Navigation – Plan du site
Histoire de l'architecture et mise en valeur du patrimoine : pour un dialogue entre restaurateurs et économistes – History of Architecture and valorizing Heritage: discussions between Heritage specialists and economists

Quelques expériences sur la gestion des centres historiques en Amérique latine

Léo Orellana

Texte intégral

1Avec la création du programme SIRCHAL (Revitalisation des Centres historiques d’Amérique latine et des Caraïbes), l’idée était de mettre sur pied un espace d’échanges d’informations. Le terme de réhabilitation a été envisagé pour devenir ensuite revitalisation.

2L’investissement initial de la Banque interaméricaine de développement s’est porté sur Quito, première ville d’Amérique latine à bénéficier du classement Patrimoine mondial. Depuis la signature de la convention du Patrimoine mondial, un véritable engouement a eu lieu : ainsi, Valparaiso a également  reçu ce titre, établi, lui, sur l’idée d’environnement culturel.

3Le projet SIRCHAL prévoyait de constituer un réseau opérationnel de directeurs de projets. Trois séminaires ont été organisés dans cette perspective, à Paris, Quito et Santiago qui ont abouti à la conclusion qu’un modèle ne s’exporte pas, même si on le souhaite, mais qu’on peut en revanche apporter des références.

4Revitaliser un centre urbain impose quatre conditions. La première est de procéder à un diagnostic local : définir une problématique permet de se l’approprier. Le souhait des partenaires concernés était d’obtenir un financement français.

5La seconde condition exige d’identifier les bons partenaires – en dehors des interlocuteurs habituels, ministres chargés de la culture et maires – et de les convaincre du fait que la restauration est bel et bien un investissement. Trouver des partenaires financiers locaux est une garantie d’appropriation du projet. Le recours à la coopération, nécessairement co-financée au risque de voir échouer le projet, exprime en revanche la fragilité des équipes municipales sur le plan de l’organisation et de la gestion. Enfin, ne pas avoir de feed back des autorités politiques dans les quarante-huit heures qui suivent un projet est le signe qu’il n’aboutira pas.

6La troisième condition est l’implication de la société civile. Espaces de concertation conçus selon la méthodologie participative qui inclut les habitants, vingt-huit ateliers ont vu le jour dans presque toute l’Amérique latine. Le patrimoine est un espace de rencontre, de consensus, de démocratie et doit permettre de la part des partenaires locaux, de générer des actions. L’appropriation du patrimoine constitue le moteur pour lancer une démarche de réhabilitation. La définition en commun des objectifs et l’implication locale sont, de plus, les moyens de garantir la continuité du projet.

7La quatrième condition est la mise sur pied d’une structure de gestion pérenne. Seuls, un ministre ou un maire ne parviendront pas à mener une opération de revitalisation. Une structure de gestion est donc nécessaire qui, sous le contrôle de la population, mène le projet à bien. De ce point de vue, gardons à l’esprit le fait que la législation de protection du patrimoine latino-américain est largement calquée sur celle de la France et, partant, inefficace !

8La compréhension des raisons pour lesquelles certains projets n’aboutissent pas est riche d’enseignements. La dernière question qui se pose est celle des critères d’évaluation.

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Orellana, « Quelques expériences sur la gestion des centres historiques en Amérique latine », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Léo Orellana, « Quelques expériences sur la gestion des centres historiques en Amérique latine », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/1677

Auteur

Léo Orellana

Léo Orellana, architecte, coordonnateur du programme SIRCHAL (revitalisation des centres historiques d'Amérique latine et des Caraïbes, direction de l'architecture et du patrimoine/Agence française d'action artistique), (France/Chili).

Droits d’auteur

Tous droits réservés