Navigation – Plan du site
Histoire de l'architecture et mise en valeur du patrimoine : pour un dialogue entre restaurateurs et économistes – History of Architecture and valorizing Heritage: discussions between Heritage specialists and economists

Introduction

Christine Mengin

Texte intégral

1Le patrimoine architectural et urbain non occidental est souvent menacé. Les facteurs de déshérence sont multiples : pauvreté, perte de sens et donc des savoir-faire liés au bâti, restauration inappropriée, brutalité des investisseurs. Dans un monde idéal, les centres urbains historiques dégradés feraient l’objet d’une restauration et d’une mise en valeur savante et respectueuse, dans le cadre d’une dynamique économique garantissant à leurs habitants des conditions de vie meilleures et durables.

2Par rapport à cet horizon lointain et aux immenses questions qui lui sont liées, l’objectif de l'équipe proposant l’atelier est délimité, à défaut d’être modeste : rapprocher restaurateurs et économistes, en élaborant un langage commun et des références partagées. Deux mondes qui généralement s’ignorent sont amenés à intervenir sur l’architecture des centres urbains anciens des pays en voie de développement : les spécialistes de la restauration et de la conservation du patrimoine d’une part, les investisseurs d’autre part. Leurs critères quant au succès d'une opération divergent. Pour les spécialistes du patrimoine, ils sont de nature scientifique : fidélité à la substance d’origine et à l’authenticité du bâti, respect des remaniements et apports témoignant de son histoire, recherche de solutions à la fois pérennes, lisibles et formellement intégrées. Sans même parler des investisseurs à la recherche du seul profit, les institutions agissant dans le cadre de l'aide au développement ont des critères de nature économique. Dans les centres urbains ou les quartiers très dégradés et donc de faible activité économique, les bénéfices attendus d'une intervention de rénovation d'édifices ou d'espaces collectifs sont l'augmentation aussi bien de la valeur immobilière que de la sécurité de ces sites et la création d'un environnement favorable au développement durable de multiples activités économiques (tourisme, commerce, services culturels et de formation, etc).

3Pour rapprocher ces points de vue, c'est-à-dire pour établir un dialogue efficace entre la compréhension du patrimoine et sa mise en valeur économique, il nous semble que l’histoire de l’architecture, par sa situation au croisement de plusieurs disciplines et par les savoirs qu’elle mobilise, a un rôle à jouer. Grâce à la connaissance historique, à l'analyse formelle, à la compréhension culturelle, mais aussi grâce à sa familiarité avec les enjeux socio-économiques, elle est à même de poser les conditions d’une restauration pérenne, conforme aux objectifs du développement durable.

4Dès lors, le franchissement des limites disciplinaires consiste en la rencontre entre spécialistes du patrimoine bâti et économistes.

5Afin de donner un cadre commun à la réflexion, l’atelier s’articule autour de la présentation d'exemples de restauration de centres urbains historiques dans un contexte de développement économique local :

  • La réhabilitation du patrimoine historique de Porto Novo (Bénin), coordonnée par l'École du patrimoine africain.

  • La mise en valeur d'Ouro Preto (Brésil), dans le cadre du programme Monumenta lancé en 2002 par la Banque interaméricaine de développement et le gouvernement brésilien.

6Le projet de réhabilitation de Porto Novo est présenté par un conservateur du patrimoine : Alain Godonou, directeur de l'École du patrimoine africain, tandis que le programme Monumenta, qui concerne plusieurs centres-villes brésiliens, l'est sous l'angle économique ; Catherine Mathieu, maître de conférences en économie à l'Université de Campinas, retraçant notamment les modalités du calcul de la valeur auquel la Banque interaméricaine de développement a procédé pour fixer le montant du prêt.

7L'attitude des deux grands bailleurs de fonds que sont la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement par rapport au patrimoine culturel est ensuite mise en perspective par l'historienne de l'art et économiste Marina Galvani, directrice à la Banque mondiale du programme artistique.

8Puis les exemples présentés sont commentés en fonction des points de vue de différentes disciplines. Michel Vernières, professeur émérite d'économie à l'Université de Paris I et membre du Haut conseil de coopération internationale, analyse l'apport de la réhabilitation des centres urbains historiques pour le développement local. Gérard Grellet, professeur d'économie et directeur de l'Institut du tourisme de l'Université de Paris I, décrit les conditions et perspectives du développement du tourisme. Marie Berducou et Denis Guillemard, maîtres de conférences en conservation-restauration des biens culturels dans la même université, exposent les différentes valeurs susceptibles de fonder la décision de conserver et les questions liées aux choix que doit opérer le restaurateur.

