Navigation – Plan du site
La configuration architecturale de la ville et de sa périphérie au Moyen Âge : la dynamique des limites – Architectural structure of cities and their peripheries during Middles Ages: Dynamic Boundaries

Le Vexin français : reflets de l’architecture défensive en milieu urbain et périurbain à la fin du Moyen Âge

Floriane Louïs

Résumé

In civil architecture, the use of forms associated until then to military defense architecture definitely stamped on the Flamboyant gothic period. From that time on, these shapes put their aesthetic value forward. In the French Vexin, this fashions essentially concerned the seigniorial habitat but also all the levels of seigniory, as well as more humble buildings like farms. For instance, you can still see nowadays several examples of habitats dating back to the end of the Middle Ages. These essentially rural buildings hid different types of reality: on one side, a decorative function associated to the symbolism of prestige; these elements revealed as well small (like local seigniory) as big places of influence and authority. On the other side, these elements also ensured a real protection, especially in very isolated places, which were frequent pillaging target.

Texte intégral

1Le Vexin français s’étend sur trois départements : les Yvelines, le Val-d’Oise et l’Oise. Il est limité au sud par la Seine, à l’est par l’Oise, au nord, par le Beauvaisis et à l’ouest par l’Epte. À titre indicatif, Pontoise, la ville principale, se situe à environ 35 km au Nord-Ouest de Paris.

2La période étudiée ici couvre la deuxième moitié du XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle. Cette époque est d’abord marquée par la fin de la guerre de Cent Ans en 1453, puis par un retour de la paix accompagné d’un lent retour de la prospérité économique. La plupart des habitations étudiées ici ont été reconstruites à partir du troisième quart du XVe siècle. La région, encore troublée par les pillards et les bandes armées qui la sillonnent, n’est cependant pas totalement sécurisée avant le XVIe siècle.

3Il y a donc plusieurs aspects différents de l’utilisation d’éléments issus de l’architecture défensive : avec, d’un côté des éléments de défense, qui tout en étant assez éloignés des massives fortifications féodales ont tout de même un réel rôle défensif ; d’un autre côté des édifices qui vont reprendre le vocabulaire militaire en tant qu’ornement et/ou symbole de la position sociale du seigneur des lieux et qui n’assurent plus aucune défense réelle.

Aspects défensifs des résidences à la charnière des XVe et XVIe siècles dans le Vexin français

4La région n’est pas complètement sécurisée pendant cette période d’après-guerre ; les pillards et les bandes armées sont encore nombreux dans le Vexin français. Chacun va s’en accommoder comme il le pourra et, le plus souvent, les adaptations à cette insécurité latente se révèlent dans l’architecture, surtout à la campagne où les habitations sont bien plus exposées aux exactions que celles des villes.

5Les éléments propres à l’architecture de défense sont alors repris et adaptés aux besoins des seigneurs locaux. Le plus fréquemment, on retrouve une enceinte avec ou sans système de porterie selon l’importance du bâtiment : ainsi les simples fermes seront protégées par les murs des bâtiments d’habitation et d’exploitation agricole, organisés autour d’une cour centrale, tandis que des édifices seigneuriaux plus importants disposeront également d’une porterie encadrée de tours équipées d’archères ; ce dernier système apparaît tout aussi efficace que dissuasif et symbolique du pouvoir du propriétaire. Il existe à Moussy (fig. 1) un système de ce type, avec une porte charretière et une porte piétonnière, toutes deux protégées par les tours à archères qui les encadrent.

Fig. 1 : Moussy (95), manoir d’Aumont, © Floriane Louïs.

6On trouve également une enceinte à Arthies dont l’épaisseur des murs ainsi que la porterie encadrée de grosses tours indiquent que l’enceinte était fonctionnelle, mais dont la composition en damier brique et pierre prouve que l’effet esthétique produit a été très important lors de la conception de cette enceinte dans les années 1550.

7Dans les cas où les différents bâtiments composant la propriété s’organisent autour d’une cour – essentiellement des fermes – les façades sur rue sont exemptes d’ouverture jusqu’à une hauteur de 2 mètres 50 à 3 mètres au-dessus du sol, offrant une surface sans faille et difficilement prenable. Ainsi, au Bellay-en-Vexin (fig. 2), les murs sont aveugles jusqu’à environ 5 mètres de hauteur puis percés de quelques croisées.

Fig. 2 : Le Bellay-en-Vexin (95), ferme de l’Hôtel-Dieu, © Floriane Louïs.

