Navigation – Plan du site
La place de l'histoire de l'art dans la synthèse historique – Table ronde dirigée par Jean-Michel Leniaud

La place de l’histoire de l’art dans la synthèse historique

Jean-Michel Leniaud

Texte intégral

1L’idée d’une table ronde sur la place de l’histoire de l’art dans la synthèse historique est née d’un constat : l’absence totale de toute référence à la production artistique, plastique ou musicale, dans un ouvrage destiné aux étudiants du premier cycle sur le XVIe siècle religieux. Bien entendu, il n’est pas question de généraliser à partir d’un fait ou deux — encore que j’aie pu noter que, dans un colloque récent qu’elle organisa en 1999 à Rennes sur vingt ans d’historiographie religieuse, la société d’histoire religieuse de la France a simplement omis d’évoquer les travaux considérables conduits par les historiens de l’art sur ce sujet au cours de cette période. On est conduit, cependant, à se demander si l’historien, qui, en France (contrairement à l’Italie, par exemple), est traditionnellement chargé par le consensus des milieux scientifiques et éditoriaux ainsi que de l’opinion de rassembler de façon synthétique les avancées de la recherche pour le public, si cet historien n’aurait pas trop tendance à oublier l’histoire des arts plastiques, comme il pourrait aussi oublier l’histoire de la musique et celle de la littérature. À ce stade, il faut s’entendre sur le mot « synthèse » qui, par certains côtés, pourrait paraître démodé : il renvoie à cette notion qui formait le nœud de la problématique de la fameuse revue d’Henri Berr, avant la première guerre mondiale, la Revue de synthèse historique, notion sans doute aujourd’hui dépassée — encore qu’il faille noter que cette publication consacrait de façon régulière de très longs articles méthodologiques et critiques à l’histoire de l’art. En fait, par « synthèse « , et dans le cadre de cette table ronde, j’ai suggéré que l'on vise ces ouvrages destinés à un public généraliste dans lesquels un historien ou une équipe d’historiens entend présenter de façon aimable, comme on aurait dit au XVIIe siècle, le tableau des connaissances sur un sujet donné.

2Mais il faut aussi s’entendre sur l’histoire de l’art. Si l’expression elle même n’est pas admise de façon univoque, puisque l’on parle aussi de l’“ « histoire des arts », a fortiori le contenu et les méthodes ne le sont-ils pas. Entre ce que produisent les administrations de la culture (Musées, Monuments historiques et Inventaire) et les chercheurs de l’Université, entre ceux qui fondent leur recherche sur un système de valeur qui désignerait des chefs d’œuvre et ceux qui, de façon anthropologique, entendent englober toutes sortes d’artéfacts en privilégiant le critère de l’impact social, entre un historien de la peinture qui, pour ainsi dire, ne traite que d’unica, de commande et de réception, et un historien de l’architecture qui est conduit à prendre en compte les institutions, l’économie et la société, on pourrait penser qu’il n’y a guère de rapports. À tort, car cette macédoine épistémologique, c’est précisément cela l’histoire de l’art ou des arts.

3La table ronde a été articulée autour de trois couples, chacun formé d’un historien et d’un historien de l’art. L’un se tourne vers le Moyen Âge, avec Michel Sot, professeur à Paris X-Nanterre et directeur d’une histoire culturelle du Moyen Âge et avec Éliane Vergnolle, professeur à Besançon. Le deuxième, vers l’histoire moderne avec Yves-Marie Bercé, professeur à Paris-IV et directeur de l’école nationale des chartes et avec Claude Mignot, professeur à Paris-IV. Le troisième, vers l’histoire contemporaine avec Françoise Mélonio, professeur à Paris-IV, spécialiste de l’histoire des idées et auteur d’une histoire culturelle du XIXe siècle. Dominique Dussol, maître de conférences à Pau, devait lui faire pendant ; il en a été malheureusement empêché.

4On trouvera ci-dessous la note préparatoire que j’avais élaborée à l’intention des intervenants, de façon que les prises de position pussent partir d’une base, non pas consensuelle, mais commune. Elle est suivie des communications écrites qu’ils ont bien voulu remettre à l’issue de la séance. Le débat ayant principalement valeur de prise de conscience et nullement pour objectif d’afficher des convictions collectives, il ne m’a pas paru utile de proposer des conclusions quelles qu’elles fussent.

Note préparatoire

51 – L’œuvre d’art au regard de l’histoire

61-1. L'œuvre apparaît à une époque donnée et s’interprète ainsi comme un « événement » historique.