9Dans sa volonté d'instaurer un dialogue construit entre économistes et restaurateurs, l'atelier a ceci d'atypique qu'il ne repose pas sur la restitution de résultats de recherche mais se conçoit comme une séance de travail inaugurale, réunissant des collègues venus opérer un déplacement par rapport à leur discipline et impliquant de la part de chacun un effort accru de pédagogie. Les observations du public, composé de collègues et correspondants, s'inscrivent dans la même dynamique.

10En conclusion, l'architecte Léo Orellana, coordinateur du programme SIRCHAL (revitalisation des centres historiques dans les villes d'Amérique latine et des Caraïbes), mené conjointement par la direction de l'architecture et du patrimoine et l'Agence française d'action artistique, tire en termes opérationnels les enseignements de l'atelier.

11Au total, tant les interventions que les commentaires du public font apparaître de très nombreuses considérations à prendre en compte pour la définition, la mise en œuvre

12et l'évaluation d'un projet de mise en valeur d'un centre urbain patrimonial. Elles seront brièvement subsumées ci-après.

13Au stade de la préparation du projet, l'analyse de la situation en amont relève de trois rubriques distinctes : l'aspect patrimonial, les aspects sociaux-économiques, les aspects institutionnels. L'analyse patrimoniale comprend des éléments d'histoire de la ville et des quartiers concernés, l'étude de la trame urbaine, l'inventaire des édifices, l'analyse typo-morphologique de la substance bâtie, ainsi que l'état et l'usage actuel des édifices concernés. Elle doit procéder à l'examen des outils de conservation : reconnaissance (inscription/classement, local, national, international), qualité et accessibilité des données disponibles, cadre juridique existant, potentiel de savoir-faire. L'analyse socio-économique doit s'intéresser à la structure de la population, à l'activité économique du quartier, à l'équipement et au potentiel touristiques, aux autres ressources liées au patrimoine culturel. La compréhension de la situation institutionnelle englobe la répartition des compétences entre les différents acteurs, des ministères concernés aux élus municipaux, avec une attention spécifique à l'administration du patrimoine et à l'éventuelle implication du secteur privé dans la mise en valeur du patrimoine bâti.

14Ces éléments de contexte étant connus, il convient, dans la perspective du projet de réhabilitation, de s'interroger plus précisément sur l'image du quartier et de la ville localement, régionalement, dans le pays, sur le plan international. Cette image est un élément essentiel de l'évaluation économique contingente. De même, le statut de la propriété foncière, les structures de prêt, les mécanismes fiscaux incitatifs, la sensibilité de la société civile et la position des leaders d'opinion, la réception du projet de mise en valeur par les habitants sont-ils essentiels à prendre en compte.

15Pour mettre sur pied le programme d'intervention, il faut décider comment traiter le périmètre urbain concerné (globalement ; maison par maison ; en identifiant les points où converge la communauté). De redoutables questions se posent, si l'on veut envisager la démarche de restauration comme une démarche sociale : comment mettre en œuvre une méthodologie participative impliquant la société civile ? Sur quelle valeur fonder les choix de restauration : l'ancienneté, la remémoration, la contemporanéité, la nouveauté de l'objet/de l'ensemble ? Sur le plan pratique, il faut décider des interventions prioritaires (toitures, monuments …), mais aussi fixer des lignes directrices pour la restauration : faut-il masquer les interventions, les rendre visibles, permettre leur réversibilité ? Quels matériaux employer pour la complétion d'un édifice ?

16Garantir la pérennité de la réhabilitation suppose de contrôler l'adaptation des nouvelles constructions à l'environnement et d'empêcher les opérations dénaturant l'ensemble urbain. De ce point de vue, la sensibilisation des aménageurs et des architectes constitue une piste, de même que la formation d'artisans spécialisés et la mise en place d'une structure de gestion durable.

17Si l'on veut que la revitalisation se fasse au bénéfice et non au détriment des habitants, il faut mesurer l'impact de la transformation du cadre de vie, de l'amélioration des logements et du risque de gentrification qui s'ensuit sur leur vie quotidienne. La stabilisation des ressources économiques doit inclure des retombées qui ne soient pas seulement touristiques, mais complémentaires au tourisme. En particulier, la zone historique doit être intégrée à la gestion de l'ensemble urbain. Mesurer l'investissement nécessaire suppose un calcul de type coût-bénéfice ou de type coût-efficacité, qui chiffre la valeur économique.

18Là aussi, différentes méthodes s'offrent : usage direct, indirect ; non usage : valeur d'option, d'existence, de transmission/évaluation contingente, « disposition à payer » de la population. Le seuil de rentabilité peut-il inclure l'anticipation d'une « plus-value culturelle » dans le retour sur investissement ?

19L'estimation de l'accroissement de l'activité, mais aussi de la charge touristique constitue un aspect essentiel. Le risque d'érosion touristique doit être mis en regard des retombées économiques et l'accessibilité de la zone patrimoniale des monuments historiques, garantie. Toutes sortes de moyens seront utilisées pour sensibiliser le public, local et international, à l'architecture vernaculaire, à la spécificité constructive et architecturale des édifices remarquables, mais aussi à l'architecture plus récente.

20Pour le succès du projet de réhabilitation et son appropriation locale, l'identification de partenaires locaux : acteurs institutionnels à même de porter le projet dans la durée, gestionnaires fiables, soutiens financiers sur place, appui des autorités politiques locales est essentielle.

21Enfin, une dernière série de questions a trait aux critères d'évaluation du succès de l'opération de mise en valeur. Ces critères concernent la qualité et la durabilité de la réhabilitation, mais aussi l'inscription du projet dans une démarche globale de développement humain, bénéfique pour les habitants. Comment combiner ces différentes questions dans un cadre d'analyse complexe, à même de convaincre que la restauration d'un patrimoine bâti constitue un investissement durable ? Comment parvenir à une définition commune des objectifs en termes de développement d'un projet de mise en valeur d'un centre urbain patrimonial ?

22L'atelier « Histoire de l'architecture et mise en valeur du patrimoine : pour un dialogue entre restaurateurs et économistes » est le premier pas d'un réseau de recherches, provisoirement intitulé « patrimoine et développement », en cours de constitution à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Ce réseau se donne pour objectif d'analyser à quelles conditions la restauration et la valorisation d'un patrimoine peuvent constituer un investissement financier durable, économiquement viable et socialement profitable. Entrent en ligne de compte les préoccupations non seulement des spécialistes du patrimoine et des développeurs, mais aussi celles des populations locales. De même, les dimensions touristiques et environnementales de ces actions de mise en valeur seront-elles particulièrement prises en considération. Ce réseau est soutenu par les UFR d'histoire de l'art et archéologie, de géographie et par l'Institut du tourisme. Composé du petit noyau de collègues à l'origine de cette initiative, il est ouvert à tous les chercheurs intéressés, à un titre ou à un autre, par cette problématique et bénéficie en outre de la participation de professionnels tant de la conservation que du développement. Il est à noter que si la notion de développement semble concerner au premier chef les pays du Sud, elle inclut également les questions de développement local et régional au Nord comme au Sud.

23De même, si, dans un premier temps, le réseau a choisi de s'intéresser aux centres urbains anciens, il a vocation à traiter de la mise en valeur d'autres types de patrimoine. Le but final est d'élaborer une méthode d'approche complexe de la valorisation du patrimoine, matériel et immatériel, et de la tester puis de la valider progressivement en la confrontant à différents exemples, choisis dans tous les continents.

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Mengin, « Introduction », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Christine Mengin, « Introduction », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 02 novembre 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/1634

Auteur

Christine Mengin

Christine Mengin, maître de conférences en histoire de l’architecture, Université de Paris I, prépare une habilitation à diriger des recherches sur le thème « aide au développement et patrimoine architectural ». Directrice de la filière de Conception et mise en œuvre de projets culturels (1994-1997), enseignante dans le cadre du DESS « Histoire et gestion du patrimoine culturel » (1993-1998), directrice de l'U.F.R. d'Histoire de l'art et archéologie de l'Université de Paris I (1998- 2000), conseillère technique du ministre de la Recherche pour les sciences humaines et sociales (2000-2001) ; délégation CNRS (2001-2003), Visiting Senior Fellow, CASVA (National Gallery, Washington D.C., juin-juillet 2004).

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés