soleil, Paris, Herscher, 1986.

12  Dessin reproduit et commenté par Jérôme de La Gorce dans le catalogue de l’exposition, Louis XIV, l’homme et le roi (Versailles, 19 octobre 2009-7 février 2010), Nicolas Milovanovic, Alexandre Maral (dir.), Paris, Skira Flammarion, 2009, p. 157-158.

13  Paris, Archives nationales, Minutier central, CXVI-266, 5 novembre 1729, société : acte publié dans Jérôme de La Gorce, « La fiesta ordenada por Felipe V en Paris. Celebracion del nacimiento del Delfin y las representaciones de los Pirineos, Espana y el Guadalquivir (24 de febrero de 1730 », dans Sevilla y Corte. Las Artes y el Lustro Real (1729-1733), Nicolas Morales, Fernando Quiles Garcia (éd.), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (114), 2010, p. 231-242.

14  Mercure de France, septembre 1739, p. 2281-2282.

15  Paris, Archives nationales, K. 1006.

16  À propos des feux d’artifice tirés à Versailles sous le règne de Louis XV, voir : François Souchal, Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du roi (1685-1764), Paris, De Boccard Édition, 1967 ; Jérôme de La Gorce, « Les fêtes royales au xviiie siècle », Versailles, Paris, Éditions Citadelles & Mazenod, 2009, t. II, p. 532-546.

17  D’après l’état conservé dans les comptes des Menus Plaisirs : Paris, Archives nationales, O1 326117.

18  Voir Michel Gallet, « Les fêtes parisiennes dans l’art européen vers 1750 », dans Sauvegarde et mise en valeur du Paris historique, Paris, 1972, p. 35.

Table des illustrations

Titre 1. Charles-Nicolas Cochin fils, « Veue perspective de la décoration élevée sur la terrasse du château de Versailles pour l’illumination et le feu d’artifice qui a été tiré à l’occasion du mariage de Madame Louise Elisabeth de France avec Don Philippe second Infant d’Espagne le 26 aoust 1739 ». Planche extraite de Recueil des festes feux d’artifice et pompes funèbres, ordonnées pour le Roi par Messieurs les premiers gentilhommes de sa Chambre. Conduites par Messieurs les Intendant et contrôleurs généraux de l’Argenterie, Menus Plaisirs et Affaires de la Chambre de Sa Majesté, Paris, de l’imprimerie de Ballard, 1756.
Crédits Voir cat. 7.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2840/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Titre 2. J. Lepautre, d’après P. Melin, « Arc de triomphe représentant le mont Parnasse ». Planche extraite de L’Entrée triomphante de Leurs Majestez…, 1662.
Crédits Voir cat. 4.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 3. J. Berain, « Costume de cavalier ». Planche extraite de Carrousel des Galants Maures, 1685.
Crédits Voir cat. 15.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 4. P. Lepautre, d’après J. Berain, « Le Temple de l’Honneur élevé à la gloire de Louis le Grand. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’hôtel de ville de Paris ». Planche extraite de La statue de Louis le Grand placée dans le Temple de l’Honneur. Dessein du feu d’artifice dressé devant l’Hôtel de Ville de Paris, pour la statue du Roy qui doit y estre posée, Paris, chez Nicolas et Charles Caillou, 1689.
Crédits Voir cat. 16.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2840/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 5. J.-F. Blondel, d’après G. N. Servandoni, « Plan et élévation géométrale du salon de musique construit ». Planche extraite de Description des festes données par la ville de Paris, a l’occasion du mariage de madame Louise-Élisabeth de France, & de dom Philippe, infant & grand amiral d’Espagne, les vingt-neuviéme & trentiéme août mil sept cent trente-neuf, Paris, de l’imprimerie de P.G. Le Mercier, 1740.
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Pl Res 37. Voir cat. 5.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2840/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme de La Gorce, « De Paris à Versailles : les grandes fêtes et les cérémonies de la ville et de la cour aux xviie et xviiie siècles », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Jérôme de La Gorce, « De Paris à Versailles : les grandes fêtes et les cérémonies de la ville et de la cour aux xviie et xviiie siècles », in Dominique Morelon (dir.), Chroniques de l'éphémère, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/2840

Auteur

Jérôme de La Gorce

Directeur de recherche, CNRS-Centre André Chastel

Droits d’auteur

Tous droits réservés