Navigation – Plan du site
Repenser le XIXe siècle : reflets du débat européen sur l'Italie – Rethinking the 19th Century: Italy and European debates

Spécialisation des disciplines et enseignement de l'Antiquité : glissements du centre de gravité entre Vienne et l'Italie

Francesca Torello

Résumé

The intervention considers some aspects of the shifts in relative weight between Vienna and Italy during the XIX century, in the field of research and study, but most of all in the teaching of the Antiquity. The stories of some important actors, from the beginning to the end of the century, allow to outline, together with the transformation of cultural policies and political needs, the changes in reciprocal influences of the two countries, the path towards the establishment of new and more strict disciplinary boundaries, the rich consequences of the relatively undefined situation of the transformation phases.

Texte intégral

1La structure de cette intervention découle de l’idée de mettre en relation deux histoires : celle de l’archéologue autrichien Emanuel Löwy et de son activité d’enseignant à Rome entre 1889 et 1915, et celle de l’architecte triestin Pietro Nobile, appelé à l’Académie de Vienne en 1818 pour y réformer les études d’architecture.

2L’histoire de ces protagonistes de la vie intellectuelle me servira de prétexte pour suivre le glissement qui s’opère entre l’Autriche et l’Italie dans les domaines de l’architecture, de l’archéologie et de l’histoire de l’art, qui intègrent la création de nouveaux secteurs, redéfinissant les limites de ces disciplines et transformant radicalement l’étude et l’enseignement de l’Antiquité.

3En 1889, Emanuel Löwy est appelé à Rome, pour un cours intitulé : « Archéologie et histoire de l’art ancien »1. À son arrivée, il est confronté non seulement au travail académique mais aussi à la réorganisation de ces structures et de ces matériaux considérés comme fondement de l’enseignement, qui se trouvaient alors dans un état de grande désuétude. Un de ses collègues allemands, une année avant l’arrivée de Löwy à Rome, raconte dans sa correspondance qu’« enseigner systématiquement l’archéologie à Rome est pour le moment impossible, car il y manque un appareil scientifique avec lequel illustrer toutes les étapes principales du développement de l’art classique » Références exactes de la citation ?

4Cette description de la situation de l’archéologie italienne m’a rappelé une partie de la correspondance de Pietro Nobile qui, arrivé à Vienne en 1818 avec pour mission de réformer l’École d’architecture de l’Académie de Vienne, écrit : « I signori Professori mancano di conoscenza di lingue per intendere le opere italiane, francesi, e quello che è peggio non hanno veduto, né studiato i Monumenti della miglior Architettura Romana, sopra cui si devono estendere le loro lezioni e insegnamenti. Nessun dissegno si trova nell'Accademia di Architettura, che rappresenti un Monumento antico, o un Edifizio di classico Architetto, o un dettaglio di buon gusto nelle modinature, e parti architettoniche. La Biblioteca [...] niun opera possiede sull'antichità della Grecia, e di Roma, di Stuard e Piranesi, sugli Edifizi italiani di Palladio, di Scamozzi, ecc.[...]2 » On se demande alors quelle transformation a eu lieu pendant les soixante-dix ans qui séparent ces deux histoires, pour que le centre de gravité se soit déplacé de manière tellement sensible entre les deux pays, et que la référence de l’Italie en matière d’étude de l’Antiquité, encore très fortement perçue ainsi au temps de Nobile, soit ainsi à la fois dépassée et définitivement perdue.

5En 1814, le Politechnisches Institut de Vienne, créé sur la base de l’expérience de la première école polytechnique dans les territoires de l’Empire fondée à Prague en 1806 sur le modèle français, rend prioritaire la réforme des études d’architecture à l’Académie de Vienne, en raison de la compétition très forte entre les deux écoles dans le domaine de l’enseignement technique.

6Plusieurs architectes parmi les plus renommés de l’époque Biedermeier se présentent alors au poste de directeur de l’École d’architecture vacant en 1816. Mais la tâche importante de la réforme est confiée à un jeune provincial sans expérience ni renommée publique3, apparemment sur intervention directe de l’Empereur.

7En réalité Nobile, en raison de son parcours professionnel et personnel tout à fait original, fait figure de lien idéal entre le milieu viennois qu’il connaît depuis ses années de formation et sa culture d’envergure, forgée grâce à ses séjours à Rome ou quand il était au service de l’administration française de Trieste. L’origine, française, de sa culture technique représente également l’une des richesses « stratégiquement intéressantes » de sa formation professionnelle et par ailleurs un objectif clair de la politique des Habsbourg, comme l’a prouvé la création d’une École polytechnique à Vienne. On se concentrera plutôt sur les aspects de la culture architecturale de l’époque plus étroitement liés à l’étude de l’Antiquité et qui initiaient la diffusion de la culture de la conservation alors naissante.

8Nobile est en contact avec la culture architecturale la plus avancée, en particulier avec celle de la conservation, en passe d’être diffusée tant en France qu’à Rome4. Pendant ses séjours à Rome, il rencontre Canova, à l’époque inspecteur général des beaux-arts pour l’administration papale, et Valadier, déjà actif dans le milieu de la restauration.

9Si l’on considère que les premières interventions pour la sauvegarde des biens et bâtiments menacés datent de la Révolution française et que le premier acte officiel en ce sens est la circulaire Montalivet de 1810, alors tant l’activité de Nobile à Trieste pour l’Imperial Regia Direzione delle Pubbliche Fabbrichequi inclut la rédaction en 1813 d’un projet relatif aux Antiquités architectoniques d'Illyrie – que son activité de réforme des études d’architecture à Vienne après 1818 – qui rend obligatoire l’étude directe des monuments à Pola et Spalato pour les boursiers du voyage de Rome – montrent qu’il faisait partie d’une élite culturelle très en avance sur son temps et avait des références bien plus vastes que celles offertes par une ville provinciale comme Trieste.

10Les étudiants de Nobile et de leurs contemporains à l’Académie ont une formation intellectuelle très large avec des limites disciplinaires très floues, ou des aptitudes professionnelles et scientifiques qui se redéfinissent tout au long de la vie.

11Rudolf von Eitelberger incarne bien ce parcours, devenu suppléant de philologie classique à l’Université de Vienne sans formation universitaire spécifique dans cette discipline, quitte plus tard son poste d’enseignant d’histoire à l’Académie, supprimé au cours de la réforme du Ministre Thun, pour obtenir la première chaire de Kunstgeschichte und Kunstarchäologie à l’Université de Vienne, créée en 1852 avec trois sections distinctes consacrées à l’art, la littérature et la musique, l’esthétique.

12Il est impossible ici de rappeler les innombrables fonctions dont est chargé Eitelberger au cours de sa carrière, parmi lesquelles, en 1850, la création de la très importante k.k. Central-Commission zur Erforschung und Erhaltung der Baudenkmale, première structure de contrôle pour l’étude et la conservation des monuments. Son parcours n’a d’ailleurs à l’époque rien d’exceptionnel : si les architectes sont aussi bien archéologues, les historiens peuvent être experts en histoire de l’art et conseillers de collectionneurs privés et responsables de musées, ainsi que journalistes et, parfois, « ambassadeurs » ou « espions » du milieu culturel. La confusion des rôles tenus par les intellectuels se retrouve également chez leurs commanditaires de la haute bourgeoisie. La culture des grandes familles viennoises, comme les Todesco, les Sina, les Ephrussi, les Epstein, pour ne citer que quelques noms, fondée sur l’exemple de l’aristocratie anglaise, était cosmopolite, urbaine et mercantile, et l’appropriation de l’héritage classique, grec en particulier, représentait une valeur importante. Les modalités de cette appropriation étaient comparables : financiers de fouilles en Asie Mineure, des collections de fragments anciens, ou maîtres d’oeuvre de palais sur la Ringstrasse, utilisant ces fragments sur des « façades musée »5.

13C’est du mélange des disciplines et des points de vue dans l’étude de l’Antiquité que dérivent les échanges et les croisements, à la source de la richesse même de la culture de ces années-là.

14Et cependant, les limites disciplinaires étaient établies de façon assez claire et si la génération suivante, celle de Löwy, reçoit encore une formation enrichie par ces contacts hétérogènes, elle paraît suivre désormais des parcours académiques très précis. Au fil du temps, c’est l’approfondissement de l’étude scientifique qui rendra plus difficilement acceptable cette superposition, caractéristique des générations précédentes, à laquelle chaque discipline doit en grande partie l’origine de son développement en tant que secteur d’étude indépendant.

15Ce qui est intéressant pour notre histoire toutefois c’est que, comme dans le cas de Nobile presque un siècle auparavant, la diversité disciplinaire acquise à Vienne pendant sa formation par Löwy, a constitué pour les Italiens un objectif scientifique et « stratégique » fondamental. L’appel de Löwy correspond en effet au désir de certaines élites académiques italiennes, qui date déjà des années 60, de mettre à jour les connaissances de l’école archéologique italienne du point de vue de la culture figurative, c'est-à-dire d’une « nouvelle » discipline appelée Archäologie der Kunst, ou archeologia figurata, déjà fort développée et répandue en Allemagne.

16Löwy avait été l’élève d’Otto Benndorf et Alexander Conze, ce dernier étant titulaire, de 1869 à 1877, de la première chaire d’archéologie de l’Université de Vienne et fondateur d’un Seminar considéré comme modèle en Italie dès sa création6. Il offrait donc, d’un côté la possibilité de rénover l’école italienne en évitant l’accès direct à l’école allemande et, de l’autre, de jouir de l’intégration opérée dans le milieu viennois entre archéologie et histoire de l’art. L’importance de la présence de Löwy en Italie et de son rôle est en effet reconnue de la même façon par une génération importante d’archéologues italiens, comme par toute une école d’historiens d’art.

Note de fin

1 Maria Monica donato « Archeologia dell'arte. Emanuel Loewy all'Università di Roma (1889-1915) », dans Ricerche di Storia dell'Arte, n° 50, 1992, p. 62-75.
2 Gino pavan, Pietro Nobile architetto, 1776-1854. Studi e documenti, Istituto Giuliano di Storia, Cultura e Documentazione, Trieste/Gorizia, 1998, document n° 2, p. 179.
3 La possibilité que Nobile ait seulement été le contact viennois d’un architecte plus connu et déjà célèbre, probablement dans le milieu milanais, soutenue à propos des travaux de Nobile pour la cour de Vienne et en particulier pour la Burgtor, a été discutée ailleurs. Voir Gino Pavan, dir., Atti del Convegno « L'architetto Pietro Nobile (1776-1854) e il suo tempo », Trieste, 7-8 maggio 1999, numéro monographique de Archeografo triestino, série IV, vol. LIX (CVII), Trieste 1999, p. 158-194, et Francesca torello, Who is provincial ? Reciprocal influences in architectural culture between Vienna and the capital cities of the Habsburg Empire, Seventh International Conference on Urban History, Athènes-Pirée, 27-30 Octobre 2004.
4 Voir Elisabetta Pallottino, « Il restauro architettonico a Roma nei primi trent’anni dell’Ottocento : note sulla nascita del problema della conservazione » dans Ricerche di Storia dell’arte n° 16, 1981, p. 65-70.
5Voir Anton bammer, Architektur als Erinnerung. Archäologie in Grunderzeitarchitektur in Wien, Archaologisch-Soziologische Schriften, Band 2, Selbstverlag Osterreichische Gesellschaft für Archäologie, Vienne, 1977.
6 À propos du projet de création d’une École supérieure d’archéologie, en 1876, voir Marcello barbanera, L’archeologia degli italiani. Storia, metodi e orientamenti dell’archeologia classica in Italia, Editori Riuniti, Rome, 1998, p. 68.

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Torello, « Spécialisation des disciplines et enseignement de l'Antiquité : glissements du centre de gravité entre Vienne et l'Italie », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Francesca Torello, « Spécialisation des disciplines et enseignement de l'Antiquité : glissements du centre de gravité entre Vienne et l'Italie », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 31 octobre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/1279

Auteur

Francesca Torello

Facoltà di Architectura 2 del Politecnico di Torino, Italie

Droits d’auteur

Tous droits réservés