Navigation – Plan du site
Conclusion

Repenser les limites de l’architecture : un acte politique

Antoine Picon

Texte intégral

1Il n'est jamais simple d'essayer de tirer des enseignements d'ensemble d'un colloque comme « Repenser les limites : L'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines ». Les quelque cent quatre-vingts intervenants venus de très nombreux pays ont en effet exploré ce thème dans presque toutes les directions possibles. Tenter de rassembler leurs contributions s'avère d'autant plus délicat que l'un des fils conducteurs du colloque a consisté, précisément, à remettre en cause les caractérisations trop englobantes, qu'elles soient spatiales ou temporelles, physiques ou culturelles. En conséquence, plus qu'une synthèse aboutie, je voudrais proposer ici quelques réflexions sur le thème général du colloque, la question des limites dans le champ de l'architecture et de son histoire et sur la façon dont il a été abordé.

2Les ambitions originelles des organisateurs de « Repenser les limites » étaient extrêmement vastes, puisqu'il s'agissait d'aborder aussi bien la question des limites spatiales, temporelles et disciplinaires en histoire de l'architecture, que les problèmes soulevés par leur évolution récente dans un contexte marqué à la fois par la mondialisation, et la montée en puissance de la culture numérique et de la réalité virtuelle. Mondialisation et nouvelles frontières électroniques étaient explicitement mentionnées dans l'appel à propositions originel.

3Assez curieusement, l'accent mis au départ sur la mondialisation et le défi des espaces virtuels s'est trouvé fortement atténué dans le colloque, si l'on excepte, en ce qui concerne le virtuel, la tenue d'un atelier sur les nouvelles technologies appliquées à l'histoire de l'architecture. Sans doute,  conviendrait-il de réfléchir plus avant à cette indifférence. Si l'on peut comprendre qu'un phénomène comme la mondialisation concerne davantage les critiques de la production contemporaine que les historiens, plus surprenante apparaît en revanche la faible place accordée au numérique. Se pourrait-il que l'histoire de l'architecture n'ait pas encore pris la pleine mesure des transformations de la pratique historienne induites par les technologies de l'information ? Par-dessus tout, ce qu'il est convenu d'appeler la « révolution numérique » conduit à envisager, dans une perspective nouvelle, des épisodes-clés de l'histoire récente de l'architecture, ainsi que l'ont montré des auteurs comme Mark Wigley ou Reinhold Martin1. Il aurait été, là encore, souhaitable d'évoquer certaines des questions qu'ils soulèvent.

4La véritable trame du colloque s'est révélée double. D'une part, chacun s'est accordé à souligner l'importance décisive de la notion de limite sous toutes ses formes, pour penser tant l'objet architectural et urbain que le travail de l'historien. D'autre part, la nécessité est apparue d'interroger, voire de mettre en crise, les frontières, les limites et les lignes de démarcation dont nous avons hérité, sans en avoir toujours conscience. En d'autres termes, l'architecture et son histoire sont affaire de limites. Mais les limites suivent rarement des tracés linéaires permettant de distinguer sans ambiguïté deux régions de l'espace et du temps, ou encore deux champs de questionnement. Sitôt qu'on les observe de plus près, les limites se brouillent, se décomposent, donnant naissance à des enchevêtrements de lignes pour lesquels on serait tenté de convoquer toutes sortes d'images et de métaphores empruntées aux mathématiques, à la physique ou à la philosophie, de la fractale au rhizome deleuzien en passant par la paroi osmotique.

5En matière d'architecture de ville et de jardins, les limites sont partout et à toutes les échelles : tel est bien le premier enseignement de ce colloque. Les objets sur lesquels travaille l'historien apparaissent à l'articulation de différents types de limites. Commençons par les limites spatiales. Il y a bien sûr des limites matérielles, comme les murs, les enceintes, ou encore les « haha » des jardins du XVIIIe siècle. Il y a des limites géographiques, administratives et politiques, des lignes de partage socioculturelles, des frontières et des seuils plus ou moins visibles que peuvent révéler par exemple l'analyse des rituels ou encore celle des politiques d'État.

