Navigation – Plan du site
Styles et périodisation : méthodes croisées dans l'approche de l'architecture des XVIIIe et XIXe siècles – Styles and periodisation: inter-related methodologies for understanding 18th and 19th Centuries Architecture

Jacques-François Blondel à son apogée (1749-1756)

Edoardo Piccoli

Résumés

Déjà, Emil Kaufmann reconnaissait dans la pensée de Blondel une évolution : sur ce point il avait raison, et l’idée d’un Blondel «monolithique» et figé pendant trente-cinq ans sur les mêmes positions est à refuser. Il s’agit ici de fonder une analyse des positions théoriques de Blondel dans les décennies 1750-1770 sur des bases chronologiques solides, en refusant l’analyse a posteriori de sa carrière, qui a son origine dans les jugements sévères de la génération des Piranésiens, dans les années 1760 et au-delà. On recherchera ici les « limites » de l’architecture et de ses savoirs en esquissant une périodisation générale de l’activité professionnelle de Blondel et en se concentrant sur le début des années 1750 (1749-1755), quand Blondel est à l’apogée de sa fortune et de sa renommée à Paris. Dans ses articles publiés dans les périodiques, dans les volumes de l’Architecture Française, et surtout dans le traité d’architecture du premier volume de l’ouvrage, qui doit être lu en parallèle avec le texte et planches de l’Encyclopédie, l’architecte déclare ses positions face au public : l’architecture est une discipline autonome et l’architecture française du Grand Siècle demeure l’architecture moderne par excellence. C’est cette architecture (analysée et presque disséquée dans les descriptions de l’Architecture Française) qu’il faut regarder tout en dessinant les nouveaux bâtiments publics du siècle de Louis XV. La notion d’héritage du grand goût du XVIIIe siècle, fondée sur une vision idiomatique de l’antique qui vit la France se détacher des modèles italiens, relance la problématique identitaire du constat stylistique et introduit une dialectique stimulante entre l’analyse formelle, les classements typologiques et l’approche des symboles.

Texte intégral

1Au milieu du XVIIIe siècle, plusieurs voies alternatives ou complémentaires par rapport à l’activité strictement professionnelle s’offrent à un architecte indépendant en quête de célébrité ; le rôle joué par Jacques-François Blondel s’avère presque paradigmatique à cet égard1. Sa biographie révèle un contexte riche de publications mineures et de réseaux mouvants et permet de poser un certain nombre de questions, pas totalement évidentes à la seule lecture de ses ouvrages majeurs. Entre 1748 et 1755, la notoriété de Blondel à Paris atteint son sommet. Quelles sont les conditions dans lesquelles cette réussite se produit ? Comment l’Architecture Françoise voit-elle le jour ? Que sait-on de la cooptation de Blondel dans le projet de l’Encyclopédie et quelles sont les raisons de son abandon en cours de route ?

2Autour de 1750, Blondel n’est pas encore académicien, ni seulement enseignant : fils d’un marchand chapelier, architecte et graveur, il tisse des liens professionnels ou amicaux avec des éditeurs, des ingénieurs, des philosophes (mais il travaille aussi pour les jésuites, en 1748) et, même, avec un groupe de jeunes représentants de ces « avant-gardes » architecturales qui vont marquer les décennies à venir. Soufflot lui demande d’être le graveur de l’Hôtel-Dieu de Lyon en 1748 ; Bellicard est l’auteur des gravures qui ouvrent les deux premiers volumes de l’Architecture Françoise, en 1751. Boullée a déjà fait partie de ses élèves et on y compte à présent Chambers (1749), De Wailly (autour de 1750), ainsi que les élèves ingénieurs des Ponts et Chaussées, dont les sensibilités nouvelles à l’égard de l’architecture sont évidentes dans les résultats des concours de 1752 et 17552.

3Pendant que ses Maisons de Plaisance de 1738 continuent d’être une référence pour les architectes européens, Blondel saisit l’importance des réseaux de communication qui émergent, et commence à écrire (ou à faire écrire sur lui), dans des périodiques tels que le Mercure de France ou le Journal Œconomique. Dans ce cadre, sa contribution à l’Encyclopédie marque le premier point d’arrivée d'un parcours atypique. Beaucoup de savants contemporains (comme Allan Braham ou Joseph Rykwert) ont considéré sa cooptation comme « inévitable ».  Toutefois, pour les Encyclopédistes, le recours à Blondel a été un peu plus qu’un pis-aller si, le 26 mars 1749, l'architecte travaille déjà « depuis cinq mois avec application » à l'ouvrage et demande à Jean-Rodolphe Perronet de faire partie des collaborateurs de l’Encyclopédie, en vue de corriger l’article consacré aux ponts, qui « paroit n'avoir pas eté bien fait » : « comme les entrepreneurs de cet ouvrage se sont adressés a tout ce qu'il y a de plus habil a Paris sur chaque matiere […] je les ay flaté que vous voudriez bien a votre loisir leur donner quelque adition sur cet article3

4Paradoxalement, l’architecte « vitruvien » est coopté avant l’ingénieur civil4 ; Blondel se rend dès le lendemain de la lettre chez les Libraires Associés pour encaisser la première partie de sa rétribution (il touchera plus de six cents livres au cours de 1749), ce qui montre le caractère également financier de sa collaboration5. Le rôle de Blondel, confirmé par les éloges dans le discours préliminaire de d’Alembert, est certes lié au prestige croissant de l’École des arts, mais il est également enraciné dans une sociabilité plus profonde, interne à la fonction de caisse de compensation des différences sociales et des clivages professionnels, jouée par le monde de l’édition dans les années 1730 et 1740. Jombert fils, avec ses ambitions d’auteur et son programme d’enrichissement du catalogue hérité de son père, joue à l’égard de Blondel un rôle très important, quoique non exclusif6, pendant une quinzaine d’années7 ; ce dernier apparaît dans le cercle des ingénieurs, des hommes de science et des lettrés réunis chez l’éditeur, parmi lesquels on retrouve également l’abbé Gua De Malves, premier directeur du projet encyclopédique (« avec Diderot, d'Alembert et Gua, se trouvoient Lalande, Blondel, Cochin, Coustou, Le Blond8 »).

5Le premier volume de l’Encyclopédie est publié en juin 1751. C’est une année décisive pour l’architecte : les élèves des Ponts et Chaussées commencent à affluer dans son école, tandis que la rédaction de l’Architecture Françoise lui est confiée. De par son ampleur – huit volumes et mille quatre cents planches prévues –, ce projet éditorial n’est comparable qu’à l’Encyclopédie elle-même. Deux appels à souscription différents permettent d’en esquisser les origines9. Jombert est l’auteur du premier programme (mars 1751), où il présente l’ouvrage comme une réédition augmentée de l’Architecture Françoise de Mariette, dont il a récemment acquis les planches. L’éditeur esquisse la structure de l’ouvrage en huit volumes, dresse un premier inventaire des nouvelles architectures à insérer dans le recueil, et promet de rédiger des notices sur chaque œuvre présentée. Pourtant, dans l'espace de quelques mois, Jombert s'aperçoit qu’un simple travail d’assemblage ne suffit pas à attirer les souscripteurs : pour que son Architecture Françoise soit plus qu’une simple remise en circulation de vieilles gravures, elle doit prendre clairement position dans le débat en cours sur l’architecture publique. Dans un Nouveau programme de fin 1751, Jombert confie donc la tâche à Blondel qui, au-delà des ouvrages déjà publiés, « vient de se signaler encore par ce qu'il a donné sur son Art dans le nouveau Dictionnaire, connu sous le nom d'Encyclopédie10 ».

6Légitimer l’opération éditoriale d’un point de vue culturel sans en bouleverser la structure, fondée sur la remise en circulation du nombre le plus élevé possible de gravures : telle est l’exigence saisie par Blondel. Cette légitimation, qualifiée dans le Nouveau Programme de « liaison intime » entre les éléments qui composent le projet éditorial, passe par la définition d'un système complexe établissant les divers genres des édifices publics et privés d'un état moderne : pas moins de trente-deux types différents, divisés en quatre classes. Comme il était prévisible, dans un ouvrage qui suit de près les Embellissements de Paris de Voltaire et le premier concours pour la Place Louis XV, les édifices publics occupent, dans cette arborescence typologique, le premier plan parmi les « édifices érigés pour l’utilité ». Les édifices publics constituent d’ailleurs la majorité des vingt-huit architectures nouvelles que Blondel envisage de rajouter à l’ouvrage. Un décalage entre les intentions et les actions, entre l’ampleur du programme et le peu de temps à disposition pour la préparation des volumes est évident dans le long texte d'ouverture du premier tome (1752). Par rapport au programme, une différence majeure apparaît : la centralité des « genres » laisse la place à celle des usages et des convenances de la manière nationale de bâtir. Dans la préface, Blondel confirme le caractère public de l’entreprise, il se déclare « Citoyen », et « invente » l’analogie, restée célèbre, avec le Vitruvius Britannicus ; puis il insiste, presque à chaque page, sur le rôle de modèle de l’architecture française moderne. « La décoration françoise […] est l'objet de ce Traité » (I, p. 113), souligne celui qui a la prétention de fonder une nouvelle théorie à partir de la pratique et des mœurs. « Vitruve, Palladio, Scamozzi, Philibert Delorme, & plusieurs autres Architectes, ont parlé diversement de la proportion des croisées ; mais leurs opinions à cet égard ne peuvent pas toujours être suivies, n'étant guère possible d'accorder ces différentes proportions à nos usages (I, p. 112). »

7Cela dit, il faut souligner le caractère hâtif et non systématique de ce texte, rédigé et publié dans l’espace de quelques mois. Après l’abrégé historique, la structure devient chaotique : il manque une théorie des ordres, mais on y trouve une longue « dissertation sur l’ordre attique » ; la décoration d’intérieur est évacuée en dix pages, tandis que quarante-trois sont consacrées à des préceptes généraux sur la construction. L’analyse du schéma définissant les divers genres des édifices, présentée dans le programme de 1751, manque par ailleurs. En bref, Blondel n’arrive pas à contrôler la complexité d’une introduction générale à la discipline ; c’est pour cela aussi que le véritable point fort de l’ouvrage – comme on l’a déjà remarqué – est la description de chaque édifice, qui occupe la dernière partie du premier tome et les trois volumes suivants. La qualité analytique de beaucoup de ces descriptions a déjà été mise en relief11, mais il faut aussi souligner que la contrainte imposée par la publication des gravures héritées de Mariette amène Blondel à élaborer une forme de critique très efficace et entièrement nouvelle, où l'architecture est parfois analysée en tant que modèle négatif : « non par esprit de critique, mais par la nécessité d'instruire », écrit-il à propos de l'Hôtel d'Ancezune (I, p. 285). C’est donc sur une imbrication équilibrée de jugements positifs et d’éreintements que Blondel bâtit, au cours des quatre volumes, son « Panthéon » des gloires nationales de l’architecture. Il esquisse, en même temps, un cadre éventuel pour le développement d’une architecture publique inspirée du « grand style » du XVIIe siècle.

8L’effet immédiat de la publication de l’Architecture Françoise, sur laquelle on ne s’étendra pas davantage, est de confirmer le succès croissant de son auteur. Présenté à l’Académie Royale d’Architecture en 1753, objet de plusieurs comptes rendus dans des périodiques – parmi lesquels le Journal de Trévoux –, l’ouvrage joue un rôle capital dans la cooptation de Blondel à l’Académie, en décembre 1755. La période d’intense activité éditoriale commencée à la fin des années 1740 s’arrête alors brusquement. Après le quatrième volume de l’Architecture Françoise (1756), Blondel ne publie plus chez Jombert ; avec la sortie du septième volume (1757), sa collaboration avec l’Encyclopédie prend fin également.

9Les raisons de ce tournant restent inconnues, mais il est certain que, dès la fin de 1754, un nouveau contexte se dessine pour l’architecte, qui commence à écrire dans l’Année Littéraire de Fréron12. Ce périodique, honni par Voltaire, attaque l’Encyclopédie en 1757, puis en 1759, en publiant Pierre Patte qui accuse les Encyclopédistes de plagiat. Dans ces mêmes années, Blondel tente de profiter de sa position au sein de l'Académie pour gagner les faveurs de Marigny et de s’approcher de la Cour ; l'envoi à Marigny d'un discours prononcé à l'Académie en 1756 et la conclusion d’une lettre adressée à Perronet (« demain je vais à Versailles », 6 avril 1759) sont des indices significatifs à cet égard13. Le voyage à Blois (1760), la protection de l’archevêque d’Albi, frère du duc de Choiseul, et l’aventure architecturale de Metz (1761) se profilent14. Ce nouveau réseau se renforce, si l’on considère d’une part les rapports entre Fréron et le duc de Choiseul, et de l’autre Jean-François Bastide, personnage ambigu des coulisses littéraires parisiennes qui écrira avec Blondel L'Homme du monde éclairé par les arts et qui, en 1761, est l’auteur du relevé des négociations entre la France et l’Angleterre pour le compte du ministre.

