Navigation – Plan du site
Architecture, sciences, sciences humaines – Architecture, Sciences, Human Sciences

L'inadaptation des limites géographiques et historiques comme reflet d'une confusion des limites disciplinaires ?

Pierre Pinon

Texte intégral

1Tous les chercheurs dans le domaine de l'histoire de l'architecture ou des formes urbaines ont certainement été, à un moment ou à un autre, confrontés à des aires géographiques ou à des découpages chronologiques admis, mais qui ne se sont pas révélés pertinents. Tel type architectural a une répartition qui ne correspond pas comme on le voudrait à une zone climatique déterminée ou à des frontières nationales modernes. Tel style architectural traverse allègrement et sans grande évolution de longues périodes recouvrant des systèmes politiques opposés.

2À l'évidence, il n'est pas toujours possible de faire coïncider des architectures avec des entités géographiques ou nationales, avec des moments politiques ou des conceptions sociales historiques. Faut-il en conclure que les liaisons traditionnellement établies entre les œuvres d'art d'un côté, et de l'autre la géographie physique et humaine ou l'histoire sociale et politique sont à réviser ? Nous aurions tendance à penser qu’il serait quelquefois salutaire de remettre en cause ces relations trop étroites. Les délimitations traditionnelles erronées pourront toujours être corrigées ponctuellement, mais repenser les limites ne suffit pas en soi et il convient de s'interroger sur les causes de ces délimitations défaillantes, sur cette longue croyance en des correspondances imaginaires.

3Ces coïncidences supposées sont généralement fondées sur des déterminismes divers : les contextes spatiaux (géographiques) et temporels (historiques) fixeraient les formes d'organisation de l'espace architectural, urbain et territorial.

Les déterminismes

4Ces déterminismes à remettre en cause ont une histoire qui remonte aux origines de l'histoire de l'architecture. L'exemple des coïncidences entre races et architectures, qui a pu conduire Emmanuel Viollet-le-Duc1 à inventer les Aryas et leurs maisons de l'Indus ou de la « Médie », est des plus révélateurs. À chaque race (souvent identifiée par un portrait humain), qu’il s’agisse des « Jaunes », des « Sémites », des « Scandinaves » ou des « Sarrasins », correspond un type d'habitation. Charles Garnier et A. Hammann2, bien que mieux informés des découvertes archéologiques, parlent encore des « habitations sémitiques » et des « habitations aryennes ».

5Le premier à avoir développé une théorie sur les liaisons entre races et architectures est certainement Louis-Charles-François Petit-Radel3 (l’élaboration de sa théorie date de la fin du XVIIIe siècle), qui fait des Pélasges les producteurs de toutes les constructions en grands blocs irréguliers, dits aussi murs cyclopéens, de l'Asie Mineure et de la Grèce au Latium et à la Sardaigne. Cette théorie, évidemment erronée, a été contredite dès le début du XIXe siècle, mais sa force résidant dans sa simplicité – une race correspond à une architecture – a connu en France un succès étonnant, que Quatremère de Qincy a, en vain, tenté de combattre. On retrouve ensuite les Pélasges, dans le cours d’histoire de Jean-Nicolas Huyot, puis chez son successeur Hippolyte Lebas, et l'architecture « pélasgique » figure encore jusqu'à la fin du XIXe siècle dans les cours d'histoire de l'École des beaux-arts.

6Ces déterminismes prendront des formes plus ouvertes avec les progrès de la connaissance, mais aussi, de manière opposée, se réduiront quelquefois à des interprétations étroites, notamment avec la montée des nationalismes du XIXe siècle. On tentera alors de faire correspondre les architectures avec les peuples ou les nations modernes – un peuple correspond à une architecture.

7L'Empire ottoman, démembré en pays où la nation se voit identifiée à un peuple, représente un terrain exemplaire. Deux faits sont à noter : les limites de l'architecture ottomane ne sont pas celles de la Turquie et, dans les limites de la Turquie, toutes les architectures ne sont pas ottomanes. Les raisons en sont simplement historiques et proviennent de la nature même et des héritages de l'Empire ottoman qui, dans sa durée et son extension, a englobé successivement des contrées de cultures antérieurement différentes (byzantines, arabes, persanes).

8Ce sont là des formes archaïques de déterminisme architectural qui se trouvent en cause, même si elles persistent encore dans certains pays. D'ailleurs, l'idée que des groupes sociaux ou culturels produisent les architectures que l'on attend d'eux peut s'avérer tout aussi discutable. Pour rester dans le monde ottoman, nous notons d'autres contradictions apparentes. L'occidentalisation de l'architecture ottomane dans le courant du XIXe siècle est un phénomène complexe et paradoxal puisqu'il est d'abord le fait d'architectes ottomans, issus des minorités grecques et arméniennes. Ce sont eux qui imposent l'architecture néoclassique des mosquées, parce qu'ils sont inspirés par l'Occident ou formés en Europe. À la fin du siècle, le style « national turc » est au contraire inventé par des architectes italiens, allemands et français qui, à l’image des courants artistiques en vigueur dans l’Europe occidentale et du goût pour l’exotisme notamment, n'imaginent pas une architecture non orientale en Orient, sans pour autant que le pouvoir ottoman maîtrise réellement cette évolution.

