Navigation – Plan du site
Trouvailles fortuites, fouilles programmées

Trouvailles fortuites, fouilles programmées : l’exemple de Naix-aux Forges

Mathilde Avisseau-Broustet

Texte intégral

  • 1  Cabinet des médailles, inv. 56.119 ; 56.121 ; 56.125 à 128 ; 56.130.
  • 2  Archives du Cabinet des médailles, 7ACM 9.
  • 3  Inv. 65.4704.18, registre d’acquisition, M. 6072.
  • 4  Archives du Cabinet des médailles, 1ACM FI2.

1Le Cabinet des médailles conserve différents documents et objets se rapportant au site antique de Nasium (fig. 1), à l’emplacement actuel de Naix-aux-Forges, dans le département de la Meuse. C’est tout d’abord un trésor de bijoux romains, provenant d’une trouvaille fortuite, acquis par la Bibliothèque impériale en 18091, accompagné de tout le dossier d’archives2, puis un cachet à collyre3, trouvé également par un habitant de Naix, acheté à un collectionneur privé, des monnaies gauloises et enfin un ensemble de relevés du site4, qui correspondent à la première grande campagne de fouilles officielles, en 1818. Un autre relevé manuscrit, plus tardif, datable de 1877, correspond aux fouilles de l’oppidum gaulois qui dominait le site.

1. Plan du site de l’antique Nasium dessiné par Denis fils, 1817.

1. Plan du site de l’antique Nasium dessiné par Denis fils, 1817.

Cabinet des médailles.

© BNF.

Des découvertes fortuites

  • 5  Dom Calmet, Notice de la Lorraine, t. II, Nancy, L. Beaurain, 1756, p. 185-186.

2La richesse du site de l’antique Nasium est connue depuis la Renaissance. L’emplacement de cette ancienne cité des Leuques, mentionnée par les grandes sources antiques, la Géographie de Ptolémée, la table de Peutinger et l’itinéraire d’Antonin, a été débattu aux xvie et xviie siècles. Mais, dès la fin de celui-ci, l’importance des découvertes aux alentours du petit village de Naix-aux-Forges et la présence de lieux-dits aux noms explicites comme « Gros Therme » ou la « Porte Tarquin » confirmèrent l’existence d’une cité antique. En 1756, dom Calmet, dans sa Notice de la Lorraine5, rapporte qu’« on y a trouvé quantité de médailles romaines, plusieurs débris de statues et de pierres travaillées qui prouvent que ce lieu était autrefois très considérable » et signale des découvertes spectaculaires, telles qu’une mosaïque ou, en 1704, le pouce et le bras en or d’une statue.

3La première fouille « officielle », commanditée en 1749 par Stanislas Leszczynski, duc de Lorraine depuis 1737, mit au jour une seconde mosaïque. Lors de la percée d’une route, en 1750, ce furent des tombes, une statue colossale, et de multiples objets (urnes de verre, lampes, colonnes, armes) et monnaies qui sortirent de terre. L’inventaire des découvertes par le Journal de Verdun, en 1755, incita des amateurs, comme le comte Leclerc, préfet de la Meuse, et le marquis de Saint-Aubin, à entreprendre des fouilles privées.

4Au début du xixe siècle, un notable local, Claude-François Denis (1762-1853), imprimeur et libraire dans la localité voisine de Commercy, passionné d’histoire locale et d’antiquités, contribua à la renommée du site, en publiant systématiquement, de 1803 à 1829, toutes les découvertes dans le Narrateur de la Meuse, journal dont il était le créateur, le directeur et le rédacteur.

  • 6  Ernest Muret et Anatole Chabouillet, Catalo­gue des monnaies gauloises de la Bibliothèque national (...)

5Les découvertes sporadiques abondaient : ainsi en 1802, un trésor de trois cents monnaies d’or des ier et iie siècles. Averti, le préfet en envoya trois au ministre de l’Intérieur. Cependant, les monnaies furent dispersées et vendues par les habitants ; une moitié fut acquise par le baron Marchand, maire de Metz, et un lot par Denis. En 1807, Denis estimait que depuis le début du xviiie siècle, près de 20 000 monnaies avaient été découvertes et dispersées et, entre 1800 et 1818, environ 6 000. C’étaient pour la plupart des monnaies romaines, mais aussi gauloises, attestant la présence d’un oppidum avant l’installation de la cité romaine. Cinq provenant de Nasium et dix-sept provenant de l’oppidum de Boviolles, sont entrées au Cabinet des médailles6.