71-2. Cependant, les références qu’interprète l’artiste et la réception que les époques suivantes font de l’œuvre lui confère une « permanence » transchronologique.

81-3. L’œuvre d’art relève donc à la fois du passé et de l’actuel.

92 - La masse de la production artistique

102-1. L’histoire de l’art ne se limite pas aux œuvres jugées majeures aux jalons de la « création ».

112-2. Elle s’intéresse à la masse de la production artistique et dérivée.

122-3. Celle-ci possède également une signification historique et transhistorique.

133 - La personnalité du créateur

143-1. Dès les débuts de l’histoire de l’art, la personnalité des créateurs a fait l’objet d’études : les «  vies » d’artistes.

153-2. Ce genre historiographique s’inscrit dans le cadre de la « biographie » historique, genre décrié par les uns, adulé par les autres.

163-3. La biographie d’artiste ne se résume pas à la méthode de Taine — démontrer que le sujet est le « témoin » de son temps — si on admet plus ou moins d’autonomie à la pensée créatrice. La vie d’artiste peut, au reste, être considérée comme une œuvre d’art.

174 - Le contexte au temps de la commande et des périodes de réception

184-1. Pêle-mêle, on désignera les conditions économiques, culturelles, sociales, techniques, politiques.

194-2. Peut-on les évoquer en termes explicatifs (causalité, structures) avec un degré plus ou moins élevé de déterminisme ? Que penser du concept de «  cause », du danger d’explication téléologique ? Quelle valeur attribuer aux tentatives antérieures des historiens pour rendre compte de ce contexte - Taine, Riegl, les marxistes, etc. ?

204-3. Que vaut la notion de contexte (« air du temps », Zeitgeist, etc.) ? Le contexte peut rendre compte des œuvres moyennes, voire de certains caractères particuliers du chef d’œuvre, mais ne peut rendre compte de l’émergence du chef d’œuvre. S’en tenir à l’explication « possibiliste » ?

215 - Les outils conceptuels des historiens sont-ils utilisables en histoire de l’art ?

225-1. Tout particulièrement, celui de rupture (continuité-discontinuité) : est-il opérationnel en histoire de l’art ?

235-2. Peut-on adopter en histoire de l’art les périodisations et les spécifications de celles-ci qu’élaborent les historiens ? Comment utiliser les notions de synchronie et de diachronie si on admet le caractère transhistorique de l’œuvre d’art.

24Sur cette toile de fond approximative, on peut esquisser une série de questions sur les modalités d’insertion des résultats de la recherche en histoire de l’art dans le discours historique.

251 – L’historien travaillerait-il seul ou avec une équipe comportant un historien de l’art ?

262 - Comment intégrer les deux discours historiographiques pour que l’un n’apparaisse pas comme l’annexe de l’autre ?

273 – Peut-on imaginer un discours qui intervertisse les points de vue et place l’histoire de l’art comme épine dorsale ?

284 - La place de l’illustration. Simple annexe d’agrément ? Ou pièce justificative du discours ? Comment intégrer le commentaire d’une œuvre sans rompre le dynamisme du discours ?

295 – L’histoire culturelle. Envers de l’histoire marxiste ? Une façon « nouvelle » de concevoir le déterminisme ? Un discours méprisant les « valeurs » de l’histoire de l’art traditionnelle ? Une réduction de la production au quantitatif et à divers types de structure ? La réponse aux problèmes ?

306 - Cause commune avec les « oubliés » du discours historiographique, l’histoire de la musique, l’histoire de la littérature, de la philosophie, des sciences, contre l’« hégémonisme » des historiens généralistes ? Peut-on faire une histoire de l’invention, de ce qui est inattendu et qui parle toujours ?

317 - La situation particulière de la France : statut « social » de l’historien, pesanteurs éditoriales, goût du public ?

328 - Jouer en histoire au « jeu des perles de verre » (au sens ou Hermann Hesse l’entend dans son roman éponyme, i.e. mettre en relation soit de façon historique, soit de façon transhistorique les créations de différents types) a-t-il un sens ?

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Leniaud, « La place de l’histoire de l’art dans la synthèse historique », in Actes du Ve congrès national d'archéologie et d'histoire de l'art, Bordeaux, INHA (« Actes de colloques »), 1999.

Référence électronique

Jean-Michel Leniaud, « La place de l’histoire de l’art dans la synthèse historique », in Actes du Ve congrès national d'archéologie et d'histoire de l'art, Bordeaux, INHA (« Actes de colloques »), 1999, [En ligne], mis en ligne le 07 avril 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/2508

Droits d’auteur

Tous droits réservés