Navigation – Plan du site
Histoire de l'architecture et mise en valeur du patrimoine : pour un dialogue entre restaurateurs et économistes – History of Architecture and valorizing Heritage: discussions between Heritage specialists and economists

Réhabilitation des centres urbains historiques : apport pour le développement local

Michel Vernières

Texte intégral

1Pour l’économiste du développement signataire de ces lignes, toute opération de réhabilitation d’un centre urbain historique ne peut être défendue, quel que soit son intérêt historique, que si les rares ressources qui lui sont consacrées lui permettent d’atteindre des objectifs prioritaires de développement au bénéfice du territoire considéré. Mais avant de préciser les limites du nécessaire recours au calcul économique (III) et de proposer une grille d’analyse de l’impact de la réhabilitation du patrimoine sur le développement (II), quelques préalables au dialogue entre restaurateurs et économistes doivent être posés (I).

I) Préalables conceptuels au dialogue entre restaurateurs et économistes

2Tout dialogue entre spécialistes de disciplines différentes suppose un accord préalable minimum sur quelques notions-clés nécessaires à un travail collectif. C’est le cas, ici, des notions de développement et de patrimoine.

1) Expliciter l’approche du développement retenue

  • Il n’y a pas un modèle de développement qui s’imposerait quel que soit le territoire. C’est aux populations, en fonction de leur histoire, de leur culture et de leurs valeurs, de le définir et de choisir les objectifs prioritaires et c’est donc au cas par cas qu’il faut préciser l’approche du développement retenue.

    Il est certes possible de dégager un consensus général autour de quelques grandes lignes de définition d’un processus de développement. C’est tout particulièrement le cas de celles proposées par le PNUD autour de la notion de développement humain, qui peut ainsi servir de modèle pour chaque projet de développement territorial.

    Pour le PNUD, le développement humain est le développement :

  • de la population, avec priorité à l’emploi, à l’éducation et à la santé ;

  • par la population, ce qui implique qu‘elle soit consultée et participe de façon active aux décisions ;

  • pour la population, afin que les résultats lui soient bénéfiques en matière de revenu et de bien-être et ne soient pas seulement réalisés au profit de minorités.

3Ces divers éléments forment un tout et sont interdépendants : tout projet précis de réhabilitation urbaine doit donc être conçu et réalisé dans un souci de cohérence et de prise en compte globale.

2) Identifier le patrimoine à valoriser

4Le patrimoine est un ensemble de biens fortement valorisés. Par-delà la difficile et ancienne question que pose la notion de valeur, il convient de prendre en considération ce terme au sens monétaire mais également, d’usage, soit ce qui représente au sens large les bâtiments, monumentaux ou non, et leur environnement naturel ou urbain. Cette valeur estimée par le détenteur du droit de propriété n’a, a priori, aucune raison de correspondre à celle que peuvent lui accorder les collectivités territoriales. En effet, le patrimoine est la source d’effets externes tant positifs – issus en particulier de l’image qu’il véhicule –, que négatifs – en cas de délabrement des constructions par exemple. Mais, que l’on se situe dans l’optique individuelle du propriétaire ou dans celle de la collectivité territoriale, cette valeur est conditionnée par le degré et la cohérence de son intégration dans le développement d’ensemble du territoire.

II) Pour un cadre d’analyse de l’impact de la mise en valeur du patrimoine sur le développement

5Le cadre d’analyse suggéré ici s’appuie sur l’approche globale du développement humain proposée ci-dessus.

1) Des actions conduites par la population ?

6En premier lieu, les détenteurs privés du patrimoine considéré peuvent être informés de sa valeur et incités à l’accroître. Mais l’action privée se heurte aux divergences, évoquées ci-dessus, entre intérêt collectif et intérêt individuel. Dès lors, l’action des pouvoirs publics est essentielle. Cependant, si l'action publique sans le consentement des détenteurs des droits de propriété, au moins passif, est possible (expropriation), elle est toujours délicate politiquement, en l'absence de l'appui du reste de la population.

7L'État a, pour sa part, un rôle important de sensibilisation, d'incitation financière, de coordination et d'appui technique. Mais dans le domaine de la réhabilitation urbaine, les collectivités territoriales occupent une place centrale car elles ont une meilleure connaissance du terrain et sont les plus aptes à mobiliser la population autour de leur projet spécifique de développement. En effet, le point central de telles opérations est l'adhésion et la participation de la population locale, laquelle se réalise à travers l'organisation d'un débat permanent assuré par une équipe en contact avec les habitants et chargée de la réhabilitation et de la valorisation des traditions culturelles locales. Cette démarche, qui s’appuie au demeurant sur elles, est d'autant plus indispensable que, trop souvent, l'idéologie du développement a véhiculé une notion de modernisation en rupture avec les comportements traditionnels. Ces opérations de réhabilitation invitent à souligner l’importance des petits équipements urbains anciens et de leur usage social traditionnel. Mais pour que l’adhésion populaire à ce type d'opérations soit durable, il convient qu'elles garantissent le développement de la population et que les résultats soient tangibles pour elle.

2) Une mise en valeur assurant le développement de la population ?

8Dans ces actions de réhabilitation, l'examen de trois domaines-clés permet de répondre à cette question et de vérifier ainsi la pertinence de ces opérations du point de vue du développement. Il s'agit :

  • de la création d'emplois – directs, pour la rénovation puis pour l'utilisation de ces bâtiments – ; et indirects pour les services induits par les premiers (restauration, hébergement, etc.) ;

  • de l'amélioration de la formation permettant l'accroissement de la qualification de la main-d’œuvre, qu'il s'agisse de formations aux techniques traditionnelles ou à des techniques modernes de restauration et de maintenance, ou aux savoirs exigés par les services induits évoqués ;

  • de favoriser l'amélioration de l'état sanitaire des habitants en combinant, avec les travaux de réhabilitation, ceux relatifs à l'assainissement et à l'adduction d'eau.

3) Des résultats tangibles pour la population ?

9Les éléments prioritaires identifiés ci-dessus ne donnent des résultats tangibles pour la population que si peuvent être vérifiées deux conditions essentielles. En premier lieu, ces opérations doivent assurer le maintien sur place des habitants. S’il s'agit bien sûr d'éviter d'éventuelles expulsions dès le début du projet, il convient que par la suite l'évolution des coûts du foncier, tant des terrains que des logements, soit maîtrisée, de sorte que les habitants puissent à terme se maintenir sur leur lieu d’origine.

10La deuxième condition repose sur le fait que ces opérations accroissent les revenus et le bien-être de la majorité des habitants et que les résultats bénéfiques ne soient donc pas confisqués au profit de petites minorités. Pour analyser ces différents points, la coopération de spécialistes de différentes disciplines s'impose, dont celle des économistes.

III) Nécessité et limites du calcul économique

11En premier lieu, identifier et suivre l'évolution des relations entre développement et opérations de réhabilitation suppose de mettre au point des indicateurs appropriés à chaque cas. En effet, en raison de la diversité des situations rencontrées selon les caractéristiques, l'histoire et la culture des différents territoires, il n'est pas souhaitable de recourir à des indicateurs prétendument universels importés d'un autre contexte. Le calcul économique, indispensable pour traiter avec pertinence du projet proposé en dépit de l’aide d’indicateurs considérés comme adéquats, demeure un exercice délicat, toujours contestable, et dont il faut donc bien préciser les limites comme celles du calcul coûts/avantages. L’estimation des coûts, sous réserve des fréquents dépassements de devis et des impondérables, est un exercice familier aux restaurateurs et donc, relativement fiable. L’estimation des avantages attendus de l’opération est en revanche beaucoup plus hasardeuse. Celle-ci repose en effet pour le moins sur trois séries de difficultés issues de l’évaluation : ressources financières, avantages directs et indirects.

1) Approche financière

12Évaluer les ressources financières disponibles pour la conduite de l’opération envisagée est un préalable indispensable à sa réalisation. L’origine de ces ressources est un premier élément à prendre en considération. En effet, selon qu’elles sont publiques ou privées, d’origine étrangère, nationale ou locale, leurs modalités de gestion, leurs délais d’obtention effective et la garantie de leur versement vont varier. Dans la mesure où ce type d’opérations se déroulent nécessairement, comme c’est la règle, sur une assez longue durée, la permanence des financements sur cette temporalité est un enjeu crucial.

13À l’image de ce qui est pratiqué dans des pays comme la France, le recours à des outils fiscaux est souvent proposé. Il peur s’agir de déductions fiscales à des fins d’incitation au financement par des agents privés incluant le prélèvement sous forme de taxes d’une partie de la plus-value réalisée par les bénéficiaires à la suite de ces opérations. Mais le recours à la fiscalité rencontre en ce domaine de nombreuses limites. La première est, dans de nombreux pays du Sud, la faiblesse de l’impôt direct sur les personnes physiques et sur les sociétés. De plus, en cas de déductions fiscales, elle n’est par définition qu’incitative. Enfin, la multiplication des formules de déduction à l’exemple du cas français complique le système fiscal, favorisant les possibilités de fraude ou d’évasion. Elle alourdit enfin la charge d’une administration fiscale qui, dans de nombreux pays, est déjà extrêmement sollicitée et ne peut assurer tous les contrôles nécessaires. Quant à la création de taxes spécifiques ou à l’alourdissement de taxes existantes, c’est là une question qui ne peut être envisagée partiellement et interroge la structure fiscale dans son ensemble.

2) L’évaluation des avantages directs

14Le premier gain réalisable à l’issue d’opérations impliquant la réhabilitation d’un ou de plusieurs monuments est lié aux dépenses effectuées par les visiteurs. Mais, trop souvent, les projets surestiment leur nombre et l’accroissement de la fréquentation n’est de plus pas nécessairement suivi proportionnellement de celle des recettes. En effet, les touristes ne sont pas les seuls visiteurs potentiels et l’estimation préalable du type de clientèle à venir est donc importante. La nature de la demande et la capacité financière diffèrent fortement selon que les visiteurs sont des enfants en âge de scolarisation, des familles locales, des touristes nationaux ou étrangers. C’est là une estimation essentielle pour l’évaluation d’un second type de gains directs pour le territoire considéré, celui des dépenses effectuées sur place par les visiteurs. Il s’agit des dépenses de restauration, hébergement, achalandage…

3) La délicate question des avantages indirects

15Outre les avantages directs évoqués ci-dessus, une opération de réhabilitation urbaine entraîne, pour le territoire considéré, toute une série d’effets indirects, généralement essentiels, mais particulièrement délicats à quantifier. Il s’agit d’avantages situés en dehors de l’activité patrimoniale au sens strict.

16Toute opération de réhabilitation suscite un accroissement de l’activité économique induite par les dépenses initiales qu’elle entraîne. C’est ce que les économistes appellent un effet de multiplication. En effet, les revenus encaissés par les bénéficiaires directs du projet donnent lieu, sur le territoire, à des dépenses qui engendrent à leur tour de nouveaux revenus et ainsi de suite. La dépense initiale est donc bien multipliée. Aussi, pour toute analyse coûts/avantages, le choix des coefficients multiplicateurs est essentiel et délicat car ils dépendent de la capacité du territoire à retenir ces revenus. Ainsi, ces multiplicateurs seront faibles si la nourriture est importée, les salaires versés à des personnes ne résidant pas sur place, ou si les habitants s’approvisionnent à l’extérieur. Plus difficile encore est la quantification des effets induits par l’amélioration de l’image du territoire réalisée grâce à la réhabilitation. L’amélioration du cadre de vie ou le prestige supplémentaire du lieu peuvent attirer des habitants potentiels comme des activités nouvelles. Cette opération peut être fortement valorisée, soutenir des campagnes de promotion ou induire des comportements d’attachement à telle ou telle région. Les activités productives locales peuvent, quant à elles, utiliser cette image du territoire nouvellement revalorisée comme un atout commercial majeur.

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Vernières, « Réhabilitation des centres urbains historiques : apport pour le développement local », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Michel Vernières, « Réhabilitation des centres urbains historiques : apport pour le développement local », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/1668

Auteur

Michel Vernières

Michel Vernières, professeur émérite d'économie politique, Université de Paris I, spécialiste d'économie du développement et de l'économie des ressources humaines, membre du Haut Conseil pour la coopération internationale (HCCI), dont il préside le groupe de travail  « La recherche pour et sur le développement », président d'honneur et membre du comité de direction du GEMDEV (Groupement d'Intérêt scientifique pour l'étude de la mondialisation et du développement), auteur notamment de Développement humain. Économie et politique, Paris, Economica, 2003 ; Nord-Sud. Renouveler la coopération, Paris, Economica, 1995 ; Économie des Tiers-mondes, Paris, Economica, 1991.

Droits d’auteur

Tous droits réservés