  • 7  Reg. M.6072 ; voir Jacques Voinot, Les Cachets à collyre dans le monde romain, Montagnac, 1999, n° (...)

6En 1807, furent découverts sept cachets à collyres, publiés par C. F. Denis dès 1808 (fig. 2 et 3). Ces tablettes de pierre portent inscrits sur les petits côtés le nom de l’oculiste, celui du remède prescrit, de la maladie traitée et le mode d’utilisation. L’un d’entre eux, acquis par le baron Marchand, est entré par le biais d’un collectionneur, Robert Mowat, au Cabinet des médailles7. Comme cinq des autres cachets, il est inscrit au nom de Quintus Junius Taurus. L’inscription est la suivante : « Q[uinti] IVNI[i] TAVRI DIASMYRN[es]/ POST IMPET[um] LIPPIT[udinis] / IVNI[i] TAVRI [i] ISOCRYS[on] / AD SCABRIT[ias] ET CLAR[itatem] OP[abalsamatum] », c’est-à-dire « De la composition de Quin­tus Junius Taurus : collyre à la myrrhe, à employer après une violente maladie / De la composition de Junius Taurus : collyre merveilleux contre les croûtes et pour éclaircir la vue. » Trois autres cachets furent retrouvés en 1829. La concentration de ces objets, ainsi que la présence d’une statuette d’Esculape, trouvée en 1809, suggère une activité médicale, que l’on retrouve souvent dans les grands sanctuaires gallo-romains. Or les fouilles récentes ont montré que le site avait une fonction religieuse importante : en effet, neuf fana, temples gaulois, ont été mis au jour. De plus, la découverte de « trésors », qui pourraient être des offrandes aux temples, pourrait confirmer cette hypothèse.

2. Cachet à collyre avec deux côtés inscrits.

2. Cachet à collyre avec deux côtés inscrits.

Cachet de l’oculiste Quintus Junius Taurus : prescription d’un collyre à la myrrhe pour éclaircir la vue.
Marbre vert, L. 4,6 cm, l. 3,4 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 65.4704.18 ; Reg.M.6072.

© BNF.

3. Vue des inscriptions en positif, par inversion du cliché photographique.

3. Vue des inscriptions en positif, par inversion du cliché photographique.

Le trésor de bijoux

7Ainsi, le 15 février 1809, un habitant, Pierre Maulan, trouva dans son champ un coffret en bois garni de lames de cuivre, contenant, outre une statuette d’Esculape en pierre, de multiples bijoux et monnaies : huit colliers d’or et de pierres (fig. 4), cinq bagues en or, six en argent, de petites bagues à intailles, un style d’ivoire, un lingot d’argent de trois ou quatre onces, un rouleau d’or en fil de plus d’une demi-livre, des doigts creux en or ainsi que 1450 monnaies en parfait état, dont un tiers était des deniers en argent fin, et les deux autres tiers des antoniniani en argent à bas titre ou fourrés, à l’effigie d’empereurs et d’impératrices du iiie siècle et quelques médaillons de bronze des ier et iie siècles. Malheureusement, l’ensemble fut dispersé : un antiquaire de Metz acheta les monnaies tandis que, par ordre du ministre de l’Intérieur, une partie des bijoux était acquise pour la Bibliothèque impériale, pour la somme de 1680 francs, le 5 mai 1809. Ceux-ci ont été soigneusement décrits dans l’état dressé à cette occasion :

1. Un ornement ou collier composé de cinq petites colonnes creuses de 4 cm de longueur, de quatre médailles d’or montées dans un entourage en filigrane et de deux camées grossièrement travaillés, représentant, l’un : Minerve casquée, l’autre : une dame romaine (Julia Domna ?) [suit la description des quatre aurei, aux effigies d’Hadrien, de Septime Sévère et de ses deux fils].

2. Une médaille d’or montée avec bélières, tête laurée d’Antonin, tête de Marc-Aurèle jeune.

3. Une chaîne d’or à trois branches de 25 cm avec deux ornements en or dans lesquels sont montées deux petites pierres vertes et une petite perle.

4. Un collier de 25 grains d’or, creux, à facettes.

5. Autre de 7 morceaux de jade [en fait des émeraudes] et de 8 noeuds d’or.

6. Autre de verroterie et de petits anneaux d’or, avec trois grains d’or à facettes et deux agrafes d’or, long de 36 cm.

7. Autre, entremêlé de grains de verroterie et de petits grains d’or, avec trois plaques travaillées en filigrane, long de 40 cm.

8. Autre de 55 cm mêlé de toutes sortes de verroteries et de quelques petites perles.

9. Autre de 47 cm.

10. Cinq bagues en or, avec deux onyx nicolo et une cornaline grossièrement gravée.

11. Deux bagues en argent, sans pierres ; une bague en argent avec une cornaline représentant un aigle ; une bague en argent, on lit sur la plaque en lettres noires COMOD ; une autre avec un onyx nicolo représentant un homme appuyé sur un cippe, tenant une branche, devant un petit autel, sous un arbre. Travail grossier ; trois anneaux d’argent ; un cœur en argent, avec bélière, et quelque figure grossièrement tracée ; quatre petits fragments d’ornements d’argent.

4. Les huit colliers du trésor de Naix.

4. Les huit colliers du trésor de Naix.

Collier à perles dodécagonales en or, L. 30 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 56.119.
Collier à triple rangs de grenats et perles d’or, L. 38 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 56.121.

© BNF.

8Le collier aux camées (fig. 5) est tout à fait exceptionnel par sa richesse, la qualité du travail de l’or, découpé à jour et orné de filigranes, l’alliance de monnaies d’or et de camées. Il est le seul collier subsistant de la Gaule romaine où les camées sont restés dans leur montage d’origine. Ces camées sont visiblement contemporains des monnaies les plus récentes, celles de Caracalla et de Géta, ce qui permet de dater le bijou du tout début du iiie siècle.

5. Détail du collier aux camées.

5. Détail du collier aux camées.

© BNF.

  • 8  Liste dans CAG 55, Meuse, p. 426-436.

9La présence de fil d’or roulé et d’un lingot d’argent, complétée par la trouvaille d’un lingot d’or en 1812, de grenaille d’or en 1819, d’ambre brute, non taillée, avant 1839 et de nombreuses pierres gravées – 235 environ8– tout au long du xixe et du xxe siècle ainsi que de quelques-unes simplement polies, fait supposer l’existence d’ateliers d’orfèvres et de graveurs de pierres à Nasium.

Le début des fouilles programmées

10Ces incessantes découvertes décidèrent le préfet de la Meuse, le comte d’Arros, à ordonner des fouilles, par arrêté du 28 février 1818. Le ministre de l’Intérieur alloua la somme de 2000 francs, avec un double projet : « Obtenir quelque découverte utile pour l’histoire du site et procurer des secours à la classe malheureuse de la population. » Claude-François Denis fut chargé, en raison de ses publications sur le site, de leur direction. Il ouvrit un « atelier de charité » consacré aux fouilles, embauchant soixante-douze ouvriers et, pendant deux mois, du 11 mars au 16 avril 1818, il fit ouvrir plusieurs tranchées afin de reconnaître la topographie et de dégager plusieurs édifices.

  • 9  Trois autres, également manuscrites et rehaussées de lavis, sont conservées au dépar­tement des Ca (...)
  • 10  CAG p. 399, d’après un manuscrit inédit de F. Bellot-Herment, Bibliothèque municipale de Bar-le-Du (...)
  • 11  Voir Alain Schnapp, La conquête du passé, Paris, Carré, 1993, p. 151 : gravure du site de Stonehen (...)
  • 12  Voir Pierre Pinon, « Caylus et les ingénieurs des Ponts et chaussées », dans Caylus mécène du roi  (...)

11Nous devons à son fils un plan détaillé du site, dessiné en 1817, donnant l’état des découvertes avant le début des fouilles. Trois versions sont conservées au Cabinet des médailles : le premier jet, avec corrections des légendes ; le plan achevé, à l’encre aquarellé sur papier crème doublé de bleu ; le plan préparé pour l’impression9. Dans le cartouche est inscrit : « Plan figuratif du site de l’Antique Nasium et de ses environs, dessiné à vue d’œil et sans toisé géométrique par Denis fils, élève en médecine, en 1817. » Si on le compare au plan géométral de Bellot-Herment en 181810, les proportions sont moins justes, le tracé de la rivière de l’Ornain moins sinueux, et l’échelle n’est pas indiquée. Par contre, les emplacements des découvertes effectuées entre le début du xviiie siècle et 1817 sont marqués par des lettres qui renvoient à la légende insérée dans la carte, dessinant ainsi l’histoire archéologique du site et délimitant les espaces intéressants à explorer. Cette conception du plan comme un rapport complet, alliant indications géographiques et topographiques (rivière, champs et bois, reliefs, routes et chemins, lieux-dits…) à une présentation historique et archéologique, apparaît à la fin du xvie siècle11. Elle reste en usage tout au long des xviie et xviiie siècles, par exemple dans les relevés exécutés par les ingénieurs des Ponts et Chaussées à la demande du comte de Caylus, afin d’illustrer les antiquités de la Gaule12.