6Les limites temporelles sont tout aussi prégnantes dans l'approche de l'architecture. Souvent construites par l'historien, elles permettent, bien sûr, de faire apparaître des écoles et des styles, des traditions et des manières, d'élaborer des caractérisations en termes d'évolutions, de continuités et de ruptures. De telles limites permettent aussi d'identifier ce qui fait patrimoine à un certain moment de l'histoire, et plus généralement d'analyser les « régimes d'historicité », pour reprendre l'expression de François Hartog2, dans lesquels s'inscrit la production architecturale d'une époque et d'une société données.

7Il y a enfin des limites de nature plus disciplinaires auxquelles se trouvent confrontées aussi bien l'architecture que son histoire. L'architecture se définit, on le sait, à la frontière de différents domaines, non sans hésitations et tensions, ainsi qu'en témoignent, depuis la Renaissance au moins, les relations complexes qu'elle entretient tant avec le monde des techniques qu’avec celui des humanités, de la littérature à l'archéologie. Tout au long de ce colloque, différents exposés sont venus rappeler les multiples liens qui marquent autant de limites, de seuils ou de frontières entre architecture et archéologie, architecture et littérature, architecture et anthropologie, architecture et sciences. Il semblerait de ce point de vue, qu'aujourd'hui encore, nous ne soyons pas débarrassés de Vitruve et de son architecte possédant toutes sortes de notions, de la philosophie à la médecine, en passant par l'hydraulique et la science des machines.

8En face d'un objet qui peut prendre tant de dimensions différentes, l'histoire de l'architecture, de la ville et des jardins, se trouve elle-même confrontée à la question de ses limites et des relations qu'elle entretient avec d'autres champs du savoir et de la recherche. Quels types de liens doit-on rechercher entre l'histoire de l'architecture et les autres sciences humaines et sociales ? Où s'arrête l'étude du patrimoine bâti et où commence l'économie de la construction et de l'aménagement ? Ce genre de question s'est trouvé posé à plusieurs reprises au cours du colloque.

9Les limites sont donc omniprésentes, et la tâche de l'historien consiste à démêler leur écheveau à propos des objets dont il s'occupe. Deux difficultés se font jour à ce sujet.

10La première tient au fait que les limites se présentent rarement comme des données brutes de l'expérience à la façon de ces frontières naturelles que cherchent aujourd'hui encore à atteindre certains états, ou de ces contraintes apparemment intangibles, comme l'impossibilité de dépasser la vitesse de la lumière ou de descendre en dessous du degré zéro de l'échelle de Kelvin, sur lesquelles se fonde la physique. La plupart des limites auxquelles fait appel l'histoire de l'architecture sont construites, de manière plus ou moins nette, par l'historien et la société dans laquelle il vit. La notion de limite naturelle a d'ailleurs beaucoup reculé ces dernières décennies, au profit de l'hypothèse d'une construction sociale et culturelle des seuils et des frontières. L'histoire des sciences elle-même répugne aujourd'hui à faire un usage sans précaution de la notion de contrainte ou de seuil naturel. Les Science Studies anglo-saxonnes constituent l'expression la plus nette de ce phénomène3. Le même genre d'évolution touche l'histoire de l'architecture, qu'il s'agisse de limites spatiales, temporelles, ou encore disciplinaires.

11La deuxième difficulté réside dans l'incapacité dans laquelle on se trouve souvent à classer une limite établie sous la rubrique de l'espace, du temps ou des frontières disciplinaires. Par-delà la belle architecture ternaire proposée par les organisateurs du colloque, la plupart des limites dont il a été question concrètement se sont révélées à la fois spatiales et temporelles, temporelles et disciplinaires, voire les trois simultanément.

12En conséquence, repenser les limites aujourd'hui, ainsi que le proposait le titre du colloque, ce n'est pas seulement tenter de repérer et de mesurer des déplacements de frontière sur un terrain supposé stable, à la façon d'officiers déplaçant de petits drapeaux sur une carte d'état-major lors d'une guerre. C'est se demander s'il existe vraiment un théâtre des opérations donné une fois pour toutes ; c'est s'interroger sur des phénomènes qui vont de l'hybridation à la transmutation. La frontière spatiale peut cacher en son sein des décalages temporels ou encore des clivages socioculturels. La véritable dynamique des limites pourrait bien concerner ultimement la manière dont les trames spatiales, temporelles et sociales, se tissent les unes avec les autres.

13Ceci m'amène au second grand enseignement de ce colloque : la nécessité de remettre en cause les limites et les frontières dont on s'était longtemps contenté. Leur étude plus fine révèle, soit leur absence totale de pertinence, soit, le plus souvent, des tracés plus complexes avec de surprenants phénomènes d'inversion, ou, encore une fois, d'hybridation.

14De nombreuses contributions ont amené à déconstruire des limites anciennes, stylistiques, politiques ou culturelles. Dans le cas français comme dans celui des Pays-Bas méridionaux, les caractérisations traditionnelles doivent céder la place à des analyses plus fines. En même temps que les limites démontrent souvent leur caractère multidimensionnel, à la fois spatial, temporel et politique, il faut se garder de la tentation de faire correspondre terme à terme la série des styles de l'histoire de l'art et la succession des régimes politiques. Dans le même ordre d'idées, il faut sans doute renoncer à la notion d’« architecture islamique », même si celle-ci sert encore à désigner des chaires et des départements universitaires.

15D'un côté, les limites se multiplient, en même temps que s'accumulent les niveaux sur lesquels elles fonctionnent. Comme l'a rappelé une des communications de ce matin, la clôture du jardin est à la fois spatiale et symbolique. Mais d'un autre côté, les lignes de démarcation trop nettes tendent à éclater. D'étranges renversements se produisent parfois. Dans le domaine de l'architecture, le discours orientaliste analysé autrefois par Edward Saïd4 peut devenir, dans certaines conditions, un moyen d'émancipation pour les peuples qu'il vise, ainsi que l'ont montré, là encore, plusieurs communications.

16Plus encore que la mondialisation, c'est la fin des grands discours légitimants, qu'ils soient politiques ou scientifiques, qui semble véritablement avoir marqué ce colloque. Il n'est pas fortuit que des ateliers aient porté sur l'architecture socialiste, ou encore sur la situation sud-africaine après l'Apartheid. L'étude des futurs antérieurs des années soixante-dix, amorcée dans un autre atelier, participe probablement du même mouvement général. Le monde a changé ; certaines idéologies se sont écroulées : socialisme, racisme d'un autre âge, optimisme technologique des années de croissance.

17Scientifiquement, l'heure semble être à une certaine forme de perplexité, en même temps que d'ouverture sur des possibilités en nombre croissant. L'histoire des styles n'en finit pas de mourir sans jamais disparaître tout à fait de la scène, ne serait-ce que parce que les styles sont souvent le résultat des constructions culturelles et politiques qu'on se propose d'analyser. Une histoire culturelle de l'architecture a globalement le vent en poupe, mais son contenu et ses ambitions sont loin d'être clairs. Jusqu'où faut-il aller en direction des autres branches de l'histoire et des sciences humaines et sociales ? Les limites auxquelles a recours l'historien semblent être entre-temps soumises à un double mouvement de sédimentation et de décomposition, ou plutôt de diffraction, ainsi que je l'ai déjà souligné. Des complexités inattendues surgissent à chaque pas ; mais il semble impossible d'en rendre compte de manière globale. Qui oserait aujourd'hui proposer une théorie générale des rapports centre/périphérie, alors même que l'on s'interroge sur la pertinence de tels termes ?

18C'est peut-être à ce stade que se réintroduit subrepticement la question de la mondialisation que j'avais laissée tout à l'heure en suspens. Dans le domaine de la sociologie et de l'histoire des sciences, toute une série d'analyses tendent à souligner les rapports étroits qui se tissent entre la nouvelle économie mondialisée, le caractère stratégique qu'elle accorde à un certain type de savoir, et la recomposition des pratiques de recherche.

19Dans un ouvrage publié il y a une dizaine d'années et intitulé The New Production of Knowledge, des sociologues des sciences opposaient un mode  1/, traditionnel de production du savoir à un mode  2/, caractéristique de sociétés en voie de mondialisation5. Parmi les caractéristiques assignées à ce mode 2, caractéristiques que l'on retrouve énoncées dans d'autres ouvrages du même genre, figurent la réflexivité et l'interdisciplinarité. Réflexivité et interdisciplinarité me semblent précisément deux traits que l'on retrouve dans de nombreuses interventions faites à ce colloque.

20S'interroger sur la construction des limites, ou plutôt sur les limites de la construction des limites, participe à coup sûr de la réflexivité. L'histoire de l'architecture dont il a été question tout au long de ces quatre journées est certainement plus consciente d'elle-même qu'à d'autres moments de son développement. C'est ainsi que l'on peut interpréter, par exemple, certaines des présentations faites dans l'atelier « Histoire, historiens », où il était précisément question des enjeux de la démarche historique et de son opérativité.

21La prégnance du thème de l'interdisciplinarité est encore plus évidente quant à elle. L'époque où l'histoire de l'architecture cherchait à ne dépendre que d'elle-même semble bien révolue.

22Est-ce à dire que nous sommes nécessairement, en tant qu'historiens, les jouets d'une évolution qui nous dépasse infiniment, alors même que nous prétendons repenser les limites ? Un tel pessimisme n'est pas forcément de mise. Car l'histoire peut être aussi un acte politique.

23La question des limites me semble d'ailleurs étroitement liée à la dimension du politique sur trois plans au moins. Le premier peut être illustré facilement au moyen de la vieille histoire de Romulus traçant un sillon, établissant une limite pour fonder Rome. Toute délimitation est de nature politique. La question a été soulevée ce matin de la possibilité d'une utilisation progressiste, ou du moins non entachée d'eugénisme et de racisme, de l'évolution darwinienne. Le problème de la plupart des tentatives de transposition du darwinisme à d'autres domaines que les sciences naturelles, c'est qu'il faut bien commencer par tracer des frontières entre les espèces dont on veut décrire la compétition. C'est bien souvent au niveau de ce tracé que résident la difficulté et les dangers de l'entreprise.

24Bien des contributions ont souligné les connotations politiques, nationalistes, voire même racistes, de certaines lignes de démarcation utilisées par les historiens. Ce qui a été recherché sans doute par de nombreux intervenants, tout au long des quatre jours du colloque, c'est la possibilité d'exhiber et de mobiliser des limites qui ne seraient pas étanches, des limites poreuses, facilitant les échanges, voire les changements d'identité, au lieu de les interdire. On retrouve du même coup l'un des plus vieux thèmes de la géopolitique des frontières, celui de la frontière comme lieu de passage plutôt que comme limite à vocation défensive. Dans le cas de la France, l'historien Daniel Nordman a bien montré comment ces deux conceptions ont constamment cohabité et rivalisé6. Il en va sans doute de même dans notre discipline.

25En même temps qu'elles permettent de distinguer un côté de l'autre, un intérieur d'un extérieur, ou encore un dessus d'un dessous, les limites sont inséparables d'un gradient, d'une hiérarchie. Une autre façon de dire la même chose est d'observer à quel point limites et systèmes de valeurs ont partie liée. J'ai été à ce propos frappé par la récurrence du thème de l'authenticité et par le caractère assez systématique de sa critique, et tout cela au moment où la catégorie du patrimoine ne cesse de gagner du terrain. Dans quel nouveau système de valeurs penser une architecture à l'égard de laquelle la question de l'authenticité se trouverait suspendue, en même temps qu'un nombre croissant de ses productions serait appelé à rejoindre les inventaires du patrimoine ? Il n'est pas simple de répondre à cette question.

26Un second niveau sur lequel il est possible de tenter une lecture politique de ces quatre journées de colloque, tient à la remise en cause de la plénitude traditionnellement associée à l'objet architectural, qui s'opère par l'intermédiaire de son approche au croisement de limites sans cesse plus complexes, de nature en quelque sorte fractale. L'une des raisons d'un certain type de rapport noué entre architecture et pouvoir réside, on le sait, dans l'image de plénitude et de permanence donnée par l'édifice. Le modèle de la pyramide, au croisement des idéaux de puissance et de permanence, n'a cessé de hanter l'esprit de certains architectes et de leurs commanditaires. C'est une vision sans doute moins pérenne, plus souple et fluctuante, qui semble s'imposer au terme de ce colloque. Il y a là encore quelque chose de profondément politique dans ce genre d'orientation. Après l'authenticité, la plénitude semble devoir être remise en cause.

27Dernière dimension, tout aussi politique que la précédente, l'ébranlement probablement décisif de la primauté longtemps accordée à la seule architecture européenne. Ainsi qu'on l'a rappelé à plusieurs occasions, il n'y a pas plus de raison de parler d'architecture non occidentale que d'architecture non orientale. Dépasser ce genre de clivage va de pair avec l'exploration des multiples phénomènes de circulation et d'imprégnation, dont les différentes traditions architecturales portent la marque sur les cinq continents.

28Il ne faut pas se voiler, ce faisant, les épineux problèmes auxquels on s'expose, à la fois dans les départements d'histoire de l'art et dans les écoles d'architecture. En histoire de l'art, la fin du canon européen conduit à repenser totalement l'enseignement de l'histoire de l'architecture selon des modalités qui sont encore loin d'être claires.

29Le problème est encore plus délicat dans les écoles d'architecture que dans les départements d'histoire de l'art. Qu'on le veuille ou non, pour les praticiens de la discipline architecturale et leurs élèves, les œuvres de Le Corbusier ou de Mies van der Rohe possèdent un caractère canonique dont rien ne semble annoncer la fin. En école d'architecture, l'histoire peut-elle aisément s’affranchir de ces contraintes ? Repenser les limites ne suffit pas nécessairement à les abolir en pratique.

30À travers la question des limites, la véritable conclusion de ce colloque pourrait bien résider dans une invitation à repenser à présent le rôle concret de l'historien de l'architecture, dans toutes les tâches où il se trouve engagé et ce, sans se voiler la dimension inévitablement politique d'une telle entreprise.

Note de fin

1 Voir notamment Mark WIGLEY, « Planetary Homeboy », dans ANY, n° 17, 1997, p. 16-23 ; Reinhold MARTIN, The Organizational Complex : Architecture, Media and Corporate Space, Cambridge, Massachusetts, MIT Press, 2003. Par-delà ces épisodes-clés de l'histoire récente de l'architecture, nous avons quant à nous tenté d'explorer sur une plus vaste échelle les possibles relectures de la théorie et de l'histoire de l'architecture rendues légitimes par la montée en puissance de la question du virtuel : Antoine PICON, « Architecture, Science, Technology and the Virtual Realm », dans Antoine PICON, Alessandra PONTE (dir.), Architecture and the Sciences. Exchanging Metaphors, New York, Princeton Architectural Press, 2003, p. 292-313.
2 François HARTOG, Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003.
3 Sur l'apport des Science Studies à l'histoire des sciences contemporaines, voir par exemple Dominique PESTRE, « Pour une Histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », dans Annales Histoire Sciences Sociales, 50e année, n° 3, mai-juin 1995, p. 487-522.
4 Edward SAÏD, Orientalism, New York: Pantheon Books, 1978.
5 Michael GIBBONS, Camille LIMOGES, Helga NOWOTNY, Simon SCHWARTZMAN, Peter SCOTT, Martin TROW, The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, London, Thousand Oaks, New Delhi, Sage Publications, 1994.
6 Daniel NORDMAN, Frontières de France, Paris, Gallimard, 1998.

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Picon, « Repenser les limites de l’architecture : un acte politique », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Antoine Picon, « Repenser les limites de l’architecture : un acte politique », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 04 novembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/2034

Droits d’auteur

Tous droits réservés