10On est tenté de voir, dans ces noms et dans ces actions, l’émergence d’un nouveau contexte, à nos yeux sans aucun doute « du mauvais côté » des Lumières, comme le dit Jean Balcou à propos de Fréron15,mais très proche du pouvoir politique et religieux. Un cercle dans lequel l’architecte trouve sa place, qu’il gardera tout au long des années 1760.

Note de fin

1 Freek H. Schmidt, “ Expose ignorance and revive the bon goût. Foreign architects at Jacques-François Blondel’s Ecole des Arts ”, Journal of the Society of Architectural Historians, n° 61, 2002, p. 4-29 ; Edoardo PICCOLI, Jacques-François Blondel a Metz e Strasbourg : esperienza e verifica di un sistema architettonico, thèse de doctorat, dir. Carlo Olmo, Politecnico di Torino, 2002.
2 École Nationale des Ponts et Chaussées, Fonds ancien, ms sans cote.
3 École Nationale des Ponts et Chaussées, Fonds ancien, Ms 2531.
4 Perronet répondra par une série d’annotations. L'article consacré aux ponts sera finalement écrit par Lucotte et publié en 1765.
5 Louis-Philippe May, “ Documents nouveaux sur l’Encyclopédie ”, Revue de synthèse, n° 15, 1938, p. 7-110.
6 En 1747, c’est Mariette qui publie le Discours sur la Maniere d'Étudier l'Architecture, déjà édité dans le Mercure de France. En 1750, Huquier publie une série de Nouveaux Trophées avec des gravures de Blondel, qui avait édité à ses frais, juste après la mort de Leroux, les gravures de la galerie de l’Hôtel de Villars (1746). En 1756, les gravures de Le Bas sur les ruines de Lisbonne seront en vente chez Blondel également.
7 À peine arrivé à la tête de l’entreprise familiale, Charles-Antoine Jombert a remarqué Blondel à l’occasion de la publication de son premier livre, les Maisons de Plaisance (1737). Voir Catherine Bousquet-Bressolier, “ Charles-Antoine Jombert (1712-1784). Un libraire entre sciences et arts ”, Bulletin du Bibliophile, n° 2, 1997, p. 299-333.
8 Jean-Étienne Montucla, Histoire des Mathématiques, Paris, Agasse, 1799-1802, vol. IV, p. 664.
9 [Charles-Antoine Jombert], Architecture françoise, ou recueil des plans, élévations, coupes… huit   Volumes in-folio, grand papier, avec plus de 1400 planches. Proposés par souscription, Paris, Charles-Antoine Jombert, 1751 ; et [Jacques-François Blondel et Charles Antoine Jombert], Nouveau programme concernant l'Architecture Françoise, proposée per souscription au mois de Mars 1751, Paris, Charles-Antoine Jombert, 1751.
10 Nouveau programme, p. 2.
11 Claude Mignot, “ Jacques-François Blondel et François Mansart, une leçon d'architecture ”, Les cahiers de Maisons, n° 27-28, 1999, p. 164-171.
12 Reed Benhamou, “ La voix de Blondel dans le commentaire de Fréron ”, dans Sophie Barthélemy, Jean Balcou, André Cariou, Élie Fréron. Polémiste et critique d'art, Rennes, 2001, p. 263-272.
13 Discours prononcé à l'Académie Royale d'Architecture le - novembre 1756 par jacques françois Blondel Architecte du Roï ; dans lequel on esseïe de prouver le nécéssité de distribuer tous les ans dans cette Académie deux nouvelles médailles pour deux prix d'émulation, concernants l'art du Dessein rélatif à l'Architecture, ms, Paris, Archives Nationales O119309, 1756, c. 19 ; lettre de Jacques-François Blondel, 6 avril 1759, École Nationale des Ponts et Chaussées, fonds ancien, Ms 2866.
14 Jeanne Lejeaux, La Place d'armes de Metz, Strasbourg 1927 ; Edoardo Piccoli, “ Disegni e incisioni di Jacques-François Blondel per Metz e Strasburgo ”, Il disegno di architettura, n° 31, 2005, p. 3-12.
15 Jean Balcou, “ L’autre Fréron ”, dans Élie Fréron polémiste & critique d’art, Musée des beaux-arts de Quimper, Quimper, 1998, p. 37.

Pour citer cet article

Référence papier

Edoardo Piccoli, « Jacques-François Blondel à son apogée (1749-1756) », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Edoardo Piccoli, « Jacques-François Blondel à son apogée (1749-1756) », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 31 octobre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://inha.revues.org/1176

Auteur

Edoardo Piccoli

Politecnico di Turino, Italy

Droits d’auteur

Tous droits réservés