8Ces murs sont très fréquents dans le Vexin ; il en existe des exemples similaires au château de Théméricourt, au manoir des Cugnac à Nesles-la-Vallée, au manoir du 2, rue de l’église à Brueil-en-Vexin … Ces murs sont très austères et seulement rythmés par des harpes ou des contreforts plats qui chaînent les murs et contrastent avec les façades sur cour, plus animées. À Moussy, ce système est quelque peu adapté car on a profité de la déclivité naturelle du terrain pour installer le manoir, surélevé par rapport à la rue. Le rez-de-chaussée est donc également surélevé, ce qui a permis d’y ouvrir des fenêtres sur l’extérieur. Elles sont de ce fait moins en hauteur que pour les exemples les plus courants, environ 2 mètres seulement, ce qui a nécessité de les protéger par des barreaux (les ouvertures du mur à gauche de la porterie sont postérieures).

9D’autres dispositifs sont adoptés sur des bâtiments plus isolés, qui ne s’organisent pas autour d’une cour. Ainsi, au château de Montchevreuil à Fresneaux-Montchevreuil et à la ferme du Bas-d’Osny à Osny, les angles du bâtiment sont surmontés d’échauguettes, sortes de tours de guet tournées vers les points sensibles. À Osny, maintenant en centre ville, seule la façade donnant anciennement sur les champs en est pourvue, l’autre côté étant suffisamment protégé par le mur d’enceinte de la propriété, tandis qu’à Montchevreuil (aujourd’hui en ruine), les quatre angles en sont dotés. Ces échauguettes participent également largement à la décoration des bâtiments avec des culots moulurés, mais ne sont pas ici uniquement vouées à cet usage comme ce sera le cas à la même époque sur d’autres édifices évoqués plus bas.

10On observe même à Tourly, dans l’Oise, une échauguette ajoutée au XVe siècle sur un bâtiment préexistant, probablement du XIIIe siècle sur un contrefort ancien. Elle permettait ainsi de compléter la surveillance des environs, déjà assurée par une tour, à l’angle opposé.

11Tous ces dispositifs sont relativement légers par rapport à ce qui se faisait aux siècles précédents ; ils étaient bien sûr conçus pour faire face à un petit groupe d’ennemis mais n’auraient pas résisté à une armée organisée, ce n’était pas le but !

Le cas particulier de la ville à travers l’exemple du Grand Vicariat de Pontoise

12En ville, les habitations sont protégées par l’enceinte urbaine. Le souci de sécurité est donc moins présent que pour les édifices isolés. Cependant, les références à l’architecture militaire ne sont pas absentes. Elles y perdurent sous des formes souvent légèrement dérivées, pour leur valeur esthétique et symbolique, qui permettent de marquer dans le paysage urbain l’importance sociale de l’habitant.

13S’agissant de la fin du Moyen Âge dans le Vexin français, je n’ai qu’un exemple en ville qui reprenne des éléments lointainement dérivés de l’architecture défensive. Il s’agit de l’Hôtel du Grand Vicariat de Pontoise (fig. 3), dans le Val-d’Oise.

Fig. 3 : Pontoise (95), hôtel du Grand Vicariat, © Floriane Louïs.

14C’est un édifice doublement intéressant puisqu’il présente l’avantage d’être encore en élévation et bien documenté par des textes comptables de l’époque de sa construction. Cette comptabilité est conservée aux archives départementales de Seine-Maritime et a fait l’objet de mon mémoire de maîtrise1.