  • 13  Bibliothèque nationale de France, départe­ment des Cartes et Plans, GE D 15750.
  • 14  Bibliothèque nationale de France, départe­ment des Cartes et Plans, GE D 15748 : « Plan géométral (...)
  • 15  Travaux de la Société des sciences, des lettres et des arts de Nancy, 1819, p. 124-143.

12Ici, les trouvailles de monnaies, du « trésor » de bijoux, d’un lingot d’or sont précisées, ainsi que les vestiges archéologiques, tombeaux, mur d’enceinte, voie romaine, aqueduc, « usine de cuivre », monuments. Ainsi, sur le lieu-dit de Gros Thermes, est-il marqué : « lieu probable de Bains. On dit qu’en 1749 on y a trouvé un superbe pavé en cailloux variés ». Et c’est là que Denis père ouvrit la première tranchée en 1818, qui lui permit de reconnaître le plan des thermes, les hypocaustes et l’alimentation en eau par un aqueduc. Une carte manuscrite, due au crayon de Denis fils, conservée au département des Cartes et Plans, présente les résultats de la fouille et le dessin des mosaïques13, tandis qu’une autre donne la vue d’ensemble du site à la fin de 181814. Cette étude fut complétée en 1838 par une seconde campagne de fouilles visant à reconnaître toutes les pièces caractéristiques des bains publics, caldarium, tepidarium, frigidarium. D’autres tranchées furent ouvertes en des points stratégiques, correspondant aux zones riches en débris antiques signalées sur le plan. Par exemple, là où Pierre Maulan avait découvert le trésor de bijoux et de monnaies, Denis reconnut une place publique et des maisons d’habitation. Grâce à cette courte campagne, la topographie de l’antique Nasium se dessinait, avec un forum, des maisons, des jardins, des portiques, des thermes, un aqueduc, un temple, des voies pavées et une nécropole. Les résultats furent envoyés au préfet de la Meuse et publiés par Denis dans les recueils des Travaux de la Société des sciences, des lettres et des arts de Nancy15.

  • 16  Archives du Cabinet des médailles, 1 ACM FI 2.

13Malgré l’importance très nette du site, les fouilles « officielles » seront ensuite sporadiques et ne concerneront que quelques sondages. Après la mort de Denis en 1853, c’est un autre notable, Léon Maxe-Werly (1831-1901), de Bar-le-Duc, qui reprit, à titre privé, quelques campagnes. Nous devons à ce passionné, qui avait réuni une vaste documentation sur Nasium et la région de la Meuse, le don au Cabinet des médailles des plans de Denis fils, auquel est joint un autre relevé cartographique manuscrit, peut-être de la main de Léon Maxe-Werly, datable de 187716. Il reprend le système de présentation « à l’ancienne » des plans de Denis. Intitulé « Plan du Châtel de Boviolles avec l’indication précise des endroits où ont été faites les principales trouvailles », il comporte la liste et la description des découvertes, rouelles, monnaies et cercueil de pierre, avec le nom du découvreur et parfois la date.

14Après Maxe-Werly, les prospections ne reprendront qu’en 1969. L’importance du site, où succède à un oppidum gaulois une riche cité romaine, est telle que son étude se poursuit toujours, afin de mieux appréhender le rôle de la cité, centre religieux ou politique, et l’étendue et la variété de ses activités artisanales, comme la sidérurgie.

15La documentation écrite sur Nasium est très fournie, tant publications scientifiques dispersées dans des revues savantes que rapports manuscrits et journaux de fouilles, regroupés notamment à la Bibliothèque municipale de Bar-le-Duc. L’ensemble du Cabinet des médailles, bien que partiel, permet cependant d’appréhender l’évolution de la prospection au cours du xixe siècle, depuis la trouvaille fortuite du trésor de bijoux en 1809 jusqu’aux essais de fouilles systématiques en 1818, qui fournissent les premiers plans d’ensemble du site, et au déplacement de l’intérêt, dans le dernier tiers du siècle, sur l’oppidum gaulois et les antiquités nationales.

Bibliographie

Félix Liénard, Archéologie de la Meuse, Verdun, 1881, p. 9-41 (avec le compte rendu des notes manuscrites de Claude-François Denis).

Franck Mourot, Carte archéologique de la Gaule, 55, La Meuse, 2002, p. 397-457 (étude extrêmement détaillée, s’appuyant notamment sur des manuscrits inédits, avec une partie historique, la chronologie des fouilles du xviie siècle à 1999, les listes de tous les objets découverts).

Franck Mourot et Thierry Dechezleprêtre, Nasium, ville des Leuques, Bar-le-Duc, 2004.

Notes

1  Cabinet des médailles, inv. 56.119 ; 56.121 ; 56.125 à 128 ; 56.130.

2  Archives du Cabinet des médailles, 7ACM 9.

3  Inv. 65.4704.18, registre d’acquisition, M. 6072.

4  Archives du Cabinet des médailles, 1ACM FI2.

5  Dom Calmet, Notice de la Lorraine, t. II, Nancy, L. Beaurain, 1756, p. 185-186.

6  Ernest Muret et Anatole Chabouillet, Catalo­gue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris, E. Plon-Nourrit, 1889 ; les n° 7549, 7751, 8971, 9723, 9137, provenant de collections pri­vées (don du duc de Luynes, 1862 ; acquisition de M. de Saulcy, 1872) sont de Nasium ; les nº 8031, 8034, 8348, 8417, 9056, 9090, 9097, 9106, 9111, 9113, 9119-9120, 9126, 9136, 9209-9210, 9255 viennent de l’oppidum gaulois de Boviolles.

7  Reg. M.6072 ; voir Jacques Voinot, Les Cachets à collyre dans le monde romain, Montagnac, 1999, n° 40.

8  Liste dans CAG 55, Meuse, p. 426-436.

9  Trois autres, également manuscrites et rehaussées de lavis, sont conservées au dépar­tement des Cartes et Plans : GED 15748, 15749 et 15750, registre B 0973 ; l’une, signée de Denis fils, est datée de 1817 ; une seconde est par contre postérieure à la campagne de fouilles de 1818, dont elle montre les emplacements ; la troisième se concentre sur la zone des thermes et deux détails des mosaïques de pavement y sont dessinés, rehaussés d’aquarelle.

10  CAG p. 399, d’après un manuscrit inédit de F. Bellot-Herment, Bibliothèque municipale de Bar-le-Duc, ms 628-7.

11  Voir Alain Schnapp, La conquête du passé, Paris, Carré, 1993, p. 151 : gravure du site de Stonehenge, datée de 1575 ou, ibid. p. 164, le site de Jelling dessiné pour Ole Worm en 1643.

12  Voir Pierre Pinon, « Caylus et les ingénieurs des Ponts et chaussées », dans Caylus mécène du roi : collectionner les antiquités au xviiie siècle, Irène Aghion éd., cat. d’exposition (Bibliothèque nationale de France, 2002-2003), Paris, INHA, 2002, p. 101-119.

13  Bibliothèque nationale de France, départe­ment des Cartes et Plans, GE D 15750.

14  Bibliothèque nationale de France, départe­ment des Cartes et Plans, GE D 15748 : « Plan géométral de l’emplacement de l’antique Nasium qui offre, outre les fouilles faites en 1818, la topographie de ses environs, notam­ment celle des camps Lepléen et Chatel ».

15  Travaux de la Société des sciences, des lettres et des arts de Nancy, 1819, p. 124-143.

16  Archives du Cabinet des médailles, 1 ACM FI 2.

Table des illustrations

Titre 1. Plan du site de l’antique Nasium dessiné par Denis fils, 1817.
Légende Cabinet des médailles.
Crédits © BNF.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 2. Cachet à collyre avec deux côtés inscrits.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Cachet de l’oculiste Quintus Junius Taurus : prescription d’un collyre à la myrrhe pour éclaircir la vue.Marbre vert, L. 4,6 cm, l. 3,4 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 65.4704.18 ; Reg.M.6072.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 3. Vue des inscriptions en positif, par inversion du cliché photographique.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits © BNF.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 4. Les huit colliers du trésor de Naix.
Légende Collier à perles dodécagonales en or, L. 30 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 56.119.Collier à triple rangs de grenats et perles d’or, L. 38 cm, iie-iiie siècle ; Cabinet des médailles, inv. 56.121.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 5. Détail du collier aux camées.
Crédits © BNF.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/2785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Avisseau-Broustet, « Trouvailles fortuites, fouilles programmées : l’exemple de Naix-aux Forges », in Histoires d'archéologie. De l'objet à l'étude, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2009.

Référence électronique

Mathilde Avisseau-Broustet, « Trouvailles fortuites, fouilles programmées : l’exemple de Naix-aux Forges », in Histoires d'archéologie. De l'objet à l'étude, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 28 juin 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/2785

Droits d’auteur

Tous droits réservés