Navigation – Plan du site
Styles et périodisation : méthodes croisées dans l'approche de l'architecture des XVIIIe et XIXe siècles – Styles and periodisation: inter-related methodologies for understanding 18th and 19th Centuries Architecture

De la rupture au progrès (1840-1860)

Jean-Michel Leniaud

Texte intégral

1On se propose d’étudier la période 1840-1860 en analysant le mouvement qui conduit de la sortie de l’Antique au style « de nos jours ». Cette évolution se caractérise d’abord par l’engouement médiévaliste : on l’interprète comme une « rupture », la plus importante dans l’histoire des styles depuis le retour de l’Antiquité à la Renaissance. Pour affiner ce concept de « rupture », on emploiera une deuxième caractérisation : celle de « primitivisme ». La « rupture » gothique conduit successivement, ou plus ou moins pêle-mêle, du premier âge gothique au paléochrétien en passant par le roman et le byzantin. En d’autres termes, chaque fois qu’une époque est déclarée « classique », on tend à mettre en évidence la période qui précède : tel est ce qu’on appelle « primitivisme ». Du croisement de ces deux concepts de « rupture » gothique et de « primitivisme » sont nées deux tendances : l’une conduit à « l’historicisme », qui décline la série des styles historiques, la deuxième, de l’Art nouveau au mouvement moderne, débouche sur le rejet pur et simple de l’ornement. Pour autant, ce constat ne rend pas compte de la totalité de la réalité architecturale du temps. Les années 1840-1860 sont marquées par la recherche d’une écriture ornementale propre à l’époque. « En quel style construire ? » Telle est la question posée en 1846 par Raoul Rochette dans un manifeste fameux qui rejette le gothique. Ne doit-t-on pas considérer que l’Opéra de Charles Garnier y apporte explicitement une réponse, que soit vraie ou apocryphe la célèbre réplique sur le « style Napoléon III » ?

2Que penser, d’autre part, du concept de « néo-grec » ? C’est ainsi qu’on caractérise à la même époque la façade de la Cour de cassation, composition jugée tellement topique à l’époque, qu’elle est distinguée par le grand prix de cent mille francs.

3Comment, enfin, caractériser la façade de la Faculté de médecine, boulevard Saint-Germain, due à Ginain, élève favori de Lebas et rival malheureux de Garnier ? Au  même titre que la « rupture « primitiviste », ces trois édifices soulèvent chacun à leur manière le problème de la sortie de l’antique et de l’adéquation de la culture classique au progrès.

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Leniaud, « De la rupture au progrès (1840-1860) », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Jean-Michel Leniaud, « De la rupture au progrès (1840-1860) », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 31 octobre 2008, consulté le 29 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/1225

Droits d’auteur

Tous droits réservés