15Le Grand Vicariat de Pontoise a été construit entre 1477 et 1483 sur l’initiative de l’archevêque de Rouen, le cardinal Guillaume d’Estouteville, pour loger son représentant dans le Vexin français. L’hôtel est situé dans l’actuel centre ville de Pontoise et faisait face au couvent des frères Cordeliers, maintenant transformé en hôtel-de-Ville. Il est également situé à proximité immédiate des remparts de la ville, composés d’un fossé et de murs dont les casemates sont encore bien visibles dans les jardins du vicariat. Les fenêtres du rez-de-chaussée ne sont pas d’origine, ainsi que les couronnements des lucarnes qui datent des restaurations effectuées à la fin du XIXe siècle. Il s’agit d’un édifice en pierre de taille, de plan barlong, avec un étage sous comble caractérisé par une tour d’escalier octogonale en forte saillie au milieu de la façade principale. Cette façade est également encadrée par deux tourelles d’angle en encorbellement sur contrefort. La construction en encorbellement est un rappel direct des échauguettes d’angles utilisées dans les édifices à vocation défensive pour faire le guet, telles que celles vues précédemment. Les tourelles du vicariat n’ont jamais eu de fonction défensive, leur ressemblance avec les échauguettes est purement décorative. Elles ne sont d’ailleurs jamais appelées autrement que « tournelles » dans les textes comptables relatifs au vicariat. De plus, elles sont tournées vers l’intérieur de la ville et non sur l’extérieur. À l’inverse des échauguettes, elles sont là pour être vues et non pas pour permettre de voir et participent avec la tour d’escalier à donner un élan vertical et une régularité à l’édifice en divisant la façade en deux. Le rappel visuel des échauguettes permet de marquer le pouvoir de justice du vicaire et son prestige dans la ville. En dépit de l’aspect symbolique, la sécurité n’est pas négligée pour autant, et même si ce n’est plus visible actuellement, les textes en demeurent l’écho : la propriété était entourée de murs, les différents jardins étaient également protégés par des séries de murs avec portes fermant à clé, les fenêtres les plus exposées étaient protégées par des grilles dont seulement quelques-unes sont encore discernables, comme celle sur le pignon faisant face aux remparts, dont la grille est attestée par les textes dès 1483-14842 : on ne distingue plus aujourd’hui que ses trous de fixation. Il s’agit là de petites dispositions pour prévenir les vols, plus que de réels systèmes de défense.

16Du point de vue visuel, la sécurité passe au second plan, elle se fait plus discrète, au profit de l’esthétique.

L’ornementation à la campagne : défensif et symbolique se côtoient.

17Bien que la campagne soit plus exposée au danger, cela n’empêche pas les seigneurs locaux d’utiliser, comme en ville, des éléments détournés de leur fonction défensive et mis en place uniquement pour leur aspect esthétique et leur valeur symbolique. Et contrairement aux fermes évoquées plus haut, où les parties visibles de l’extérieur étaient assez austères et les façades donnant sur l’intérieur des cours, plus ornées, les bâtiments sur lesquels on retrouve, comme au vicariat, des éléments défensifs détournés vont concentrer l’essentiel de leur décor extérieur sur les parties les plus visibles et délaisser presque totalement les autres façades. En premier lieu, on va retrouver comme au vicariat des tourelles d’angle en encorbellement dans plusieurs édifices de la même époque. À Omerville, au manoir de Mornay-Villarceaux, reconstruit à la fin du XVe siècle – début du XVIe, où le côté « pseudo-défensif » des tourelles est largement adouci par les frises et moulures sculptées de décor végétal de branches, de feuillages et fruits entremêlés. Les tourelles encadrent le pignon nord par lequel on entrait autrefois  dans le bâtiment – ce passage n’existe plus depuis le XIXe siècle mais il est connu par une lithographie de Villeneuve de 18193. À Arronville, on retrouve un édifice plus sobre : le manoir de Saint-Lubin, qui comporte moins de décor mais dont la construction était tout de même soignée, avec des murs en pierre de taille4 et des tourelles d’angle dont l’aspect est plus massif qu’à Omerville. Cependant, la structure est la même que pour les exemples précédents : avec les culots qui prennent appui sur deux contreforts disposés en angle droit. Comme à Omerville, elles encadrent le pignon, bien qu’il semble peu probable que l’entrée se soit faite par-là ; le pignon était probablement plus visible que la façade, mais le bâtiment est actuellement inaccessible, je n’ai donc pas pu vérifier ce point.

18Au château d’Alincourt5 à Parnes (fig. 4) les deux ailes du bâtiment ne sont pas contemporaines : la partie gauche en moellons crépis avec les angles en pierre de taille est la plus ancienne et date de la seconde moitié du XVe siècle, l’aile en brique et pierre date, elle, du tout début du XVIe siècle ; elle est due à Pierre Le Gendre, trésorier de France sous Louis XII et François Ier.

Fig. 4 : Parnes (60), château d’Alincourt, photo tirée du site : http://www.chateau-dalincourt.fr/​  (cette photo tirée du site internet, qui n’existe plus, n'est pas protégée par un copyright).

19On trouve dans ce château deux éléments intéressants pour mon propos : les tourelles d’angle en encorbellement, très similaires aux précédentes ; l’appareillage des murs offre une petite variation par rapport au corps de bâtiment. La tour d’escalier octogonal est également intéressante. Elle est surmontée de créneaux percés d’archères, avec mâchicoulis sur consoles, qui sont totalement inutiles si l’on considère les autres ouvertures de l’édifice (et notamment celle du rez-de-chaussée du pignon) et qui ne sont là que pour souligner et mettre en valeur l’entrée principale du bâtiment.

20Un dernier point enfin reflète l’architecture défensive dans la terminologie. Il s’agit des donjons, symboles du pouvoir féodal par excellence. Ce terme de donjon est repris à cette époque charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance pour désigner des tours carrées. Ce nouveau type de donjon n’a pas fonction de forteresse défensive. On le retrouve à Parnes, où effectivement la grosse tour qui fait office de porterie porte ce nom, tout en ne présentant plus les éléments réellement défensifs : épaisseur des murs, petites et rares ouvertures, mais en en conservant l’aspect général avec une forme carrée, des tourelles d’angle qui rappellent des échauguettes. On peut le voir également à Ambleville, château dont la façade est dans le pur style Renaissance et qui reprend l’emplacement d’un château plus ancien, où la forme carrée du donjon, agrémenté de tourelles d’angle en encorbellement a été gardée, essentiellement pour le prestige, et dont la fonction défensive est nulle. Le donjon reste associé à cette période encore au XIXe siècle ; le donjon du château de Vigny6, construit à cette époque en est la preuve : il est ici associé à la vision romantique du Moyen Âge.

21Ces éléments sont l’apanage des plus riches demeures. Ce sont des organes superflus, réellement utilisés comme « marqueurs » du rang social et de l’autorité du propriétaire. Tous les petits seigneurs du Vexin ne pouvaient pas se permettre ces fantaisies.

22La chronologie relative des différents bâtiments évoqués n’est pas encore établie avec une grande précision ; malgré tout, il apparaît que les deux aspects de la question – éléments réellement défensifs et aspect ornemental – se retrouvent sur toute la période. Il n’y a pas vraiment d’évolution de l’un vers l’autre dans ce laps de temps de presque un siècle. Avec la Renaissance, les formes défensives ne seront plus appréciées en tant que décor et elles disparaîtront progressivement des bâtiments d’habitation à proprement parler. Les symboliques de pouvoir et de prestige seront portés par d’autres supports. Tandis que la fonction défensive va être reléguée à l’extérieur, seules les enceintes subsisteront, qui seront de nouveau utiles à la fin du XVIe siècle avec les guerres de Religion.

Note de fin

1 louis, Floriane, L’hôtel du Grand Vicariat de Pontoise, étude historique et archéologique, mémoire de maîtrise, sous la direction d’Étienne Hamon et Dany Sandron, Université Paris IV-Sorbonne, 2004.
2 Archives départementales de Seine-Maritime, G 340.
3 vasseur, Roland et waro, Françoise : « Villages du Vexin : Omerville, architecture et société », Mémoires de la société historique et archéologique de Pontoise, t. LXXIV, 1987, p. 22-38.
4 Effectivement, les édifices de ce type dans le Vexin français sont généralement construits en moellons.
5regnier, Louis : Statistique monumentale du canton de Chaumont-en-Vexin, IX, Parnes, Beauvais, imprimerie départementale de l’Oise, 1904-1905, p. 54-103.
6 Tubeuf, F-G. et maire, A. : Monographie du château et de l’église de Vigny, Paris, 1902.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Moussy (95), manoir d’Aumont, © Floriane Louïs.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/1093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 2 : Le Bellay-en-Vexin (95), ferme de l’Hôtel-Dieu, © Floriane Louïs.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/1093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 3 : Pontoise (95), hôtel du Grand Vicariat, © Floriane Louïs.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/1093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 4 : Parnes (60), château d’Alincourt, photo tirée du site : http://www.chateau-dalincourt.fr/​  (cette photo tirée du site internet, qui n’existe plus, n'est pas protégée par un copyright).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/1093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Pour citer cet article

Référence papier

Floriane Louïs, « Le Vexin français : reflets de l’architecture défensive en milieu urbain et périurbain à la fin du Moyen Âge », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Floriane Louïs, « Le Vexin français : reflets de l’architecture défensive en milieu urbain et périurbain à la fin du Moyen Âge », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/1093

Auteur

Floriane Louïs

Maîtrise d’archéologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne, sur le sujet : L’hôtel du Grand Vicariat de Pontoise, étude historique et archéologique, soutenue en 2004 et publiée dans Les Mémoires de la société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, en 2006. Actuellement en Master 2 d’archéologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne, sur le sujet : L’architecture civile dans le Vexin français à la fin du Moyen Âge.

Droits d’auteur

Tous droits réservés