9On pourrait résumer cet état de fait en soulignant que l'architecture occidentale est dessinée par des Ottomans, l'architecture néo-ottomane par des Européens4.

La confusion des limites disciplinaires

10Repenser les limites historiques et géographiques conduit sans doute à revoir les limites disciplinaires, car l'inadaptation fréquente des limites peut être la conséquence d'un mauvais usage de certaines disciplines, arbitrairement plaquées sur d'autres sans précautions suffisantes et susceptibles d’entraîner des « surinterprétations » déterministes, notamment d'ordre politique. Ce système d'interprétation, probablement dû à l'attribution d'une signification extérieure par trop spécifique à tout fait architectural ou urbain, est largement issu d'un usage naïf ou partial d’une pratique des sciences sociales5 plus ou moins bien maîtrisée, par un abus de connotations et de dénotations variées.

11Nous poserons ainsi l'hypothèse que, si les sciences sociales sont indispensables pour comprendre les raisons d'être des œuvres architecturales ou pour connaître leurs conditions d'émergence et de diffusion, elles sont en revanche souvent incapables de rendre compte de leur consistance spécifique, qui réside dans leurs formes, en dépit des affirmations partisanes de certains de leurs représentants qui oublient que pluridisciplinarité et domination sont deux termes exclusifs l’un de l’autre.

12Les sciences sociales ont établi à l’origine certains déterminismes pour tenter d’expliquer, de manière simpliste, les formes architecturales. Les progrès qui ont été faits depuis ont, certes, modulé les excès, mais n’ont pas changé la croyance selon laquelle la fonction crée la forme et, en conséquence, l'explique. Or, les explications fonctionnelles relevant des sciences humaines, généralement inaptes à restituer la forme dans sa totalité, portent sur le contexte et échouent à rendre compte de l’œuvre en tant que telle. Elles en disent davantage en fait sur les sociétés génératrices de la production des œuvres architecturales que sur l'essence architecturale des œuvres elles-mêmes. Si les œuvres d'art sont parfois capables de révéler des faits sociaux, leur étude a-t-elle pour unique objectif de mieux connaître les sociétés ? Faire parler les formes, si l’on est persuadé toutefois qu’elles ont quelque chose à nous apprendre, peut donc être un objectif. Les sociétés, enfin, sont-elles toujours suffisamment conscientes d'elles-mêmes pour produire des œuvres architecturales à leur image ? Autant de réflexions et de questions qui se posent à nous !

Défaillances des limites

13Quelles sont les causes des non-coïncidences et des erreurs d'interprétation que nous observons ? On peut avancer que si une architecture, dans sa répartition spatiale ou dans son cadre temporel, ne correspond pas aux limites géographiques ou historiques reconnues valables pour d'autres domaines que celui de l'architecture, c'est d'une part en raison des contradictions qui peuvent exister entre ces limites, d’autre part en raison du fait que l'architecture (l'organisation de l'espace architectural ou urbain) possède un certain degré d'autonomie.

14Les contradictions internes sont connues des géographes depuis longtemps. Si telle frontière politique ne correspond pas à telle frontière « naturelle », comment expliquer alors une architecture par des frontières qui ne coïncident pas ? Les explications purement géographiques ou historiques sont d'emblée disqualifiées et il est donc nécessaire de les croiser avec d’autres.

15Plus significative encore est l'autonomie de l'architecture, dans ses genèses, ses évolutions et ses inerties, eu égard aux déterminations historiques, politiques ou sociales. Si l’on a renoncé depuis longtemps à faire correspondre l'histoire de l'architecture classique française avec le règne des rois, il faut cependant aller plus loin et remarquer que l'architecture néoclassique poursuit sa course de la fin de l'Ancien Régime à la Restauration, en passant par la Révolution et l'Empire. Le néoclassicisme n'est ni monarchique, ni révolutionnaire, ni impérial. Des dissonances d'une autre nature existent, qui confirment l'indépendance de l'architecture et de son contexte politique, comme par exemple l’existence de formes identiques produites dans des contextes différents. Ainsi, la majorité des villes coloniales, fondées par la France en Amérique et dans l'Océan indien au début XVIIIe siècle, ont des plans orthogonaux très similaires. Or, il s'agit là de fondations militaires ou commerciales, ou de colonies de peuplement qui devraient produire des formes urbaines différentes, mais il n'en est rien, car toutes sont dessinées par des ingénieurs du Génie, qui partagent une même culture technique, héritée de Vauban6.

16Un autre exemple concerne le « retour à l'ordre » de la fin des années 1930 en Europe, qui touche l'Italie fasciste, l'Allemagne nazie, la Russie stalinienne, mais aussi… la France du Front populaire, avec les palais de Tokyo et de Chaillot. Situés à Rome, à Berlin ou à Moscou, ces deux édifices seraient sans doute autrement interprétés que comme une architecture simplement néoclassique. La même architecture peut dès lors connaître plusieurs interprétations, si l'on s'abstient de lui « plaquer » une idéologie a priori et si l'on daigne se préoccuper de la culture de ses maîtres d'œuvre. Ce qui permet de conclure qu’il y a quelquefois indépendance entre les causes internes et externes de production des œuvres, dont il convient toujours de supposer qu'elles relèvent de phénomènes complexes.

Continuités et discontinuités culturelles

17Si les explications fournies par le contexte ne suffisent pas à rendre compte de l'architecture, il importe de chercher à saisir les raisons de son autonomie, en procédant par essai de compréhension des œuvres elles-mêmes.

18Parler des objets nécessite donc également de pouvoir les analyser avec des outils spécifiques, qui ne soient pas mécaniquement empruntés à d'autres disciplines. Il est donc fondamental d'élaborer et d'utiliser des méthodes d'analyse architecturale et urbaine pour révéler ce que chaque objet a de particulier, en commençant par la tâche ni négligeable, ni indigne de la description.

19Il convient également d'être très attentif à la culture des maîtres d'œuvre qui, dans sa continuité, ses héritages ou ses révolutions, peut ne pas coïncider avec les découpages historiques ou géographiques fondés sur d'autres critères. Le système de transmission, de modèle ou de rupture obéit, chez les artistes, à un rythme qui n’est pas obligatoirement lié à celui de l'histoire politique.

20En invoquant uniquement la notion de contexte, les faits architecturaux se réduisent à de simples illustrations, car la surinterprétation vient gauchir la réflexion et les historiens qui, par exemple, ne sont pas formés à l'analyse des morphologies architecturales ou urbaines, ne retrouvent souvent dans les objets que les limites de leur propre vision. Il s’agit d’aller des œuvres aux idées, et non l’inverse.

21S’il existe, évidemment, des relations entre l'œuvre et son contexte, il convient de les situer à un juste niveau. Les directives politiques, l'origine sociale de la clientèle, les modes de financement, les cadres réglementaires ne sont pas sans importance : ils permettent de comprendre les commandes passées aux artistes et expliquent certains choix. Mais les fondements culturels de l'architecture que propose l'architecte lui appartiennent à lui, et à la génération artistique qui est la sienne. Le politique ne crée ni les types, ni les styles : il sélectionne, condamne, favorise, diffuse et, éventuellement, incite. Le maître d'œuvre conçoit selon sa culture, selon des modalités complexes qui ne sont pas réductibles aux différents contextes.

22Si les sciences sociales sont indispensables, elles ne permettent pas, en revanche, d’atteindre l'essence des œuvres. Et c’est finalement leur rendre un mauvais service que de leur laisser croire qu’elles puissent expliquer tous les caractères des œuvres d’art. Nous avons donc la conviction que les problèmes de limites spatiale et temporelle touchent de près la question de limite disciplinaire. La réponse à la question des trois limites, spatiale, temporelle et disciplinaire, serait déjà contenue dans sa présentation ; la troisième expliquerait ainsi les deux premières.

Note de fin

1 Histoire de l'habitation humaine, 1875.
2 L'habitation humaine, 1892.
3 Recherches sur les monuments cyclopéens ou pélasgiques, Paris, 1841 (publication posthume).
4 Voir P. Pinon, « L'Empire ottoman à la fin du XIXe siècle : modernité et tradition en architecture et en urbanisme », dans C. Popescu et I. Teodorescu (dir.), Genius Loci. National et Régional en Architecture : entre Histoire et Pratique, Simetria, Bucarest, 2002, p. 128-132, et « Les paradoxes de l’occidentalisation de l’architecture à Istanbul à la fin du XIXe siècle », dans Romantisme, n° 131, 2006, p. 51-59.
5 Nos réflexions recoupent celles d'Étienne jollet, « La cause de l'œuvre. De la causalité en histoire de l'art » (Revue de l'art, n° 136, 2002, p. 73-78) même si, pour l'architecture, l'inscription sociale, par sa fonctionnalité primaire, est plus forte qu’elle ne l’est dans les autres « arts visuels ».
6 Voir P. Pinon, « Raisons et formes de villes : approche comparée des fondations coloniales françaises au début du XVIIIe siècle », dans C. COQUERY-VIDROVITCH et O. GEORG (dir.), La ville européenne outre mers : un modèle conquérant ? (XVe-XXe siècles), Paris, 1996, p. 27-56.

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pinon, « L'inadaptation des limites géographiques et historiques comme reflet d'une confusion des limites disciplinaires ? », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Pierre Pinon, « L'inadaptation des limites géographiques et historiques comme reflet d'une confusion des limites disciplinaires ? », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 04 novembre 2008, consulté le 29 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/1953

Auteur

Pierre Pinon

Ecole d’architecture de Paris-Belleville – INHA, France

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés