Navigation – Plan du site
Limites disciplinaires

Limites de l’histoire et politique aux limites

Jean-Louis Cohen

Texte intégral

1Les déterminations politiques de la culture architecturale ont fait l’objet de maintes recherches depuis les années soixante qui ont tendu, si l’on en reste à l’architecture du vingtième siècle, à briser les représentations superficielles d’une architecture « nazie », « fasciste » ou « stalinienne ». L’inscription de l’histoire dans la politique connaît aussi d’autres modalités. La constitution des identités collectives passe par la formation et l’utilisation de schèmes mémoriels, dans lesquels les édifices et les territoires jouent un rôle éminent par leur capacité à cristalliser les expériences et à constituer des repères perceptibles par les populations. Dans ce cadre, l’histoire de l’architecture a pu être sollicitée pour produire les récits mythiques utiles aux politiques d’occupation et de colonisation, tout comme aux politiques d’émancipation qui leur ont succédé. L’illusion d’une approche autonome à la discipline historique, étanche aux pressions politiques et résistante à l’intériorisation de celles-là par les chercheurs doit donc être dissipée.

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Cohen, « Limites de l’histoire et politique aux limites », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Jean-Louis Cohen, « Limites de l’histoire et politique aux limites », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 02 novembre 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/1584

Auteur

Jean-Louis Cohen

Jean-Louis Cohen est architecte et historien. Ses recherches ont porté notamment sur l’architecture et l'urbanisme du XXe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis, les formes de l’internationalisation et les cultures régionales, la modernisation de la forme urbaine à Paris et l’urbanisme dans le Maroc du protectorat français. Il est professeur d’histoire de l’architecture à l'Institute of Fine Arts de New York University.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés